Buzy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Buzy
Buzy
La mairie de Buzy.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Oloron-Sainte-Marie
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée d'Ossau
Maire
Mandat
Fernand Martin
2020-2026
Code postal 64260
Code commune 64157
Démographie
Population
municipale
981 hab. (2018 en augmentation de 3,7 % par rapport à 2013)
Densité 59 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 08′ 05″ nord, 0° 27′ 28″ ouest
Altitude Min. 296 m
Max. 561 m
Superficie 16,70 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Pau
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Oloron-Sainte-Marie-2
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Buzy
Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques
Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Buzy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Buzy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Buzy

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Buzy se trouve dans le département des Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine[1].

Elle se situe à 23 km par la route[Note 1] de Pau[2], préfecture du département, et à 15 km d'Oloron-Sainte-Marie[3], sous-préfecture.

Les communes les plus proches[Note 2] sont[4] : Buziet (1,5 km), Bescat (2,7 km), Arudy (4,0 km), Ogeu-les-Bains (4,0 km), Lasseubetat (4,2 km), Sévignacq-Meyracq (4,4 km), Izeste (5,4 km), Sainte-Colome (5,7 km).

Sur le plan historique et culturel, Buzy fait partie de la province du Béarn, qui fut également un État et qui présente une unité historique et culturelle à laquelle s’oppose une diversité frappante de paysages au relief tourmenté[5].

Communes limitrophes de Buzy[6]
Lasseubetat
(par un quadripoint)
Gan Rébénacq
Buziet Buzy Bescat
Arudy

Paysages[modifier | modifier le code]

Diverses vues de Buzy

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Carte en couleur présentant les réseau hydrographique de la commune
Réseaux hydrographique et routier de Buzy.

La commune est drainée par le gave d'Oloron, l'Escou, l'Arrigastoû, le ruisseau des Trébès, le ruisseau Baycabe, le ruisseau de cambagne, le ruisseau d'Escou, et par divers petits cours d'eau, constituant un réseau hydrographique de 11 km de longueur totale[7],[Carte 1].

Le gave d'Oloron, d'une longueur totale de 148,8 km, prend sa source dans la commune de Laruns et s'écoule vers le nord-ouest. Il traverse la commune et se jette dans le gave de Pau à Sorde-l'Abbaye, après avoir traversé 64 communes[8].

L'Escou, d'une longueur totale de 16,9 km, prend sa source dans la commune et s'écoule du sud-est vers le nord-ouest. Il traverse la commune et se jette dans le gave d'Oloron à Estos, après avoir traversé 9 communes[9].

L'Arrigastoû, d'une longueur totale de 11,9 km, prend sa source dans la commune et s'écoule du sud-est vers le nord-ouest. Il traverse la commune et se jette dans le gave d'Ossau à Escout, après avoir traversé 6 communes[10].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[11]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique et les climats de montagne et semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[12].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[13]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[11]

  • Moyenne annuelle de température : 12,4 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,8 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 4,8 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 3] : 13,7 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 1 407 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,2 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 9,2 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[14] complétée par des études régionales[15] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Oloron-Ste-Mari », sur la commune d'Oloron-Sainte-Marie, mise en service en 1964[16]et qui se trouve à 14 km à vol d'oiseau[17],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 13,5 °C et la hauteur de précipitations de 1 341,2 mm pour la période 1981-2010[18]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Pau-Uzein », sur la commune d'Uzein, mise en service en 1921 et à 30 km[19], la température moyenne annuelle évolue de 13,2 °C pour la période 1971-2000[20], à 13,4 °C pour 1981-2010[21], puis à 13,8 °C pour 1991-2020[22].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Espaces protégés[modifier | modifier le code]

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[23],[24]. Un espace protégé est présent sur la commune : les « Zones humides de la Plaine d'Ogeu », un terrain acquis (ou assimilé) par un conservatoire d'espaces naturels, d'une superficie de 66,3 ha[25].

Réseau Natura 2000[modifier | modifier le code]

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d'intérêt écologique élaboré à partir des Directives « Habitats » et « Oiseaux », constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS)[Note 5]. Deux sites Natura 2000 ont été définis sur la commune au titre de la « directive Habitats »[27],[Carte 2] :

  • le « gave de Pau », d'une superficie de 8 194 ha, un vaste réseau hydrographique avec un système de saligues[Note 6] encore vivace[28] ;
  • « le gave d'Oloron (cours d'eau) et marais de Labastide-Villefranche », d'une superficie de 2 547 ha, une rivière à saumon et écrevisse à pattes blanches[29] ;

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Deux ZNIEFF de type 1[Note 7]sont recensées sur la commune[30],[Carte 3] : la « Cladiaie de Brouca » (4,65 ha)[31] et les « tourbières, landes et rives boisées de la vallée de l'Escou » (163,03 ha), couvrant 3 communes du département[32] et une ZNIEFF de type 2[Note 8],[30],[Carte 4] : le « réseau hydrographique du gave d'Oloron et de ses affluents » (6 885,32 ha), couvrant 114 communes dont 2 dans les Landes et 112 dans les Pyrénées-Atlantiques[33].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Buzy est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 9],[34],[35],[36].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Pau, dont elle est une commune de la couronne[Note 10]. Cette aire, qui regroupe 228 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[37],[38].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (79,8 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (80,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (57,1 %), terres arables (22,4 %), forêts (12,5 %), zones urbanisées (4,1 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (3,6 %), zones agricoles hétérogènes (0,3 %)[39].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 5].

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

  • Départ ;
  • le Burguet
  • le Prat
  • quartier Larribau
  • quartier pied de la serre
  • le bourg
  • lotissement de la gare
  • lotissement houn de camy
  • lotissement Palisses
  • la croix de Buzy

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Buzy apparaît[40] sous sa forme actuelle dès 1096[41] et sous les formes Busia (1170, titres de Barcelone[41]), Busi (XIIe siècle, titres de Gabas[42]), Buzi en Bag (1343, titres de Pardies[43]), Buzii (1429, archives de la mairie de Buzy), Saint-Saturnin de Buzy (1608, insinuations du diocèse d'Oloron[44]) et Busy (1614, réformation de Béarn[45]).

L'origine du toponyme est obscure et sans rapport avec Busy (Doubs) et Buzy (Meuse), du domaine d'oïl qui sont d'anciens Busiacum[46], contrairement à ce Buzy qui est attesté initialement sous les formes Busia ou Busi(i). De plus, le -acum (de la forme Busiacum) aurait donné la terminaison -ac dans la partie sud de la France, graphié -acq dans la région. cf. les villages voisins de Sévignacq-Meyracq et de Rébénacq.

Histoire[modifier | modifier le code]

Paul Raymond[40] note qu'« il y avait dans l'église de Buzy quatre prébendes fondées sous l'invocation de saint Blaise ».

En 1385, Buzy comptait 55 feux et dépendait du bailliage d'Ossau.

Durant la Seconde Guerre mondiale, le village accueille un groupe de travailleurs étrangers : le 518e GTE. Créé sous Vichy le 27 septembre 1940, il a pour but de réunir les « travailleurs en surnombre dans l'économie nationale ». On y trouvait tout type d'étrangers entre 18 et 55 ans ayant trouvé refuge en France et dans l'impossibilité de revenir dans leurs pays. Ils étaient mis à disposition des entreprises pour y accomplir différents travaux. À Buzy, c'étaient majoritairement des Espagnols. Ces ouvriers dont le campement se trouvait au lieu-dit « la chambre à eau » ont construit l'usine de Saint-Criq et le barrage de Fabrèges au-dessus de Gabas.

Le 17 juillet 1944, des soldats allemands au nombre de 700 descendant de Laruns investissent Buzy et Buziet où se trouvait une infirmerie clandestine du maquis. Une dizaine de maquisards espagnols sont capturés et fusillés, ainsi que deux femmes ayant eu le tort de se trouver au mauvais moment et au mauvais endroit. Deux surpris pendant la sieste seront conduits à Buzy et également fusillés. ils reposent de leur dernier sommeil au cimetière de la commune.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2001 Pascal Lopez    
2001 2008 Pascal Lopez PS  
2008 2014 Fernand Martin    

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Fontaine la Bourdenne qui se trouve en face de la mairie. Autrefois, il y avait aussi un lavoir.

La commune fait partie de sept structures intercommunales[47] :

La commune fait partie du Pays d'Oloron et du Haut-Béarn.

Buzy accueille le siège du SIVU de regroupement pédagogique de Buzy - Buziet et du syndicat d'électrification du Bas-Ossau.

Buzy est membre de la commission syndicale du bas Ossau structure hérité du droit coutumier en usage au Moyen Âge. Les commissions syndicales très présentes dans les Pyrénées, au nombre de 35, sont officialisés sous Louis Philippe par ordonnance royale du 18 juillet 1837 dite « Loi municipale ». Ce décret reconnait aux communes le droit de gérer des biens indivis notamment les territoires de haute montagne.

La commission syndicale du Bas Ossau gère notamment les pâturages d'Anéou prés du Pourtalet. (montagnes générales indivises entre toutes les communes du bas ossau)

Buzy est propriétaire des montagnes de Lurien, Cherue, Aracou et de la Sagette sur laquelle se trouve une partie de la station d'Artouste et le départ du petit train. Jusqu'à une époque récente les habitants de Buzy avait une priorité d'embauche à la station d'Artouste. chaque habitat peut y amener ses bêtes moyennant le paiement d'une taxe appelée "bacade"

En 1853, la commission syndicale de la vallée d'Ossau était propriétaire des terrains du pont long au nord de Pau et s'en servait de parcours pour le bétail. À cette date, elle éclate littéralement en deux syndicats indépendants. À cette date, le bas Ossau vend sa part à savoir tous les territoires à main droite de la route de Bordeaux.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[48]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[49].

En 2018, la commune comptait 981 habitants[Note 11], en augmentation de 3,7 % par rapport à 2013 (Pyrénées-Atlantiques : +2,37 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9191 0151 0651 3071 4011 3751 3541 3601 361
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4021 3561 4051 2961 3011 5381 2681 2081 170
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1101 1141 101929917891874830812
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
899838840940951880867929952
2018 - - - - - - - -
981--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[50] puis Insee à partir de 2006[51].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la commune est essentiellement orientée vers l'agriculture et l'élevage. La commune fait partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

Une centrale hydroélectrique EDF est établie sur son territoire au lieu-dit Saint-Cricq. En 1941, 250 personnes rattachées au camp de Gurs participèrent à sa construction. Elle est alimentée par des eaux provenant des tourbières de Buzy.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

La ligne allant jusqu'à Oloron fut prolongée jusqu'à son terminus en Espagne à la gare internationale de Canfranc en 1928. Cette ligne sera d'ailleurs la première ligne transpyrénéenne mise en service.

Le trafic Buzy - Laruns a été fermé au trafic le 2 mars 1969[52]. Les voies entre Laruns et Arudy furent déposées quelques années suivantes, seuls deux tunnels, gares, et infrastructures sont encore visibles aujourd'hui. Une liaison de bus restera en place pour assurer les déplacements jusqu'au 1er septembre 2009.

Sur l'autre embranchement, la ligne Pau Canfranc fut partiellement fermée, tout d'abord entre Bedous et Canfranc en 1970 à la suite d'un accident ferroviaire sur le pont de l'Estanguet, puis entre Bedous et Oloron au début des années 1980. La réouverture de la ligne Oloron - Canfranc est toujours d'actualité.

Sa très belle caténaire de type "midi" a été progressivement démontée dans le sens Oloron - Pau durant les mois de juin et juillet de l'année 2010. Début 2011, la ligne est en cours de rénovation pour une période de 6 mois. Les travaux entraîneront la suppression définitive de la bifurcation en direction de Laruns, la gare de Buzy devenant ainsi une simple halte ferroviaire.[réf. nécessaire]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Saturnin, fin XVIIIe siècle, début XIXe siècle. elle est placée sous le patronage de Saint Saturnin, connu à Toulouse sous le Saint Sernin. Premier évêque de Toulouse, il est martyrisé dans cette ville en 250. Le taureau furieux sur lequel il est attaché, dévale les marches du capitole et sa tête éclate. Il est célébré le 29 novembre.

Cette église est référencée dans l'inventaire général du patrimoine culturel (base Mérimée sous la référence IA64000504). Elle a été édifiée du deuxième quart du XVIIIe (1734) au XIXe. Elle est composée d'une nef à trois vaisseaux et comporte un clocher à flèche polygonale. Construite de moellons, elle est couverte d'ardoises.

Le retable daté du XVIe siècle servit de modèle à celui de Laruns.

  • La chapelle du quartier Burguet. Elle est dédiée à la Vierge immaculée. Elle se trouverait sur un tumulus résultant des anciennes sépultures. En effet, cette chapelle était entourée d'un cimetière où l'on aurait retrouvé des corps mis en terre dans leurs linceuls. Nous savons qu'il y avait également depuis de longs siècles un culte envers Saint Blaise et qu'une prébende importante y avait été fondée par Jean de Lassalle.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Les tourbières de Buzy sont gérées et protégées de façon conjointe par la commune de Buzy, l'exploitant et le conservatoire d'espaces naturels d'Aquitaine[53], depuis 1995. Un sentier pédagogique permet de découvrir ce milieu naturel remarquable, « Espace naturel sensible » du département.

Le "volcan" de Buzy : Il ne s'agit pas à proprement parler d'un volcan, mais d'un affleurement de teschénite, roche formée à partir de magma refroidi provenant des profondeurs du manteau, sous la croute terrestre. il y a 100 millions d'années, les Pyrénées actuelles n'existaient pas encore. En lieu et place de Buzy se trouvait une profonde fosse marine provoquée par l'éloignement des plaques européenne et hispanique. Le golfe de Gascogne était en train de s'ouvrir. Le magma en fusion remonte en surface à la faveur de failles.

Les roches autour sont cuites et compressées portent le nom d'adinole. Très dure, on la retrouve dans les vieux murs du quartier du Burguet.

La croix de Buzy (croutz de Buzy) et le chemin blanc. Belle promenade sur un vieux chemin de transhumance reliant Pau et la vallée d'Ossau.

La table d'orientation du Pic de la Sagette (Artouste).

Équipements[modifier | modifier le code]

éducation

Buzy dispose d'une école primaire, d'une salle des fêtes qui va être entièrement rénovée[réf. nécessaire].

sports mécaniques

Circuit de moto-cross[54].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes par la voie routière et évaluées à l'aide d'un calculateur d'itinéraires.
  2. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes à vol d'oiseau.
  3. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Dans les sites Natura 2000, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[26].
  6. La saligue est un mot patois (langage local) qui désigne la végétation typique qui habille toutes les zones marécageuses du gave de Pau.
  7. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  8. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  9. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  10. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  11. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. « Carte hydrographique de Buzy » sur Géoportail (consulté le 10 août 2021)..
  2. « Sites Natura 2000 de types sites d'intérêt communautaire (SIC) (Directive Habitats) de la commune de Buzy », sur www.geoportail.gouv.fr (consulté le ).
  3. « ZNIEFF de type I sur la commune de Buzy », sur www.geoportail.gouv.fr (consulté le ).
  4. « ZNIEFF de type II sur la commune de Buzy », sur www.geoportail.gouv.fr (consulté le ).
  5. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Métadonnées de la commune de Buzy », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  2. Stephan Georg, « Distance entre Buzy et Pau », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  3. Stephan Georg, « Distance entre Buzy et Oloron-Sainte-Marie », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Communes les plus proches de Buzy », sur www.villorama.com (consulté le ).
  5. Frédéric Zégierman, Le guide des pays de France - Sud, Paris, Fayard, (ISBN 2-213-59961-0), p. 30.
  6. Carte IGN sous Géoportail
  7. « Fiche communale de Buzy », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Aquitaine (consulté le ).
  8. Sandre, « le gave d'Oloron ».
  9. Sandre, « l'Escou ».
  10. Sandre, « l'Arrigastoû ».
  11. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le ).
  12. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le ).
  13. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le ).
  14. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  15. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Nouvelle-Aquitaine », sur nouvelle-aquitaine.chambres-agriculture.fr, (consulté le ).
  16. « Station Météo-France Oloron-Ste-Mari - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  17. « Orthodromie entre Buzy et Oloron-Sainte-Marie », sur fr.distance.to (consulté le ).
  18. « Station Météo-France Oloron-Ste-Mari - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  19. « Orthodromie entre Buzy et Uzein », sur fr.distance.to (consulté le ).
  20. « Station météorologique de Pau-Uzein - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  21. « Station météorologique de Pau-Uzein - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  22. « Station météorologique de Pau-Uzein - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  23. « Les différents espaces protégés. », sur http://www.observatoire-biodiversite-centre.fr/ (consulté le ).
  24. « Liste des espace protégés sur la commune », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  25. « les « Zones humides de la Plaine d'Ogeu » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  26. Réseau européen Natura 2000, Ministère de la transition écologique et solidaire
  27. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Buzy », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  28. « site Natura 2000 FR7200781 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  29. « site Natura 2000 FR7200791 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  30. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune de Buzy », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  31. « ZNIEFF la « Cladiaie de Brouca » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  32. « ZNIEFF les « tourbières, landes et rives boisées de la vallée de l'Escou » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  33. « ZNIEFF le « réseau hydrographique du gave d'Oloron et de ses affluents » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  34. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  35. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  36. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  37. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Pau », sur insee.fr (consulté le ).
  38. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  39. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  40. a et b Paul Raymond, Dictionnaire topographique du département des Basses-Pyrénées, Paris, Imprimerie Impériale, , 208 p. (notice BnF no FRBNF31182570, lire en ligne)..
  41. a et b Cité par Pierre de Marca dans son Histoire de Béarn
  42. titres de l'hôpital de Gabas - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  43. Manuscrit du XIVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  44. Collection manuscrite du XVIIe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  45. Collection manuscrite du XVIe au XVIIIe siècle.
  46. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6).
  47. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le ).
  48. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  49. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  50. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  51. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  52. Ligne Pau-Canfranc
  53. Le site du CEN Aquitaine
  54. Buzy Moto Club

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]