Malaussanne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Malaussanne
L'église.
L'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Pau
Canton Artix et Pays de Soubestre
Intercommunalité Communauté de communes du canton d'Arzacq
Maire
Mandat
Bernard Dupont
2014-2020
Code postal 64410
Code commune 64365
Démographie
Population
municipale
412 hab. (2014 en diminution de 0,24 % par rapport à 2009)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 33′ 35″ nord, 0° 28′ 19″ ouest
Altitude Min. 76 m
Max. 221 m
Superficie 17,49 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Malaussanne

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Malaussanne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Malaussanne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Malaussanne

Malaussanne est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Nouvelle-Aquitaine.

Le gentilé est Malaussannais[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Malaussanne est située au nord-est du département, au nord du Béarn et de la ville de Pau, éloignée de trente kilomètres. Elle est frontalière avec les Landes.

Accès[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la route départementale D 664.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les terres de la commune sont arrosées[2] par le ruisseau le Louts, affluent de l'Adour, et par son tributaire, le ruisseau Laricabet.

Le ruisseau de la Rance, affluent du Luy, et le ruisseau le Hourquet, tributaire du Larbin, traversent également les terres de Malaussanne.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

  • Bourg
  • Couloumère
  • l'Église
  • Galus
  • Labigne
  • Labouyrie
  • Lahargouette
  • Lassale
  • Menjot
  • Piffou
  • la Poutge.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Malaussanne apparaît sous les formes Malaussana (1514[3], notaires de Garos[4]), Malausana et Malausanne en France (respectivement 1559[3] et 1675[3], réformation de Béarn[5]).

Histoire[modifier | modifier le code]

Paul Raymond[3] note que Malaussanne est une ancienne commanderie de Saint-Antoine, dépendant du prieuré de Toulouse.

Malaussanne dépendait de la Chalosse et de la subdélégation de Saint-Sever[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2001 Bernard Dupont    
2001 2008 Bernard Dupont DVD Conseiller général
2008 2014 Bernard Dupont DVD Conseiller général
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Malaussanne appartient à quatre structures intercommunales[6] :

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[8].

En 2014, la commune comptait 412 habitants[Note 1], en diminution de 0,24 % par rapport à 2009 (Pyrénées-Atlantiques : +2,6 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
901 919 1 080 937 1 022 1 039 1 037 1 042 1 004
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
990 919 878 838 865 840 818 766 738
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
721 661 685 614 627 605 575 544 475
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
450 439 428 404 407 419 393 408 412
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

L'ensemble fortifié[11] (basse-cour, motte, fossé, enceinte), appelé parfois camp romain, date des XIe et XIIe siècles.

Le manoir[12], dit château Gaye, date du XVIe siècle et fut remanié aux XVIIIe et XIXe siècles.

Des fermes[13] des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles ont été recensées par le ministère de la Culture.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-André[14], du XIIe siècle, fut remaniée aux XIVe et XVe siècles. Elle recèle un ensemble de mobiliers et d'objets[15] recensés par le ministère de la Culture.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

éducation

La commune dispose d'une école primaire.

Sports et associations 

La commune dispose d'un court de tennis et d'une salle polyvalente, ou est principalement pratiqué le basket-ball. Son club de basket, (150 licenciés)a évolué plusieurs années en Nationale 3, avant de fusionner avec la club voisin de Mazerolles en 2012.

D'autres associations existent au sein de la commune : tennis/pétanque, gymnastique, zumba, ACCA, comité de jumelage (village espagnol de Figarol, comité des fêtes).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur habitants.fr
  2. Notice du Sandre sur Malaussanne
  3. a, b, c, d et e Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  4. Notaires de Garos - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  5. Manuscrit du XVIe au XVIIIe siècles - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  6. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 15 juin 2014)
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  11. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur l'ensemble fortifié
  12. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur le château Gaye
  13. [1][2][3][4][5][6][7] Ministère de la Culture, base Mérimée - Notices sur les fermes classées
  14. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur l'église Saint-André
  15. [8][9][10][11][12][13][14] Ministère de la Culture, base Palissy - Notices sur le mobilier de l'église Saint-André

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]