Aller au contenu

Chaudes-Aigues

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chaudes-Aigues
Chaudes-Aigues
La source du Par et le musée.
Blason de Chaudes-Aigues
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Cantal
Arrondissement Saint-Flour
Intercommunalité Saint-Flour Communauté
Maire
Mandat
Michel Brousse
2020-2026
Code postal 15110
Code commune 15045
Démographie
Gentilé Caldaguès
Population
municipale
815 hab. (2021 en diminution de 8,53 % par rapport à 2015)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 51′ 19″ nord, 3° 00′ 17″ est
Altitude 750 m
Min. 637 m
Max. 1 280 m
Superficie 53,16 km2
Type Commune rurale à habitat dispersé
Unité urbaine Hors unité urbaine
Aire d'attraction Hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Neuvéglise-sur-Truyère
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Chaudes-Aigues
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Chaudes-Aigues
Géolocalisation sur la carte : Cantal
Voir sur la carte topographique du Cantal
Chaudes-Aigues
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
Chaudes-Aigues

Chaudes-Aigues [ʃodzaj][1],[2] est une commune française située dans le département du Cantal, en région Auvergne-Rhône-Alpes. C'est une station thermale réputée depuis l'Antiquité pour ses eaux chaudes.

Géographie

[modifier | modifier le code]

Localisation

[modifier | modifier le code]

Chaudes Aigues est à proximité de l'A75 à l'est à 28 km de Saint-Flour, 89 km d'Aurillac, 61 km de Mauriac, 85 km de Brioude, 110 km du Puy, 125 km de Clermont-Ferrand et vers l'ouest à 29 km de Saint-Chély-d'Apcher, 80 km de Mende, 120 km de Millau et 220 km de Béziers.

La commune est située dans le département du Cantal (Massif central), dans la partie de l'Aubrac cantalien. Elle est bordée au nord par les gorges de la Truyère dans lesquelles est établi le barrage de Lanau, et traversée par son affluent, le Remontalou.

Communes limitrophes

[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont Anterrieux, Deux-Verges, Espinasse, Jabrun, Maurines, Neuvéglise, Saint-Martial et Neuvéglise-sur-Truyère.

Géothermie et thermalisme

[modifier | modifier le code]
La source du Par.

Chaudes-Aigues possède une trentaine de sources d'eau chaude naturelles dont la température est comprise entre 45 °C et 82 °C et dont le débit total avoisine les 10 000 hl par jour (694 l/min).

La plus renommée est la source du Par avec des eaux de 82 °C – soit l'une des plus chaudes d'Europe – dont le débit est voisin de 5 l/s ; elle fournit à elle seule la moitié de la production d'eau de la ville. Le nom de cette source vient du fait que les cochons y était « parés », c’est-à-dire nettoyés, épilés grâce à l'eau chaude[3]. L'eau servait aussi à parer les pieds et têtes de veau, et à dégraisser la laine de mouton[4].

Les thermes.

Un réseau de chauffage par géothermie, partagé parmi les habitants, a été mis en place dès 1332. Le rez-de-chaussée d'une quarantaine de maisons était chauffé par différentes sources. Un système de canalisations partageait la chaleur suivant la taille de la maison (conduite en I pour les petites, en L pour les moyennes et en M pour les grandes). Ce chauffage était gratuit pour les habitants le long de ces cours d'eau chaude souterrains, ils devaient cependant se charger de l'entretien (détartrage) des conduites.

Ce système était en place jusqu'à la décision du conseil municipal de construire le Centre thermal CALEDEN[5] et de requérir l'eau chaude des sources publiques pour l'établissement thermal, ouvert en 2009, qui soigne les rhumatismes et l'arthrose. Ainsi on coupa l'eau chaude à la plupart des maisons pour le tourisme. Aujourd'hui seules les maisons sur des sources privées sont encore chauffées comme avant. Du côté public, l'on chauffe en été l'eau de la piscine (indirectement) et en hiver l'église (directement) avec le surplus de la source du Par.

En 2010, le climat de la commune est de type climat de montagne, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[6]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat de montagne ou de marges de montagne et est dans la région climatique Sud-est du Massif Central, caractérisée par une pluviométrie annuelle de 1 000 à 1 500 mm, minimale en été, maximale en automne[7].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 8,9 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 15,8 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 132 mm, avec 11,2 jours de précipitations en janvier et 7,3 jours en juillet[6]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, sur la commune de Deux-Verges à 5 km à vol d'oiseau[8], est de 7,9 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 029,0 mm[9],[10]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[11].

Au , Chaudes-Aigues est catégorisée commune rurale à habitat dispersé, selon la nouvelle grille communale de densité à 7 niveaux définie par l'Insee en 2022[12]. Elle est située hors unité urbaine[I 1] et hors attraction des villes[13],[14].

La commune, bordée par un plan d’eau intérieur d’une superficie supérieure à 1 000 hectares, le lac du Barrage de Sarrans, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[15]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[16].

Occupation des sols

[modifier | modifier le code]
Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (51,1 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (49,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (37,1 %), prairies (34,6 %), zones agricoles hétérogènes (13 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (11,3 %), terres arables (3,5 %), zones urbanisées (0,5 %), eaux continentales[Note 1] (0,1 %)[17]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Habitat et logement

[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 872, alors qu'il était de 868 en 2013 et de 823 en 2008[I 2].

Parmi ces logements, 43,9 % étaient des résidences principales, 41,6 % des résidences secondaires et 14,5 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 67,9 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 32,1 % des appartements[I 3].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Chaudes-Aigues en 2018 en comparaison avec celle du Cantal et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (41,6 %) supérieure à celle du département (20,4 %) et à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 69,8 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (69,2 % en 2013), contre 70,4 % pour le Cantal et 57,5 pour la France entière[I 4].

Le logement à Chaudes-Aigues en 2018.
Typologie Chaudes-Aigues[I 2] Cantal[I 5] France entière[I 6]
Résidences principales (en %) 43,9 67,7 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 41,6 20,4 9,7
Logements vacants (en %) 14,5 11,9 8,2

Le nom de la localité est attesté sous la forme latinisée De Calide Aquis en 1130 et sous sa forme occitane ancienne Chadasaygas en 1303[18]. Le nom occitan actuel est Chaldas Aigas[19].

La forme moderne Chaudes-Aigues repose sur une francisation des mots nord-occitans chaldas aigas « eaux chaudes ». Ils correspondent aussi à l'occitan languedocien caudas aigas donnant Caudesaigues, nom d'un hameau de Caylus dans le Tarn-et-Garonne[18].

Une station thermale antique

[modifier | modifier le code]

Chaudes-Aigues était sous l'Empire romain une ville thermale. Vers l'an 450, Sidoine Apollinaire reconnait la qualité thérapeutique des eaux de Chaudes-Aigues, qu'il nomme Calentes Baioe, pour la phtisie et les maladies hépatiques.

Les alentours de la fontaine du Par ont livré aux fouilles deux grottes contenant des vestiges de thermes, deux baignoires romaines en lave volcanique, une piscine et des monnaies romaines. Les invasions barbares passent et ne laissent que les sources.

Chaudes-Aigues au Moyen Âge

[modifier | modifier le code]

Le seigneur Bodon, qui possède la villa du Par sous Charles le Gros et sous son fils Charles, la donne en 886 au chapitre de Saint-Julien-de-Brioude avec toutes ses dépendances rurales. Au Moyen Âge, Chaudes-Aigues inclut plusieurs maladreries et des couvents possédant des étuves et des piscines. Les gens du peuple côtoient la bourgeoisie dans la piscine publique du quartier du Par. En 1332, des particuliers s'approprient les sources pour chauffer les maisons[3]. Après la défaite de Jean IV d'Armagnac (1396 - 1450), Charles VII vend la baronnie au duc Jean de Bourbon, qui la vend en 1443 au mercenaire Jean Salazar, qui la revend à nouveau en 1450 à Charles Ier de Bourbon.

Anciennes familles

[modifier | modifier le code]
  • Famille Babut. On trouve dans un manuscrit de Charles d’Hozier conservé à la Bibliothèque nationale[20] une "Généalogie ou filiation de la maison de Babute qui a pris son tour dès l’an 811 et depuis firent bâtir une forte et belle tour près de Chaudes-Aigues en Auvergne, en l’an 994, au temps de Hugues Capet, laquelle a subsisté jusqu’au temps… et du voyage de Godefroid de Bouillon et a été possédé par plusieurs du nom de Babute jusqu’à Raoul de Babute qui vivait en l’an 1002 et se nommait… la maison ou baronnie de Babute"[21].

La ville possède un château. En 1283, le marquis de Canilhac, à qui il appartenait, en rendit hommage au prieur de Saint-Flour. Au XVe siècle, le châtelain était Amauri de Sévérac, maréchal de France sous Charles VII, et à sa mort ce fut son frère Charles de Bourbon.

Chaudes-Aigues à l'époque moderne

[modifier | modifier le code]

En 1495, il passa par don à Charles de Bourbon-Malause, fils naturel de Jean II et de Louise d'Albret d'Estouville. Resté dans la famille jusqu'en 1744, il revint à la couronne en 1778[22].

Le château de Couffour surplombe la ville au sud. On trouve aussi dans les environs le château de Montvallat, possédé par le chevalier Guillaume de Montvallat en 1364. Ce château a été pris par les huguenots en 1593 après un siège[22].

Le 13 novembre 1591, la ville, voyant doubler sa population de musiciens misèreux, édite un procès stipulant la non-régularité des pauvres. Ceux-ci seront conduits par le tue-fourbe en direction du moulin pour qu'ils se jettent dans la fosse aux huîtres[réf. nécessaire].

L'hydrologue Jean Blanc en 1618 qualifie les sources de très chaudes, sulfurées et bitumineuses (cette dernière qualité sera infirmée par des analyses modernes). En 1671, Du Clos reconnaît la présence dans l'eau du nitre antique. Après une baisse de fréquentation pendant la Révolution, la ville voit un regain d'activité thermale pendant l'Empire[3].

En 1676, une maison de religieux de Notre-Dame a été fondée. Il y avait aussi un chapitre et un hôpital fondé par Guillaumette de Fontanges, dame de Saint-Juéry. À l'origine simple communauté de prêtres, les chanoines furent plus tard érigés en chapitre collégial[22].

Le XIXe siècle

[modifier | modifier le code]

Le XXe siècle

[modifier | modifier le code]

La Première Guerre mondiale

[modifier | modifier le code]

Extraction de minéraux pour créer de la poudre à canon pour les Allemands, avant la fermeture de la mine en 1912

En 1935, la commune de Chaudesaigues change de nom pour Chaudes-Aigues.

Seconde Guerre mondiale et période contemporaine

[modifier | modifier le code]

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Chaudes-Aigues a été un centre de la Résistance intérieure française, plus précisément l’un des trois réduits du groupe Auvergne du groupement du Massif Central[23]. Ce réduit s'appuie sur le maquis constitué d'une quarantaine d'anciens militaires, implantés dès la dissolution de l’armée d'armistice en dans la commune voisine des Deux-Verges. Il est commandé par Henri Crevon alias Pasteur.
Prévu pour recevoir l’effectif de cinq bataillons, ce réduit a pour mission d’intervenir éventuellement en direction de celui du mont Mouchet. Le , l’effectif du réduit est de 1 500 hommes armés, articulés en 14 compagnies. La mission Freelance du SOE (capitaine John Farmer) assure les liaisons avec Londres. Elle dispose de cinq terrains de parachutage situés non loin de Jabrun et du Pont Rouge.
Après s'être découvert dans une série d'attaques notamment les 10 et sur Lorcières et Clavières, le réduit est attaqué avec violence les 20-, par l’action convergente de trois unités de la Wehrmacht appuyées par une artillerie et par un appui aérien efficaces : - au nord ouest de Pierrefont, au Pont de Tréboul, par le 1000e régiment d’infanterie motorisé, - à l’est de Saint-Chély-d'Apcher, à Fournels, par la Légion azerbaïdjanaise, - au nord est de Garabit, à Fridefont, par la Légion des Tatars de la Volga. Devant l'évidente disproportion des forces et des puissances de feu, l’ordre de décrochage est donné dans la soirée du . Les pertes sont limités à 120 morts parmi les maquisards et la population, mais de nombreux blessés doivent être évacués par des volontaires, parfois par chars à bœufs, sous la menace permanente de l’aviation allemande, pour rejoindre le réduit du Lioran.

Politique et administration

[modifier | modifier le code]

Découpage territorial

[modifier | modifier le code]

La commune de Chaudes-Aigues est membre de l'intercommunalité Saint-Flour Communauté[I 1], un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Saint-Flour. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[24].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Saint-Flour, à la circonscription administrative de l'État du Cantal et à la région Auvergne-Rhône-Alpes[I 1].

Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Neuvéglise-sur-Truyère pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[I 1], et de la deuxième circonscription du Cantal pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[25].

Liste des maires

[modifier | modifier le code]
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1953 1995 Pierre Raynal UDR-RPR Député, président du conseil général
1995 2008 Pierre Brousse RPR-UMP Conseiller général du
canton de Chaudes-Aigues (1992-2004)
mars 2008 avril 2014 Madeleine Baumgartner DVD Conseillère générale du
canton de Chaudes-Aigues (2004-2015)
avril 2014 3 juillet 2020 René Molines DVD Retraité Fonction publique
3 juillet 2020[26] En cours Michel Brousse   Cadre de la fonction publique

Population et société

[modifier | modifier le code]

Démographie

[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[27]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[28].

En 2021, la commune comptait 815 habitants[Note 2], en diminution de 8,53 % par rapport à 2015 (Cantal : −1,36 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 4892 0532 3142 1872 3512 5572 4762 4112 207
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 1301 9501 9481 7211 8151 8231 8321 6741 650
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 6451 5581 6751 6231 3601 2721 3601 1751 200
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 2181 1141 1871 1861 110986970972926
2015 2020 2021 - - - - - -
891818815------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[29] puis Insee à partir de 2006[30].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges

[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. En 2020, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 20,4 %, soit un taux inférieur à la moyenne départementale (26,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (48,2 %) est supérieur au taux départemental (36,3 %).

En 2020, la commune comptait 404 hommes pour 414 femmes, soit un taux de 50,61 % de femmes, inférieur au taux départemental (51,16 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit :

Pyramide des âges de la commune en 2020 en pourcentage[I 7]
HommesClasse d’âgeFemmes
2,5 
90 ou +
5,3 
17,3 
75-89 ans
20 
25,7 
60-74 ans
25,4 
19,3 
45-59 ans
19,3 
12,9 
30-44 ans
11,4 
12,6 
15-29 ans
8,5 
9,7 
0-14 ans
10,1 
Pyramide des âges du département du Cantal en 2021 en pourcentage[31]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,2 
90 ou +
3,1 
10,1 
75-89 ans
13,5 
22,9 
60-74 ans
22,6 
21,8 
45-59 ans
20,5 
16,1 
30-44 ans
15,2 
13,8 
15-29 ans
11,9 
14,2 
0-14 ans
13,3 

Manifestations culturelles et festivités

[modifier | modifier le code]

Festival du Tatouage à Chaudes-Aigues

[modifier | modifier le code]

Les 6 et 7 juillet 2013, s'est tenu à Chaudes-Aigues le premier Festival du Tatouage de Chaudes-Aigues organisé par Stéphane Chaudesaigues. La convention réunissait environ cent quarante tatoueurs de tous styles qui ont réussi à attirer 10 000 personnes dans la petite ville.

Productions

[modifier | modifier le code]
Le château de Couffour.

Les produits du terroir tels que la viande d’Aubrac, la fouace, l’aligot, le tripou ou encore le pounti sont sur les cartes des restaurants.

Culture locale et patrimoine

[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments

[modifier | modifier le code]
Le lavoir d'eau chaude.
  • Le château de Couffour ;
  • Le château de Montvallat ;
  • L'église Saint-Martin-et-Saint-Blaise fut donnée par Aymeri, évêque d'Auvergne, au monastère de Sauxillange en 1131[22] ;
  • La chapelle Notre-Dame-de-Pitié ;
  • Les huit petits oratoires suspendus et renfermant les saints protecteurs de la ville[32] :
    • Saint Jean le pauvre
    • Saint Roch
    • Saint Jacques
    • Saint Jean le Riche
    • Saint Joseph
    • Sainte Élisabeth, mère de saint Jean
    • Notre-Dame d'Août
    • Notre-Dame de l'Annonciation

Une des particularités de cette petite cité thermale, la seule station thermale du Cantal, est aussi de posséder pour chaque quartier un oratoire, appelés niche, dédié au saint patron du quartier. On en dénombre huit au total : saint Jean le pauvre, saint Roch, saint Jacques – Chaudes-Aigues se trouve sur un chemin de Compostelle –, Saint Jean le Riche, Saint Joseph, sainte Élisabeth, Notre-Dame d'Août (ou de l'Assomption), Notre-Dame de l'Annonciation.

Personnalités liées à la commune

[modifier | modifier le code]

Héraldique

[modifier | modifier le code]

D'azur à la montagne mouvant d'un bouillon d'eaux fumantes d'argent, trois jets de vapeur issant de ladite montagne, surmontée de deux fleurs de lys d'or rangées en chef.

Bibliographie

[modifier | modifier le code]
  • Suzanne Ardourel, Les Eaux hyperthermales de Chaudes-Aigues, Université de Montpellier, 1964 (thèse de médecine)
  • H. Bellon et J. P. Gibert, « Datations absolues du contexte géologique de l'aire d'émergence des eaux hyperthermales de Chaudes-Aigues, Cantal, France », C.R Acad. Sc., Paris, t. 280, (D) 1975, p. 1849-1852
  • G. Bertrand, J. P. Gibert et R. Laugier, « Caractères physiques et modalités d'émergence des eaux thermales de Chaudes-Aigues (Cantal) », C.R Acad. Sc., Paris, t. 285, (D), 1977, p. 501-504
  • P. Cailleaux, C. Fouillac, G. Michard et C. Ouzounian, « Étude géochimique des sources thermales de Chaudes-Aigues (Cantal). Conséquences géochimiques », C.R Acad. Sc., Paris, t. 282, (D), 1976, p. 1237-1240.
  • Pierre Chassang, Chaudes-Aigues : une description, une histoire, Éditions Gerbert, 1982, 335 p.
  • Alphonse Chevallier, Essai sur Chaudes-Aigues, département du Cantal, et analyse chimique des eaux minérales-thermales de cette ville, 1828, réédité en facsimile sous le titre Les Eaux de Chaudes-Aigues, Res universis, Paris, 1991, 82 p. (ISBN 2-87760-464-0)
  • A. Dupis et J. P. Gibert, « Apport de la magnétotellurique de faible profondeur aux études hydrogéologiques : exemple de l'aire d'émergence d'eaux hyperthermales de Chaudes-Aigues », C.R Acad. Sc., série D, 1977, p. 139-142.
  • J. P. Gibert et Serge Paul, « Télédétection aérienne et phénomènes géothermiques : bilan des recherches technologiques et méthodologiques sur le site naturel de Chaudes-Aigues », Cahiers géologiques, 1983, no 102
  • Christian Marchi, Le Cantal, Éditions de Borée, 1995, p. 91-92 (ISBN 2908592339)
  • G. Vasseur, G. Michard et C. Fouillac, « Contraintes sur la structure profonde et le fonctionnement du système hydrothermal de Chaudes-Aigues (France) », Hydrogéologie, 1997, no 4, p. 3-17.

Articles connexes

[modifier | modifier le code]

Liens externes

[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références

[modifier | modifier le code]

Notes et cartes

[modifier | modifier le code]
  • Notes
  1. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références

[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee

[modifier | modifier le code]
  1. a b c et d Insee, « Métadonnées de la commune ».
  2. a et b « Chiffres clés - Logement en 2018 à Chaudes-Aigues » (consulté le ).
  3. « Chiffres-clés - Logement en 2018 à Chaudes-Aigues - Section LOG T2 » (consulté le ).
  4. « Chiffres-clés - Logement en 2018 à Chaudes-Aigues - Section LOG T7 » (consulté le ).
  5. « Chiffres clés - Logement en 2018 dans le Cantal » (consulté le ).
  6. « Chiffres clés - Logement en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  7. Insee, « Évolution et structure de la population en 2020 - Commune de Chaudes-Aigues (15045). », (consulté le ).

Autres sources

[modifier | modifier le code]
  1. Jean-Marie Pierret, Phonétique historique du français et notions de phonétique générale, Louvain-la-Neuve, Peeters, (lire en ligne), p. 102.
  2. Cette prononciation descend directement de l'occitan local qui possède la particularité de réaliser /g/ intervocalique en /j/. Cette particularité phonétique se retrouve notamment dans le nom de la commune de Laguiole prononcé localement /lajɔl/.
  3. a b et c [PDF] « Amélioration de la connaissances des ressources en eau souterraine des sites thermaux en Auvergne », site de Chaudes-Aigues. P. Bérard, M. Loizeau, collaborateurs D. Rouzaire & P. Vigouroux. Étude réalisée dans le cadre des opérations du service public du BRGM 02-ETM-102. .
  4. Chaudes-Aigues – Inventaire du patrimoine thermal. Association Route des villes d’eaux du Massif Central, p. 11.
  5. Caleden - Complexe thermal et thermoludique, sur le site caleden.com, consulté le .
  6. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  7. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Chaudes-Aigues et Deux-Verges », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station Météo-France « Deux-Verges », sur la commune de Deux-Verges - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  10. « Station Météo-France « Deux-Verges », sur la commune de Deux-Verges - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  11. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  12. « La grille communale de densité », sur le site de l’Insee, (consulté le ).
  13. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  14. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  15. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  16. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  18. a et b Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, volume II, Librairie Droz 1991. p. 1064.
  19. Jean Roux, L'auvergnat de poche, Chennevières-sur-Marne (Val-de-Marne), Assimil, coll. « Assimil évasion », , 246 p. (ISBN 978-2-7005-0319-7 et 2700503198)
  20. Cabinet d’Hozier, dossier 22, folio 498
  21. Généalogie des familles Babut du Marès et apparentées.
  22. a b c et d Revue de Paris, 4e année, tome 7. Ch. Nodier et Taylor. 1832. p. 201.
  23. A Anterrieux mais pas à chaudes aigues, beaucoup de Famille de chaudes aigues ont dénoncé des Juifs en 1940 et ont hérité 80 %des bâtiments présents dans la ville. Environ 75000 personnes de confession juives ont été deportées."Le centre de résistance de la Truyère, l’un des réduits du groupe Auvergne du groupement du Massif Central", LE LIEN no 61, p. 61-63
  24. « Saint-Flour Communauté - fiche descriptive au  », sur la Base nationale sur l'intercommunalité (consulté le ).
  25. « Découpage électoral du Cantal (avant et après la réforme de 2010) », sur politiquemania.com (consulté le ).
  26. « Large victoire de la liste emmenée par Michel Brousse à Chaudes-Aigues (Cantal). », sur La Montagne, (consulté le ).
  27. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  28. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  29. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  30. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  31. Insee, « Évolution et structure de la population en 2021 - Département du Cantal (15) », (consulté le ).
  32. Petit patrimoine