Uzan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Uzan.
Uzan
La mairie d'Uzan.
La mairie d'Uzan.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Pau
Canton Artix et Pays de Soubestre
Intercommunalité Communauté de communes du canton d'Arzacq
Maire
Mandat
Christine Morlanne
2014-2020
Code postal 64370
Code commune 64548
Démographie
Population
municipale
169 hab. (2014 en augmentation de 12,67 % par rapport à 2009)
Géographie
Coordonnées 43° 28′ 52″ nord, 0° 30′ 09″ ouest
Altitude Min. 102 m
Max. 148 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Uzan

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Uzan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Uzan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Uzan

Uzan est une commune française située dans le département des Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Uzan est située dans le nord-est du département, dans le nord du Béarn et au nord de la ville de Pau, éloignée de quinze kilomètres.

Accès[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les routes départementales D 49 et D 945. Placée sur le GR65, chemin de Saint-Jacques de Compostelle, elle est traversée par de nombreux pèlerins et randonneurs.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les terres de la commune sont arrosées[1] par le Luy de Béarn et son affluent, l'Uzan.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

  • Lavignasse ;
  • Morlanne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Uzan est mentionné au Xe siècle[2] (Pierre de Marca[3]) et apparaît sous les formes Usan (1409[2], titres de Béarn[4]), Sente-Quiterie d'Usan (1487[2], notaires de Larreule[5]) et Ussan (1505[2], notaires de Garos[6]).

Histoire[modifier | modifier le code]

Paul Raymond[2] note qu'en 1385, Uzan comptait 23 feux et dépendait du bailliage de Pau.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2008 Marie-Christine Lahonde    
2008 2014 Gilbert Perarnaud    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Uzan appartient à cinq structures intercommunales[7] :

  • la communauté de communes du canton d'Arzacq ;
  • le SIVU de regroupement pédagogique de Géus-d'Arzacq - Luy de Béarn ;
  • le SIVU pour l'entretien de la voirie et des espaces verts de Mazerolles, Larreule, Uzan et Louvigny ;
  • le syndicat AEP d'Arzacq ;
  • le syndicat d'énergie des Pyrénées-Atlantiques.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[9].

En 2014, la commune comptait 169 habitants[Note 1], en augmentation de 12,67 % par rapport à 2009 (Pyrénées-Atlantiques : +2,6 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
285 293 296 303 335 349 337 325 340
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
329 288 282 234 254 264 274 271 249
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
252 251 240 209 195 179 191 168 149
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
171 166 146 164 156 153 151 151 169
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie locale est agricole basée en grande partie à la culture du maïs, bien que certain tentent de se divertifier. Il n'existe pas de commerces. Depuis l'abandon recent de la production laitière faute de rentabilité, certains éleveurs se sont lancés dans l’élevage de volaille en liberté.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

La langue parlée, il y a encore quelques années était le béarnais, classée dans les dialectes gascons issu de « l’occitan » Cette langue en plein renouveau soutenue par l'Europe, est enseignée par les calandreras, des associations et plus récemment dans des classes bilingues au sein de l'école publique.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Uzan est à l'origine une bastide[12] fondée par les moines de l'abbaye de Larreule à la fin du Xe siècle.

Les vestiges du moulin à eau d'Uzan, dont il ne reste que trois murs et trois meules, est situé sur le chemin du bas, en partant de l'église, on suit ce chemin en direction des bois. Vous le découvrirez sûrement derrière les broussailles.

Vestiges du moulin.
Meule.
Meule.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Sainte-Quitterie[13] fut construite au XIIe siècle et a fait l'objet de profonds remaniements aux XIXe et au XXe siècles. On y trouve deux autels[14] inventoriés par le ministère de la Culture ainsi qu'une stèle discoïdale[15] du XVIIIe siècle.

L'église est construite en contrebas du village auprès de la houn de Sente Quiteyre fontaine de Sainte-Quitterie. Sente Quiterie d'Uzan est mentionnée en 1487, mais ce lieu de pèlerinage est plus ancien. La fontaine Saint-Quitterie fut restaurée au cours des années 80 par monsieur Henri Hirigoyen (dit Laplace) alors adjoint au maire de la commune.

Uzan se situe sur les chemins de St Jacques de Compostelle. Tous les jours de l'année, de nombreux pèlerins traversent le village.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

L'école élémentaire.
Éducation

La commune dispose d'une école élémentaire.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice du Sandre sur Uzan
  2. a, b, c, d et e Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  3. D'après Pierre de Marca, Histoire de Béarn
  4. Titres de la vicomté de Béarn - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  5. Notaires de Larreule - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  6. Notaires de Garos - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  7. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 20 juin 2014)
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  12. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur la Bastide
  13. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur l'église Sainte-Quitterie
  14. Ministère de la Culture, base Palissy - Notice sur les autels de l'église Sainte-Quitterie
  15. Ministère de la Culture, base Palissy - Notice sur la stèle discoïdale

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]