Lestelle-Bétharram

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lestelle-Bétharram
Lestelle-Bétharram
Le pont de Bétharram sur le gave de Pau.
Blason de Lestelle-Bétharram
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Pau
Intercommunalité Communauté de communes Pays de Nay
Maire
Mandat
Jean-Marie Berchon
2020-2026
Code postal 64800
Code commune 64339
Démographie
Gentilé Lestellois
Population
municipale
828 hab. (2018 en diminution de 3,38 % par rapport à 2013)
Densité 96 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 07′ 51″ nord, 0° 12′ 30″ ouest
Altitude Min. 278 m
Max. 481 m
Superficie 8,63 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Pau
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton des Vallées de l'Ousse et du Lagoin
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Lestelle-Bétharram
Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques
Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Lestelle-Bétharram
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lestelle-Bétharram
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lestelle-Bétharram

Lestelle-Bétharram est une commune française située dans le département des Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine.

Ses habitants sont les Lestellois et les Lestelloises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Lestelle-Bétharram se trouve dans le département des Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine[2].

Elle se situe à 25 km par la route[Note 1] de Pau[3], préfecture du département, et à 19 km de Pontacq[4], bureau centralisateur du canton des Vallées de l'Ousse et du Lagoin dont dépend la commune depuis 2015 pour les élections départementales[2]. La commune fait en outre partie du bassin de vie de Pau[2].

Les communes les plus proches[Note 2] sont[5] : Montaut (0,7 km), Igon (3,8 km), Asson (3,9 km), Coarraze (4,8 km), Saint-Pé-de-Bigorre (5,1 km), Arthez-d'Asson (5,6 km), Saint-Vincent (6,1 km), Bénéjacq (6,9 km).

Sur le plan historique et culturel, Lestelle-Bétharram fait partie de la province du Béarn, qui fut également un État et qui présente une unité historique et culturelle à laquelle s’oppose une diversité frappante de paysages au relief tourmenté[6].

Map commune FR insee code 64339.png
Communes limitrophes de Lestelle-Bétharram[7]
Igon
Asson Lestelle-Bétharram Montaut
Saint-Pé-de-Bigorre
(Hautes-Pyrénées)

Paysages et relief[modifier | modifier le code]

Les grottes de Bétharram[modifier | modifier le code]

Les grottes de Bétharram sont une série de grottes situées à la frontière des départements des Pyrénées-Atlantiques et des Hautes-Pyrénées.
Leur emprise intéresse les communes d'Asson et Lestelle-Bétharram dans les Pyrénées-Atlantiques et de Saint-Pé-de-Bigorre dans les Hautes-Pyrénées. Elles font découvrir à pied, en barque, puis en petit train, la clef de la formation des grottes similaires.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

« Pont de Lierre » au-dessus du gave de Pau (photographié entre 1859 et 1910 par Eugène Trutat).

La commune est traversée[8] par le gave de Pau, affluent de l'Adour, et par ses tributaires, les ruisseaux de Cacaret et de Batcrabère. Ce dernier est lui-même alimenté sur la commune par le ruisseau d'Abadie.

Un affluent de l'Ouzoum, le ruisseau l'Arrieucourt, coule également sur la commune. Ce dernier est à son tour rejoint sur les terres de Lestelle-Bétharram par le ruisseau le Gès.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[9]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique et les climats de montagne et semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[10].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[11]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[9]

  • Moyenne annuelle de température : 12,7 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,9 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 5,5 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 3] : 13,8 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 1 273 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,2 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,9 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[12] complétée par des études régionales[13] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Asson », sur la commune d'Asson, mise en service en 1970[14]et qui se trouve à 4 km à vol d'oiseau[15],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 13 °C et la hauteur de précipitations de 1 304,6 mm pour la période 1981-2010[16]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Pau-Uzein », sur la commune d'Uzein, mise en service en 1921 et à 35 km[17], la température moyenne annuelle évolue de 13,2 °C pour la période 1971-2000[18], à 13,4 °C pour 1981-2010[19], puis à 13,8 °C pour 1991-2020[20].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Espaces protégés[modifier | modifier le code]

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[21],[22]. Un espace protégé est présent sur la commune : le « gave de Pau », objet d'un arrêté préfectoral de protection de biotope, d'une superficie de 47,1 ha[23].

Réseau Natura 2000[modifier | modifier le code]

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d'intérêt écologique élaboré à partir des Directives « Habitats » et « Oiseaux », constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS)[Note 5]. Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la « directive Habitats » : le « gave de Pau »[25], d'une superficie de 8 194 ha, un vaste réseau hydrographique avec un système de saligues[Note 6] encore vivace[26],[Carte 1].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Une ZNIEFF de type 1[Note 7]est recensée sur la commune[27],[Carte 2] : les « gave d'Azun, ruisseau du Bergons et gave de Lourdes » (437,18 ha), couvrant 31 communes dont 2 dans les Pyrénées-Atlantiques et 29 dans les Hautes-Pyrénées[28] et une ZNIEFF de type 2[Note 8],[27],[Carte 3] : le « réseau hydrographique du gave de Pau et ses annexes hydrauliques » (3 000,84 ha), couvrant 71 communes dont 10 dans les Landes, 59 dans les Pyrénées-Atlantiques et 2 dans les Hautes-Pyrénées[29].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Lestelle-Bétharram est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 9],[30],[31],[32].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Pau, dont elle est une commune de la couronne[Note 10]. Cette aire, qui regroupe 228 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[33],[34].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (64,7 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (64,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (47,7 %), forêts (28,2 %), terres arables (17 %), zones urbanisées (7,1 %)[35].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 4].

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

  • Bétharram ;
  • Calvaire ;
  • Lestelle ;
  • la Plaine ;
  • Sansguilhem ;
  • Serre de Brozou ;
  • Village.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les routes départementales 35, 226, 526 et 937, ainsi que par la ligne SNCF Toulouse - Bayonne.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Lestelle apparaît sous les formes la bastide de Lestelle (1335[36], réformation de Béarn[37]), Lestele (1402[36], censier de Béarn[38]), La Stela (1429[36], censier de Bigorre[39]), Lestella (1544[36], titres de Béarn[40]), Lastelle et l'Estelle (respectivement 1544[36] et 1675[36], réformation de Béarn[37]) et Saint-Jean de Lestelle (1675[36], terrier de Lestelle[41]).
Une méthode rationnelle consistait à donner à la nouvelle cité le nom du quartier ou de l'endroit où elle était bâtie. Le mot de Lestelle, au premier abord, viendrait d'étoile. Dans la vallée de l'Adour, entre Tarbes et Bagnères se trouve un endroit nommé l'estélou en raison d'une vieille borne en pierre qui jalonnait la route. On garde par ailleurs le souvenir d'une ferme placée près d'un cours d'eau appelée Lestelle à cause d'une "stèle" ou borne indiquant qu'en cet endroit le fleuve était guéable[42],[Note 11].

Le toponyme Bétharram, hameau de Lestelle, est mentionné en 1335[36] (réformation de Béarn[37]) et apparaît sous les formes Guatarram (1335[36], terrier de Lestelle[41]) et la chapelle de Nostre-Dame du Calvaire de Betarram (1644[36], titres de la chambre des comptes de Pau[43]).
Bétharram signifie « beau rameau » en béarnais.

Son nom béarnais est L’Estela-Bètharram[44] ou L’Estéle-Bètharram[45].

Histoire[modifier | modifier le code]

La place Saint-Jean.
Vue du XIXe siècle, par Eugène de Malbos.
Vue générale sur les sanctuaires de Bétharram..

Lestelle est une bastide créée en 1335 sur le territoire d'Asson (quartier d'Artigaux) par Gaston II de Foix, fils de Roger-Bernard de Foix et de Marguerite de Béarn, époux d'Eléonore de Comminges et père de Gaston III dit Fébus. Lestelle payait, tous les ans, une redevance à Asson dont le montant s'élevait à trois livres[46]. De nombreux privilèges furent accordés, notamment l'affranchissement, les concessions foncières, les franchises de pacages pour la transhumance, le droit de chasse et de pêche, l'exemption du droit de passage sur le pont en bois de Gatarram, une administration autonome, l'exemption du four banal[47]. Les quatre jurats étaient aidés par le garde-boursier qui avait pour mission de garder les caisses de la commune et par le notaire rural jouant le rôle dévolu aujourd'hui aux secrétaires de mairie ; il notait notamment les procès-verbaux des séances. Les réunions n'avaient pas lieu dans une salle, mais sur la place de l'église avec la présence de tous les habitants ; si vote il y avait, celui-ci se faisait à main levée.Paul Raymond[36] note qu'en 1385, comptait trente-deux feux et Bétharram[48]. Les deux paroisses dépendaient du bailliage de Nay.

Lestelle-Bétharram est un lieu de pèlerinage très ancien et toujours très fréquenté ( et le dimanche qui suit). La légende[49] rapporte en effet, à une date indéterminée, que la Vierge y sauve une jeune fille de la noyade en lui tendant un rameau sous le pont (d'où le « rhabillage toponymique » de Guatarram en bétharram qui signifie 'beau rameau' en béarnais). La chapelle primitive, sans doute construite au XIVe, est brûlée, reconstruite puis, trop modeste, agrandie. Les merveilles s'y opérant attirent de plus en plus de pèlerins, ce qui vaut à Bétharram au XVe siècle, le nom de « Terre sainte ». Le sanctuaire du XVIe siècle est alors un joyau de l'art baroque en Béarn. En 1569, les protestants, maîtres de la région, incendient le sanctuaire et proscrivent la religion catholique en Béarn. Dès lors, les processions de la Fête-Dieu sont interdites ; les croix, les images des saints, tout ce qui touche de près la religion catholique est enlevé. Ces excès donnèrent lieu à l'intervention du pape Pie V et du roi de France. Le village n'est pas épargné par la tourmente, mais au dire de Marca (président du Parlement de Navarre, intendant de justice, conseiller ordinaire et conseiller d'État), personne ne se fait protestant[50]. En 1614, l'évêque de Lescar reçoit l'autorisation de reconstruire la « Dévote Chapelle en ruines ». Grâce à Louis XIII, elle est relevée en 1616 et la veille de l'Assomption de l'an 1622, selon la tradition, une source tarie se remet à couler dans une grotte proche du sanctuaire. Ces eaux sont conduites plus loin dans un édicule indépendant et deviennent une fontaine miraculeuse. Plus de quatre-vingt miracles y auraient été recensés au XVIIe siècle[51].

Au printemps de 1678, une crue subite du Gave emporte à la fois l'église, le cimetière du village et le pont. La destruction du pont est un problème grave, rendant les villages isolés par le gave. Ce passage daterait, semble-t-il du XIVe siècle, le premier pont aurait été construit par les habitants de Montaut, vraisemblablement vers 1308[52]. Ce pont est détruit en 1646 et 1676 aussi, toujours par les crues, car il était en bois, étroit et assez dangereux. Il est reconstruit en pierre, ses travaux durent jusqu’en 1687. En 1681, les travaux de construction de la nouvelle église sont achevés.

En 1837, Michel Garicoïts fonde le collège Notre-Dame de Bétharram, maison-mère de la congrégation des Prêtres du Sacré-Cœur de Jésus qu'une double vocation de mission et d'enseignement a amenée à essaimer dans le monde entier (Algérie jusqu'en 1962 avec le collège de Sonis, Argentine, Paraguay, Uruguay, Côte d'Ivoire, Chine puis en Thaïlande auprès des Karens ou Karènes). On peut voir dans la chapelle son cercueil en verre et un bout de son pouce.

C'est à Lestelle-Bétharram alors notoirement connue pour ses miracles, que Bernadette Soubirous venait très souvent. Elle en ramena le chapelet qu'elle détenait lors de l'apparition de la Vierge à Lourdes.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur à la montagne sommée d'un calvaire surmonté d'une étoile, le tout d'or, adextré d'or aux deux vaches de gueules accornées, colletées et clarinées d'azur, passant l'une sur l'autre.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires de Lestelle-Bétharram
Période Identité Étiquette Qualité
1893 1898 Alexis Esdourrubail    
avant 1995 2001 Michel Bouyrie    
2001 En cours Jean-Marie Berchon PS Médecin retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Lestelle-Bétharram appartient à cinq structures intercommunales[53] :

  • la communauté de communes du Pays de Nay ;
  • le syndicat d’eau potable et d’assainissement du pays de Nay (SEAPAN) ;
  • le syndicat d’énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat intercommunal de défense contre les inondations du gave de Pau ;
  • le syndicat mixte du bassin du gave de Pau.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[54]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[55].

En 2018, la commune comptait 828 habitants[Note 12], en diminution de 3,38 % par rapport à 2013 (Pyrénées-Atlantiques : +2,37 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8707329399409931 0001 0341 0931 069
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1651 2221 2171 2951 4801 3101 4381 5581 509
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 4571 0361 1021 1351 1711 1641 2311 3271 326
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 1571 059985879865786802801858
2017 2018 - - - - - - -
831828-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[56] puis Insee à partir de 2006[57].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lestelle-Bétharram fait partie de l'aire urbaine de Pau.

Économie[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty. Les activités agricoles sont nombreuses : élevage, apiculture…

Petite commune rurale, elle possède peu de commerces : une pharmacie, une boulangerie, une épicerie, un salon de coiffure, un garage. On y trouve une maison de retraite.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Lestelle-Bétharram dispose d'une école primaire publique et d'un collège-lycée privé (ex Notre-Dame de Bétharram actuellement renommé Le Beau-Rameau - groupe scolaire comprenant le collège Sainte-Élisabeth d'Igon et l'école Saint-Joseph de Montaut)[58]).

Sports et équipements sportifs[modifier | modifier le code]

  • Football à 7 : club des Izards de Lestelle ;
  • Rugby à 13 : club Avant-Garde Lestelle XIII.

On y trouve un fronton, un boulodrome, un piste de skate-board, un terrain de basket, un stade sur les berges du gave sur la base de loisirs du Saillet[59].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le tourisme est une part importante de son économie avec trois hôtels, quatre restaurants, un camping au bord du Gave, des gîtes et des chambres d'hôtes. On y trouve des équipements de loisirs sur la base de loisirs du Saillet[59]. Les activités nautiques au bord du gave se développent aussi : kayak, rafting… En et en , les crues exceptionnelles du gave ont détruit de nombreux équipements de la base de loisirs qui ont été reconstruits depuis.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Les fêtes locales se déroulent à la fin juin.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Le pont.

Le pont de Bétharram[60] (pont en arc à une travée datant de 1687) fut inscrit aux monuments historiques en 1925.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

La chapelle Notre-Dame.
  • Le calvaire et chemin de croix[61] fut reconstruit en 1841 sur les ruines des monuments du XVIIe siècle détruit à la Révolution et dont les stations avaient été relevées dès 1805. On peut y voir des bas-reliefs du cycle de la Passion sculptés par Alexandre Renoir et des chapelles de style éclectique construites de 1841 à 1845.
  • La chapelle Notre-Dame[62] fut édifiée au XVIIe siècle. Celle de Saint-Michel Garicoïts[63] date, quant à elle, du début du XXe siècle.
  • La chapelle de Bétharram recèle des tableaux[64], du mobilier[65], des statues[66] et des objets[67] classés aux monuments historiques.
  • L'église Saint-Jean-Baptiste (XVIIIe siècle) possède du mobilier[68] également classé.
  • Le musée de la congrégation des Pères de Lestelle-Bétharram, riche de l'accumulation d'objets tout au long des siècles, possède de nombreuses collections, de la préhistoire aux temps modernes, en relation avec l'histoire régionale.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Naissance à Lestelle-Bétharram.
Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Décès à Lestelle-Bétharram.
Nées au XIXe siècle
  • Frédéric Godefroy, né en 1826 à Paris et décédé en 1897 à Lestelle-Bétharram, est un philologue, journaliste et enseignant français.
  • Carl Einstein (1885-1940), critique d'art allemand et militant anarchiste poursuivi par le Régime de Vichy et l'occupant nazi, était réfugié à l'abbaye de Lestelle-Bétharram depuis juin 1940 lorsqu'il se suicida en se jetant dans le gave de Pau, le [69].
Nées au XXe siècle
  • Jorge Semprún, né en 1923 à Madrid, est un écrivain, scénariste et homme politique espagnol dont l'essentiel de l'œuvre littéraire est rédigé en français. Durant la guerre d'Espagne, il séjourne d'abord à Lestelle-Bétharram dans la maison de Jean-Marie Soutou, un proche d'Esprit, revue dont son père, José María Semprún, était correspondant en Espagne.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes par la voie routière et évaluées à l'aide d'un calculateur d'itinéraires.
  2. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes à vol d'oiseau.
  3. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Dans les sites Natura 2000, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[24].
  6. La saligue est un mot patois (langage local) qui désigne la végétation typique qui habille toutes les zones marécageuses du gave de Pau.
  7. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  8. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  9. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  10. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  11. Opinion émise par Mgr Lasserre, vicaire général de Bayonne, et historien distingué. L'orthographe primitive: Lestele (avec un seul "L" viendrait appuyer cette hypothèse
  12. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. « Sites Natura 2000 de types sites d'intérêt communautaire (SIC) (Directive Habitats) de la commune de Lestelle-Bétharram », sur www.geoportail.gouv.fr.
  2. « ZNIEFF de type I sur la commune de Lestelle-Bétharram », sur www.geoportail.gouv.fr (consulté le ).
  3. « ZNIEFF de type II sur la commune de Lestelle-Bétharram », sur www.geoportail.gouv.fr (consulté le ).
  4. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur habitants.fr
  2. a b et c « Métadonnées de la commune de Lestelle-Bétharram », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  3. Stephan Georg, « Distance entre Lestelle-Bétharram et Pau », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  4. Stephan Georg, « Distance entre Lestelle-Bétharram et Pontacq », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  5. « Communes les plus proches de Lestelle-Bétharram », sur www.villorama.com (consulté le ).
  6. Frédéric Zégierman, Le guide des pays de France - Sud, Paris, Fayard, (ISBN 2-213-59961-0), p. 30.
  7. Carte IGN sous Géoportail
  8. Notice du Sandre sur Lestelle-Bétharram, consultée le 14/06/09
  9. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le ).
  10. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le ).
  11. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le ).
  12. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  13. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Nouvelle-Aquitaine », sur nouvelle-aquitaine.chambres-agriculture.fr, (consulté le ).
  14. « Station Météo-France Asson - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  15. « Orthodromie entre Lestelle-Bétharram et Asson », sur fr.distance.to (consulté le ).
  16. « Station Météo-France Asson - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  17. « Orthodromie entre Lestelle-Bétharram et Uzein », sur fr.distance.to (consulté le ).
  18. « Station météorologique de Pau-Uzein - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  19. « Station météorologique de Pau-Uzein - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  20. « Station météorologique de Pau-Uzein - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  21. « Les différents espaces protégés. », sur http://www.observatoire-biodiversite-centre.fr/ (consulté le ).
  22. « Liste des espace protégés sur la commune », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  23. « le « gave de Pau » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  24. Réseau européen Natura 2000, Ministère de la transition écologique et solidaire
  25. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Lestelle-Bétharram », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  26. « site Natura 2000 FR7200781 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  27. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune de Lestelle-Bétharram », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  28. « ZNIEFF les « gave d'Azun, ruisseau du Bergons et gave de Lourdes » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  29. « ZNIEFF le « réseau hydrographique du gave de Pau et ses annexes hydrauliques » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  30. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  31. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  32. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  33. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Pau », sur insee.fr (consulté le ).
  34. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  35. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  36. a b c d e f g h i j et k Paul Raymond, Dictionnaire topographique du département des Basses-Pyrénées, Paris, Imprimerie Impériale, , 208 p. (notice BnF no FRBNF31182570, lire en ligne)..
  37. a b et c Réformation de Béarn, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, coll. « manuscrits du XVIe au XVIIIe siècle »..
  38. Censier de Béarn, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, manuscrit de 1385..
  39. Manuscrit de 1429 - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  40. Titres de la vicomté de Béarn - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  41. a et b Manuscrit du XVIIIe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  42. Père Henri Condou, L'écho de Bétharram, vol. 144, .
  43. Titres de la chambre des comptes de Pau - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  44. Ostau Bearnes, « Toponymie des communes béarnaises selon la graphie classique » [PDF] (consulté le ).
  45. Institut béarnais et gascon, « Toponymie des communes béarnaises selon la graphie moderne » [PDF] (consulté le ).
  46. http://www.lestelle-betharram.fr/histoire/lestelle-histoire-chronologie.html
  47. http://www.lestelle-betharram.fr/histoire/lestelle-histoire-archives.html
  48. http://www.lestelle-betharram.fr/histoire/lestelle-histoire-archives-recensement.html
  49. Miracles et légendes de Bétharram
  50. http://www.lestelle-betharram.fr/histoire/lestelle-histoire-chronologie-chapelle.html
  51. Joris-Karl Huysmans, François Angelier, Les foules de Lourdes, Éditions Jérôme Millon, , p. 61-62.
  52. http://www.lestelle-betharram.fr/histoire/lestelle-histoire-chronologie-pont.html
  53. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le ).
  54. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  55. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  56. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  57. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  58. Notice sur l'établissement scolaire de Notre-Dame de Bétharram sur le site de la commune
  59. a et b http://www.lestelle-betharram.fr/tourisme/lestelle-tourisme-loisirs.html
  60. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur le pont dhe Bétharram
  61. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur le calvaire et chemin de croix
  62. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur la chapelle Notre-Dame
  63. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur la chapelle du bienheureux Saint-Michel-Garicoïtz
  64. [1][2][3] Ministère de la Culture, base Palissy - Notices sur les tableaux de la chapelle Notre-Dame
  65. [4][5][6][7][8][9][10][11] Ministère de la Culture, base Palissy - Notices sur le mobilier de la chapelle de Bétharram
  66. [12][13][14][15][16][17] Ministère de la Culture, base Palissy - Notices sur les statues de la chapelle de Bétharram
  67. [18][19][20] Ministère de la Culture, base Palissy - Notices sur les objets de la chapelle de Bétharram
  68. Ministère de la Culture, base Palissy - Notice sur le mobilier de l'église Sain-Jean-Baptiste
  69. « Carl Einstein », sur Société Carl Einstein (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :