Méracq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Méracq
La mairie de Méracq
La mairie de Méracq
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Pau
Canton Arzacq-Arraziguet
Intercommunalité Communauté de communes du canton d'Arzacq
Maire
Mandat
Pierre Duplantier
2014-2020
Code postal 64410
Code commune 64380
Démographie
Population
municipale
221 hab. (2012)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 30′ 38″ N 0° 23′ 05″ O / 43.5106, -0.38472222222243° 30′ 38″ Nord 0° 23′ 05″ Ouest / 43.5106, -0.384722222222  
Altitude Min. 109 m – Max. 245 m
Superficie 8,24 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Méracq

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Méracq

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Méracq

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Méracq

Méracq est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts
Une des deux églises de Méracq.

Situation[modifier | modifier le code]

Méracq est située au nord-est du département, au nord du Béarn et de la ville de Pau, éloignée de vingt kilomètres.

Accès[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la route départementale D 944.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les terres de la commune sont arrosées[1] par deux affluents de l'Adour, le Louts et le Luy.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

  • Carrat
  • Dubert
  • Ducos
  • Marioulet
  • Sansot
  • les Landes
  • Côté du Luy

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Méracq apparaît sous les formes Meirac (XIIIe siècle[2], fors de Béarn[3]), Honerac (1538[2], réformation de Béarn[4]), Lo Merac (1546[2], titres de Béarn[5]) et Louméracq (1863, dictionnaire topographique Béarn-Pays basque[2]).

Son nom est Lou Mérac[6] en gascon.

Histoire[modifier | modifier le code]

Paul Raymond[2] note que Méracq dépendait du Tursan et de la subdélégation de Saint-Sever (Landes).

Méracq avait une étude de notaire royal, tenue aux XVIIe et XVIIIe siècles par la famille Dubern. Sous Louis XV, l'un de ces notaires Dubern était aussi juge de la baronnie de Roquefort-de-Tursan.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2008 Michel Feugas    
2008 2014 Gerard Leboeuf    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Méracq appartient à quatre structures intercommunales[7] :

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 221 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
511 493 488 542 577 611 584 522 501
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
499 469 430 401 405 414 420 371 330
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
329 330 296 261 261 260 244 226 223
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
200 208 192 202 210 210 206 205 221
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004[9].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Le manoir[10], hôtel de voyageurs, dit château, au lieu-dit Marioulet, date de 1604.

Méracq possède un ensemble de fermes[11] des XVIIIe et XIXe siècles classées aux monuments historiques.

Le monument aux morts de la guerre de 1914-1918[12], datant de 1923, est également classé.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

On trouve deux églises à Méracq : l'église Saint-Julien-d'Antioche[13] datant des XVe et XVIe siècles, puis remaniée au XIXe siecle, a été restaurée récemment par l'association de sauvegarde de l'église de saint Julien. L'église Cœur-Immaculé-de-Marie[14] a été quant à elle construite dans les années 1960. Elle recèle un calice[15] recensé par le ministère de la Culture, qui a également enregistré deux autels[16] de l'église Saint-Julien-d' Antioche.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

éducation

La commune dispose d'une école élémentaire.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]