Maslacq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Maslacq
Maslacq
Mairie de Maslacq
Blason de Maslacq
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Pau
Canton Le Cœur de Béarn
Intercommunalité Communauté de communes de Lacq-Orthez
Maire
Mandat
Georges Trouilhet
2014-2020
Code postal 64300
Code commune 64367
Démographie
Population
municipale
924 hab. (2015 en augmentation de 12 % par rapport à 2010)
Densité 69 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 26′ 27″ nord, 0° 41′ 40″ ouest
Altitude Min. 67 m
Max. 197 m
Superficie 13,33 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Maslacq

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Maslacq

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Maslacq

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Maslacq
Liens
Site web http://www.maslacq.fr

Maslacq est une commune française située dans le département des Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine.

Ses habitants sont les Maslacquais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Maslacq est une commune du Béarn, sur la rive gauche du gave de Pau 30 Km en aval de Pau et 10 Km en amont d'Orthez.

Accès[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les routes départementales 9 et 275.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les terres de la commune sont arrosées[1] par le gave de Pau et par ses affluents, le Geü, le ruisseau de Géu Mort et le Laà.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

  • les barthes ;
  • Dauguet ;
  • les Hameaux ;
  • la Plaine ;
  • les Vergès ;
  • quartier Larue.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Maslacq[2]
Sarpourenx Argagnon
Castetner Maslacq Mont
Loubieng Sauvelade Lagor

Toponymie[modifier | modifier le code]

Moulin
Moulin de Gané
Tour médiévale
Tour médiévale
Hôtel Restaurant
Rue Caribète

Le toponyme Maslacq apparaît sous les formes Maslach (1170[3], titres de Barcelone[4]), Marslag (XIIe siècle[3], d'après Pierre de Marca[5]), Maçlag (1249[3], notaires d'Oloron[6]), Mazlag (1286[3]), Maslac en Larbag (1298[3], titres de Béarn[7]) et Sanct-Johan de Maslac (1476[3], notaires de Castetner[8]).

Histoire[modifier | modifier le code]

Paul Raymond[3] note que la commune comptait une abbaye laïque, vassale de la vicomté de Béarn.
En 1385, on y comptait 90 feux et la commune dépendait du bailliage de Larbaig.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires de Maslacq depuis 1945
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1971 Charles Darricau    
1971 1977 Louis Lanusse-Cazalé    
1977 1989 Marc Tredjeu    
1989 2001 Henri Camet-Lassale    
2001 en cours Georges Trouilhet    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Maslacq fait partie de cinq structures intercommunales[9] :

  • la communauté de communes de Lacq-Orthez ;
  • le SIVOM de Lagor ;
  • le syndicat d’énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat intercommunal d’eau et d’assainissement Gave et Baïse ;
  • le syndicat intercommunal de défense contre les inondations du gave de Pau.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[11].

En 2015, la commune comptait 924 habitants[Note 1], en augmentation de 12 % par rapport à 2010 (Pyrénées-Atlantiques : +2,53 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
822869802831953959960964971
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9161 000821774754765751729696
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
672643628580588545586698553
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
848875848724738727745747923
2015 - - - - - - - -
924--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Maslacq est une commune rurale (agriculture élevage).

En ce qui concerne les productions végétales, elle a longtemps été monoproductrice de maïs et depuis plusieurs années on assiste à une diversification (colza, tournesol...).

La coopérative Landaise Agralia y a un silo et la coopérative Pau Euralis en gère un à moins d'un kilomètre.

La commune fait partiellement partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

Maslacq se trouve dans le bassin de Lacq, son sous-sol contient du soufre sous forme de sulfure d'hydrogène (H2S), gazeux, dont on a pu extraire le soufre solide par oxydation afin de le transporter et de le traiter.

On y trouve aussi du gaz naturel. Le gaz de Lacq, découvert en décembre 1951, a été acheminé dans toute la France par gazoducs à partir des années 1965 et a contribué à l'essor industriel du site industriel de Lacq situé à 6 Km. Les puits de gaz sur son territoire ont été progressivement fermés depuis une vingtaine d'années.

Culture et patrimoine (voir détail sur maslacq.fr)[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Le château de Maslacq, est l’ancienne demeure de la famille d’Abbadie d'Arboucave.

Situé à la sortie du village, au sud, il s’agissait autrefois d’une abbaye laïque, mentionnée au XVIe siècle

Le bâtiment actuel a été reconstruit au milieu du XVIIIe siècle. Il comporte deux étages et se compose d’un corps de logis principal flanqué de deux ailes.

Il est bâti en moellons de couleur claire laissés apparents sur la façade principale dont le centre, est orné d’un fronton triangulaire, portant le blason de la famille.

La porte d’entrée, accessible par un escalier à double volée donne sur une large terrasse. Enfin, la toiture pentue et en tuiles plates arrondies est percée de lucarnes.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Jean-Baptiste[14], fondée au XIVe siècle par Gaston Phébus, fut partiellement reconstruite et agrandie aux XVIIe, XIXe et XXe siècles.

Le sanctuaire de Muret, situé sur un promontoire de la commune de Lendresse, fait partie du patrimoine maslacquais. Une église en l’honneur de la Ste-Vierge fût construite au XIe siècle. En 1196 Gaston Vicomte de Béarn y épousa Pétronille Comtesse de Bigorre. Ce fut un lieu de pèlerinage célèbre pendant 500 ans jusqu’à l’époque de la réforme (1569-1599) où le site fut vandalisé. Un monument commémoratif en l’honneur de N.D. de Muret a été érigé en 1936, puis cédé en 1950 à la Société d’éducation populaire de Maslacq. Aujourd'hui ce site est régulièrement visité par les pèlerins de Compostelle qui empruntent le GR-65.          

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

Éducation

La commune dispose de deux écoles primaires : une publique et une privée.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice du Sandre sur Maslacq, consultée le 10/12/08
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. a, b, c, d, e, f et g Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  4. Titres publiés dans les preuves de l'Histoire de Béarn de Pierre de Marca
  5. D'après Pierre de Marca, Histoire de Béarn
  6. Notaires d'Oloron - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  7. Titres de la vicomté de Béarn - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  8. Notaires de Castetner - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  9. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 15 juin 2014)
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  14. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur l'église Saint-Jean-Baptiste

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]