Escout

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Escout
Le dolmen d'Escout.
Le dolmen d'Escout.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Oloron-Sainte-Marie
Canton Oloron-Sainte-Marie-2
Intercommunalité Communauté de communes du Piémont Oloronais
Maire
Mandat
Michel Barrere-Mazouat
2014-2020
Code postal 64870
Code commune 64209
Démographie
Population
municipale
433 hab. (2014)
Densité 45 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 11′ 23″ nord, 0° 33′ 00″ ouest
Altitude Min. 234 m – Max. 397 m
Superficie 9,52 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Escout

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Escout

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Escout

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Escout

Escout est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Nouvelle-Aquitaine.

La prononciation est [eskut] (l'accent tonique est sur le [u], prononcé ou, et le [t] final se prononce).

Le gentilé est Escoutois[1].

L'Escou à Escout.
Croix du dolmen.
Tumulus d'Escout.

Géographie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les terres de la commune sont bordées au sud par le gave d'Ossau, et traversées[2] par des affluents du gave d'Oloron tels que l'Escou, les ruisseaux l'Auronce (et par son tributaire le ruisseau Labronze), Moulias, le Laberou, l'Arrigastou, le Gabarn, Ret Caut et Glacé.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

  • Gabarn
  • le Hameau
  • la Serre
  • Village

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Escout apparaît[3] sous les formes Escot (1385, censier de Béarn[4]), Escoot et Sent Bisentz d'Escoot (1442, notaires d'Oloron[5]), Esquoot et Scot (respectivement 1538 et 1546, réformation de Béarn[6]).

Plusieurs hypothèses ont été évoquées. Pour certains, ce nom béarnais pourrait signifier écossais ou poste de guet ou être un dérivé du nom de ruisseau « Escou ». L'hypothèse la plus vraisemblable est es coot (le pâturage)[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Paul Raymond[3] note qu'en 1385, Escout comptait 16 feux et dépendait du bailliage d'Oloron.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2001 Jean Renault P.S.  
2001 2014 Gérard Urrustoy    
2014 2020 Michel BARRERE-MAZOUAT    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de quatre structures intercommunales[8] :

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Espagne Biscarrués (Espagne)[9].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[11],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 433 habitants, en augmentation de 5,61 % par rapport à 2009 (Pyrénées-Atlantiques : 2,53 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
585 437 477 456 546 543 534 538 522
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
504 506 508 425 403 418 418 409 389
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
380 354 365 314 322 284 282 260 248
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
267 300 314 374 409 394 392 423 433
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

La commune fait partie de l'aire urbaine d'Oloron-Sainte-Marie.

Économie[modifier | modifier le code]

L'activité est principalement agricole (polyculture, élevage, pâturages). La commune fait partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Vincent-Diacre date[14] du XVIIe siècle.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une école élémentaire.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean-Vincent d'Abbadie de Saint-Castin était le 3e baron de Saint-Castin et fut aussi chef amérindien. Il est né en 1652 à Escout.
  • Charles Laborde connu sous le pseudonyme de Chas Laborde, né à Buenos Aires (1886), mort à Paris (1941), passa son enfance au château Duplaa d' Escout, propriété de son père qui fit fortune en Argentine. Dessinateur, graveur, illustrateur, peintre et écrivain, il laissa ses souvenirs dans " Theodore et le Petit Chinois", edité par Lacourière en 1943.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur habitants.fr
  2. Notice du Sandre sur Escout
  3. a et b Paul Raymond, Dictionnaire topographique du département des Basses-Pyrénées, Paris, Imprimerie Impériale, , 208 p. (notice BnF no FRBNF31182570, lire en ligne).
  4. Censier de Béarn, manuscrit de 1385, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.
  5. Notaires d'Oloron - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  6. Manuscrit du XVIe au XVIIIe siècles - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  7. Michel Grosclaude, Dictionnaire toponymique des communes du Béarn, Escòla Gaston Febus, Pau, 1991, p. 274.
  8. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 6 juin 2014)
  9. Annuaire des villes jumelées
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  14. Ministère de la culture, base Mérimée - Notice sur l'église Saint-Vincent-Diacre

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]