Pontacq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pontacq
Pontacq
Tour des anciens remparts de Pontacq.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Pau
Intercommunalité Communauté de communes du Nord Est Béarn
Maire
Mandat
Didier Larrazabal
2020-2026
Code postal 64530
Code commune 64453
Démographie
Gentilé Pontaquais
Population
municipale
2 930 hab. (2018 en augmentation de 1,67 % par rapport à 2013)
Densité 102 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 11′ 11″ nord, 0° 06′ 46″ ouest
Altitude Min. 337 m
Max. 488 m
Superficie 28,85 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Pontacq
(ville-centre)
Aire d'attraction Pau
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton des Vallées de l'Ousse et du Lagoin
(bureau centralisateur)
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Pontacq
Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques
Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Pontacq
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pontacq
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pontacq
Liens
Site web www.mairie-pontacq.fr

Pontacq (en béarnais Pontac ou Pountac) est une commune française située dans le département des Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine.

Le gentilé est Pontaquais[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La mairie de Pontacq.

Pontacq est située au sud-est du département, entre Pau, Tarbes et Lourdes. La commune est limitrophe du département des Hautes-Pyrénées.

Accès[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par l'autoroute A64 et les routes départementales 129, 936 et 940.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les terres de la commune sont arrosées[2] par l'Ousse, affluent du gave de Pau, et par ses tributaires, les ruisseaux l'Oussère, le Luc et de Bad (lui-même rejoint sur Pontacq par le ruisseau de Rouet-Daban).

Des affluents du Gabas, les ruisseaux du Goua de Michou, le Cassagnet, le Gabastou et Hoursoumou, coulent également sur le territoire de Pontacq, tout comme un tributaire du Lourrou, le ruisseau Sausse.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

  • L'Abbadie ;
  • Angarons ;
  • Barbé ;
  • Belle Vue ;
  • Cardache ;
  • Cazenave ;
  • Honzet ;
  • Lande Darré ;
  • Marra cou ;
  • Montestrucq ;
  • Mouralot ;
  • Sarrail du Midi ;
  • Sarrail du Nord ;
  • Trabessat ;
  • la Ville.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Au nord, Luquet est dans une enclave des Hautes-Pyrénées dans les Pyrénées-Atlantiques et n'est limitrophe que sur 200 mètres environ.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Pontacq est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[4],[5],[6]. Elle appartient à l'unité urbaine de Pontacq, une agglomération inter-régionale regroupant 5 communes[7] et 5 038 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[8],[9].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Pau, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 228 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[10],[11].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (83,5 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (84,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (75,3 %), forêts (9,5 %), prairies (6,9 %), zones urbanisées (6,2 %), zones agricoles hétérogènes (1,3 %), zones humides intérieures (0,9 %)[12].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Pontacq apparaît sous les formes Pontacum (970[13], cartulaire de l'abbaye de Larreule[14]), Lo cami Pontagues (1429[13], censier de Bigorre[15]) et Sant-Laurens de Pontacq(1507[13], notaires de Pontacq[16]).

Son nom béarnais est Pontac[17] ou Pountac[18].

Abbadie, fief de Pontacq, est mentionné sous la forme la maison de l'Abbadie de l'Archiprestre (1675[13], réformation de Béarn[19]).

Angarons, hameau de Pontacq, est cité en 1863 dans le dictionnaire topographique Béarn-Pays basque[13].

Le toponyme Barbé' apparaît sous la forme Lo Barber (1385[13], censier de Béarn[20]).

Pontacq signifie « domaine de Pontus », d'un nom romain Pontus avec le suffixe gallo-romain -acum[21],[22].

Histoire[modifier | modifier le code]

Paul Raymond[13] note que la commune comptait une abbaye laïque, vassale de la vicomté de Béarn.

En 1385, Pontacq comptait vingt-six feux à l'intérieur de la ville, et quatre-vingt-deux hors les murs. Elle dépendait du bailliage de Montaner. La notairie de Pontacq n'englobait que la ville elle-même.

Le fief d'Abbadie était vassal de la vicomté de Béarn[13].

Archiprêtré de Pontacq[modifier | modifier le code]

Il dépendait du diocèse de Tarbes et comprenait, pour ce qui concerne les Basses-Pyrénées, les communes de Hours, Montaut, Pontacq et Saint-Hilaire (hameau de Montaut), et pour les Hautes-Pyrénées, celles de Gardères, Lamarque et Luquet.

Canton de Pontacq[modifier | modifier le code]

En 1790, le canton comprenait les communes de Barzun, Espoey, Ger, Gomer, Hours, Labatmale, Livron, Lucgarier, Pontacq et Soumoulou.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De gueules, à une oye s'essorant d'argent, au chef cousu d'azur chargé du mot PONTACQ en caractère d'or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs de Pontacq[23]
Période Identité Étiquette Qualité
Jean de Bataille    
Jean-Philippe de Bataille    
Beauvais Poque    
Jean Peyrus    
Vincent de Bataille-Furé    
Jean Clouchet    

(décès)
Pierre-Louis Peyrus   Conseiller général du canton de Pontacq (1871 → 1872)
Maximilien Naudé Droite Conseiller général du canton de Pontacq (1873 → 1888)
Aîné Méliande    
Maximilien Naudé Droite Conseiller général du canton de Pontacq (1873 → 1888)
Pierre François Leugé    
Édouard Canet    
Jean-Marie Peyrus    
Antoine Leugé    
Armand Carassou    
Jean Carliste Labrit    
Armand Carassou    
Henri de Bataille-Furé URD Conseiller général du canton de Pontacq (1937 → 1940)
Nommé conseiller départemental en 1943[24]
Jean Bignalet Rad. Conseiller général du canton de Pontacq (1945 → 1951)
Pierre Conte[25] MRP Conseiller général du canton de Pontacq (1951 → 1958)
Jean Estrade[25]    
Maurice Meireles[26] DVD Cadre technico-commercial
En cours Didier Larrazabal DVD Chef d'entreprise

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Pontacq fait partie de quatre structures intercommunales[27] :

  • la communauté de communes Ousse-Gabas ;
  • le syndicat d'aménagement hydraulique du bassin de l'Ousse ;
  • le syndicat d'énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat mixte d'eau et d'assainissement de la vallée de l'Ousse.

Démographie[modifier | modifier le code]

Église Saint-Laurent.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[28]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[29].

En 2018, la commune comptait 2 930 habitants[Note 3], en augmentation de 1,67 % par rapport à 2013 (Pyrénées-Atlantiques : +2,37 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 2962 3982 5442 7693 1093 2023 1233 2963 212
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 9393 0153 0182 8562 7542 6212 6412 6102 743
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 8152 7312 7092 5622 5892 5172 3972 2792 420
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
2 4532 4022 3282 5342 6832 6112 7432 8222 917
2018 - - - - - - - -
2 930--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[30] puis Insee à partir de 2006[31].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La commune fait partiellement partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Pontacq Radio[modifier | modifier le code]

Pontacq Radio est une webradio qui a été créée fin 2011[32] sur l’initiative de Julien TOTH, l’actuel président et directeur d’antenne.

Pontacq Radio est avant tout un média généraliste de proximité au format musical adulte offrant un mélange très varié de morceaux pop-rock et de nouveautés.

Après l’enthousiasme et l’approximation des débuts, l’aventure s’est peaufinée avec les équipes de la station jusqu’à une récente restructuration et professionnalisation[33] basées sur un projet de communication précis qui ont mené Pontacq Radio à ce qu’elle est aujourd’hui.

Animée par une équipe d'amateurs et de professionnels, Pontacq Radio couvre un secteur géographique local, principalement situé sur le territoire du Nord-Est Béarn et du Pays de Nay.

Reflet de la vie locale au sens large, Pontacq Radio a conquis une audience fidèle et en constante progression jusqu’à devenir un média incontournable pour tous les secteurs d’activité locaux.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

La vieille tour[34] de Pontacq et les vestiges de remparts attenants (XIVe - XVIe siècles), sont inscrits à l'inventaire des monuments historiques (20 juillet 1945).

Le monument aux morts fut réalisé par le sculpteur Ernest Gabard.

Le manoir[35], dit domaine de Meyracq, date partiellement du XVIe siècle.

Patrimoine religieux et culturel[modifier | modifier le code]

Vieille tour.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Il y a deux collèges à Pontacq, le collège privé Saint-Joseph et un collège public, le collège Jean-Bouzet[36]. Pour ce dernier, le syndicat intercommunal pour le fonctionnement du collège de Pontacq est compétent pour les activités post- et périscolaires, la restauration scolaire et les investissements d'équipements publics. Il regroupe dix communes du canton de Pontacq et deux communes des Hautes-Pyrénées, Lamarque-Pontacq et Ossun.

Pontacq dispose de deux écoles primaires, l'une publique et l'autre privée (école Saint-Jeanne-Elisabeth).

École agricole de la Frede Duce, ou l’art du fauchage, ramassage, etc.

Sports et infrastructures sportives[37][modifier | modifier le code]

  • badminton ;
  • club athlétique ;
  • cyclisme : le cyclo-club[38] pontacquais a été créé en 2005 ;
  • football : Pontacq possède une école de football, l'entente Pontacq-Luquet ;
  • rugby : Pontacq possède une école de rugby[39] Pontacquais Basket-ball.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Naissance à Pontacq.

Nées au XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

  • Pierre Peiret, né vers 1644 à Pontacq et mort en 1707 à Manhattan (New York), est un pasteur protestant, ministre d'Osse-en-Aspe de 1677 à 1685. Il est membre de la famille Peiret (ou Peyret), ancienne famille noble de Pontacq apparentée à la famille Barbanègre. Il s'enfuit de France avec sa famille en 1685 à la suite de la révocation de l'Édit de Nantes par celui de Fontainebleau. Il se réfugie à New York où il fonde l'Eglise protestante française du Saint-Esprit. Il a de nombreux descendants aux Etats-Unis. Sa tombe est encore aujourd'hui visible dans le cimetière de Trinity Church.

Nées au XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Nées au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

  • Jean Bouzet, né en 1892 à Pontacq et décédé en 1954, est un spécialiste de la langue espagnole qu'il enseigna dans divers lycées parisiens et à La Sorbonne. Il reste de lui, qui eut Georges Pompidou et François Mitterrand comme élèves, une grammaire espagnole qui a accompagné des générations d'élèves et d'étudiants du baccalauréat à l'agrégation.

Nées au XXe siècle[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 19 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur habitants.fr
  2. Notice du Sandre sur Pontacq, consultée le 10/07/09
  3. Carte IGN sous Géoportail
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  5. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 2 avril 2021).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  7. « Unité urbaine 2020 de Pontacq », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 2 avril 2021).
  8. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 2 avril 2021).
  9. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le 2 avril 2021).
  10. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Pau », sur insee.fr (consulté le 2 avril 2021).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 2 avril 2021).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 19 avril 2021)
  13. a b c d e f g et h Paul Raymond, Dictionnaire topographique du département des Basses-Pyrénées, Paris, Imprimerie Impériale, , 208 p. (notice BnF no FRBNF31182570, lire en ligne)..
  14. Cartulaire de l'abbaye de Larreule, d'après Pierre de Marca, Histoire de Béarn
  15. Manuscrit de 1429 - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  16. Notaires de Pontacq - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  17. Ostau Bearnes, « Toponymie des communes béarnaises selon la graphie classique » [PDF] (consulté le 26 janvier 2019).
  18. Institut béarnais et gascon, « Toponymie des communes béarnaises selon la graphie moderne » [PDF] (consulté le 26 janvier 2019).
  19. Réformation de Béarn, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, coll. « manuscrits du XVIe au XVIIIe siècle »..
  20. Censier de Béarn, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, manuscrit de 1385..
  21. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Librairie Guénégaud Paris 1978. p. 541.
  22. Michel Grosclaude, Dictionnaire toponymique des communes du Béarn, 2006, p. 320.
  23. Pontacq. Les maires depuis la Révolution, La Dépêche du Midi, article du 7 juin 2013.
  24. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9614068c/f3.item.r=canton.zoom
  25. a et b Jean Estrade, maire de Pontacq pendant 30 ans, est décédé, La République des Pyrénées, article du 5 octobre 2015.
  26. Pontacq : l'ancien maire Maurice Meirelès est mort, La République des Pyrénées, article du 17 octobre 2016.
  27. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 18 juin 2014).
  28. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  29. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  30. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  31. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  32. « Les débuts de Pontacq-Radio », sur La-R%C3%A9publique-des-Pyr%C3%A9n%C3%A9es (consulté le 21 mai 2016).
  33. « Des nouvelles de «Pontacq-Radio» », sur ladepeche.fr (consulté le 21 mai 2016).
  34. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur la vieille tour et les remparts
  35. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur le domaine de Meyracq
  36. Site du collège Jean Bouzet
  37. Associations sportives sur le site de la mairie
  38. Site du cyclo-club pontacquais
  39. Site du CAP rugby

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :