Montrond-les-Bains

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Montrond-les-Bains
Montrond-les-Bains
Château de Montrond (Montrond-les-Bains).
Blason de Montrond-les-Bains
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Montbrison
Intercommunalité Communauté de communes de Forez-Est
Maire
Mandat
Serge Percet
2020-2026
Code postal 42210
Code commune 42149
Démographie
Gentilé Montrondais [1]
Population
municipale
5 342 hab. (2019 en augmentation de 1,39 % par rapport à 2013)
Densité 528 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 38′ 38″ nord, 4° 13′ 53″ est
Altitude Min. 333 m
Max. 369 m
Superficie 10,11 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Montrond-les-Bains
(ville-centre)
Aire d'attraction Saint-Étienne
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Andrézieux-Bouthéon
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Montrond-les-Bains
Géolocalisation sur la carte : Loire
Voir sur la carte topographique de la Loire
City locator 14.svg
Montrond-les-Bains
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montrond-les-Bains
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montrond-les-Bains
Liens
Site web montrond-les-bains.fr

Montrond-les-Bains [mɔ̃ʁɔ̃ le bɛ̃] est une commune française située dans le département de la Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Les habitants de la commune s'appellent les Montrondais, Montrondaises [2].

La commune a changé de nom en 1937. Elle est passée de Meylieu-Montrond à Montrond-les-Bains[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Montrond-les-Bains est située dans l'ancienne province historique du Forez, en bordure de la Loire.

La commune est traversée par la Loire et la Coise[4].

Par la route, Montbrison, sa sous-préfecture, se trouve à 16 km à l’ouest[5], Feurs à 12 km au nord[6]. Saint-Étienne, la préfecture, se trouve à 35 km[7].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Montrond-les-Bains est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[8],[9],[10]. Elle appartient à l'unité urbaine de Montrond-les-Bains, une agglomération intra-départementale regroupant 3 communes[11] et 8 366 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[12],[13].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Étienne, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 105 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[14],[15].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (63,9 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (72 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (30,4 %), prairies (29,3 %), terres arables (20,3 %), zones agricoles hétérogènes (14,3 %), eaux continentales[Note 3] (5,8 %)[16].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Historique du château de Montrond (XIIe et XVIe siècles)

C’est le site d’un dyke volcanique dominant la plaine, le mont rond, qui a donné son nom au château. Dès le XIIe siècle, la citation « castrum montis rondunti » atteste la présence d’une petite fortification, propriété des comtes de Forez.

En 1302, le comte Jean Ier échangea le mandement de Montrond et sa tour, avec Arthaud de Saint Germain. Arthaud IV entreprit vers 1325 la construction d’un premier château fort. Agrandi par ses descendants, il trouvera sa structure définitive à la Renaissance. Ce sont les alliances successives avec de riches familles qui firent la fortune des seigneurs de Montrond.

En 1523, c’est par le mariage d’Arthaud IX avec Marguerite d’Albon, fille de Jean, gouverneur des enfants de François Ier que la seigneurie de Montrond atteindra l’apogée de sa renommée. L’austère forteresse fut transformée en une belle et riche demeure au goût de la Renaissance.

Très impliqués dans les guerres de religion, c’est leur fidélité au pouvoir royal qui permit aux descendants d’Arthaud IX de conserver intact leur château.

La famille quitta Montrond en 1730 pour s’établir près de Paris. C’est là que le dernier marquis, Antoine-Claude, fut guillotiné en . En septembre de la même année, son château de Montrond sera incendié par un détachement de soldats révolutionnaires. La maison des Apchon-Montrond s’éteignit en 1807 avec l’unique fille morte sans descendance.

Le château fut vendu en 1828, à un particulier qui en fit une carrière de pierres. Laissé pendant un siècle et demi à l’abandon, il fut sauvé de la ruine définitive par « l’Association des Amis du Château » fondée en 1969.

Depuis 1984, il est la propriété de la commune qui a mis tout en œuvre pour faire de ce patrimoine historique : « un monument vivant, alliant au prestige du passé, la culture actuelle par l’aménagement de salles de réunions, de conférences et d’expositions. »

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Montrond-les-Bains (Loire).svg

Les armoiries de Montrond-les-Bains se blasonnent ainsi :

D’or semé de fleurs de lys d’azur.


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1968 mars 1983 Jean Bertrand[17]    
mars 1983 1993 Ernest Jomard DVD  
1993 2020 Claude Giraud[4] DVD puis UMP Retraité
2020 En cours Serge Percet DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2019, la commune comptait 5 342 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Une réforme du mode de recensement permet à l'Insee de publier annuellement les populations légales des communes à partir de 2006. Pour Montrond-les-Bains, commune de moins de 10 000 habitants, les recensements ont lieu tous les cinq ans, les populations légales intermédiaires sont quant à elles estimées par calcul[18]. Les populations légales des années 2006, 2011, 2016 correspondent à des recensements exhaustifs[19].

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
450474447559656685708727718
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
7437507597347898119359201 005
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
9939991 0561 0091 2141 5051 6291 7291 859
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 9272 4362 7143 1373 6274 0314 6084 8525 301
2019 - - - - - - - -
5 342--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune de Montrond-les-Bains bénéficie du label « ville fleurie » avec « une fleur » attribuée par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[24].

Économie[modifier | modifier le code]

  • Le casino de la ville.
  • Le centre des congrès les Foreziales[25].

Événements[modifier | modifier le code]

  • Fêtes médiévales organisées tous les deux ans le premier week-end d'août, et ce depuis 1999.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Daniel Dorian (1855-1903), ingénieur et député de la Loire, mort à Montrond.
  • Paul Salen (1949 - ....), adjoint au maire de Montrond-les-Bains, député de la Loire, vice-président du Conseil général de la Loire.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.habitants.fr/loire-42
  2. « Nom des habitants », sur www.habitants.fr (consulté le ).
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. a et b (fr) « Tout sur la commune », sur www.annuaire-mairie.fr (consulté le ).
  5. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance par la route entre Montrond-les-Bains et Montbrison », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  6. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance par la route entre Montrond-les-Bains et Feurs », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  7. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance par la route entre Montrond-les-Bains et Saint-Étienne », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  8. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  10. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Unité urbaine 2020 de Montrond-les-Bains », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  12. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  13. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  14. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  15. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  16. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  17. (fr) « Montrond-les-Bains, repères », sur www.leprogres.fr (consulté le ).
  18. « Le recensement de la population en bref », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  19. « Calendrier de recensement des communes de la Loire », sur Insee (consulté le ).
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  21. Le thermalisme, sur le site de la commune.
  22. Le musée postal du Forez, sur le site de la commune
  23. Montrond-les-Bains, Groupe de Recherches Archéologiques de la Loire.
  24. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le ).
  25. Les Foreziales sur le site de la commune

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bulletin de la Diana, année 1983, Tome XLVIII, n°4, pp 104–106 Sur Gallica

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]