Carresse-Cassaber

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Carresse et Cassaber.

Carresse-Cassaber
Carresse-Cassaber
Blason de Carresse-Cassaber
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Oloron-Sainte-Marie
Canton Orthez et Terres des Gaves et du Sel
Intercommunalité Communauté de communes du Béarn des Gaves
Maire
Mandat
Michel Lansalot
2014-2020
Code postal 64270
Code commune 64168
Démographie
Population
municipale
659 hab. (2015 en augmentation de 3,13 % par rapport à 2010)
Densité 47 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 28′ 45″ nord, 0° 59′ 39″ ouest
Altitude Min. 10 m
Max. 135 m
Superficie 13,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Carresse-Cassaber

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Carresse-Cassaber

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Carresse-Cassaber

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Carresse-Cassaber
Liens
Site web http://www.carresse-cassaber.fr

Carresse-Cassaber est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Carresse-Cassaber est située sur la rive droite du gave d'Oloron. La commune est limitrophe du département des Landes.

Accès[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les routes départementales 17 et 29.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les terres de la commune sont arrosées[1] par le gave d'Oloron, affluent du gave de Pau, et par ses tributaires, le Saleys (rejoint sur la commune par l'arriou Dous-Puts) et les ruisseaux des Augas et de Labarthe.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Carresse-Cassaber[2]
Sorde-l'Abbaye
(Landes)
Lahontan
Saint-Pé-de-Léren Carresse-Cassaber Salies-de-Béarn
Saint-Dos Auterrive Castagnède

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations anciennes[modifier | modifier le code]

Le toponyme Carresse apparaît sous les formes Beatus Stephanus de Carressa (980[3], cartulaire de Lescar[4]), Curtis Carreissa (Xe siècle[3], titres de Pau[5]) et Caresse (1793[6] ou an II).

Le toponyme Cassaber apparaît sous les formes Cassave (XIIe siècle[3], titres de l'ordre de Malte[7]), Casaver (XIIIe siècle[3], fors de Béarn[8]), Casseve et Sent jacme de Cassever (respectivement 1440[3] et 1441[3], notaires de Labastide-Villefranche[9]), la gentillesse de Cassaver (1442[3], contrats de Carresse[10]), Sent-Christau de Casseber (1472[3], notaires de Labastide-Villefranche[9]), Casavee (1538[3], réformation de Béarn[11]), Cattaber (1793[12] ou an II) et Cassabé (1801[12], Bulletin des Lois).

Graphie occitane[modifier | modifier le code]

Son nom occitan gascon est Carressa-Cassabè.

Histoire[modifier | modifier le code]

Paul Raymond[3] note qu'en 1385, Carresse comptait quarante-et-un feux et Cassaber treize. Les deux villages dépendaient du bailliage de Sauveterre. Carresse était une dépendance du diocèse de Lescar. Il y avait à Cassaber une abbaye laïque, vassale de la vicomté de Béarn.

Le village béarnais a connu une histoire très riche liée à la présence prestigieuse d'une famille de grands d'Espagne de 1812 à 1933, la dernière famille noble qui habita le château, les Camarasa [1]. « On cultivait le savoir-vivre espagnol, la délicatesse de l'âme, la courtoisie légendaire des grands d'Espagne, et une générosité sans faille dont les habitants gardent un souvenir inaltérable. On parlait castillan ; la mode, les domestiques, les mœurs étaient espagnols[13]. »

Le village a vu habiter la marquise de Montehermoso, maîtresse du roi d'Espagne, les marquis de Camarasa et surtout Paul-Jean Toulet qui y passa son adolescence et y vécut jusqu'à l'âge de 29 ans.

Carresse a été réuni à Cassaber en 1972[14].

À Cassaber est né le docteur Foix, médaille d'or de médecine et grand chercheur.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Écartelé : au 1er de gueules à deux vaches d'or, accornées, colletées et clarinées d'azur, passant l'une au-dessus de l'autre, au 2e d'argent à l'arbre au naturel ; au 3e d'argent au cristal de gypse fer-de-lance au naturel, au 4e de gueules à deux épis de maïs d'or, posés en pal et rangés en fasce.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Caresse-Cassaber a fait partie de l'arrondissement de Pau jusqu'au . À cette date, elle appartient désormais à celui d'Oloron-Sainte-Marie[15].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1995 en cours Michel Lansalot DVD Retraité[16]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Carresse-Cassaber fait partie de six structures intercommunales[17] :

  • la communauté de communes de Salies-de-Béarn ;
  • le SIGOM ;
  • le syndicat d’énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat de regroupement pédagogique de Carresse-Cassaber, Escos et Labastide-Villefranche ;
  • le syndicat intercommunal d’alimentation en eau potable du Saleys et des gaves ;
  • le syndicat intercommunal des gaves et du Saleys.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[19].

En 2015, la commune comptait 659 habitants[Note 1], en augmentation de 3,13 % par rapport à 2010 (Pyrénées-Atlantiques : +2,53 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
557559532690722746710699657
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
608590590586588654623650588
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
601611648540567591554530491
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
551577697589536468498639659
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la zone d'appellation d'origine contrôlée (AOC) du Béarn et de celle de l'ossau-iraty.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Château de La Salle de Cassaber, du XVIIe siècle. (Classé au titre des monuments historiques - arrêt de classement de décembre 2010).

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Étienne[22], de 1841, fut construite à Carresse en remplacement d'un ancien édifice détruit par la marquise de Montehermoso[réf. nécessaire].

L'église Saint-Jacques[23], de Cassaber, date du XIXe siècle et possède un chevet gothique.

Il a existé une chapelle Notre-Dame au quartier de Chrestiaa qui a abrité une léproserie.

À Carresse se trouve un calvaire en pierre d'Arudy offert par la marquise de Monein.

Le cimetière accueille la chapelle funéraire de la marquise de Montehermoso.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Gypse de Carresse.

Dans les arts[modifier | modifier le code]

Carresse est citée (orthographiée « Caresse ») dans le poème d’Aragon, Le conscrit des cent villages, écrit comme acte de Résistance intellectuelle de manière clandestine en 1943, pendant la Seconde Guerre mondiale[24].

Équipements[modifier | modifier le code]

Enseignement

Carresse-Cassaber dispose de deux écoles primaires, l'une publique et l'autre privée (école Saint-Ignace). http://stignace.toutemonecole.com

Sport et équipements sportifs

Le Carresse Salies Football Club (CSFC) est issu de la fusion du Carresse Sport et des Jeunes Salisiens.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Paul-Jean Toulet y passait ses vacances d'enfant. Plus tard il y a vécu neuf années, de 1889 à 1898, soit de 21 à 29 ans. Ce séjour aurait « fourni le cadre et donné la saveur à ses premiers romans »[25].

Le général baron Jean Pierre Lanabère, qui figure sur les piliers de l'arc de triomphe à Paris a été baptisé à Carresse.

D'autres personnages ont marqué l'histoire de Carresse-Cassaber, tels que la marquise de Montehermoso (1785-1869), maîtresse du roi d'Espagne, décédée au château ; son mari le comte d'Echauz, officier de la Garde impériale qui fut aussi conseiller général et maire de Carresse ; la duchesse de Castro Terreno qui servit de modèle à Goya ; le général-baron Lanabère, héros de la campagne de Russie, né à Salies-de-Béarn en 1770 et baptisé à Carresse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice du Sandre, consultée le 13/07/09
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. a b c d e f g h i et j Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  4. Cartulaire de l'évêché de Lescar, publié dans les preuves de l'Histoire de Béarn de Pierre de Marca
  5. D'après Pierre de Marca, Histoire de Béarn
  6. Fiche de Carresse sur le site du projet Cassini de l'EHESS
  7. Titres de l'Ordre de Malte, Caubin - Archives départementales de la Haute-Garonne
  8. Manuscrit du XIVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  9. a et b Notaires de Labastide-Villefranche - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  10. Contrats retenus par Carresse, notaire de Béarn - Manuscrit du XVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  11. Réformation de Béarn, collection manuscrite du XVIe au XVIIIe siècle, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.
  12. a et b Fiche de Cassaber sur le site du projet Cassini de l'EHESS
  13. Alexis Ichas, Madame de Montehermoso marquise des plaisirs et dame de Carresse, Éditions Atlantica, Biarritz, 2001
  14. Fiche de Aaa sur le site du projet Cassini de l'EHESS
  15. « Arrêté préfectoral portant modification des limites territoriales des arrondissements de Pau, de Bayonne et d'Oloron-Sainte-Marie du département des Pyrénées-Atlantiques » [PDF], sur un site de la préfecture des Pyrénées-Atlantiques, (consulté le 3 janvier 2017).
  16. https://www.lemonde.fr/aquitaine-limousin-poitou-charentes/pyrenees-atlantiques,64/carresse-cassaber,64168/
  17. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 3 juin 2014)
  18. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  22. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur l'église Saint-Étienne
  23. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur l'église Saint-Jacques
  24. Louis Aragon, « Le Conscrit des cent villages », publié initialement dans La Diane française, consulté dans Pierre Seghers, La Résistance et ses poètes : France, 1940-1945, Paris : Seghers, 2004 (2e édition). (ISBN 2-232-12242-5), p. 373-375
  25. Paul-Jean Toulet : [exposition], Paris, Bibliothèque nationale, mai-juin 1968, p. VIII.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alexis Ichas, Historial de Carresse, Éditions Atlantica
  • Alexis Ichas, Historial de Cassaber, Éditions Atlantica
  • Alexis Ichas, Chroniques béarnaises du Gave et du Saleys, Biarritz, Éditions Atlantica, (ISBN 9782843949845)
  • Alexis Ichas, Historial des gaves, Biarritz, Éditions Atlantica, (ISBN 9782758801702)
  • Alexis Ichas, Paul-Jean Toulet au bord du gave, Anglet, Éditions Atlantica, (ISBN 9782843946530)
  • Alexis Ichas, Madame de Montehermoso marquise des plaisirs et dame de Carresse, Biarritz, Éditions Atlantica,
  • Alexis Ichas, Portraits béarnais, Éditions Gascogne,

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]