Balansun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Balansun
Centre du village de Balansun
Centre du village de Balansun
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Pau
Canton Artix et Pays de Soubestre
Intercommunalité Communauté de communes de Lacq-Orthez
Maire
Mandat
Bénédicte Alcetegaray
2014-2020
Code postal 64300
Code commune 64088
Démographie
Gentilé Balansenais
Population
municipale
283 hab. (2014)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 29′ 33″ nord, 0° 41′ 51″ ouest
Altitude Min. 84 m
Max. 208 m
Superficie 10,73 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Balansun

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Balansun

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Balansun

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Balansun

Balansun est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Nouvelle-Aquitaine.

Le gentilé est Balansenais[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Balansun est une commune béarnaise située à 7 km à l'est d'Orthez.

Accès[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la route départementale 946[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Située dans le bassin versant de l'Adour, la commune est traversée[3] par le ruisseau de Clamondé, un affluent du gave de Pau.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Balansun est mentionné en 1205 sous cette même forme (titres de Bérérenx[5]), et apparaît sous les formes Balensun (XIIIe siècle[4], fors de Béarn[6] et 1323[7], États de Béarn), Balensu (1343[4], notaires de Pardies[8]), Valenssun (1385[4], censier de Béarn[9]), Valencin (XIVe siècle[4], Jean Froissart, livre IV), Balanssun (1536[4], réformation de Béarn[10]), Balensun (XVIIIe siècle[7], carte de Cassini), Balenzun (1793 ou an II[11]) et Balensun (1801[11], Bulletin des lois).

Il a pour origine un nom d'homme latin Valentius avec le suffixe -unum[7].

Bellegarde est une ferme et un fief de la commune, relevant de la vicomté de Béarn, et mentionné en 1538[4], sous la graphie Belegarde (réformation de Béarn[10]).

Le fief de Friquet relevait de la vicomté de Béarn, et apparaît dans la réformation de Béarn[10] en 1538[4] sous la forme la maison de Fricquet.

Laheuguère, ferme de la commune, est citée dans la réformation de Béarn[10] au XVIe siècle, sous la graphie la Feuguere[4].

Saint-Martin désigne une ferme de Balansun, mentionnée dans le censier de Béarn[9] en 1385[4] (Sent-Marthii).

Tresarbres était un fief de Balansun, relevant de la vicomté de Béarn, qui comptait 400 arpents en 1538[4] (réformation de Béarn[10]).

Histoire[modifier | modifier le code]

Paul Raymond[4] note que le fief de Balansun était vassal de la vicomté de Béarn.

En 1385, la commune comptait 27 feux et dépendait du bailliage de Pau.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires

Début Fin Nom
1792 1794 Pierre Cazaban
1794 1795 Jean Bousqué
1795 1797 Arnaud Tisnérot
1797 1800 Jacques Vispalie
1800 1803 Jean Bousqué
1803 1804 Arnaud Casaux
1804 1814 Arnaud Tisnérot
1814 1816 Jean Moureu
1816 1821 Boniface Timothée Desbordes Louboey
1821 1826 Jean Tisnérot
1826 1832 Jean Cammau dit Péhau
1832 1837 Léonard Moureu
1837 1841 Jean Caubet
1841 1848 Jacques Vispalie
1848 1848 Charles Guichebarou
1848 1858 Léonard Moureu
1858 1871 Pierre Lescurat
1871 1886 Jean Paraige
1886 1896 Jean Debaig
1896 1900 Jean-Baptiste Daugarou
1900 1912 Jean Debaig
1912 1942 Jean Maubecq
1942 1944 Jean-Baptiste Daugarou
1944 1946 Pierre Temboury
1946 1977 Alfred Debaig
1977 1995 Jean Sautié
1995 2001 Marie-Thérèse Maubecq
2001 2014 Anny Furbeyré
2014 en cours Bénédicte Alcétégaray

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de quatre structures intercommunales :

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[13],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 283 habitants, en augmentation de 17,43 % par rapport à 2009 (Pyrénées-Atlantiques : 2,53 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
441 335 507 486 613 569 578 574 375
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
374 329 305 276 271 265 270 269 254
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
233 231 219 219 223 194 214 200 203
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
177 202 206 215 209 207 223 244 283
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

L'activité est essentiellement tournée vers l'agriculture (élevage).

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale de l'Assomption-de-Notre-Dame[15] date de 1850. Elle est inscrite à l'Inventaire général du patrimoine culturel.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une école primaire regoupée en RPI (Regroupement pédagogique intercommunal) avec l'école primaire de Castétis[16].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur habitants.fr
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y, z, aa, ab, ac, ad, ae, af, ag, ah, ai, aj, ak, al, am, an, ao et ap Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 3 décembre 2012)
  3. Fiche du Sandre sur Balansun
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n Paul Raymond, Dictionnaire topographique du département des Basses-Pyrénées, Paris, Imprimerie Impériale, , 208 p. (notice BnF no FRBNF31182570, lire en ligne).
  5. Titres de la commune de Bérérenx, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  6. Fors de Béarn, manuscrit du XIVe siècle, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.
  7. a, b et c Michel Grosclaude (préf. Pierre Bec), Dictionnaire toponymique des communes du Béarn, Pau, Escòla Gaston Febus, , 416 p. (ISBN 9782350680057, notice BnF no FRBNF35515059)., page 293
  8. Notaires de Pardies, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  9. a et b Censier de Béarn, manuscrit de 1385, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.
  10. a, b, c, d et e Réformation de Béarn, collection manuscrite du XVIe au XVIIIe siècle, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.
  11. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  15. « L'église de l'Assomption », notice no IA64000623, base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. Site de l'école primaire

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]