Buziet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Buziet
Maison caractéristique.
Maison caractéristique.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Oloron-Sainte-Marie
Canton Oloron-Sainte-Marie-2
Intercommunalité Communauté de communes du Piémont Oloronais
Maire
Mandat
Alfred Maxenti
2014-2020
Code postal 64680
Code commune 64156
Démographie
Population
municipale
512 hab. (2014)
Densité 63 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 08′ 20″ nord, 0° 28′ 29″ ouest
Altitude Min. 310 m
Max. 455 m
Superficie 8,18 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Buziet

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Buziet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Buziet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Buziet

Buziet est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Nouvelle-Aquitaine.

Le gentilé de la commune est Buziétois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le village de Buziet, situé au sud-est du département, au pied de la chaîne montagneuse des Pyrénées, est installé dans une plaine correspondant au lit de l'ancien glacier de la vallée d'Ossau. Cette vallée a été modelée entre le lit actuel du gave d'Ossau s'écoulant au sud du territoire communal et les crêtes d'Escou, Lasseubetat dominant le paysage au nord.

Le territoire de la commune de Buziet se caractérise par des reliefs variés, où courent de nombreux ruisseaux.

Trois entités morphologiques se distinguent du nord au sud :

  • les crêtes d'Escou, Lasseubetat dont le point culminant se trouve à 455 mètres. Le versant sud descendant vers la RN 134 présente des pentes raides qui deviennent plus douces et font la transition avec la plaine alluviale ;
  • la plaine alluviale occupe la majeure partie du territoire communal. Elle se caractérise au sud de la voie ferrée par un secteur relativement plat dans lequel s'écoulent les principaux ruisseaux, au nord par un relief légèrement plus vallonné ;
  • les collines d'Hourcade qui séparent le village du gave d'Ossau offrent un paysage très découpé par de nombreux petits vallons. Les reliefs débutent au sud du village où ils atteignent 406 mètres.

Quelques pentes importantes sont à noter sur le territoire communal, notamment sur le coteau situé au nord de la commune et sur les collines occupant le sud de la commune.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les terres de la commune sont arrosées[2] par :

  • l'Escou, affluent du gave d'Oloron,
  • le Bourmassà (connu à Escou comme ruisseau de Moulias) et par ses tributaires, les ruisseaux de Labarthe, Courtiès, des Trébès et de Lapeyre,
  • le gave d'Ossau et les ruisseaux de la Hourcade et du Termy, ses affluents (respectivement droit et gauche).

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

  • Belair ;
  • le Bois ;
  • Départ ;
  • Village.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Buziet apparaît[3] sous les formes Busieg (1385, censier de Béarn[4]), Vusiet (1440, notaires d'Oloron[5]) et Busiet (1544, réformation de Béarn[6]).

De l'ancien provençal buza (« bouse ») avec le double suffixe –in-ellum.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au remembrement (recensement) de 1385 Buziet compte vingt-quatre feux (foyers). C'est ainsi que l'on recense à l'époque la population. Chaque feu compte trois et quatre générations.

Aux XIVe et XVe siècles, Buziet est renommée par sa fabrique de crécelles, très employées à cette époque. Elles servaient aux enfants de chœur pour appeler les fidèles paroissiens à rentrer à l'église pour assister aux offices religieux, d'où le nom de carrasque en béarnais (crécelles) et le nom de ses habitants lous Carascayres [7].

La Première République ayant aboli les droits de propriété. Les terres sont affectées par une réforme agraire aux exploitants agricoles qui les travaillent. Ces terres sont cadastrées en 1807 pour la première fois à Buziet, par monsieur Jean Sallenave, secrétaire général et géomètre demeurant à Buziet.

Un pont romain, place Lonibos, nous donne le témoignage de la route romane qu'empruntaient les Romains pour atteindre leur camp non loin de l'ancienne église à Castera. Les ruines de l'église romane de Buziet, très visibles encore de nos jours, sont démolie par l’artillerie de Bayonne sous le règne de Louis XVIII. Cette église servait de repaire à d'anciens grognards de Napoléon Ier qui convertis en brigands, pillaient les villages environnants. À cette époque la municipalité de Buziet avait dû mettre sur pied une garde municipale pour effectuer des patrouilles de jour et de nuit afin d'arrêter ces individus porteurs d'armes à feu[8].

L’église du XVIIe siècle a un clocher typique, un retable en bois doré du XVIIe siècle, un christ et une croix processionnaire du XIIe siècle provenant de l’ancienne église romane située au lieu-dit Castera (du latin Castra : le Camp) près de l'ancien camp romain.

Le 15 juin 1816[8] s'effectue une battue aux loups. Ces animaux féroces ravagent les bestiaux en liberté sur la rive du gave d'Ossau. La commune supporte les frais pour l'achat de munitions, pierres à fusil, poudre, etc.

En 1884, le conseil municipal de Buziet, aidé par une pétition de la population, obtient du ministre des Cultes, le départ de l'abbé Carlon et demande le retour à la religion réformée, par la présence d'un pasteur[8]. Ceci démontre que la commune de Buziet était protestante sous le règne de Jeanne d'Albret, mère du roi Henri IV.

En 1944, le village est encerclé le 17 juillet par des nazis. Les maquisards de Buziet, en majorité Espagnols et Catalans, vivent au Bager. Les Allemands après avoir rassemblé tous les hommes valides du village décident de fusiller vingt-deux maquisards. Un seul ayant tenté la fuite réussit à se sauver du peloton d'exécution. Une commémoration de ce massacre a lieu chaque année au mois de juillet. Durant cette journée du 17 juillet deux femmes du village furent également tuées à bout portant dans leur demeure respective.

En 1974, la municipalité décide de défricher 160 hectares de landes dites fougeraies. Les exploitations agricoles y ont vu le moyen d'agrandir leurs surfaces cultivables en procédant à la mise en pâturage de ces landes incultes.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2001 Jean-Baptiste Casaucau    
2001 2008 Jean-Claude Elichiry    
2008 2014 Jean-Claude Elichiry    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de quatre structures intercommunales[9] :

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[11],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 512 habitants, en augmentation de 17,97 % par rapport à 2009 (Pyrénées-Atlantiques : 2,53 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
630 524 620 602 619 680 675 697 664
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
673 681 674 610 631 626 625 603 604
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
570 555 504 479 485 408 363 322 318
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
343 308 313 340 369 371 424 472 512
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

L'activité est principalement agricole (élevage, pâturages, maïs). La commune fait partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur habitants.fr
  2. Notice du Sandre sur Buziet
  3. Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  4. Censier de Béarn, manuscrit de 1385, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.
  5. Notaires d'Oloron - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  6. Manuscrit du XVIe au XVIIIe siècles - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  7. Page 155 du Dictionnaire béarnais ancien et moderne de V. Lespy et P. Raymond, 1887
  8. a, b et c Délibération du Conseil Municipal de Buziet
  9. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 1er juin 2014)
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]