Baliracq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Baliracq.

Baliracq est une ancienne commune française du département des Pyrénées-Atlantiques. En 1828, la commune fusionne avec Maumusson pour former la nouvelle commune de Baliracq-Maumusson.

Géographie[modifier | modifier le code]

Entrée dans Baliracq.
La mairie
L'église

Baliracq se situe à l'extrême nord-est du département, au sud-est de Garlin

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Baliracq apparaît sous les formes Saint-Félix de Balirac (Xe siècle[1], d'après Pierre de Marca[2]), Vallirag et Valliracum (vers 1100[3], cartulaire de Lucq-de-Béarn), Balirag (1443[1], contrats de Carresse[4]), ’'Baliracq, (XVIIIe siècle[3], carte de Cassini). Balirac (1793[5] ou an II) Balyrac (1801[5], Bulletin des lois) et Balirac (1863[1], dictionnaire topographique Béarn-Pays basque[1]).
Selon Michel Grosclaude[3], le toponyme vient très probablement d’un patronyme latin, Valerus, augmenté du suffixe gallo-romain -acum, pour donner « domaine de Valerus ».

Castéra, lieu-dit de Baliracq, apparaît sous la forme Casterar (1542[1], réformation de Béarn[6]).

Histoire[modifier | modifier le code]

Paul Raymond[1] note que Baliracq était vassal de la vicomté de Béarn.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population
1793 1800 1806 1821
149 193 342 209
(Sources : projet Cassini de l'EHESS[5])

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Au lieu-dit Castéra, la topographie, visiblement modifiée par la main de l'homme, atteste la présence ancienne d'un ensemble fortifié, avec des remblais importants et un chemin de ronde circulaire encore visible. Il pouvait s'agir d'un fort en pieux de bois accolés car aucun vestige en pierre n'a été mis au jour. L'ouvrage pourrait donc dater du haut Moyen Âge, encore qu'il ne soit pas exclu qu'il s'agisse là des vestiges d'une agglomération préhistorique[7], tracé circulaire d'un talus, date également de la même époque.

On trouve à Baliracq un moulin[8] datant de la fin du XVIIIe siècle.

Ces ouvrages sont inscrits à l'Inventaire général du patrimoine culturel.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Paul Raymond, Dictionnaire topographique du département des Basses-Pyrénées, Paris, Imprimerie Impériale, , 208 p. (notice BnF no FRBNF31182570, lire en ligne).
  2. D'après Pierre de Marca, Histoire de Béarn
  3. a, b et c Michel Grosclaude (préf. Pierre Bec), Dictionnaire toponymique des communes du Béarn, Pau, Escòla Gaston Febus, , 416 p. (ISBN 9782350680057, notice BnF no FRBNF35515059), p. 99.
  4. Contrats retenus par Carresse, notaire de Béarn - Manuscrit du XVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  5. a, b et c Fiche de Baliracq sur le site du projet Cassini de l'EHESS
  6. Réformation de Béarn, collection manuscrite du XVIe au XVIIIe siècle, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.
  7. « La fortification d'agglomération », notice no IA00026188, base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. « Le moulin de Baliracq », notice no IA00027435, base Mérimée, ministère français de la Culture

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]