Montaut (Pyrénées-Atlantiques)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montaut.
Montaut
Image illustrative de l'article Montaut (Pyrénées-Atlantiques)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Pau
Canton Vallées de l'Ousse et du Lagoin
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Nay
Maire
Mandat
Alain Caperet
2014-2020
Code postal 64800
Code commune 64400
Démographie
Population
municipale
1 139 hab. (2014)
Densité 74 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 07′ 51″ nord, 0° 11′ 57″ ouest
Altitude Min. 278 m
Max. 553 m
Superficie 15,41 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Montaut

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Montaut

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montaut

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montaut

Montaut est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Nouvelle-Aquitaine.

Le gentilé est Altimontain[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Montaut est située à l'est du département, à vingt-cinq kilomètres au sud-est de Pau.

Accès[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les routes départementales 212, 812 et 937, ainsi que par la ligne SNCF Toulouse - Bayonne et la ligne 8 des autocars départementaux des Pyrénées-Atlantiques[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les terres de la commune sont arrosées[3] par le gave de Pau, affluent de l'Adour, et par ses tributaires, le ruisseau de Siot (alimenté sur Montaut par les ruisseaux de l'Uchas et de Bignes) et la Mouscle, lui-même rejoint sur la commune par le ruisseau la Mousclère.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

  • Annette
  • Loustau
  • Pasquine
  • Village
  • Hameau d'en Bas
  • Hameau d'en Haut
  • Content
  • Sarusse.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Montaut apparaît sous les formes Mont-Altus et la bastide de Montaut (respectivement 1283[4] et XIVe siècle[4], titres de Béarn[5]) et Montaud (1535[4], réformation de Béarn[6]).

Histoire[modifier | modifier le code]

Montaut est une ancienne bastide fondée en 1327[4] par Marguerite, grand-mère de Gaston Phébus. Le plan bastidien original comporte encore aujourd'hui des restes de son passé.

La rue Torte et la rue de Lassun étaient les principales artères sur lesquelles débouchaient des « carrérots », délimitant ainsi un certain nombre de quartiers à l'intérieur desquels furent construites les premières maisons[7].

Paul Raymond[4] note qu'en 1385, Montaut comptait trente-neuf feux et dépendait du bailliage de Nay.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires de Montaut
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2008 François Escalé    
2008 en cours Alain Caperet DVG Retraité Fonction publique
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Montaut appartient à cinq structures intercommunales[8] :

  • la communauté de communes du Pays de Nay ;
  • le syndicat d'eau potable et d'assainissement du pays de Nay (SEAPAN) ;
  • le syndicat d'énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat intercommunal de défense contre les inondations du gave de Pau ;
  • le syndicat mixte du bassin du gave de Pau.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[10],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 139 habitants, en augmentation de 9 % par rapport à 2009 (Pyrénées-Atlantiques : 2,53 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 243 1 100 1 088 1 146 1 078 1 156 1 281 1 316 1 314
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 311 1 328 1 338 1 352 1 347 1 277 1 313 1 255 1 249
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 230 1 219 1 123 968 985 942 895 898 952
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
912 1 034 1 038 1 032 986 967 1 011 1 107 1 139
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Montaut fait partie de l'aire urbaine de Pau.

Économie[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

Autrefois, la richesse du village était tirée de la fabrication de la chaux grâce aux nombreuses carrières et aux nombreuses surfaces boisées que comporte la commune. Chaque ferme possédait un four à chaux, chaux qui était exportée par attelage ou par rail vers Lourdes notamment. L'industrie était présente grâce à l'utilisation de la force motrice de l'eau prélevée du gave de Pau, une des rivières les plus régulières et abondantes de France. On recensait notamment une papeterie, une fabrique de chapelets et boutons, plusieurs moulins à farine. Les vestiges de ces industries demeurent sur les sites des trois centrales hydroélectriques que recense la commune.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Plusieurs historiens locaux se sont intéressés à l'histoire de cette bastide. Le plus connu d'entre eux est M. Peyrègne, auteur de plusieurs ouvrages dont Les items d'AZbraham de Camy ou Montaut pendant le Révolution. D'autres ouvrages ont été écrits par Antoine de Froissard, en rapport direct avec l'histoire et la culture du village : Moulins à Montaut, Une histoire de la chaux à Montaut, Une histoire du buis, Trois ponts sur le gave de Pau, Montaut l'église Saint-Hilaire[13].

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Hilaire[14] date partiellement du XVe siècle et XVIe siècle. On y trouve un groupe sculpté[15], représentant le mariage mystique de sainte Catherine, classé aux monuments historiques depuis 1976.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Montaut possède un patrimoine environnemental important avec de nombreux hectares boisés et le bois du Mourle. Plus d'une centaine de kilomètres de sentiers de randonnées existe avec une possibilité de rejoindre Lourdes par le chemin Henri-IV.

Montaut est également un territoire produisant de l'énergie renouvelable à partir de la force motrice de l'eau : trois centrales hydroélectriques sur la commune et à partir de l'énergie radiative du soleil avec quelques générateurs photovoltaïques intégrés en toiture.

Équipements[modifier | modifier le code]

Éducation

Montaut dispose de deux écoles primaires (école Léonce-Peyregne et ensemble scolaire le Beau Rameau[16]).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

nées au XXe siècle

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur habitants.fr
  2. (fr) « Fiche horaires : Lourdes-Pau », sur www.cg64.fr (consulté le 1er juillet 2010)
  3. Notice du Sandre sur Montaut, consultée le 14/06/09
  4. a, b, c, d et e Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  5. Titres de la vicomté de Béarn - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  6. Réformation de Béarn, collection manuscrite du XVIe au XVIIIe siècle, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.
  7. Montaut des origines à la fin du XIX° siècle. Document réalisé par un historien montaltois, disponible à la mairie de Montaut.
  8. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 17 juin 2014)
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  13. Édité par les Amis des églises anciennes du Béarn.
  14. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur l'église Saint-Hilaire
  15. Ministère de la Culture, base Palissy - Notice sur le groupe sculpté de l'église Saint-Hilaire
  16. Site de l'école le beau rameau

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]