Bains-les-Bains

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bains (homonymie).
Bains-les-Bains
Hôtel de Ville de Bains-les-Bains.
Hôtel de Ville de Bains-les-Bains.
Blason de Bains-les-Bains
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine
Département Vosges
Arrondissement Épinal
Canton Le Val-d'Ajol
Intercommunalité Communauté de communes du Val de Vôge
Maire
Mandat
Frédéric Drevet
2014-2020
Code postal 88240
Code commune 88029
Démographie
Gentilé Balnéens anciennement Bénous
Population
municipale
1 204 hab. (2013)
Densité 47 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 00′ 11″ N 6° 15′ 51″ E / 48.0030555556, 6.2641666666748° 00′ 11″ Nord 6° 15′ 51″ Est / 48.0030555556, 6.26416666667
Altitude Min. 256 m – Max. 417 m
Superficie 25,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lorraine

Voir sur la carte administrative de Lorraine
City locator 14.svg
Bains-les-Bains

Géolocalisation sur la carte : Lorraine

Voir sur la carte topographique de Lorraine
City locator 14.svg
Bains-les-Bains

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bains-les-Bains

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bains-les-Bains
Liens
Site web bainslesbains.fr

Bains-les-Bains est une commune française de Lorraine, située dans le département des Vosges, en région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine.

C'est une ville thermale française connue pour ses sources chaudes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Sitiation de Bains-les-Bains sur une carte des Vosges

Au cœur de la Vôge, à 29 km au sud-sud-ouest d'Épinal, Bains se niche dans la vallée du Bagnerot, affluent du Côney et sous-affluent de la Saône. C'est l'une des villes les plus septentrionales du bassin rhodanien.

Versant sud des monts Faucilles, le relief y est vallonné ; les altitudes les plus basses sont à l'ouest, où le canal de l'Est délimite les communes d'Hautmougey et de Fontenoy-le-Château. Les ruisseaux s’écoulent difficilement, serpentant entre les mamelons boisés qui parsèment le territoire communal (le Bertramont, le Million…), et les étangs sont nombreux.

Les principaux lieux-dits sont la Rappe, le Préverdot, les Fontenelles, le Raval…

Toponymie[modifier | modifier le code]

Bens (1233), Bainz (1238), Beins (1246), Bains (1294), Bain (1391), Baing (1493), Baings (XVIIe siècle), Balnea (1768).

Histoire[modifier | modifier le code]

Stèle gallo romaine trouvée dans le Bagnerot

Les sources minérales étaient déjà connues à l'époque gallo-romaine[1]. Des colons romains ont vraisemblablement installé leur habitat à proximité des sources d’eaux chaudes. Lorsque l'on répara le bassin de la principale source, en 1752, on découvrit sous une colonne plus de 600 médailles grecques et romaines.

Le toponyme de Bains est attesté au moins au XIe siècle ou au XIIe siècle. À l'époque moderne, la commune appartenait au bailliage de Remiremont. Son église, dédiée à saint Colomban[2],[3],[4],[5],[6], relevait du diocèse de Saint-Dié, doyenné de Remiremont. La cure était à la collation du chapitre de Remiremont et c'est la Dame Abbesse qui désignait le Curé.

Avant la Révolution française, il existait deux villages distincts formant la communauté, celui de Bain et celui de Charmois devant Bain[7], à gauche du Bagnerot orthographié Baignerot.

Lors de sa création en 1790, le canton de Bains faisait partie du district de Darney. En l'an VIII, il fut rattaché à l'arrondissement de Mirecourt. Sa composition fut remaniée par l'arrêté consulaire du 19 vendémiaire an X et il fut rattaché par la loi du 11 avril 1821 à l'arrondissement d'Épinal.

Les eaux thermales de Bains furent déclarées d’intérêt public par arrêté impérial du 9 janvier 1864[8].

Faisant suite à Bains-en-Vosges, l'appellation de Bains-les-Bains a été prescrite par décret du 9 septembre 1892.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Budget et fiscalité 2014[modifier | modifier le code]

En 2014, le budget de la commune était constitué ainsi[9] :

  • total des produits de fonctionnement : 1 299 000 €, soit 961 € par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 11 172 000 €, soit 868 € par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 594 000 €, soit 439 € par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 718 000 €, soit 531 € par habitant.
  • endettement : 1 830 000 €, soit 1 354 € par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 15,02 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 20,83 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 40,92 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Balnéens[10], jadis Benous[11], au sens de baigneurs.


En 2013, la commune comptait 1 204 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
1 823 1 790 1 883 2 031 2 407 2 509 2 562 2 608 2 546
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
2 596 2 511 2 348 2 531 2 657 2 609 2 591 2 487 2 415
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
2 384 2 344 1 926 1 851 1 653 1 618 1 732 1 694 1 537
1968 1975 1982 1990 1999 2007 2008 2012 2013
1 547 1 548 1 527 1 466 1 415 1 339 1 337 1 206 1 204
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2004[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Thermalisme médical et de bien-être[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Les monnaies et médailles trouvées aux griffons des sources lors des travaux effectués au XIXe siècles attestent de la fréquentation des eaux de Bains à l'époque romaine[14]. De 1614 jusqu'à la Révolution les sources thermales sont la propriété des seigneurs de Fontenoy-le-Château. Dès le XVIIIe siècle, on trouve la relation de travaux scientifiques effectués par des médecins qui analysent les eaux thermales[15],[16]. Au XIXe siècle, grâce aux efforts du médecin des eaux, le docteur Nicolas-Basile Bailly, la station entre dans l'air de la modernité. Le 9 janvier 1864 le décret impérial n° 12365, contresigné par le ministre de l’agriculture du commerce et des travaux publics, Louis Behic, déclare d’intérêt public les sources minérales qui alimentent les établissements thermaux de Bains-en-Vosges. Elles ont pour nom : La grosse source, la Romaine, la Souterraine, le Robinet de Cuivre, le Robinet de Fer, la Tempérée, la Saint-Colomban, la Source Casquin, la Féconde, la Source de la Promenade, et la source de la Vache. En 1904 est créée, par le docteur Auguste Mathieu, la Société de l’Établissement Thermal des Eaux de Bains. En plus des thermes, on construit une station d'embouteillage de l'eau qui sera vendue sous le nom de Source Saint-Colomban. Cette activité sera poursuivie jusqu'à la Seconde Guerre mondiale.

Ancienne unité d'embouteillage des eaux.

Les cures thermales sont aujourd’hui encadrées par la Chaîne thermale du Soleil.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Bains-les-Bains fut détruite en 1682 par un violent tremblement de terre[17]. Cela explique l'absence de constructions antérieures au XVIIIe.

Patrimoine thermal[modifier | modifier le code]

  • Bain romain

Le Bain romain jadis appelé Bain-Vieux est construit en pierre de taille en 1845 par l'architecte départemental Louis Gahon à l'emplacement des premiers antiques bassins creusés en plein air au-dessus des sources les plus chaudes. Il succède à plusieurs édifices, de la simple palissade au bâtiment doté d'une chapelle et construits pour protéger les baigneurs des regards indiscrets et des intempéries[18]. A l’intérieur, il accueille trois piscines ovales surplombées d'une galerie avec des arcades et d'une verrière lumineuse, et est alimenté par deux sources[19] dont la source, dite de Saint-Colomban, actuellement rebaptisée Artéria, qui alimentait la buvette et coulait sur le côté droit du bâtiment en libre accès pour les Balnéens.

Il a fermé ses portes en 1998 et est toujours inaccessible aux curistes actuellement.

  • Bain de la Promenade

Il est construit au milieu du XVIIIe siècle, à quelques mètres du Bain romain. À la suite d'un grave incendie en 1876, on reconstruit le Bain de la Promenade (ou Grand-Bain) entre 1880 et 1885, et on le complète d'un Grand-Hôtel et de son casino[20], avant de subir de profondes transformations art déco à partir de 1928. L'ensemble forme aujourd'hui l'établissement thermal.

A l'intérieur, quatre sources jaillissent à 25-35°C (Féconde, Casquin, Sicilia, Promenade), et la buvette des Thermes est disponible au rez-de-chaussée de l'établissement.

En face de l'établissement thermal, le secrétariat des thermes est installé dans une maison au fronton triangulaire du XIXe; l'ancienne maison de broderie Rouff.

  • Parc Saint-Colomban

Le parc Saint-Colomban, dit aussi Petit parc, se trouve en face de l'établissement thermal. Il est formé de la réunion de l'ancien parc de l'établissement scolaire des Sœurs de la Providence et des jardins de la maison de broderie Rouff. Les deux propriétés ont été rachetées en 1938[21].

Il est agrémenté d'une petite pièce d'eau et d'une stèle gallo-romaine découverte dans le lit du Bagnerot.

  • Parc de l’Établissement thermal

Le parc de l’Établissement thermal, dit aussi Grand parc, se situe au sud-est de la ville, à proximité de l'établissement thermal. Traversé par le Bagnerot, il couvre une dizaine d'hectares et s'ouvre sur la forêt environnante. Il est agrémenté d'un étang alimenté par une petite cascade et un court de tennis . On y trouve la statue de Jules Liégeois, professeur à la faculté de droit de Nancy, qui mourut renversé par une voiture à l'entrée du Parc le 14 août 1908. En 1937 on inaugure une salle de spectacle et un salon de thé, La Potinière, due à l'architecte Louis Poirson, qui doit son nom aux potins de la station ; elle ferme ses portes en 1974.

On trouve dans le parc un mini-golf laissé actuellement à l'abandon. Il est construit en pierre et réparti sur plusieurs niveaux reliés par des escaliers qui contournent arbres et buissons.

Un peu plus loin, au cœur de la forêt, on peut voir une terrasse dite des vieux chênes dont certains sont plusieurs fois centenaires ; ainsi qu'une tonnelle en bois appelée le Parapluie qui s'offre aux promeneurs, avec les vestiges d'une cave qui servait autrefois de bar. Si on poursuit le chemin, on arrive à une ancienne féculerie et à la gare de Bains-les-Bains.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Colomban

Elle est dédiée à Saint-Colomban de Luxeuil, le lieu d'origine était une chapelle baptismale. À la suite du tremblement de terre de 1682, l'église paroissiale est reconstruite au XVIIIe siècle, mais plusieurs éléments ont été ajoutés au XIXe siècle (le choeur, l'orgue, les colonnes, la voûte rehaussée). Son clocher à flèche de charpente attire le regard au centre de la ville avec son coq perché à 44 mètres de hauteur.

Les vitraux d'origine de la nef sont détruits pendant la seconde guerre mondiale et remplacés entre 1947 et 1950 sur le thème du baptême, en hommage à sa construction d'origine.

Plusieurs éléments sont classés au titre des monuments historiques :

  • Orgue de tribune (1843), classé le 26 octobre 1982[22]. Après la disparition de l'orgue d'origine à la Révolution française, la commune commande un nouvel orgue en 1841 au facteur de Mirecourt Nicolas Antoine Lété, et est installé dans l'église en 1843. Il est restauré dans son état d'origine par Christian Guerrier en 1986.
  • Peinture " l'Extase de saint François" (XVIIe siècle), classé le 19 avril 1985[23] dans la chapelle des soldats.
  • Retable monumental de l'autel (XVIIIe siècle), classé le 19 avril 1985[24]. Il est constitué de deux pilastres ornés de trophées et supportant un pseudo-fronton semi-circulaire décoré. La niche centrale est occupée par une statue de la Vierge à l'Enfant debout sur une sphère.

Le presbytère rebâti en 1752 par le Curé Nicolas Leclerc, se situe derrière l'église, l'habitation est accolée à l'ancienne grange aux Dîmes.

  • Chapelle Notre-Dame de la Brosse

À quelques centaines de mètres de l'église paroissiale Saint-Colomban[25] se trouve la chapelle Notre-Dame de la Brosse[26]. Le nom de cette chapelle vient du vieux français brosse[27] qui désignait un lieu couvert de broussailles et de bruyères.

La tradition, commune aux Madones de la région et dont la plus ancienne est Notre-Dame du Bois-Banny[28] à Fontenoy-le-Château, rapporte qu'une Vierge d'argile se trouvait dans le tronc creux d'un chêne. Les habitants voulurent abriter la statuette dans l'église paroissiale, mais la statuette disparut de l'église et fut retrouvée intacte dans le creux du vieux chêne.

Un oratoire fut donc construit près de l'arbre en 1728. Sanctuaire à répit et lieu de nombreuses guérisons, la dévotion à la Vierge grandissait et les grâces se multipliaient. Lorsque le culte fut restauré après la période révolutionnaire, une petite chapelle fut édifiée par le curé Bonnay de Beausicamp. La primitive chapelle se dégradant le curé Bernardin, avec l'aide des habitants et des pèlerins, fit bâtir l'actuelle chapelle de style néo-gothique. Elle date de 1861 et fut un lieu de pèlerinage important. La Vierge est invoquée par les curistes venus aux bains. L'intérieur de la chapelle est tapissé d'ex-voto.

À l'extérieur se trouvent une croix de mission de 1886 et un monument funéraire en l'honneur du curé Bernardin.

  • Cimetière

Situé à l'est de la ville, les terrains nécessaires au nouveau cimetière sont achetés en 1817 et les travaux d'un mur d'enclos achevé en 1834. On avait cependant signalé dès 1812 l'urgence de remplacer celui qui entourait l'église Saint-Colomban devenu trop petit. Il accueille un monument aux morts de la guerre franco-allemande de 1870 construit en 1888, et un calvaire de 1892. On peut y voir également les tombes des deux anciens maires, le baron Pierre Louis Girard et le docteur Nicolas Basile Bailly.

Place et rue du docteur Leroy[modifier | modifier le code]

La place du docteur André Leroy (anciennement place de l'hôtel de ville) se trouve au centre de Bains-les-Bains. Elle porte le nom d'un ancien maire de la ville de la seconde moitié du XXe.

  • Hôtel de Ville

C'est le baron Pierre Louis Girard, maire de Bains-en-Vosges de 1826 à 1846, qui fait bâtir un nouvel hôtel de ville en 1828 par l'architecte François Grillot, à la place de l'ancienne halle vétuste qui se composait de dix piliers en pierre de taille recouvert simplement d'un toit en tuiles[29]. Localisé au fond de la place, il est construit sur trois niveaux et cinq travées. Le rez-de-chaussée en pierre de taille est percé de cinq larges arcades en plein cintre pour accueillir les nouvelles halles de la ville et le secrétariat de mairie ; le premier étage est réservé à l'administration avec deux vastes salles pour le conseil municipal et les audiences de la justice de paix, et deux cabinets pour les archives le costume du juge de paix.

Les halles du rez-de-chaussée sont intégrées dans les locaux de la mairie en 1970 avec les transformations de l'architecte M. Bouchy[30].

  • Monument aux morts

Devant l'hôtel de ville est construit le monument aux morts 1914/1918 et 1939/1945, surmonté d'une statue en bronze , Le Patrouilleur, de Gaston Broquet. Il est érigé en 1932 au bout de la place, sur la rue Marie Poirot. Il s'est rapproché de l'Hôtel de Ville récemment.

  • Fontaine de La Samaritaine

Dans la rue du docteur André Leroy, la fontaine dite La Samaritaine, installée sur le côté de l'Hôtel de Ville, fut offerte à la ville de Bains par la famille Rouff lors du percement de l'avenue des Thermes en 1880. Cette fontaine était initialement placée devant l'entrée des ateliers de broderie Rouff et provenait de la Fonderie de Tusey[31]. L'eau de cette fontaine passait pour rendre douce les mains des brodeuses. Un bon nombre d'auges en pierre, fleuries aux beaux jours, donnent un cachet agréable à cette rue piétonne des années 1990.

  • Ancien pensionnnat

Place du Bain Romain, un bâtiment en pierre de taille baptisé Le Prieuré abritait l'école et le pensionnat de jeunes filles, ouvert en 1806 et tenu par les Sœurs de la Providence de Portieux[32]. Il ferme ses portes au début du XXesiècle. La chapelle de l’établissement existe toujours et le jardin a été inclus dans le parc Saint-Colomban.

Le bâtiment abrite aujourd'hui des logements de cure ; il retrouve ainsi une de ses fonctions du XIXe, héberger des baignants pendant l'été[33].

Autre patrimoine[modifier | modifier le code]

Quelques villas intéressantes des années 1900-1930 complètent l'ensemble architectural de la commune.

Un monument "A tous nos combattants de 1914 à nos jours" est construit dans un petit square en face du parc thermal.

Bains-les-Bains possède plusieurs fontaines et autres lavoirs. Le lavoir chaud de 1870 a perdu son toit en 1978[34], le lavoir froid reste quant à lui intact.

A proximité[modifier | modifier le code]

En dehors du centre ville, on trouve d'autres éléments architecturaux sur la commune :

  • En prenant la route de Fontenoy-le-Château, on trouve deux châteaux[35] construits au XIXe siècle : Le Chesnois, ancienne propriété de la famille Demazure, qui accueille actuellement l'administration du lycée professionnel ; et Le Châtelet, également ancienne propriété de la famille Demazure.
Article détaillé : Château du Chesnois.
Article détaillé : Le Châtelet (Bains-les-Bains) .
  • Un peu à l'écart de la route de Fontenoy-le-Château, au bord du canal de l'Est, se situe l'ancienne manufacture royale de Bains-les-Bains. L'ensemble du site comprend plusieurs bâtiments industriels, une halle au charbon, des logements pour les ouvriers, des étables, une glacière, une maison pour les contremaîtres, une chapelle, un château pour le maître de forge et un parc d'essences variées.
  • En aval du Bagnerot, sur la route de Fontenoy-le-Château se trouve un ancien site industriel Le Moulin au Bois[36]. Depuis le XVIe s. s'établirent sur le ruisseau : une forge, une papeterie, une forge de fers affinés et enfin en 1872 une clouterie qui fermera ses portes en 1980. On peut encore y observer, parcourue par des biefs de dérivation, une petite cité comportant des maisons ouvrières et des logements de contremaître des XIXe et XXe siècles, des entrepôts et des ateliers.Ce site a servi de décors à certaines scènes du film Indigènes.
  • Les restes d'une tourelle dans le bois du Million, dite Tour Malakoff[37], ancien belvédère, lieu de promenade permettant jadis de découvrir un vaste panorama. Cette tour a été bâtie pendant la Guerre de Crimée d'où son nom de Malakoff.
  • La gare se trouve au sud-est, à 400 mètres d'altitude, sur le territoire du Clerjus, bâtie en 1863, elle se trouve à 4 kilomètres du centre ville.
Article détaillé : Gare de Bains-les-Bains.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Julie-Victoire Daubié, première bachelière
  • Jules LiégeoisDamvillers en 1833 et mort à Bains-les-Bains en 1908 est un juriste français membre et créateur de l'École de Nancy, connu pour ses travaux sur l'hypnose et les suggestions criminelles. Fidèle curiste, il meurt en cure à la suite d'un accident dû à un véhicule de livraison. Le 22 août 1909 on inaugurait à Bains un monument à sa mémoire à l'entrée du parc[38].
  • Charles François Xavier Doucet né le 13 février 1849 et mort le 26 novembre 1837 à Bains-les-Bains est un militaire qui fut nommé lieutenant-chef du 13e bataillon de volontaires des Vosges, lors de sa création le 1er août 1792 et sera blessé, l'année suivante, d'un coup de feu à la tête lors de la Deuxième bataille de Cholet. Il aura le grade de colonel en 1795, à la création de la 157e demi-brigade qui absorbe le 13e bataillon. Il sera admis chevalier de l'Ordre de Saint-Louis en 1828[39],[40].
  • Baron Pierre Louis Girard-dit-Vieux[41], (1778-1847). Né à Genève, chevalier de la Légion d'honneur et de l'Ordre de Saint-Louis. Il fut fut maire de Bains-les-Bains de 1826 à 1846.
    Article détaillé : Pierre Louis Girard-dit-Vieux.
  • Charles Levy (1805-1872), né à Monthureux-sur-Saône et mort à Bains, dépose en 1846 un brevet pour une chevillière mécanique[42] et en 1851 un brevet pour une machine à clou dont l'usage améliora la production[43]. Une rue de Bains-les-Bains porte son nom.
  • Joseph Falatieu (1811-1887), né à Bains-les-Bains, maître de forges et homme politique[44].
  • Florentin Joseph Daubié (1810-1885)[45], né à la Manufacture de Bains, prêtre et auteur d'ouvrages religieux dont le Catéchisme des villes et des campagnes[46].
  • Jean-Baptiste Auguste Daubié (1816-ap.1885), frère du précédent, né à la Manufacture de Bains-les-Bains, Maître de Forges et inventeur d'un procédé pour l'étamage à froid[47].
  • Julie-Victoire Daubié (1824-1874), sœur des précédents, première bachelière de France, première licenciée ès Lettres et journaliste économique, est née à la Manufacture de Bains-les-Bains où son père était caissier. Orpheline à l'âge de 20 mois, elle rejoint la maison familiale de Fontenoy-le-Château où se déroulera son enfance. Elle laisse de nombreux articles et ouvrages principalement consacrés à la place de la femme au travail dans la société économique du Second Empire et à la formation scolaire et professionnelle que doivent recevoir les filles[48].
Sa tombe est toujours visible au cimetière de Fontenoy au pied du château. Le collège de Bains-les-Bains porte son nom.
Article détaillé : Julie-Victoire Daubié.
Article détaillé : Nicolas Basile Bailly.
Article détaillé : Henri Colin (chanoine).
  • Édouard Laillet[51] (1853- ap. 1913), ingénieur et écrivain, ancien élève de l'École Nationale des Arts et Métiers, explorateur de Madagascar, il a dressé des cartes hydrographique de toute la côte orientale de l'ile. On lui doit: Ports et mouillages de la côte Est de Madagascar, La France Orientale-Madagascar, Carte de Madagascar, Grande Carte de Madagascar , Renseignements utiles sur Madagascar et quelques romans L'Ami Grandfricot, roman de de voyage, Mariage de Robinson , Du rire aux larmes[52].
  • Charles-Joseph Jacquot (1865-1930), né à Bains, sculpteur[53],[54].
  • Georges Plaisance (1910-1998) Ingénieur Forestier et auteur de nombreux ouvrages sur la forêt. Né à Vesoul dans une famille originaire de Bains où il passe toutes ses vacances.
  • François Michel (1916-2002), né à Bains en 1916, écrivain, pianiste, auteur de l'Encyclopédie Fasquelle de la musique, de l'Atlas historique Français, de Par cœur (Grasset, 1986), livre de mémoires ou il évoque son enfance à Bains. Mort à Paris en 2002, repose au cimetière de Bains.

Bains-les-bains au cinéma[modifier | modifier le code]

Certaines scènes du film Indigènes ont été tournées sur l'ancien site industriel du Moulin-au-Bois, à la Manufacture royale de Bains-les-Bains et dans les forêts de Fontenoy-le-Château.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur à la fontaine d'or jaillissante et rayonnante d'argent, accompagnée en chef d'un B d'or clouté d'argent de cinq pièces à dextre, et d'une abeille d'or à senestre.
Commentaires : Le 24 juin 1829, une lettre de la Préfecture remise au maire, le baron Girard, reconnait à Bains-les-Bains le nom de ville en vertu de l'article 663 du code civil[55]. C'est à la suite de cette lettre que furent composées les armoiries de Bains-les-Bains[56]. Ces armoiries sont déjà signalées dans l'ouvrage de Léon Louis, paru en 1887, Le département des Vosges.
La fontaine évoque la tradition thermale. L'initiale B est chargée de besants pour représenter des têtes de clous[57], industrie renommée de Bains-les-Bains et de la vallée du Côney. L'abeille est l'emblème de l'obéissance et du travail[58], cependant, l'abeille fut l'emblème de Louis XII et de l'Empire[59]. Devons-nous y voir un symbole lisible par tous les courants politiques de l'époque ?

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Histoire de Bains-les-Bains, Abbé Constant Olivier

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire de Bains-les-Bains, 2volumes, Abbé Constant Olivier
  2. Église du XIIIe siècle, reconstruite vers 1840, avec un orgue neuf de Nicolas-Antoine Lété, de 1843, transformé en 1901.
    • Bibliographie sur l'orgue : Association d’Étude pour la Coordination des Activités Musicales (ASSECARM), Orgues Lorraine Vosges, Metz, Éditions Serpenoise,‎ , 677 p. (ISBN 2-87692-093-X), p. 112 à 115
  3. « Notice no PM88001126 », base Palissy, ministère français de la Cultureorgue de tribune
  4. « Notice no PM88000036 », base Palissy, ministère français de la Cultureorgue de tribune : partie instrumentale de l'orgue
  5. Orgue de l'église saint Colomban
  6. Inventaire de l'orgue
  7. Abrégé chronologique de l'histoire de Lorraine, Jean Henriquez, 1775
  8. Vosges Matin, 12 janvier 2014, Le décret qui a changé l'eau en or
  9. Les comptes de la commune de Bais-les-Bains
  10. habitants.fr, « Nom des habitants des communes françaises » (consulté le 23 juillet 2008).
  11. Mots et figures des trois provinces, Hubert Lesigne, ed. L'Harmattan, 2001
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2007, 2008, 2012, 2013.
  14. Les bains romains
  15. Jean François Clément Morand , médecin ordinaire du roi Stanislas, Mémoire sur les eaux thermales de Bains en Lorraine, 1757.
  16. Claude Francçois Finiels de Fondels, Dictionnaire minéralogique et hydrologique de la France : partie première des fontaines minérales, p. 137-143, Pierre Joseph Buch’hoz, éd. Costard, 1772.
  17. Joseph Lavallée, Voyage dans les départements de la France, p. 90, Éd. Chez Brion, 1792
  18. Bains-les-Bains une histoire d'eau, Véronique André-Durupt & Ghislain Pina, 2014, pages 15-17
  19. Constant Olivier, Histoire de Bains-les-Bains, , p. 327, Res Universis, 1990
  20. Bains-les-Bains une histoire d'eau, Véronique André-Durupt & Ghislain Pina, 2014, page 43
  21. Ghislain Pina, l'Architecture balnéaire à Bains-les-Bains, p.425-426, actes des JEV, 2010
  22. L'orgue de tribune de Bains-les-Bains sur la Base Mérimée
  23. L'Extase de saint François sur la Base Mérimée
  24. Le retable de l'autel de l'église sur la Base Mérimée
  25. Itinéraires Spirituels - Église St Colomban
  26. Chapelle Notre-Dame de la Brosse
  27. Nouveau dictionnaire étymologique et historique, A.Dauzat, J.Dubois, H.Mitterand, ed.Larousse, Paris, 1964
  28. Notre-Dame du Bois Banny
  29. La vallée du Côney, Métallurgie et thermalisme, Bains-les-Bains et Fontenoy-le-Château, Journées d’Études Vosgiennes, Fédération des Sociétés savantes des Vosges & Amis du Vieux Fontenoy, 2010, page 487
  30. Bains-les-Bains, René Clair, saep, Colmar, 1981, page 92
  31. Naïade, planche 30, Catalogue Thiriot, 1887
  32. Bains-les-Bains, René Clair, saep, Colmar, 1981, page 98
  33. Notice historique sur la chapelle de Notre-Dame de la Brosse à Bains (Vosges), p. 9-10, éd. Humbert, 1859
  34. Bains-les-Bains, René Clair, saep, Colmar, 1981, page 99
  35. Château du Chesnois, ainsi nommé sur les cartes IGN au 25:000 ; Le Châtelet, comme son nom l'indique est un petit château, terme utilisé par René Clair dans son livre Bains-les-Bains, saep, Colmar 1981.
  36. Patrimoine de France, Usine métallurgique dite Forge du Moulin-aux-Bois puis Société Béjot-Plaisance, puis usine de quincaillerie (clouterie) à Bains les bains
  37. Carte postale de la Tour Malakoff de Bains-les-Bains sur le site delcampe.net
  38. L'Est Républicain, 24 août 1909, p.1
  39. Constant Olivier, Annales de la Société d'Emulation des Vosges, année 1911, p. 140
  40. Bouvier Félix, Les Vosges pendant la révolution,1785-1795-1800
  41. L'Office du Tourisme propose une fiche de promenade : Dans les pas du Baron Girard rédigée par l'association d'Histoire Les Amis du Vieux Fontenoy.
  42. Catalogue des brevets d'invention, p. 72, éd. France ministère de l'agriculture, 1847
  43. Le Républicain Lorrain, Bains-les-Bains ressuscite la Machine à clous, 8 juillet 2011
  44. Joseph-Jules Falatieu, fils [de Joseph Louis Falatieu, dit Falatieu le Jeune, Dictionnaire des Vosgiens célèbres
  45. Joseph Florentin Daubié, Frère de Julie-Victoire Daubié, Biographie vosgienne
  46. lire en ligne éditions Humbert, Mirecourt, 1861.
  47. Brevet no 87673 du 23 novembre 1869. (Le Moniteur scientifique de Quesneville, 1870).
  48. La Femme pauvre au XIXe siècle, trois tomes consultables sur Gallica [1]
  49. notice biographique sur le site du Comité des travaux historiques et scientifiques.
  50. Henri Colin, chanoine, botaniste, membre de l'Institut
  51. Dictionnaire international des écrivains du jour.T 2, A. De Gubernatis, 1891, N.Nicolaï, Florence.
  52. Jacques Eugène Edouard Laillet, ingénieur, écrivain, Dictionnaire des Vosgiens célèbres
  53. Christian Pfister, Histoire de Nancy, 1902, p. 307
  54. Dictionnaire des Vosgiens célèbres ː Charles-Joseph Jacquot, sculpteur
  55. Archives départementales des Vosges, archives communale de Bains-les-Bains
  56. Histoire de Bains-les-Bains, Abbé Constant Olivier.
  57. Tremonzey et l'histoire du clou
  58. Dictionnaire encyclopédique de la noblesse de France, Nicolas Viton de Saint-Allais, Paris, 1816
  59. L'Alphabet et figures de tous les termes du blason,Duhoux d'Argicourt,Paris, 1899