Barbazan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barbazan (homonymie).

Barbazan
Barbazan
Village de Barbazan depuis le hameau de Burs
Blason de Barbazan
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Saint-Gaudens
Canton Bagnères-de-Luchon
Intercommunalité Communauté de communes des Pyrénées Haut-Garonnaises
Maire
Mandat
Michelle Stradère
2014-2020
Code postal 31510
Code commune 31045
Démographie
Gentilé Barbazanais
Population
municipale
457 hab. (2015 en augmentation de 2,24 % par rapport à 2010)
Densité 76 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 02′ 00″ nord, 0° 37′ 26″ est
Altitude Min. 439 m
Max. 890 m
Superficie 6,05 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Barbazan

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Barbazan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Barbazan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Barbazan
Liens
Site web mairie-barbazan31.fr/fr/index.html

Barbazan (occitan : Barbasan) est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Barbazanais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Station thermale située au pied des Pyrénées dans le Comminges, à 13 km au sud-ouest de Saint-Gaudens. C'est une commune limitrophe avec le département des Hautes-Pyrénées.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Barbazan est limitrophe de quatre autres communes dont une dans le département des Hautes-Pyrénées.

Communes voisines.
Communes limitrophes de Barbazan[1]
Cier-de-Rivière
Labroquère Barbazan[1] Sauveterre-de-Comminges
Loures-Barousse
(Hautes-Pyrénées)
Luscan

Hydrographie et géologie[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 605 hectares ; son altitude varie de 439 à 890 mètres[2].

Le lac de Barbazan, à 452 m d'altitude, est d'origine glaciaire. Il est entouré de dépôts morainiques : moraine sous-glaciaire de Coumanié, moraine sur éperon rocheux de Labroquère, à l'ouest du lac[3].

Légende[modifier | modifier le code]

Selon un texte apocryphe, la Lettre d'Hérode à Pilate, Salomé (fille d'Hérodiade) mourut en passant sur un lac glacé : la glace se brisa et elle tomba jusqu'au cou dans l'eau. La glace se reforma autour de son cou, laissant apparaître sa tête comme posée sur un plateau d'argent. On situe généralement cette légende au lac de Barbazan (Haute-Garonne), près de Saint-Bertrand de Comminges. Selon Flavius Josèphe, Hérode Antipas et Hérodiade auraient été exilés à « Lugdunum ville de Gaule », selon les Antiquités judaïques et « en Espagne » selon la guerre des Juifs[4]. La plupart des critiques concilient ces deux données en supposant que cela correspond à l'ancienne Lugdunum Convenarum. Hérodiade elle-même apparaît dans diverses légendes pyrénéennes comme un personnage maléfique[5][réf. incomplète].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès par la route nationale 125, par le réseau Arc-en-ciel de Haute-Garonne et par la SNCF (ligne Montréjeau - Luchon) à la gare de Loures - Barbazan.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune inclut un site préhistorique (paléolac) datant de l'Azilien, donnant une image précise du paléoenvironnement de la vallée de ha haute Garonne depuis la fin de la période glaciaire jusqu'au présent[6].

À l'époque des croisades, Barbazan fut aussi une forteresse du Comté d'Édesse.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Barbazan

Son blasonnement est : De sinople à trois jets d'eau d'argent issant d'une fontaine à vasque antique d'or posée sur une onde d'argent mouvant de la pointe ; au chef parti : au premier de gueules à quatre otelles d'argent adossées en sautoir; au second d'azur à la croix d'or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 100 et 499, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de onze[7],[8].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la huitième circonscription de la Haute-Garonne, de la communauté de communes du Haut Comminges et du canton de Bagnères-de-Luchon (avant le redécoupage départemental de 2014, Barbazan était le chef lieu de l'ex-canton de Barbazan).

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1947 1957 Pierre Pujole    
1957 1960 Jacques Vollant    
1960 1972 Paul Bertrand    
1972 1977 Henri Fontagnères    
1977 1985 Georges Guichard    
1985 1989 Jean Serny[9]    
1989   Henri Galy    
  en cours Michelle Stradere SE Fonctionnaire
Mairie de Barbazan


Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[11].

En 2015, la commune comptait 457 habitants[Note 1], en augmentation de 2,24 % par rapport à 2010 (Haute-Garonne : +7,35 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
425416450485520540535555547
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
548547513516484459430456471
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
431453427385381392421371438
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
525516406386351378438445450
2015 - - - - - - - -
457--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[14] 1975[14] 1982[14] 1990[14] 1999[14] 2006[15] 2009[16] 2013[17]
Rang de la commune dans le département 122 180 207 244 236 242 249 260
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la commune est basée sur l'agriculture, le tourisme et le thermalisme.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Barbazan fait partie de l'académie de Toulouse.

L'éducation est assurée par un regroupement pédagogique intercommunal avec les communes de Luscan, Galié, Seilhan, Labroquère, Valcabrère et Saint-Bertrand de Comminges de la maternelle au primaire, sur la commune CE1 et CE2, sur la commune de Labroquère CP, CM1, CM2 et maternelle à Saint-Bertrand de Comminges[18].

Santé[modifier | modifier le code]

Maison de retraite Général Paul Oddo[19].

Culture et festivités[modifier | modifier le code]

Chœur du Haut-Comminges, casino, Pyrénées loisirs[20].

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Pêche, chasse, pétanque,

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Le site Natura 2000 Chaînons calcaires du Piémont Commingeois classé en zone spéciale de conservation depuis 2007 avec une superficie de 6 198 hectares s'étend sur une partie de la commune de Barbazan[21].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Thermes de Barbazan[modifier | modifier le code]

Après la réhabilitation du Kiosque buvette et la mise aux normes de la source, les nouvelles installations ont été inaugurer le 4 Août 2010 en présence de Pierre Izard, Martin Malvy et Carole Delga.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

" Le casino de Barbazan" est un roman de Pierre Benoit qui utilise le décor de la cite Thermale.

  • Le Chevalier de Barbazan, De Tamerlan à Jeanne d'Arc... le secret !, Henri Bontemps, Luc Portier, Regain de lecture, 20

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. Andrieu-Ponel Valérie, Hubschman Jacques, Jalut Guy, Hérail Gérard, Bulletin de l'Association française pour l'étude du quaternaire, Volume 25, Numéro 2-3, 1988, pp. 55-67
  4. « Λούγδουνον πόλιν τῆς Γαλλίας (Lugdunum ville de Gaule) » Flavius Josèphe, Antiquités judaïques, XVIII, VII, 2 ; tous les manuscrits de la Guerre des Juifs (II, IX, 6) ont « Σπανίαν Ἰσπανίαν » ("en l’exilant en Espagne").
  5. Bernard Duhourcau, Guide des Pyrénées mystérieuses, Tchou, éd. 1985.
  6. (en) Michel Barbaza, « Environmental changes and cultural dynamics along the northern slope of the Pyrenees during the Younger Dryas », Quaternary International, vol. 242, no 2,‎ 2011, p. 313-327 (lire en ligne [researchgate.net]), p. 3.
  7. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  8. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/031/031416.html.
  9. Source : mairie de Barbazan à travers la page Les maires de Barbazan sur FranceGenWeb
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  14. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  15. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  16. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  17. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  18. http://www.mairie-barbazan31.fr/fr/enfance-et-famille/vie-scolaire/rpi-clae-cantine.html
  19. http://www.mairie-barbazan31.fr/fr/enfance-et-famille/maisons-de-retraite/maison-de-retraite-onacvg-de-barbazan.html
  20. http://www.mairie-barbazan31.fr/fr/vie-associative/barbazan-pyrenees-loisirs.html
  21. Museum national d'Histoire naturelle, « INPN - FSD Natura 2000 - FR7300885 - Chaînons calcaires du Piémont Commingeois - Description », sur inpn.mnhn.fr (consulté le 25 novembre 2018)