Labastide-Monréjeau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Labastide.
Labastide-Monréjeau
Image illustrative de l'article Labastide-Monréjeau
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Pau
Canton Artix et Pays de Soubestre
Intercommunalité Communauté de communes de Lacq
Maire
Mandat
Jean-Simon Leblanc
2014-2020
Code postal 64170
Code commune 64290
Démographie
Population
municipale
594 hab. (2014 en augmentation de 14,45 % par rapport à 2009)
Densité 73 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 23′ 38″ nord, 0° 31′ 28″ ouest
Altitude Min. 111 m
Max. 260 m
Superficie 8,19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Labastide-Monréjeau

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Labastide-Monréjeau

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Labastide-Monréjeau

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Labastide-Monréjeau

Labastide-Monréjeau est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Labastide-Monréjeau est une commune appartenant à l'ancienne province française du Béarn, sur la rive droite du gave de Pau, entre Lacq et Lescar.

Accès[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la sortie 9 de l'autoroute A64, par la route nationale 117, ainsi que par la route départementale D32.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée[1] par le ruisseau le Rieutort, un affluent du gave de Pau.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Labastide-Monréjeau apparaît sous les formes Mont-Reyau (1352[2], notaires de Pardies[3]), La Bastide de Mont-Reyau (1385[2], censier de Béarn[4]), La Bastide-Monreyau (1440[2], censier de Béarn[4]) et La Bastide-Monréjau (1863, dictionnaire topographique Béarn-Pays basque[2]).

Histoire[modifier | modifier le code]

Paul Raymond[2] note qu'en 1385, la commune comptait 37 feux et dépendait du bailliage de Pau. Elle était le chef-lieu d'une notairie comprenant Cescau, Viellenave-d'Arthez, Bougarber, Beyrie (hameau de Lescar), Labastide-Cézéracq, Casteide-Cami, Lignac (hameau de Casteide-Cami), Denguin, Vignoles (hameau de Denguin), Castillon, Boumourt, Arnos et Doazon.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2001 Bernard Nogues    
2001 2008 Yves Piednoir    
2008 2014 Yves Piednoir    

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Labastide-Monréjeau appartient à cinq structures intercommunales[5] :

  • la communauté de communes de Lacq-Orthez ;
  • le SIVU de l'Agle et de l'Aulouze ;
  • le syndicat eau et assainissement des Trois Cantons ;
  • le syndicat d’énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat pour le regroupement pédagogique de Labastide-Cézéracq et Labastide-Monréjeau.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[7].

En 2014, la commune comptait 594 habitants[Note 1], en augmentation de 14,45 % par rapport à 2009 (Pyrénées-Atlantiques : +2,6 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
317 285 318 271 300 310 325 312 300
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
289 260 282 252 244 242 220 221 204
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
213 215 214 197 185 172 168 175 148
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
151 180 190 194 304 349 445 459 573
2014 - - - - - - - -
594 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Labastide-Monréjeau fait partie de l'aire urbaine de Pau.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Jean[10] date des XVIIe et XIXe siècles.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

éducation

Labastide-Monréjeau dispose d'une école élémentaire.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice du Sandre sur Labastide-Monréjeau
  2. a, b, c, d et e Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  3. Notaires de Pardies - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  4. a et b Censier de Béarn, manuscrit de 1385, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.
  5. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 9 juin 2014)
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  10. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur l'église Saint-Jean

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]