Source Salmière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Pavillon des Eaux de la source Salmière d'Alvignac.

Situation[modifier | modifier le code]

La source Salmière se trouve dans le Quercy sur le Causse de Gramat à environ un kilomètre au nord d'Alvignac sur le territoire de la commune de Miers, au sud-est du Lac de la Source. Les bâtiments et installations occupent le fond de vallée à 288 mètres d'altitude. Le ruisseau des cazelles sépare à cet endroit les deux communes. Les lieux-dits voisins sont : la Sole (Alvignac) et la Baule (Miers).

La source[modifier | modifier le code]

Les eaux de la Source Salmière proviennent d'une nappe captive du Lias inférieur[1].

En 1962, un forage de diamètre 125mm et de 48m de profondeur fait passer le débit de 0,1 à 15 m3/h. L'eau est ensuite dirigée vers l'usine d'embouteillage et le Pavillon des Eaux. Les bouteilles produites sont vendues en pharmacies et en magasins diététiques[2].

L'eau de Miers-Alvignac[modifier | modifier le code]

Études et publications[modifier | modifier le code]

Les eaux sulfatées sodiques d'Alvignac-Miers ont des effets sur des affections du système digestif et des voies urinaires[3].

En 1624, Fabry, docteur en médecine, publia un ouvrage sur les propriétés de cette eau[4],[5].

Le , François Chicoyneau, Premier Médecin du roi et Surintendant des Eaux minérales, concède la charge d'intendant des «eaux de Mié dans la vicomté de Turenne» au docteur Foulhiade. Ce dernier était chargé de contrôler l'usage et la commercialisation des eaux médicinales[6].

Joseph Lieutaud (1703 - 1780), médecin de Louis XVI fit paraître un traité thérapeutique dans lequel il préconisait l'eau de Miers pour les vaporeux, les hypocondriaques, les hystériques, les fièvres intermittentes, les maladies des reins, de la vessie...

En 1872, Ernest Barrault rédige le Traité des eaux minérales de France et de l'étranger et qualifie l'eau de Miers de laxative. L'eau fut analysée par MM. Boulay et Henry de l'École des Mines[7].

Composition[modifier | modifier le code]

  • Elle appartient au groupe des eaux fortement minéralisées.
  • pH: 7,3
éléments Proportion en mg/l
Calcium (Ca2+) 430
Magnésium (Mg2+) 257
Chlorures 11,8
Sodium (Na+) 447
Potassium (K+) 9,3
Sulfates (SO42-) 2790
Bicarbonates (HCO3-) 209,8
Fluor (F-) 2
Lithium (Li+) 2
Strontium (Sr2+) 8,5
Fer (Fe2+) 8,5
Manganèse (Mn2+) 0,02
Oligo-éléments Proportion en micro g/l
Silice 1290
Zinc 7
Bore 1350

Les bâtiments[modifier | modifier le code]

Coupole du Bâtiment des Eaux
Plafond restauré en 2015

En 1703, « la fontaine était bâtie en forme de tour ronde, la porte fermée à clef[8]. »

La plupart des bâtiments furent construits au début du XXe siècle pour accueillir les curistes, sont visibles :

  • Le Pavillon des Eaux : construit de 1904 à 1906 avec une architecture de béton à voile mince (technique Hennebique), il a une forme extérieure de pagode. Au centre sous une coupole, se dresse une reproduction de la statue d'Antonio Canova représentant la déesse Hébé. Autour, un espace circulaire permettait aux curistes de ranger leurs tasses et de venir déguster l'eau de la source.
  • Le bâtiment protégeant le forage de 1962.
  • Le bâtiment de la source.
  • Le kiosque du bouillon : rotonde ouverte à structure en béton et charpente traditionnelle en bois. Les curistes y buvaient un bouillon d'herbes en complément de l'eau de la source.
  • Le site d'embouteillage
  • Le restaurant "Le fil de l'eau" en balcon au-dessus du lac.

Activités[modifier | modifier le code]

En 1911 un établissement thermal fut ouvert et connut son apogée au début du siècle dernier, de nombreuses cartes postales soulignaient le caractère laxatif des eaux[9]. Le site ferma en 1981.

En 1998, les 2 communes de Miers et Alvignac rouvrirent le site et effectuèrent de grands travaux de réhabilitation de toutes les installations, espaces verts, mini-golf et restaurant, mais toute activité s'est de nouveau arrêtée en 2005, mais le SIVU Miers-Alvignac et l'association des Amis de la source Salmière ont travaillé au redémarrage et à l'entretien du site depuis 2012[10],[11].

Le , le chantier de restauration du pavillon des eaux a été réceptionné par les élus des communes d'Alvignac et de Miers[12]. Le , le restaurant-bar sur pilotis «Au fil de l'eau» a ouvert ses portes après de grands travaux de réhabilitation[13].

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Guy Astruc, « Géologie - Un paysage hérité du sous-sol », sur quercy.net, (consulté le 9 janvier 2016).
  2. L'eau de Miers sur le site SOOAF consacré à l'eau en bouteille.
  3. Site commercial pour l'eau de Miers-Alvignac
  4. Idrologia Minerale Ossia di tutte le sorgenti d'acque minerali compilata da Bernardino Bertini - Torino - 1822 - p.16 cite Fabry : L'admirable vertu des eaux et fontaines de Mier en Quercy, appelées eaux de Salmière. Toulouse 1624, in 12.
  5. Citation de Fabry par Armand Viré en 1907 dans son ouvrage "Le Lot", p.216
  6. Eugène-Humbert Guitard, « Document pour servir à l'histoire des eaux minérales du département du Lot : T. Bergounioux », La France Médicale - Bulletin de la Société d'histoire de la pharmacie, vol. 2, no 10,‎ , p. 161-162 (lire en ligne)
  7. D'après A. Lescure, instituteur d'Alvignac, 10/4/1887, publié dans Regards sur Alvignac au XIXe siècle, G. Fau 26/5/1995.
  8. Edmond Albe, édité en 2005, Monographies des paroisses autour de Thémines, publications Racines, éditions du Ver Luisant (Transcription : Gérard Peyrot et Paulette Aupoix), p242-243
  9. « L'eau de Miers... », sur http://folklores.modernes.biz (consulté le 5 mars 2013)
  10. « Alvignac : la source Salmière », sur http://www.alvignac.fr (consulté le 5 mars 2013)
  11. G. Lavergne, « Les Amis de la source Salmière : un an de succès », sur La Dépêche du Midi, (consulté le 5 mars 2013)
  12. Audrey Lecomte, « Le pavillon des eaux a retrouvé toute sa superbe », sur La Dépêche du Midi, (consulté le 3 janvier 2016)
  13. G. Lavergne, « La source Salmière retrouve son restaurant », sur La Dépêche du Midi, (consulté le 3 janvier 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]