Andoins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Andoins
Andoins
Mairie d'Andoins.
Blason de Andoins
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Pau
Intercommunalité Communauté de communes du Nord Est Béarn
Maire
Mandat
Aude Lacaze-Labadie
2020-2026
Code postal 64420
Code commune 64021
Démographie
Gentilé Andonésien
Population
municipale
650 hab. (2018 en augmentation de 4,67 % par rapport à 2013)
Densité 53 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 18′ 20″ nord, 0° 13′ 39″ ouest
Altitude Min. 255 m
Max. 357 m
Superficie 12,22 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Pau
(banlieue)
Aire d'attraction Pau
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton du Pays de Morlaàs et du Montanérès
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Andoins
Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques
Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Andoins
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Andoins
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Andoins
Liens
Site web https://www.andoins.fr/

Andoins (en béarnais Andonsh ou Andounch) est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Nouvelle-Aquitaine.

Le gentilé est Andonésien ou Andonésienne[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

École d'Andoins.
L'église Saint-Laurent.
Le monument aux morts.

Commune de l'aire urbaine de Pau située dans son unité urbaine à l'est de Pau (cinq kilomètres), la commune fait partie du Vic-Bilh. Son territoire est traversé par l'autoroute A64.

Accès[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les routes départementales 39, 215 et 538.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Situées dans le bassin versant de l'Adour, les terres de la commune sont arrosées[2] par le Luy, affluent de l'Adour, et par ses tributaires, le Luy de Béarn, et le Lelusset.

L'Ousse des Bois, affluent du gave de Pau, traverse également la commune, tout comme le ruisseau le Biarré, tributaire de la Souye.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Andoins est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[6],[7],[8]. Elle appartient à l'unité urbaine de Pau, une agglomération intra-départementale regroupant 55 communes[9] et 200 666 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[10],[11].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Pau dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 228 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[12],[13].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (94,5 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (94,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (80,2 %), zones agricoles hétérogènes (8,3 %), prairies (6 %), forêts (5,6 %)[14].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Andoins apparaît sous les formes Andongns et Andongs (respectivement XIe siècle[5] et 1101[5], cartulaire de Morlaàs), Andons (XIIe siècle[5], cartulaire de Lescar[15]), Andoniœ (1270[5], cartulaire du château de Pau[16]), Andonhs (XIIIe siècle[5], fors de Béarn[17]) et Andoyns (XIVe siècle[5], censier de Béarn[18]).

Son nom béarnais est Andonsh[19] ou Andounch[20].

Brigitte Jobbé-Duval[1] indique que le nom du village vient probablement du patronyme Antonius, aquitanisé en Anton, et augmenté du suffixe -tz induisant la propriété soit le domaine d’Anton.

Aus-Cités est un hameau d’Andoins mentionné en 1863[5] par le dictionnaire topographique Béarn-Pays basque.

Freitet était un bois de la commune en 1863[5], cité en 1457[5] dans le cartulaire d'Ossau[21].

Hourcade est un fief d’Andoins, mentionné sous la graphie La Forcade en 1385[5] (censier de Béarn[18]).

La Marque-Debat est un hameau d’Andoins signalé par le dictionnaire de 1863[5], tout comme la Marque-Dehore[5].

Pé-deu-Boscq est une ferme de la commune, citée en 1863[5] par le dictionnaire topographique Béarn-Pays basque.

Histoire[modifier | modifier le code]

Andoins est le siège de la deuxième baronnie du Béarn, tout en revendiquant le titre de première détenu par Navailles. Les seigneurs d'Andoins apparaissent dès la fin du XIe siècle et semblent avoir occupé une place importante à la cour vicomtale[22].

Paul Raymond[5] note qu'Andoins était le siège d'une baronnie, comprenant également Limendous.


En 1385, Andoins comptait vingt feux et dépendait du bailliage de Pau.
La commune faisait partie de l'archidiaconé de Vic-Bilh, qui dépendait de l'évéché de Lescar et dont Lembeye était le chef-lieu[5].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'or au lion de sinople.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires d'Andoins
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2001 Jean Gabaix    
2001 2014 Isabelle Lahore MoDem  
2014 2020 Christian Roché SE Retraité
2020 En cours Aude Lacaze-Labadie    

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Andoins fait partie de quatre structures intercommunales[23] :

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[24]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[25].

En 2018, la commune comptait 650 habitants[Note 3], en augmentation de 4,67 % par rapport à 2013 (Pyrénées-Atlantiques : +2,37 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
510446404542555539538558568
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
550556519527522506546512514
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
454475419368380382354315319
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
329418333469514522603628619
2018 - - - - - - - -
650--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[26] puis Insee à partir de 2006[27].)
Histogramme de l'évolution démographique

Andoins fait partie de l'aire urbaine de Pau.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Les vestiges d'un ensemble fortifié[28] du XIe siècle témoignent du passé ancien de la commune. Andoins présente également un ensemble de demeures et de fermes[4] datant des XVIIIe, XIXe et XXe siècles.

La commune comptait une fontaine miraculeuse, la houn de la febres ou houn deus maus et une chapelle détruite en 1569 (?) à l'emplacement de la croix de Lahitau[22]. Un moulin à eau (moulin de Carrerot) est porté sur la carte de Cassini.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Laurent[29] actuelle a été reconstruite au XIXe siècle (1847) avant d'être restaurée ne 1901. Elle recèle du mobilier[30], des verrières[31], des tableaux[32], des statues[33] et des objets[34] inscrits à l'Inventaire général du patrimoine culturel. L'église antérieure est signalée au XVIème siècle, il est possible qu'il ne s'agisse pas de l'église primitive de la paroisse mais une ancienne chapelle castrale[22].

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le monument funéraire[35] de Guilhem Arnaud, baron d'Andoins mort en 1301, est exposé dans l'église de la commanderie de Caubin, sur la commune d'Arthez-de-Béarn.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 19 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Brigitte Jobbé-Duval, Dictionnaire des noms de lieux : Pyrénées-Atlantiques, Paris, Archives et Culture, , 167 p. (ISBN 978-2-35077-151-9).
  2. Notice du Sandre sur Andoins, consultée le 14/04/09
  3. a b c d e f g h i j k l m n o p q r et s Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 3 novembre 2011).
  4. a b c et d « Les demeures et fermes anciennes », notice no IA00026873, base Mérimée, ministère français de la Culture, Notice no IA00026878, Notice no IA00026877, Notice no IA00026876, Notice no IA00026875, Notice no IA00026874, Notice no IA00026887.
  5. a b c d e f g h i j k l m n o p q et r Paul Raymond, Dictionnaire topographique du département des Basses-Pyrénées, Paris, Imprimerie Impériale, , 208 p. (notice BnF no FRBNF31182570, lire en ligne)..
  6. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  7. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 2 avril 2021).
  8. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  9. « Unité urbaine 2020 de Pau », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 2 avril 2021).
  10. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 2 avril 2021).
  11. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 2 avril 2021).
  12. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Pau », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 2 avril 2021).
  13. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 2 avril 2021).
  14. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 19 avril 2021)
  15. Cartulaire de l'évêché de Lescar, publié dans les preuves de l'Histoire de Béarn de Pierre de Marca
  16. Manuscrits en deux volumes, XVIIe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  17. Fors de Béarn, manuscrit du XIVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  18. a et b Censier de Béarn, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, manuscrit de 1385..
  19. Ostau Bearnes, « Toponymie des communes béarnaises selon la graphie classique » [PDF] (consulté le 26 janvier 2019).
  20. Institut béarnais et gascon, « Toponymie des communes béarnaises selon la graphie moderne » [PDF] (consulté le 26 janvier 2019).
  21. Cartulaire d'Ossau ou livre rouge, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, manuscrit du xve siècle..
  22. a b et c Ouvrage Collectif, Vic-Bilh, Morlaas, Montaneres, Pyrénées Atlantique, Inventaire Topographique, Paris, Imprimerie Nationale, , 720 p. (ISBN 2-11-080952-3), p. 236.
  23. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 20 juin 2014).
  24. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  25. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  26. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  27. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  28. « L'ensemble fortifié », notice no IA00026881, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  29. « L'église Saint-Laurent », notice no IA00026879, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  30. « Le mobilier de l'église Saint-Laurent », notice no IM64000474, base Palissy, ministère français de la Culture, Notice no IM64000473, Notice no IM64000472, Notice no IM64000462, Notice no IM64000461, Notice no IM64000460, Notice no IM64000459, Notice no IM64000458, Notice no IM64000457, Notice no IM64000456, Notice no IM64000455, Notice no IM64000453, Notice no IM64000452, Notice no IM64000451, Notice no IM64000450.
  31. « Les verrières de l'église Saint-Laurent », notice no IM64000449, base Palissy, ministère français de la Culture.
  32. « Les tableaux de l'église Saint-Laurent », notice no IM64000467, base Palissy, ministère français de la Culture, Notice no IM64000463.
  33. « Les statues de l'église Saint-Laurent », notice no IM64000464, base Palissy, ministère français de la Culture, Notice no IM64000454.
  34. « Les objets référencés de l'église Saint-Laurent », notice no IM64000471, base Palissy, ministère français de la Culture, Notice no IM64000470, Notice no IM64000469, Notice no IM64000468, Notice no IM64000466, Notice no IM64000465.
  35. « Le monument funéraire de Guilhem Arnaud », notice no PM64000038, base Palissy, ministère français de la Culture.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :