Louvie-Juzon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Louvie.
Louvie-Juzon
Le lavoir de Pé-de Hourat.
Le lavoir de Pé-de Hourat.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Oloron-Sainte-Marie
Canton Oloron-Sainte-Marie-2
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée d'Ossau
Maire
Mandat
Patrick Labernadie
2014-2020
Code postal 64260
Code commune 64353
Démographie
Population
municipale
1 080 hab. (2014)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 05′ 18″ nord, 0° 25′ 02″ ouest
Altitude Min. 318 m
Max. 2 038 m
Superficie 55,65 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Louvie-Juzon

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Louvie-Juzon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Louvie-Juzon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Louvie-Juzon
Le lavoir de Pé-de Hourat.
Entrée dans Louvie-Juzon.
Un axe principal de Louvie-Juzon.
Nouvelle rocade de Louvie-Juzon.
La montagne depuis Louvie-Juzon.

Louvie-Juzon est une commune française située dans le département des Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est situé en vallée d'Ossau sur la rive droite du gave d'Ossau.

Le quartier de Pé-de Hourat est traversé par les ruisseaux qui forment le Béez, affluent du gave de Pau. Les pâturages de montagne de Jaout et les bois de la Glacère, à l'est, font partie de la vallée de l'Ouzom.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par des affluents du gave de Pau, entre parenthèses la forme francisée) :

  • le Béez et ses affluents :
    • le ruisseau le Casteran (Castéra),
    • le ruisseau de Cousi,
    • le cau de Heus et son affluent :
      • le caude l'Aiga (Aygue),
    • le ruisseau de Hont Lana (Hont Lane),
    • le ruisseau l'Isou,
    • le ruisseau du Lacot et son affluent :
      • le ruisseau de la Sègue,
    • le ruisseau Lestarrès (11,4 km en France) et ses affluents :
      • le ruisseau le Bordialar (Bourdiala) et son affluent :
        • le ruisseau l'Artigau,
      • le ruisseau de Ramasaugue,
      • le ruisseau d'Ombratiu (Ombratiou) et son affluent :
        • le ruisseau de la fontaine de Mespler (Mesplé),
    • le ruisseau de Moncaut (2,8 km) et ses affluents :
      • le ruisseau l'Abeurada (Abeurade),
      • le ruisseau de Moncaut (1,1 km).
  • le gave d'Ossau.
  • l'Ouzom.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

  • Pè de Horat (Pè-de-Hourat) ;
  • Pè d'Estarra/e(s?) (Pè-d-Estarres).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Louvie-Juzon apparaît[1] sous les formes Luperium (1100, titres de Mifaget), Lobier (1154, titres de Barcelone[2]), Lobierr-Juso (1270, titres d'Ossau[3]), Lobiher-Jusoo (1376, montre militaire de Béarn[4]), Lobier-Jusoo (1385, censier de Béarn[5]), Lobier-Jusson, Lobie-Juso et Loubié (respectivement en 1538, 1614 et 1675, réformation de Béarn[6]).
Le toponyme Le Hourat (en occitan « trou », « percée ») est mentionné[1] sous la forme Forat de Lobier-Juson en 1443 dans le registre de la Cour Majour de Béarn[7].

Louvie, lobièr en béarnais, a une origine latine et signifierait domaine de Lupinus. Juzon (Jusan) veut dire en aval[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1385, Louvie-Juzon comptait 80 feux et dépendait du bailliage d'Ossau[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1995 2008 Charles Sable    
2008 en cours Patrick Labernadie    

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de cinq structures intercommunales[9] :

  • la communauté de communes de la Vallée d'Ossau ;
  • le SIVU assainissement de la vallée d’Ossau ;
  • le syndicat d'eau de la vallée d'Ossau ;
  • le syndicat d'électrification du Bas-Ossau ;
  • le syndicat de la perception d’Arudy.

La commune fait partie du Pays d'Oloron et du Haut-Béarn.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[11],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 080 habitants, en diminution de -2,96 % par rapport à 2009 (Pyrénées-Atlantiques : 2,53 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 288 943 1 355 1 470 1 531 1 590 1 603 1 680 1 691
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 681 1 692 1 753 1 703 1 699 1 751 1 679 1 685 1 683
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 698 1 631 1 625 1 349 1 265 1 229 1 197 1 191 1 177
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
1 108 1 049 1 057 1 023 1 014 981 1 100 1 089 1 080
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la commune est essentiellement orientée vers l'agriculture et l'élevage. Louvie-Juzon fait partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.
La pureté des eaux du gave d'Ossau a permis le développement de la pisciculture.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Maisons des XVIIe et XVIIIe siècles.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Église Saint-Martin des XVIe et XVIIe siècles, finalement achevée en 1890.[modifier | modifier le code]

La construction de l'église a débuté au 1er quart du XVIe siècle, la nef principale et le collatéral sud datent de cette époque, ils sont tous deux couverts d'une voute en arcs brisés. Le collatéral nord a été ajouté au 3ème quart du XVIIe siècle ainsi que l'atteste la date gravée (1671) sur la porte de style classique débouchant sur ce collatéral nord. La façade occidentale et le clocher ont été reconstruits à la fin du XIXe siècle (1890)[14],[15].

Eglise Saint-Martin de Louvie-Juzon

L'intérieur recèle un grand nombre d'objets classés au titre de monuments historiques :

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir. Wikimedia Commons présente d’autres illustrations sur Louvie-Juzon.
  • l'orgue de tribune de la 2ème moitié du XVIIIe siècle[20],[21] fabriqué par François Mauroumec, il est constitué d'un buffet à trois tourelles[22], il a été restauré en 1984
Orgue de tribune
Orgue de tribune
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir. Wikimedia Commons présente d’autres illustrations sur Louvie-Juzon.
  • le maître-autel du XVIIIe siècle est de type autel-tombeau, il comporte une représentation de l'agneau aux sept sceaux (représentation tirée de l'Apocalypse de Jean)
  • le tabernacle du XVIIIe siècle reprend cette même représentation de l'agneau aux sept sceaux, elle est encadrée de deux colonnettes torses ornées de pampres de vigne
  • des chandeliers en tilleul
  • l'ensemble du retable est du XVIIIe siècle, il est constitué de bois de tilleul peint et doré, il a été restauré en 2001 par les entreprises Férignac (menuiserie), Dufon (polychromie, dorure, dorure à l'eau sur les chandeliers) et l'atelier Albers-d'Assay (toiles, mises sur châssis)
    • au premier niveau, un tableau d'autel du XVIIIe siècle représente Saint-Ambroise selon le Ministère de la Culture, or ce tableau peint par H. Poublan (ou Goublan) est une copie partielle d'un tableau du Guerchin intitulé "(La Vierge à l'Enfant avec quatre saints). Dans le tableau du Guerchin, le même personnage représente Saint-Géminien et non Saint-Ambroise, il présente une ville (Modène) et non un livre comme sur ce tableau[24]. 4 colonnes torses entourent le tableau, elles sont ornées de pampres de vignes à leur base, elles supportent une corniche surmontée de volutes
    • au deuxième niveau, trois tableaux sont encadrés de chaque côté par 2 colonnes torses et un ange portant une corne d'abondance . A gauche, une toile représente Saint-Laurent portant son attribut de martyr, le gril. La toile du centre représente une vierge à l'enfant en femme de l'apocalypse, elle est couronnée de douze étoiles, debout sur un croissant de lune, Jésus transperce la tête du serpent symbolisant Satan, évocation de Marie, deuxième Eve, écrasant le serpent à l'origine du péché originel commis par la première Eve. A droite, la toile représente Sainte-Catherine accompagné de l'instrument de son martyre, la roue.
    • au troisième niveau, la colombe du Saint-Esprit sur un fronton sculpté est entourée de la Vierge à gauche (elle est posée sur un croissant de lune) et de saint-Antoine (?) à droite. Dans ce dernier niveau, deux colonnes torses supportent une corniche ornée de volutes.
  • un bas-relief en bois peint et doré du XVIIe siècle[25] représentant le baptême du Christ (reprise d'une toile de Murillo conservée au Staatiche Museen de Berlin). Le cadre du bas-relief est orné de godrons et surmonté de deux têtes d'anges
  • une chaire à prêcher du premier quart du XVIIe siècle[26], un atlante soutient la chaire constituée de panneaux décorés de 4 évangélistes accompagnés de leur symbole respectif (la chaire a été restaurée en 2001 par l'entreprise Dufon)

La nef du XVIe siècle est couverte d'une voute arcades brisées supportées par des colonnes à chapiteau, chaque chapiteau (probablement du XVIe siècle) est sculpté de différents personnages.

Au centre du chœur et au centre de la nef, deux clefs de voute, l'une représentant Saint-Martin évêque, l'autre Saint-Roch, patron des pèlerins, avec son bâton (bourdon), sa cape et son chapelet  :

Les vitraux ont été réalisés, pour la majeure partie d'entre eux par l'atelier Mauméjean de Pau. L'église possède deux vitraux figurés : l'un, le vitrail de Saint-Joseph est signé "Mauméjean Pau 1866", l'autre représente la vierge Marie avec les attributs de la femme de l'Apocalypse (étoiles, croissant de lune). Les autres vitraux sont décoratifs à motifs géométriques.

Équipements[modifier | modifier le code]

éducation
  • La commune possède une école primaire[27].
culture
  • La médiathèque intercommunale Pau-Pyrénées (ancien château Louvie[28], propriété des barons Bernadotte)

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

née au XIXe siècle
nées au XXe siècle
  • Bernard Vignette, né le 8 août 1939 à Louvie-Juzon, est un joueur français de rugby à XV ;
  • François Moncla, né le 1er avril 1932 à Louvie-Juzon, est un joueur français de rugby à XV.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Paul Raymond, Dictionnaire topographique du département des Basses-Pyrénées, Paris, Imprimerie Impériale, , 208 p. (notice BnF no FRBNF31182570, lire en ligne).
  2. Cités par Pierre de Marca dans son Histoire de Béarn
  3. Titres de la vallée d'Ossau - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  4. Manuscrit de 1376 - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  5. Manuscrit de 1385 - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  6. Collection manuscrite du XVIe au XVIIIe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  7. Registres manuscrits du XVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  8. Michel Grosclaude (préf. Pierre Bec), Dictionnaire toponymique des communes du Béarn, Pau, Escòla Gaston Febus, , 416 p. (ISBN 9782350680057, notice BnF no FRBNF35515059), p. 73.
  9. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 14 juin 2014)
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  14. Notice no IA64000506, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. FABRE-BARRERE Francoise, « Saint-Martin de Louvie-Juzon histoire d'une église, vie d'une paroisse, du XVIe siècle à l'époque révolutionnaire », Revue de Pau et du Béarn, Société des sciences, lettres et arts, Pau, FRANCE, no 31,‎ , p. 9-45 (ISSN 0241-7413)
  16. Notice no PM64001823, base Palissy, ministère français de la Culture
  17. Notice no PM64001820, base Palissy, ministère français de la Culture
  18. Notice no PM64001819, base Palissy, ministère français de la Culture
  19. Notice no PM64001818, base Palissy, ministère français de la Culture
  20. Notice no PM64000910, base Palissy, ministère français de la Culture
  21. Notice no PM64000278, base Palissy, ministère français de la Culture
  22. Notice no PM64000280, base Palissy, ministère français de la Culture
  23. Notice no PM64000279, base Palissy, ministère français de la Culture
  24. Cahier, Charles, Caractéristiques des saints dans l'art populaire, t. 1 A-F, Paris, Librairie Poussielgue frères, , 440 p. (lire en ligne), p. 337
  25. Notice no PM64000277, base Palissy, ministère français de la Culture
  26. Notice no PM64000276, base Palissy, ministère français de la Culture
  27. Site de l'école primaire
  28. Photo de la médiathèque / ex-château Louvie (photo ~1909)

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]