Urdos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Urdos
L'ancienne gare d'Urdos.
L'ancienne gare d'Urdos.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Oloron-Sainte-Marie
Canton Oloron-Sainte-Marie-1
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée d'Aspe
Maire
Mandat
Jacques Marquèze
2014-2020
Code postal 64490
Code commune 64542
Démographie
Population
municipale
68 hab. (2014)
Densité 1,9 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 52′ 27″ nord, 0° 33′ 13″ ouest
Altitude Min. 708 m – Max. 2 379 m
Superficie 36,27 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Urdos

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Urdos

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Urdos

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Urdos
Paysage vers la vallée d'Aspe et vers l'aval depuis Urdos.
L'ancien poste des douanes française à Urdos.
La route principale traversant Urdos, la N 134.

Urdos est une commune française située dans le département des Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Urdos est le premier village de la vallée d'Aspe, porte du Béarn et de l’Aquitaine pour les voyageurs venant d’Espagne.

Accès[modifier | modifier le code]

Urdos fut autrefois une halte obligée de par la complexité du passage de la frontière espagnole engendrant la présence de services de gendarmerie, de police et des douanes[1]. Entre 1914 et 1928 les travaux de la Ligne Pau - Canfranc (frontière) ont fortement contribué au développement des activités industrielles de la vallée d'Aspe et à la création d’emplois liés à la production électrique et à l’exploitation de la voie ferrée[2].

La commune est desservie par la route nationale 134.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par le gave d'Aspe et ses affluents :

  • le Larricarrouy ;
  • le ruisseau de Larry et son affluent :
    • le ruisseau de Yerre ;
  • le ruisseau Mayou et ses affluents :
    • le ruisseau d'Arnoussère,
    • le ruisseau de Bénou,
    • le ruisseau de Gouetsoule.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

  • Arrougue ;
  • La Fonderie ;
  • Forges d'Abel ;
  • Gouetsoule ;
  • Peyranère ;
  • Village.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Urdos apparaît[3] sous les formes Forum Ligneum (itinéraire d'Antonin), Saincte-Magdaleine d'Urdos (1615, insinuations du diocèse d'Oloron[4]).

Il signifie endroit où il y a un replat, du basque/aquitain urd, plateau, avec le suffixe aquitain ossum[5].

Son nom gascon est Urdòs.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2001 Yvon Casanave    
2001 2003 Jean-Bernard Le Mouroux    
2003 2008 Jacques Marquèze SE  
2008 2014 Jacques Marquèze SE  

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de quatre structures intercommunales[6] :

  • la communauté de communes de la Vallée d'Aspe ;
  • le syndicat d'énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat intercommunal d'aide matérielle à la scolarisation en vallée d'Aspe ;
  • le syndicat mixte du Haut-Béarn.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[8],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 68 habitants, en diminution de -1,45 % par rapport à 2009 (Pyrénées-Atlantiques : 2,53 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
264 275 276 207 406 427 428 720 560
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
564 567 563 509 510 460 461 440 443
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
409 405 1 526 590 674 406 309 248 299
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
266 235 179 162 162 108 67 71 68
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique
Clocher de l'église Sainte-Marie-Madeleine.

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la commune est essentiellement orientée vers le tourisme. Urdos fait partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

La commune a été un ancien poste de douane[1], elle est actuellement toujours active comme base.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Sainte-Marie-Madeleine, fin XIXe siècle.

Équipements[modifier | modifier le code]

La commune possédait une école primaire (fermée depuis 1997).

Depuis 2009, un multi-commerce est ouvert afin de conserver une épicerie et un point Poste dans le village[1].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Naissance à Urdos.
Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Décès à Urdos.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Petite commune cherche habitants dans les Pyrénées-Atlantiques », TF1 « Le 13H »,‎ (lire en ligne [vidéo])
  2. (en) « Edito du Maire d'Urdos », ccvallee-aspe.fr, (consulté le 12 mai 2011)
  3. a et b Paul Raymond, Dictionnaire topographique du département des Basses-Pyrénées, Paris, Imprimerie Impériale, , 208 p. (notice BnF no FRBNF31182570, lire en ligne).
  4. Insinuations du diocèse d'Oloron, manuscrits du XVIIe siècle, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.
  5. Michel Grosclaude, Dictionnaire toponymique des communes du Béarn, edicions reclams Escola Gaston Febus, 2006 p. 47
  6. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 20 juin 2014)
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. Notice no PA00084537, base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. Notice no PA00084536, base Mérimée, ministère français de la Culture

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

« Site officiel »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 30 mars 2013)