Gelos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gelos
Haras de Gelos.
Haras de Gelos.
Blason de Gelos
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Pau
Canton Pau-4
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Pau Béarn Pyrénées
Maire
Mandat
Pascal Mora
2014-2020
Code postal 64110
Code commune 64237
Démographie
Population
municipale
3 540 hab. (2014)
Densité 321 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 17′ 03″ nord, 0° 22′ 12″ ouest
Altitude Min. 165 m – Max. 374 m
Superficie 11,03 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Gelos

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Gelos

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gelos

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gelos

Gelos est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Nouvelle-Aquitaine.

Le gentilé est Gelosien[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Pau située dans son unité urbaine en limite sud de Pau.

Accès[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les routes départementales 2, 37 et 108.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Gelos est traversée[2] par le gave de Pau, affluent de l'Adour, et par ses tributaires, l'Ousse, le ruisseau des Bouries (rejoint sur Gélos par le ruisseau de l'Oulié) et le Soust.

Le ruisseau de Gélos, affluent du Bartouil, qui se jette plus loin le Soust, est également présent sur la commune.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Gelos est mentionné au XIIe siècle[3] (Pierre de Marca[4]) et apparaît sous les formes Geloos (1286[3], titres de Béarn[5]), Sent Miqueu de Gelos (1484, notaires de Pau[6]), Gellos (1608[3], réformation de Béarn[7]) et Gélos (1863, dictionnaire topographique Béarn-Pays basque[3]).
Ce nom signifie « jaloux » comme de nombreux autres toponymes (Casteljaloux), en occitan gelós.

Histoire[modifier | modifier le code]

Paul Raymond[3] note que la commune comptait une abbaye laïque, vassale de la vicomté de Béarn. En 1385, Gelos rassemblait vingt feux et dépendait du bailliage de Pau.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Blasonnement à écrire

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1865 1908 Pierre Mounaud    
1908 1919 Bernard Peyrou    
1919 1929 Joseph Lacaze    
1929 1936 Joseph Peyrou    
1936 1944 Louis Lacaze    
1944 1944 De Catellane    
1944 1947 Auguste Carraze    
1947 1953 Pierre Castagnos    
1953 1959 Henri Lacaze    
1959 1966 Maurice Peyrou    
1966 1971 Henri Fanfelle    
1971 2014 André Castro DVD  
2014 en cours Pascal Mora SE  

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Gelos fait partie de six structures intercommunales[8] :

  • la communauté d'agglomération de Pau Béarn Pyrénées ;
  • le syndicat AEP de la région de Jurançon ;
  • le syndicat d’énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat intercommunal centre de loisirs de Narcastet ;
  • le syndicat intercommunal d'études et de travaux d'aménagement du Soust et de ses affluents ;
  • le syndicat intercommunal de défense contre les inondations du gave de Pau.

Gelos accueille le siège du syndicat intercommunal d'études et de travaux d'aménagement du Soust et de ses affluents.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[10],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 3 540 habitants, en diminution de -4,14 % par rapport à 2009 (Pyrénées-Atlantiques : 2,53 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
723 753 818 929 1 051 1 104 1 158 1 127 1 143
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 100 1 171 1 270 1 313 1 328 1 377 1 459 1 537 1 635
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 581 1 606 1 726 1 720 1 743 2 021 2 135 2 509 2 762
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
2 724 3 367 3 161 3 148 3 529 3 666 3 714 3 693 3 540
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Gelos fait partie de aire urbaine de Pau.

Économie[modifier | modifier le code]

La commune fait partie des zones AOC du vignoble du Jurançon et du Béarn et de celle de l'ossau-iraty.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Le haras national de Gelos[13] occupe le château[14], qui date de 1784. Le haras possède des voitures hippomobiles[15] classées au titre d'objet aux monuments historiques.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Michel[16] fut construite dans la deuxième moitié du XIXe siècle.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

Enseignement

Gelos dispose de trois écoles primaires, deux publiques (Belos-Bourg et Hameau) et l'autre privée (école Saint-Joseph), ainsi qu'un lycée des métiers de l’habitat (anciennement LEP).

Transports urbains[modifier | modifier le code]

Gelos est desservie par le réseau de bus Idelis :

Sports[modifier | modifier le code]

Le club omnisports de la ville s'appelle l'Union Sportive Vaillante Gelosienne. Issue de la fusion entre deux anciennes entités de la ville en 2006 (la Vaillante de Gelos et la Gelosienne), l'USVG compte plusieurs sections sportives aujourd'hui (football, pelote basque, volley ball, judo, badminton...).

L'USVG Football évolue cette saison 2014-2015, en deuxième division de district.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Naissance à Gelos.
Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Décès à Gelos.
Nées au XIXe siècle
Nées au XXe siècle

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur habitants.fr
  2. Notice du Sandre sur Gelos, consultée le 6 juillet 2009
  3. a, b, c, d et e Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  4. D'après Pierre de Marca, Histoire de Béarn
  5. Titres de la vicomté de Béarn - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  6. Notaires de Pau - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  7. Réformation de Béarn, collection manuscrite du XVIe au XVIIIe siècle, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.
  8. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 7 juin 2014)
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  13. Le haras de Gelos sur le site des haras nationaux
  14. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur le château
  15. voiture hippomobile : charrette anglaise dite Jardinièrevoiture hippomobile : landau à cinq glaces voiture hippomobile : landauvoiture hippomobile : cab anglaisvoiture hippomobile : demi-mail Phaétonvoiture hippomobile : mail-roof-seat-break dit Garden Cityvoiture hippomobile : Road Coach Le Béarn Ministère de la Culture, base Palissy - Notices sur les voitures hippomobiles du haras de Gelos
  16. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur l'église Saint-Michel

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]