Bourbon-Lancy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bourbon-Lancy
Bourbon-Lancy
La rue de l'Horloge.
Blason de Bourbon-Lancy
Blason
Bourbon-Lancy
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Charolles
Intercommunalité Communauté de communes Entre Arroux, Loire et Somme
Maire
Mandat
Édith Gueugneau
2020-2026
Code postal 71140
Code commune 71047
Démographie
Gentilé Bourbonniens
Population
municipale
4 713 hab. (2019 en diminution de 8,09 % par rapport à 2013)
Densité 85 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 37′ 13″ nord, 3° 46′ 27″ est
Altitude Min. 202 m
Max. 346 m
Superficie 55,73 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Bourbon-Lancy
(ville isolée)
Aire d'attraction Bourbon-Lancy
(commune-centre)
Élections
Départementales Canton de Digoin
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Bourbon-Lancy
Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire
Voir sur la carte topographique de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Bourbon-Lancy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bourbon-Lancy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bourbon-Lancy
Liens
Site web bourbon-lancy.fr

Bourbon-Lancy est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire en région Bourgogne-Franche-Comté.

Elle est connue, notamment, pour sa station thermale, qui est la dernière encore en activité en Bourgogne avec celle de Saint-Honoré-les-Bains[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Bourbon-Lancy est une petite cité médiévale au sud-ouest de la Bourgogne. Elle est située à l’extrémité ouest du département de Saône-et-Loire, à la limite avec l’Allier et la Nièvre. Bourbon-Lancy est à 27 km de Digoin, à 35 km de Moulins et à 55 km de Montceau-les-Mines.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est accessible par autocar depuis Moulins (Réseau départemental trans’allier[2]).

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Deux unités géologiques existent : le socle primaire du Morvan à l'est et la Limagne tertiaire à l'ouest ; elles sont séparées par une grande dislocation (rupture de couches terrestres) qu'empruntent les sources thermales pour venir à jour[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

On compte un ruisselet, dit le Borne[4]. La Loire se trouve à trois kilomètres.

Les thermes[modifier | modifier le code]

Les bains de Bourbon-Lancy sont réputés pour soigner les rhumatismes. On compte plusieurs sources chaudes : la Limbe (58 °C) et Saint-Léger, Valois, La Reine et Descures (au-dessus de 45 °C)[5].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Bourbon-Lancy est de type océanique, avec des tendances continentales dû à l'éloignement de la mer. Les hivers y sont froids et humides, les brouillards fréquents et souvent givrants, les ciels clairs se caractérisent par de fortes gelées souvent inférieures à −5 °C. La neige n'y est pas très fréquente, mais les quantités peuvent être importantes. Les records de froid sont proches des −23 °C, atteints en 1985. Les printemps sont tardifs mais de belles journées printanières en mars ne sont pas rares et, avec le vent du sud qui peut souffler assez fort, les 20 °C peuvent être atteints. Toutefois le froid ne lâche pas prise facilement en Bourbonnais, et les gels peuvent anéantir les fleurs des cerisiers jusqu'en mai. Les étés sont très lumineux et secs. Les orages n'éclatent que rarement avec violence. La présence de la Loire toute proche est importante. Le vent d'ouest apporte souvent de belles journées sèches et chaudes. Les canicules peuvent être fortes et Bourbon-Lancy se distingue en Saône-et-Loire par ses records de chaleurs, atteints notamment en août 2003 avec 41,9 °C. En résumé, un climat à la teinte particulière souvent influencée par les vents du nord l'hiver, de sud et d'ouest l'été. La pluviométrie est importante en hiver et au printemps, l'été et l'automne se montrant plus secs et lumineux[6].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Bourbon-Lancy est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[7],[8],[9]. Elle appartient à l'unité urbaine de Bourbon-Lancy, une unité urbaine monocommunale[10] de 4 927 habitants en 2017, constituant une ville isolée[11],[12].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Bourbon-Lancy, dont elle est la commune-centre[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 12 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[13],[14].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (70,9 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (72,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (49,2 %), forêts (17,4 %), zones agricoles hétérogènes (12,8 %), terres arables (8,9 %), zones urbanisées (7,8 %), eaux continentales[Note 3] (1,7 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (1,2 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (0,8 %)[15].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[16].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune, composé de Bourbon et de Lancy, a deux origines différentes[17] : le nom de Bourbon viendrait du gaulois borua[18], de l'ancien français borbe/bourbe comparable à l'occitan borba, "boue, bourbier", tous deux d'origine gauloise avec le mot borba/borva, source bouillonnante, d'où la boue qu'elle produit, de Borvo ou encore Bormanus un surnom d'Apollon qui aurait donné Bourbon mais aussi La Bourboule dans le Puy-de-Dôme ou, dans l'Allier, Bourbon-l'Archambault. Le surnom de Lancy viendrait d'un ancien seigneur nommé Ancellus.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Dédicace à Borvo et Damona, les divinités tutélaires du sanctuaire de source antique de Bourbon-Lancy (Autun, musée Rolin).

Bourbon-Lancy est surtout connue depuis l’Antiquité pour ses eaux thermales qui, des Romains aux curistes du XXIe siècle, soignent les rhumatismes.

L'agglomération d'époque romaine, située sur le territoire du peuple des Éduens, semble s'être développée sous les règnes des empereurs Auguste et Tibère en périphérie d'un important sanctuaire des eaux dont les divinités tutélaires, Borvo / Apollon et Damona, sont connues par plusieurs inscriptions antiques trouvées dans la commune[19]. Ce lieu de culte devait se trouver à proximité des thermes actuels, qui recouvrent les captages de source et les thermes romains, encore visibles au XVIIe siècle[20]. Un important réseau de galeries antiques liées à l'évacuation des eaux est encore conservé sous le parc thermal[21]. Le lieu de culte, ses sources d'eaux chaudes et son bois sacré sont décrits de manière allusive par un orateur éduen dans un discours d'invitation à l'empereur Constantin en 310[22].

Dans sa plus grande extension, l'agglomération d'époque romaine s'étendait des thermes aux environs de l'église Saint-Nazaire et au plan d'eau du Breuil. La ville figure sur la table de Peutinger[23] sous le nom d'Aquis Bormonis. Outre les activités liées au sanctuaire, l'agglomération abritait des activités artisanales dont des ateliers de production de statuettes en terre cuite à l'emplacement du plan d'eau du Breuil[24].

Moyen Âge et Renaissance[modifier | modifier le code]

L'agglomération du haut Moyen-Âge est documentée par la découverte de sarcophages à l'emplacement de l'ancienne église Saint-Martin[25] et de monnaies des empereurs byzantins Zénon et Justinien[26]. Elle abrite alors un atelier monétaire qui frappe des monnaies à la légende BORBON CAS(TRUM)[27].

Sur l'éperon surplombant les thermes, on bâtit durant le Moyen Âge un château-fort orné de sept tours. La ville compte comme patrimoine médiéval un beffroi (qui auparavant était garni d'un pont-levis et d'une grille[28]), le vieux quartier et un rempart, ainsi qu’une église (église Saint-Nazaire, datant du Xe siècle et remaniée au XIIe siècle) du roman primitif, qui lui vaut d’être membre des sites clunisiens. Elle a été le « bailliage le plus occidental de la Bourgogne »[29].

Bourbon-Lancy constituait une baronnie. Au XIIIe siècle, les seigneuries de Bourbon-Lancy et d'Uchon étaient aux Semur de Luzy puis aux Châteauvillain. Mais bien auparavant, depuis le XIe siècle au moins, une famille de Bourbon dominait la région de l'Arroux en Autunois, comme l'a montré l'historien Jean Richard[30],[31], dont les membres se nommaient notamment Ancéis (Ansei, Ansedeus), et Bourbon l'Ancéis s'est transformé en Bourbon-Lancy. Cette famille a donné de nombeux rameaux à la généalogie compliquée : les Montperroux, les Clessy (cf. la postérité naturelle du duc Louis) etc. Il est plausible que par des mariages Bourbon-Lancy soit passé aux Semur[32],[33] puis aux Châteauvillain.

En 1580, Henri III envoie son premier médecin, Miron, son premier architecte, Androuet du Cerceau, et son contrôleur des bâtiments, Donon, à Bourbon-Lancy pour remettre en état les bains et préparer le séjour de la reine, Louise de Lorraine, atteinte de stérilité[39]. Il leur faut très vite « remettre aucunement l’ancienne commodité des bains accablés et confondus dans leurs ruines, destoupper les canaux, tant des fontaines que de la vuidange desdicts Bains, où déjà la longueur du temps avoit ensevely le nom avec la forme de la chose »[40] Louise de Lorraine y séjourne d’août à novembre 1580. Elle y revient en 1582 et 1583 pour tenter, en vain, de devenir enceinte[41].

Période moderne[modifier | modifier le code]

En 1622, la commune accueille des membres des frères mineurs capucins ; le 10 mars 1658, elle les dote d'une aide de 40 livres, « attendu qu'ils sont grand nombre de religieux et que les aumônes qui leur sont données par les habitants de cette ville ne sont pas suffisantes pour les faire subsister, et que journellement ils rendent de signalés services aux dits habitants »[42].

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Elle est chef-lieu de district de 1790 à 1795[43].

En 1793, Bourbon-Lancy, à l'instar de quelque cent cinquante autres communes de Saône-et-Loire, change de nom et devient provisoirement Bellevue-les-Bains[44].

Au XIXe siècle, le marquis Étienne Jean François d'Aligre fait bâtir un hôpital, par philanthropie, déboursant quatre millions de francs or ; une statue du marquis et de son épouse, ainsi que des armoiries dispersées rappellent leur don[45]. En juin 1904, des inondations submergent en partie la ville[46].

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune porta provisoirement le nom de Bellevue-les-Bains[47].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Élections municipales de 2014[modifier | modifier le code]

L'hôtel de ville

Lors des élections municipales des 23 et 30 mars 2014, trois listes étaient candidates : la liste du Parti socialiste conduite par le maire sortant, une liste divers gauche et une liste divers droite. La liste PS a été largement battue (ne recueillant que 31 % des suffrages exprimés) par la liste divers gauche (46 % des suffrages exprimés), la liste divers droite recueillant 21 %[48].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Listes des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1841 1850 Lazare Compin   Propriétaire et banquier
Les données manquantes sont à compléter.
1850 juillet 1856 Lazare Compin   Propriétaire et banquier
juillet 1856 août 1865 Louis Pinot   Médecin
Conseiller général du canton de Bourbon-Lancy (1855 → 1870)
Les données manquantes sont à compléter.
1912 mars 1934 Gabriel Pain   Médecin
mars 1934 1940[réf. nécessaire] Henry Turlier   Directeur commercial
Sénateur de Saône-et-Loire (1935 → 1944)
Conseiller général du canton de Bourbon-Lancy (1935 → 1940)
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1959 mars 1977 Marc Gouthéraut SFIO puis PS Assureur
Conseiller général du canton de Bourbon-Lancy (1945 → 1976)
mars 1977 mars 2001 Roger Luquet PS Enseignant
Conseiller général du canton de Bourbon-Lancy (1976 → 1994)
mars 2001 5 avril 2014 Jean-Paul Drapier PS Professeur d'histoire
Conseiller général du canton de Bourbon-Lancy (2008 → 2015)
5 avril 2014 En cours
(au 5 avril 2014[49])
Édith Gueugneau DVG Préparatrice en pharmacie
Députée de la 2e circonscription de Saône-et-Loire (2012 → 2017)
Conseillère régionale de Bourgogne (2004 → 2012)
Vice-présidente du conseil régional de Bourgogne (2010 → 2012)
Présidente de la CC Entre Arroux, Loire et Somme (2017 → )
Les données manquantes sont à compléter.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Bourbon-Lancy figure parmi les quinze premières communes de Saône-et-Loire à avoir établi – puis officialisé – des liens d'amitié avec une localité étrangère[50].

À ce jour, la ville est jumelée avec :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[51]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[52].

En 2019, la commune comptait 4 713 habitants[Note 4], en diminution de 8,09 % par rapport à 2013 (Saône-et-Loire : −0,85 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 6232 8022 5262 4002 2922 8142 8793 0033 160
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 2073 2923 2223 2033 2283 7003 8113 8814 162
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 1584 2664 4694 2084 8434 5404 5954 5594 846
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
6 1716 2636 6406 5076 1785 6345 5025 4665 275
2014 2019 - - - - - - -
5 0694 713-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[47] puis Insee à partir de 2006[53].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

La ville contient un club de football (USB Bourbon-Lancy), un club de basket (Bourbon Basket), et un club de judo (ASFPT Judo Bourbon-Lancy).

Économie[modifier | modifier le code]

Site industriel implanté à Bourbon-Lancy depuis 1874, l’usine FPT - Fiat Powertrain Technologies - (ex-Iveco-Unic) est le premier employeur privé de Bourgogne, avec un effectif de plus de 1 600 personnes. L’établissement produit des moteurs d’une puissance de 240 à 700 chevaux. Ces moteurs équipent principalement les véhicules du groupe Fiat : Iveco, Irisbus, CNH, etc. Le site, fondé en 1874, était alors la manufacture des machines agricoles Puzenat. L'activité évolue dans les années 1960 avec la fabrication des tracteurs Someca. À la création d'Iveco (Groupe Fiat) en 1975, l'établissement s'est spécialisé dans la fabrication des moteurs diesels. Il produit également des moteurs GNV, dont le plus puissant moteur au monde, d'une puissance de 460 chevaux[54]. L'usine de Bourbon-Lancy est également un site pilote pour le groupe Fiat.

La commune compte également plusieurs PME : « La Fromagerie Terre D'or », « Les Parfums Jardin de France », etc.

Le slogan touristique qui accompagne le logotype de la ville est : « Bourbon-Lancy, le plein de vie ».

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château du Vignault
Hôpital de Bourbon-Lancy.
Entrée de la ville.

Lieux disparus[modifier | modifier le code]

  • Hippodrome de Sornat (1896-1974)[59].

Musées[modifier | modifier le code]

Espaces verts[modifier | modifier le code]

Bourbon-Lancy est classée ville fleurie, elle possède deux « fleurs ».

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Charles Jean-Baptiste des Gallois de La Tour (1715-1802).
  • Claude Rameau (1876-1955), peintre.
  • Ferdinand Sarrien, maire de Bourbon-Lancy, député, sénateur, ministre et président du Conseil. Il a donné son nom au château Sarrien.
  • Daniel Remondin, général de division, commandant des Écoles logistiques du Train.
  • Michel Laurent, coureur cycliste (1974-1984).
  • Bernard Depierre (1945-), homme politique.
  • Gabriel Cimetière (1913-1999), historien, a obtenu plusieurs fois un prix au concours Chefs-d'œuvre en péril pour la restauration du quartier médiéval, créateur du musée des uniformes.
  • Gérard Cimetière (1951-) photographe « portraitiste de France excellence », créateur du festival européen du portrait photographique depuis 2004 appelé « L'été des portraits », qui rassemble 500 photographes européens pour une exposition urbaine géante.
  • Edith Gueugneau, députée de la 2e circonscription de Saône-et-Loire (2012-2017), et maire de Bourbon-Lancy (2014-).
  • Toussaint Charton (v.1628-1698), peintre, ayant vécu à Bourbon de 1670 à 1698. Auteur de Sainte-Anne et la vierge enfant, exposé au musée Saint-Nazaire.

Coutumiers des bains[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Bourbon-Lancy Blason
D'azur au lion d'or accompagné de huit coquilles du même rangées en orle.
Détails
Armes des premiers seigneurs de Bourbon-l'Archambault.
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Brian Timms mentionne l’existence d’une variante blasonnée ainsi : « d’or au lion de gueules, à l’orle de huit coquilles d’azur » qui, selon lui, aurait été mentionnée pour la première fois dans un document en 1631. Ces armes, qui étaient celles des seigneurs de Bourbon (-l'Archambault) de la famille de Dampierre (1196-1296), auraient pu être octroyées à la ville par Eudes de Bourgogne (1230-1269), comte de Nevers, d’Auxerre et de Tonnerre, duc héritier de Bourgogne, époux à partir de 1248 de Mathilde II de Bourbon (v. 1234-1262), dame de Bourbon.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Guide de Bourbon-Lancy, texte de Bernard de Vaulx, édité par le Syndicat d'initiatives et des amis des arts de Bourbon-Lancy et ses environs, 1955, 31 pages.
  • Jean Forest (maire adjoint), Bourbon-Lancy, la visite du vieux quartier, revue « Images de Saône-et-Loire » n° 45 (printemps 1981), pp. 25-26.
  • Bourbon-Lancy, ville du dieu Borvo, revue « Images de Saône-et-Loire » n° 45 (printemps 1981), pp. 21-23.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Pauty, Du 19e siècle à aujourd'hui, les destins contrastés de nos stations thermales, revue « Pays de Bourgogne » n° 232, avril 2012, pp. 21-31.
  2. Site des transports de l'Allier (consulté le 6 octobre 2009).
  3. J.F. Destombes, « Etude géologique et hydrologique du bassin thermal de Bourbon-Lancy », sur infoterre.brgm.fr, .
  4. Fascicule Guide de Bourbon-Lancy, 1955, p. 5.
  5. Fascicule Guide de Bourbon-Lancy, 1955, p. 21.
  6. le journal de Saône et Loire, août 2003)
  7. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  9. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Unité urbaine 2020 de Bourbon-Lancy », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  11. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  12. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Bourbon-Lancy », sur insee.fr (consulté le ).
  14. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  15. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  16. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  17. Coll., Notes historiques et médicales sur l'établissement thermal de Bourbon-Lancy, (Saône-et-Loire) : renseignements, tarifs, eaux chlorurées sodiques., Paris, Baillière et fils, , 38 p. (Consultable sur BNF/Gallica), p. Chap. 1. Étymologie du nom de Bourbon-Lancy p. 7.
  18. Jean-Paul Savignac, Dictionnaire français-gaulois, 2004, La Différence, p. 67
  19. CIL XIII, 2805, 2806, 2807, 2808, 2809.
  20. Comier, "Lettre touchant les eaux minérales de Bourbon-Lancy", Mercure Galant, juillet 1681, p. 175-198.
  21. Barriquand L., "Le collecteur d'eau gallo-romain des thermes de Bourbon-Lancy", in Notet J.-C. (dir.), 20 ans d'Archéologie en Saône-et-Loire, Montceau-les-Mines, CDRA 71, 2019, p. 15-22.
  22. Panégyriques latins, VII, 22.
  23. P. Barrière, « Lignes de terre et lignes d'eau d'après la Table de Peutinger », revue des études anciennes, t. XLV, nos 1-2,‎ , p. 94 (DOI 10.3406/rea.1943.3250).
  24. [Notet et al. 1989] Jean-Claude Notet, Micheline Rouvier-Jeanlin et Martine Joly, Bourbon-Lancy (Saône-et-Loire) : Un atelier de figurines en terre cuite gallo-romaines (les fouilles du Breuil : 1985/86), Paris, éd. de la Maison des Sciences de l'Homme, coll. « Documents d'archéologie française » (no 25), , 222 p. (ISBN 2-7351-0373-0).
  25. Communication de MM. A. Héron de Villefosse et M. Boirot, séance du 6. 11. 1912, Bulletin de la Société nationale des Antiquaires de France, 1912, p. 395-405
  26. Boirot M., Histoire de Bourbon-Lancy. Manuscrit dactylographié, sans date. Conservé à la Mairie de Bourbon-Lancy, p. 170.
  27. Prou M., Catalogue des monnaies françaises de la Bibliothèque Nationale. Catalogue des monnaies mérovingiennes. Paris, 1892, n° 146-147, pl. III, n° 12.
  28. Fascicule Guide de Bourbon-Lancy, 1955, p. 9.
  29. Fascicule Guide de Bourbon-Lancy, 1955, p. 4.
  30. « Le château et les seigneurs de Montperroux », sur Les Bourbons du Val d'Arroux et de Montperroux, par Gilles Auloy et Hervé Mouillebouche
  31. « Seigneurs de Bourbon-Lancy », sur MedLands
  32. « Histoire de Semur-en-Brionnais et de ses barons (cf. à partir de Dalmace II), par l'abbé François Cucherat », sur Mémoires de la Société éduenne, t. XV (1887) et t. XVI (1888)
  33. « Seigneurs de Semur-en-Brionnais », sur MedLands
  34. « Seigneurs de Châteauvillain », sur MedLands
  35. « De Mello, p. 10 et 11 », sur Racines & Histoire, par Etienne Pattou, 2005 et 2022
  36. « Maison de La Trémoïlle, p. 3 et 14 », sur Racines & Histoire, par Etienne Pattou, 2005 et 2022
  37. « Maison de Vergy, p. 9 », sur Racines & Histoire, par Etienne Pattou, 2007 et 2021
  38. « Jean-Baptiste des Gallois et son fils Charles-Jean-Baptiste », sur Geneanet, arbre de "Fraternelle"
  39. SCHEID John, NICOUD Marilyn , BOISSEUIL Didier, et al., Le thermalisme, Paris, Ed.CNRS, 2015, Chapitre Médecine et thermalisme à l’époque moderne : suivisme des pratiques et plasticité doctrinale dans les recueils de consilia et consultations français (milieu xvie siècle-début xixe siècle) de COSTE Joël, p.233
  40. Aubery J., Les bains de Bourbon Lancy et Larchanbaut, Paris, Perier, 1604, p. 54-5 cité par Joël COSTE, op; cit. p. 233
  41. Boucher Jacqueline, Deux épouses et reines à la fin du xvie siècle : Louise de Lorraine et Marguerite de France, Saint-Etienne, Publications de l’université de Saint-Etienne, 1995
  42. Fascicule Guide de Bourbon-Lancy, 1955, p. 14.
  43. Henri Nicolas, Quand l'Assemblée constituante esquissait les contours du département de Saône-et-Loire, revue « Images de Saône-et-Loire » n° 6 (octobre 1970), pp. 2-3.
  44. E. Lauxeur, Les changements de noms des communes de Saône-et-Loire pendant la Révolution, article paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 4 d'avril 1970, pages 9 à 13.
  45. Fascicule Guide de Bourbon-Lancy, 1955, p. 19.
  46. Fascicule Guide de Bourbon-Lancy, 1955, p. 6.
  47. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  48. Résultats officiels sur le site du ministère de l'Intérieur.
  49. PV de la réunion du conseil municipal du 5 avril 2014 signé par le maire élu Édith Gueugneau.
  50. Avec Autun, Chagny, Chalon-sur-Saône, Chauffailles, Cuisery, Épinac, Étang-sur-Arroux, Loisy, Mâcon Lugny, Paray-le-Monial, Romenay, Saint-Amour-Bellevue, Sanvignes-les-Mines et Tournus. Source : Bernard Humblot, « Quand la Saône-et-Loire s'intéresse aussi aux pays voisins », revue « Images de Saône-et-Loire » n° 16 de décembre 1972, pp. 9-11.
  51. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  52. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  53. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  54. Centre France, « Saône-et-Loire - FPT à Bourbon-Lancy complète sa gamme de moteurs GNV », www.lamontagne.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  55. Bâtisse tirant son nom du président du Conseil de la IIIe République et dont la construction est attribuée à l'architecte Edme Verniquet, sans preuve formelle. Source : Alain Dessertenne et Françoise Geoffray, « Edme Verniquet (1727-1804), un architecte classique en Saône-et-Loire », revue Images de Saône-et-Loire, n° 197, mars 2019, pages 6 à 11.
  56. « Les thermes de l'hospice d'Aligre à Bourbon-Lancy », article d'Alain Dessertenne et Françoise Geoffray paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 170 de juin 2012, pages 16 à 19.
  57. Fascicule Guide de Bourbon-Lancy, 1955, page 12.
  58. Avec ceux de Louhans (1766), de Givry (1771) et de Tournus (1777). Source : « Nos hôtels de ville », article d'Alain Dessertenne et de Jean-François Rotasperti paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 100 de mars 1995, pages 6 à 10.
  59. http://jeanlouis.maldant.free.fr/hippodromes/hipB.htm
  60. Jacques-François Chomel, Traité des eaux minérales, bains et douches de Vichy, avec des observations sur les eaux de Bourbon l'Archambault et du Mont d'Or en Auvergne, (lire en ligne), Henry III frequentoit les bains de Bourbon-Lancy & Catherine de Medicis, épouse de Henry Il doit sa fécondité à ces eaux ; son Medecin Femel lui ayant conseillé non-seulement la boisson des eaux mais même les bains & la douche, elle eut au bout de neuf mois Henry III, ensuite Charles IX & François Il qui ont tous regné successivement..