Saint-Pé-de-Léren

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Pé et Léren.
Saint-Pé-de-Léren
L'église Saint-Pierre.
L'église Saint-Pierre.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Oloron-Sainte-Marie
Canton Orthez et Terres des Gaves et du Sel
Intercommunalité Communauté de communes du Béarn des Gaves
Maire
Mandat
Bernard Saphores
2014-2020
Code postal 64270
Code commune 64494
Démographie
Population
municipale
260 hab. (2014)
Densité 49 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 29′ 35″ nord, 1° 02′ 12″ ouest
Altitude Min. 9 m
Max. 49 m
Superficie 5,31 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Saint-Pé-de-Léren

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Saint-Pé-de-Léren

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Pé-de-Léren

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Pé-de-Léren
Liens
Site web http://www.saint-pe-de-leren.fr

Saint-Pé-de-Léren est une commune française située dans le département des Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Saint-Pé-de-Léren est située sur la rive gauche du gave d'Oloron.

Accès[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la route départementale 28.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les terres de la commune sont arrosées[1] par des affluents du gave de Pau, le ruisseau le Baniou (rejoint sur la commune par le ruisseau Lagabotte) et le gave d'Oloron, et par les tributaires de ce dernier, les ruisseaux l'Entran et de Labarthe.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

  • la Bourgade ;
  • le Bois ;
  • Lapeyre.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations anciennes[modifier | modifier le code]

Le toponyme Saint-Pé-de-Léren apparaît sous les formes Sent-Per (1302[2], titres de Béarn[3]), Sanctus-Petrus de Sendos (1413[2], rôles gascons) et Saint-Pé en France (1675[2], réformation de Béarn[4]).

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom vient du latin Sanctus Petrus qui donne Sent Pèir ou Sent Pèr en gascon. L'hypothèse faisant venir le nom du village du gascon sendèr (sentier) est assez peu plausible. L'orthographe a fluctué allant de Saint-Pée à Saint-Pé avant de devenir définitivement Saint-Pé de Léren au début du XXe siècle pour le distinguer de Saint-Pée-sur-Nivelle.

Graphie occitane[modifier | modifier le code]

Son nom occitan gascon est Sent Pèr.

Histoire[modifier | modifier le code]

Paul Raymond[2] note que Saint-Pé-de-Léren appartenait à l'archiprêtré de Rivière-Fleuve, nom d'un archiprêtré du diocèse de Dax qui tirait son nom de l'Adour.

La baronnie de Saint-Pé-de-Léren

La commune formait avec Came et Sames une baronnie dépendant du château de Dax, incluse dans le duché de Gramont.

Le village est né du dénombrement de grandes propriétés gallo-romaines et a très longtemps dépendu de l'abbaye bénédictine de Sorde. Il se présente avec un habitat très dispersé de chaque côté de l'ancienne voie de communication Peyrehorade-Oloron.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Saint-Pé-de-Léren a fait partie de l'arrondissement de Pau jusqu'au . À cette date, elle appartient désormais à celui d'Oloron-Sainte-Marie[5].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1995 en cours
(au 30 avril 2014)
Bernard Saphores    

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Saint-Pé-de-Léren fait partie de sept structures intercommunales[6] :

  • la Communauté de communes du Béarn des Gaves ;
  • le SIGOM ;
  • le SIVU des cinq villages ;
  • le SIVU pour le regroupement pédagogique des communes de Léren, Saint-Pé-de-Léren, Saint-Dos et Auterrive ;
  • le syndicat d’énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat intercommunal d’alimentation en eau potable du Saleys et des gaves ;
  • le syndicat intercommunal des gaves et du Saleys.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[8],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 260 habitants, en augmentation de 2,77 % par rapport à 2009 (Pyrénées-Atlantiques : 2,53 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
296 334 390 400 420 391 376 379 388
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
438 405 380 387 409 372 378 362 378
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
337 353 340 303 295 304 272 246 248
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
228 217 200 207 207 205 243 255 260
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

  • Festival Lo Primtemps de l'Arribèra[11].

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Le château Labernède était le siège d'une notairerie royale pendant des siècles.

Le château Girard fut propriété d'un inspecteur général des troupes indigènes au Tonkin.

Le moulin Dufau, moulin à eau toujours en activité, bâti au XIIe siècle par les moines de l'abbaye Saint-Jean de Sorde, alimentait les boulangers des environs.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pierre[12] avec son clocher récent qui a remplacé un clocher fronton probablement trinitaire, date partiellement du milieu du Moyen Âge. Plusieurs curés et seigneurs sont inhumés dans l'église. Elle recèle deux vitraux, l'un de Mauméjean représentant la tiare pontificale, l'autre dit « du coq » symbolisant le reniement de saint Pierre.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

Enseignement

Saint-Pé-de-Léren dispose d'une école primaire.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice du Sandre sur Saint-Pé-de-Léren, consultée le 13/07/09
  2. a, b, c et d Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  3. Titres de la vicomté de Béarn - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  4. Réformation de Béarn, collection manuscrite du XVIe au XVIIIe siècle, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.
  5. « Arrêté préfectoral portant modification des limites territoriales des arrondissements de Pau, de Bayonne et d'Oloron-Sainte-Marie du département des Pyrénées-Atlantiques » [PDF], sur un site de la préfecture des Pyrénées-Atlantiques, (consulté le 3 janvier 2017).
  6. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 19 juin 2014)
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. Site du festival Le Primtemps de l'Arribéra
  12. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur l'église Saint-Pierre

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alexis Ichas, Historial de Saint-Pé-de-Léren, 2008

Article connexe[modifier | modifier le code]