Bétracq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune des Pyrénées-Atlantiques
Cet article est une ébauche concernant une commune des Pyrénées-Atlantiques.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Bétracq
Image illustrative de l'article Bétracq
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Pau
Canton Terres des Luys et Coteaux du Vic-Bilh
Intercommunalité Communauté de communes du canton de Lembeye en Vic-Bilh
Maire
Mandat
François Dubertrand
2014-2020
Code postal 64350
Code commune 64118
Démographie
Population
municipale
51 hab. (2014)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 30′ 49″ nord, 0° 03′ 16″ ouest
Altitude Min. 151 m – Max. 273 m
Superficie 4,70 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Bétracq

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Bétracq

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bétracq

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bétracq

Bétracq est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Nouvelle-Aquitaine.

Le gentilé est Bétracois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Bétracq est située à l'extrême nord-est du département, frontalière avec les Hautes-Pyrénées.

Accès[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la route départementale 342.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Bétracq est traversée[2] par le Bergons, un affluent de l'Adour, et par son tributaire, le ruisseau le Prouzet.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

  • Bachot
  • Boutigué
  • Couturéou
  • Louet
  • Mounou
  • Pagès
  • Samsou
  • Sarran

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Bétracq apparaît sous les formes Betrac en la frontere (de Bigorre et de Béarn) au XIVe siècle[3] (censier de Béarn[4]) et Bétrac (1863, dictionnaire topographique Béarn-Pays basque[3]).

Son nom béarnais est Vetrac.

Histoire[modifier | modifier le code]

Paul Raymond[3] note qu'en 1385, Bétracq comptait neuf feux et dépendait du bailliage de Lembeye.

Bétracq fut unie à Monpezat le 20 juin 1842 et redevint une commune indépendante en 1874.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires de Bétracq
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2001 Jean Chaperot    
2001 2008 François Dubertrand    
2008 2014 François Dubertrand    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Bétracq fait partie de quatre structures intercommunales[5] :

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 51 habitants, en augmentation de 4,08 % par rapport à 2009 (Pyrénées-Atlantiques : 2,53 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1872 1876 1881
266 232 277 262 243 266 201 215 212
1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931
215 178 172 144 145 132 150 113 96
1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999
99 118 98 82 88 81 77 85 65
2004 2009 2014 - - - - - -
51 49 51 - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La commune fait partie des zones d'appellation d'origine contrôlée (AOC) du madiran, du pacherenc-du-vic-bilh et du béarn.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Les vestiges d'un ensemble fortifié[10], dit Castet de Sarran, et comportant les vestiges d'une enceinte, d'une basse-cour et d'un fossé, sont datés de la préhistoire et du Haut Moyen Âge.

Les vestiges d'un autre castelnau[11] du XIVe siècle (basse-cour, fossé, église, maison) témoignent également du passé ancien du village.

La commune présente un ensemble de fermes[12] des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin[13] fut construite au XVIe siècle et restaurée au XIXe siècle. Elle recèle du mobilier[14], des peintures monumentales[15], des statues[16] et des objets[17] inscrits à l'inventaire général du patrimoine culturel.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur habitants.fr
  2. Notice du Sandre sur Bétracq, consultée le 15/12/08
  3. a, b et c Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  4. Censier de Béarn, manuscrit de 1385, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.
  5. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 31 mai 2014)
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur l'ensemble fortifié Castet de Sarran
  11. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur le castelnau
  12. [1][2][3][4][5][6] Ministère de la Culture, base Mérimée - Notices sur les fermes anciennes de Bétracq
  13. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur l'église Saint-Martin
  14. [7][8][9][10][11][12] Ministère de la Culture, base Palissy - Notices sur le mobilier de l'église Saint-Martin
  15. Ministère de la Culture, base Palissy - Notice sur les peintures monumentales de l'église Saint-Martin
  16. Ministère de la Culture, base Palissy - Notice sur les statues de l'église Saint-Martin
  17. [13][14][15] Ministère de la Culture, base Palissy - Notices sur les objets référencés de l'église Saint-Martin

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]