Accous

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Accous
Accous
Vue vers le bourg.
Blason de Accous
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Oloron-Sainte-Marie
Intercommunalité Communauté de communes du Haut Béarn
Maire
Mandat
Dany Barraud
2020-2026
Code postal 64490
Code commune 64006
Démographie
Gentilé Accousiens
Population
municipale
458 hab. (2019 en augmentation de 1,78 % par rapport à 2013)
Densité 7,5 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 58′ 30″ nord, 0° 35′ 55″ ouest
Altitude Min. 420 m
Max. 2 463 m
Superficie 60,68 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton d'Oloron-Sainte-Marie-1
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Accous
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Accous
Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques
Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Accous
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Accous
Liens
Site web accous.fr

Accous (en béarnais Acós ou Acous) est une commune française du Béarn, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Nouvelle-Aquitaine.

La commune est classée en Zone de montagne au titre de la loi du dite « loi montagne » modifiée par la loi no 2005-157 du relative au développement des territoires ruraux[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune d'Accous se trouve dans le département des Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine et est frontalière avec l'Espagne (Communauté forale de Navarre)[2].

Elle se situe à 60 km par la route[Note 1] de Pau[3], préfecture du département, et à 27 km d'Oloron-Sainte-Marie[4], sous-préfecture.

Les communes les plus proches[Note 2] sont[5] : Lées-Athas (1,8 km), Osse-en-Aspe (2,8 km), Bedous (2,9 km), Cette-Eygun (4,3 km), Lescun (5,3 km), Aydius (5,6 km), Etsaut (7,3 km), Borce (7,5 km).

Sur le plan historique et culturel, Accous fait partie de la province du Béarn, qui fut également un État et qui présente une unité historique et culturelle à laquelle s’oppose une diversité frappante de paysages au relief tourmenté[6].

Communes limitrophes d’Accous[7],[8]
Lées-Athas Bedous Aydius
Lescun Accous Laruns
Ansó (es) Borce Cette-Eygun

La commune est frontalière avec l'Espagne (Aragon) au sud.

Paysages et relief[modifier | modifier le code]

Quelques sommets[9] à proximité :

  • pic de Bergon : 2 148 mètres ;
  • pic de la Marère : 2 221 mètres ;
  • pic de Labigouer : 2 175 mètres ;
  • pic Permayou : 2 344 mètres ;
  • pic d'Isabe : 2 463 mètres ;
  • pic d'Anie : 2 504 mètres.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée[10] par des affluents du gave d'Oloron, l'arrèc de Besse et le gave d'Aspe, ainsi que par des tributaires de ce dernier, le gave de Lescun (lui-même rejoint sur la commune par le ruisseau Labadie) et la Berthe[11] (alimentée sur Accous par le torrent d'Araille).

Le ruisseau de Cotcharas et son tributaire, le ruisseau de Congaets, coulent également sur le territoire d'Accous, tout comme des affluents du gave d'Aydius, le gave de Bouren et le ruisseau de Sahun.

Climat[modifier | modifier le code]

Comme l'ensemble des communes de la vallée d'Aspe, Accous appartient à la zone du climat tempéré océanique des latitudes méridionales et plus précisément au climat subaquitain[12].

La station météorologique de Météo-France installée sur la commune et mise en service en 1952 permet de connaître en continu l'évolution des indicateurs météorologiques[13]. Le tableau détaillé pour la période 1981-2010 est présenté ci-après.

Statistiques 1981-2010 et records ACCOUS (64) - alt : 495 m 42° 56′ 42″ N, 0° 36′ 36″ O
Records établis sur la période du 01-01-1952 au 04-01-2022
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,7 1,1 3,2 4,7 8 11,3 13,4 13,4 10,6 7,9 3,8 1,6 6,7
Température moyenne (°C) 5,4 6,3 8,7 10,2 13,6 16,8 19 19,1 16,5 13,3 8,5 6 12
Température maximale moyenne (°C) 10 11,5 14,2 15,6 19,3 22,4 24,6 24,8 22,4 18,7 13,3 10,4 17,3
Record de froid (°C)
date du record
−16
15.01.1985
−16,3
11.02.1956
−12
01.03.05
−4,5
11.04.1973
−1
14.05.1995
1,8
08.06.1972
4,5
12.07.1956
4,5
30.08.1993
0,5
29.09.1959
−4
24.10.1981
−8,5
27.11.1969
−13,1
12.12.1967
−16,3
1956
Record de chaleur (°C)
date du record
26
30.01.02
27,8
28.02.1960
29
25.03.1955
30
17.04.13
35
24.05.1953
38,8
21.06.03
39,5
20.07.1989
40
13.08.03
36
15.09.1987
32
04.10.04
28
08.11.15
24
04.12.1985
40
2003
Précipitations (mm) 172,2 138,4 139,5 173,8 145,2 100,3 87,1 88,6 112,6 147,3 192,2 182,4 1 679,6
Source : « Fiche 64006001 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr, édité le : 06/01/2022 dans l'état de la base


Biodiversité et milieux naturels[modifier | modifier le code]

Deux zones importantes pour la conservation des oiseaux (ZICO) couvrent 48 % de la surface de la commune d'Accours. Il s'agit, d'une part, de la Rive gauche de la vallée d'Aspe et du pic d'Anie et, d'autre part, des Hautes vallées d'Aspe et d'Ossau[1].

L'intégralité de la commune a été inscrite au titre des sites par arrêté du , en tant que monument naturel sous surveillance. Pour partie, depuis le , Accous est concerné par le classement au titre des sites du Défilé d'Esque, caractéristique des verrous rocheux. « Ce défilé a été classé, comme celui du fort de Portalet, pour bien affirmer la volonté de l’État de ne pas sacrifier les caractéristiques de ces sites emblématiques des Vallées Béarnaises aux velléités de grands aménagements routiers classiques »[14].

Sept cours d'eau traversant la commune bénéficient d'un classement en vue de la protection ou de la restauration de leur continuité écologique. Il s'agit :

  • de l'arrec de Besse à l'amont de la prise d'eau
  • du gave d'Aspe à l'aval du Pont d'Urdos
  • du gave d'Aydius et ses affluents à l'amont de la confluence du gave de Bouren (inclus)
  • du gave de Belonce et ses affluents
  • du gave de Lescun et ses affluents à l'amont de la confluence du ruisseau Labadie (inclus), à l'exclusion du Lauga et de ses affluents
  • du ruisseau de Cotcharas et ses affluents à l'amont de la prise d'eau du Bitet
  • du ruisseau de Lacure.

Deux cours d'eau bénéficient en outre d'un classement pour rétablir ou assurer la libre circulation des poissons migrateurs et le transit des sédiments :

Espaces protégés[modifier | modifier le code]

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[15],[16]. Dans ce cadre, la commune fait partie de la zone cœur et de l'aire d'adhésion[Note 3] du Parc National des Pyrénées. Créé en 1967 et d'une superficie de 45 806 ha, ce parc abrite une faune riche et spécifique particulièrement intéressante : importantes populations d’isards, colonies de marmottes réimplantées avec succès, grands rapaces tels le Gypaète barbu, le Vautour fauve, le Percnoptère d’Égypte ou l’Aigle royal, le Grand tétras et le discret Desman des Pyrénées qui constitue l’exemple type de ce précieux patrimoine confié au Parc national et aussi l'Ours des Pyrénées[17],[18].

Réseau Natura 2000[modifier | modifier le code]

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d'intérêt écologique élaboré à partir des Directives « Habitats » et « Oiseaux », constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS)[Note 4]. Trois sites Natura 2000 ont été définis sur la commune au titre de la « directive Habitats »[20],[Carte 1] :

  • le « massif de Sesques et de l'Ossau », d'une superficie de 25 794 ha, présentant des habitas avec de nombreuses espèces rares, souvent endémiques des Pyrénées. Il constitue également une aire de présence régulière de l'ours des Pyrénées[21] ;
  • le « massif de l'Anie et d'Espelunguère », d'une superficie de 14 253 ha, un massif montagneux siliceux avec des secteurs calcaires, avec de nombreux habitats herbacés à boisés, siliceux à calcaires, secs à humides[22] ;
  • « le gave d'Aspe et le Lourdios (cours d'eau) », d'une superficie de 1 595 ha, un vaste réseau de torrents d'altitude et de cours d'eau de coteaux à très bonne qualité des eaux[23].

un au titre de la « directive Oiseaux »[20],[Carte 2] :

  • les « hautes vallées d'Aspe et d'Ossau », d'une superficie de 49 106 ha , une vaste étendue de système montagnard et alpin étalée sur plusieurs vallées incluant la Zone centrale du Parc national des Pyrénées, dont l'intérêt est la présence d'habitats et d'espèces de haute altitude, souvent spécifiques aux Pyrénées[24].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Sept ZNIEFF de type 1[Note 5] sont recensées sur la commune[25],[Carte 3] :

  • le « cirque de Lescun » (5 691,44 ha), couvrant 4 communes du département[26] ;
  • la « hêtraie-sapinière de la vallée d'Ossau » (4 606,02 ha), couvrant 2 communes du département[27] ;
  • le « massif du pic de Sesques » (3 824,08 ha), couvrant 2 communes du département[28] ;
  • la « montagne de Liard » (7 047,09 ha), couvrant 5 communes du département[29] ;
  • le « réseau hydrographique du gave d'Aspe et ses rives » (1 207,81 ha), couvrant 23 communes du département[30] ;
  • le « réseau hydrographique du gave d'ossau à l'amont d'Arudy et ses rives » (586,79 ha), couvrant 12 communes du département[31] ;
  • la « Rive gauche de la Haute vallée d'Aspe » (9 444,85 ha), couvrant 5 communes du département[32] ;

et trois ZNIEFF de type 2[Note 6],[25],[Carte 4] :

  • le « réseau hydrographique du gave d'Oloron et de ses affluents » (6 885,32 ha), couvrant 114 communes dont 2 dans les Landes et 112 dans les Pyrénées-Atlantiques[33] ;
  • la « vallée d'Aspe » (54 924,87 ha), couvrant 22 communes du département[34] ;
  • la « vallée d'Ossau » (43 624,41 ha), couvrant 13 communes du département[35].

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

En ce qui concerne l'occupation des sols, Accous comprend 0,5 % de terrains artificialisés, 10,3 % de terres agricoles et 89,2 % de forêts et milieux semi-naturels.

La commune appartient au territoire de l'agence de l'eau Adour-Garonne et se situe dans le bassin versant du gave de Pau. Elle intègre les sous-bassins du gave d'Aspe de sa source au confluent de la Berthe, du gave d'Aspe du confluent de la Berthe au confluent du gave de Lourdios et du gave d'Ossau de sa source au confluent du Lasnères.

Au niveau des eaux souterraines, Accous se situe sur les aquifères des Pyrénées occidentales/Massifs pyrénéens pour 54 %, des Pyrénées occidentales/Massif du Flysch pour 37 % et de La Pierre Saint-Martin pour 9 %.

Accous n'est pas concerné par un schéma d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE).

En ce qui concerne les risques, la commune est concernée par le risque industriel (Toyal Europe) et par le risque technologique de transport de matières dangereuses. Accous comprend par ailleurs trois établissements classés soumis à autorisation. La commune est enfin concernée par les risques naturels d'inondation (crues torrentielles), feux de forêts, avalanches, effondrement de carrières souterraines (sept cavités de recensées), de glissements de terrain, de tempête et de sismicité (sévérité 4 — moyenne).

La commune ne comprend ni déchetterie ni installation de traitement des ordures ménagères[1].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Accous est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 7],[36],[37],[38]. La commune est en outre hors attraction des villes[39],[40].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (88,7 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (89,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (42,3 %), forêts (30,6 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (15,8 %), prairies (6,7 %), zones agricoles hétérogènes (4 %), zones urbanisées (0,7 %)[41].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 5].

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la D 637 et la route communale no 3.

Risques majeurs[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune d'Accous est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, neige, grand froid, canicule ou sécheresse), inondations, feux de forêts, mouvements de terrains, avalanche et séisme (sismicité moyenne). Il est également exposé à un risque technologique, le transport de matières dangereuses, et à un risque particulier : le risque de radon[45]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[46].

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Certaines parties du territoire communal sont susceptibles d’être affectées par le risque d’inondation par une crue torrentielle ou à montée rapide de cours d'eau, notamment le gave d'Aspe et le gave de Lescun. La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par les inondations et coulées de boue survenues en 1982 et 2009[47],[45].

Accous est exposée au risque de feu de forêt. En 2020, le premier plan de protection des forêts contre les incendies (PDPFCI) a été adopté pour la période 2020-2030[48]. La réglementation des usages du feu à l’air libre et les obligations légales de débroussaillement dans le département des Pyrénées-Atlantiques font l'objet d'une consultation de public ouverte du 16 septembre au 7 octobre 2022[49],[50].

Les mouvements de terrains susceptibles de se produire sur la commune sont des mouvements de sols liés à la présence d'argile et des affaissements et effondrements liés aux cavités souterraines (hors mines)[51]. Afin de mieux appréhender le risque d’affaissement de terrain, un inventaire national permet de localiser les éventuelles cavités souterraines sur la commune[52].

Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux d'Accous.

Le retrait-gonflement des sols argileux est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie[53]. 39,1 % de la superficie communale est en aléa moyen ou fort (59 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national)[Carte 6]. Depuis le , en application de la loi ELAN, différentes contraintes s'imposent aux vendeurs, maîtres d'ouvrages ou constructeurs de biens situés dans une zone classée en aléa moyen ou fort[Note 8],[54].

La commune est exposée aux risques d'avalanche. Les habitants exposés à ce risque doivent se renseigner, en mairie, de l’existence d’un plan de prévention des risques avalanches (PPRA). Le cas échéant, identifier les mesures applicables à l'habitation, identifier, au sein de l'habitation, la pièce avec la façade la moins exposée à l’aléa pouvant faire office, au besoin, de zone de confinement et équiper cette pièce avec un kit de situation d’urgence[55],[56].

Risque particulier[modifier | modifier le code]

Dans plusieurs parties du territoire national, le radon, accumulé dans certains logements ou autres locaux, peut constituer une source significative d’exposition de la population aux rayonnements ionisants. Selon la classification de 2018, la commune d'Accous est classée en zone 3, à savoir zone à potentiel radon significatif[57].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Ancien Aspa Luca (itinéraire d'Antonin)[11], le toponyme Accous /akus/ apparaît sous les formes Achoss et Achost (1154[58] pour les deux formes, Jean Vignau-Louis[59]), Acos (1247[11], for d'Aspe[60]), Aquos d'Aspe (1376[11], montre militaire de Béarn[61]), Aquos (1385[58], censier de Béarn[60]), Abadie de Cos (1538[11], réformation de Béarn[62]), Sanctus Martinus de Acous (1608[11], insinuations du diocèse d'Oloron[63]) et Acous (XVIIIe siècle[58], carte de Cassini et 1801[64], Bulletin des Lois).

Son nom béarnais est Acós[65] ou Acous[66].

Brigitte Jubbé-Duval[67] rappelle l’hypothèse selon laquelle Accous proviendrait d'Acca ou Acco, d’un nom de femme mentionné dans les inscriptions d’Espagne.

Le toponyme Appatie (cf. basque Aphatea) signale un fief d'abbés laïcs, présent à Jouers (Abadie en gascon standard). On note qu'en vallée d'Aspe les sourdes latines sont conservées. Ce fief était vassal de la vicomté de Béarn[11].

Le bois d'Arapoup est attesté en 1863[11] dans le dictionnaire topographique Béarn-Pays basque.

Aület est mentionné sous la forme Aulet en 1863 par le dictionnaire topographique Béarn-Pays basque[11]. Lhers est également cité dans ce dictionnaire.

L’hydronyme La Berthe, affluent du gave d’Aspe, est cité dans le dictionnaire de 1863[11].

La colonne Despourins est indiquée en 1863 par le dictionnaire topographique Béarn-Pays basque[11].

Paul Raymond mentionne en 1863[11], une ferme du nom d’Izaure, déjà citée en 1376[11] sous la forme Usaure (montre militaire de Béarn[61]), et en 1385[11] sous les graphies Ixaure, Isaurs et Isaure (censier de Béarn[60]).

Le toponyme Jouers /juèrs/ est un ancien Joertz (1345[11], Hommages de Béarn[68]), probablement une métathèse d'un basque Oïhartz dérivé d'oihan 'forêt'. On le trouve sous les graphies Joers (1345, ) puis Jouers (dès 1712), ou encore Joers (1863, dictionnaire topographique Béarn-Pays basque[11]).

Lourtica est le nom d’un col entre les communes d’Accous et d’Aydius[11].

Une chapelle, mentionnée par le dictionnaire de 1863[11], s’élevait au lieu-dit Saint-Christau.

Tillabé était un hameau d’Accous, signalé par le dictionnaire de 1863[11], et également mentionné au XVIIIe siècle[11] sous la forme le Tillaber (registre des délibérations d’Accous). Paul Raymond indique que Tillabé « était le lieu d’assemblée des jurats de la vallée d'Aspe ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Paul Raymond[11] note que la commune comptait une abbaye laïque, vassale de la vicomté de Béarn. En 1385, on y comptait 74 feux. Accous était le chef-lieu de la vallée d'Aspe.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Maire actuel
Période Identité Étiquette Qualité
2020 En cours Dany Barraud    

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de six structures intercommunales[71] :

La commune accueille le siège de la communauté de communes de la Vallée d'Aspe ainsi que celui du syndicat intercommunal d'aide matérielle à la scolarisation en Vallée d'Aspe.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Le résultat de l'élection présidentielle de 2012 dans cette commune est le suivant[72] :

Candidat Premier tour Second tour
Voix % Voix %
Eva Joly (EÉLV) 7 2,01
Marine Le Pen (FN) 19 5,46
Nicolas Sarkozy (UMP) 52 14,94 105 29,58
Jean-Luc Mélenchon (FG) 89 25,57
Philippe Poutou (NPA) 9 2,59
Nathalie Arthaud (LO) 3 0,86
Jacques Cheminade (SP) 0 0,00
François Bayrou (MoDem) 55 15,80
Nicolas Dupont-Aignan (DLR) 2 0,57
François Hollande (PS) 112 32,18 250 70,42
Inscrits 416 100,00 416 100,00
Abstentions 64 15,38 44 10,58
Votants 352 84,62 372 89,42
Blancs et nuls 4 1,14 17 4,57
Exprimés 348 98,86 355 95,43

Le résultat de l'élection présidentielle de 2017 dans cette commune est le suivant[73] :

Candidat Premier tour Deuxième tour
% Voix % Voix
Nicolas Dupont-Aignan (DLF) 2,08 7
Marine Le Pen (FN) 5,06 17 15,83 44
Emmanuel Macron (EM) 23,51 79 84,17 234
Benoît Hamon (PS) 6,25 21
Nathalie Arthaud (LO) 0,30 1
Philippe Poutou (NPA) 1,79 6
Jacques Cheminade (SP) 0,60 2
Jean Lassalle (R) 17,86 60
Jean-Luc Mélenchon (LFI) 33,04 111
François Asselineau (Union Populaire Républicaine) 0,60 2
François Fillon (LR) 8,93 30
Inscrits 413 100,00 413 100,00
Abstentions 68 16,46 85 20,58
Votants 345 83,54 328 79,42
Blancs 8 2,32 31 9,45
Nuls 1 0,29 19 5,79
Exprimés 336 97,39 278 84,76

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au , Accous est jumelée avec[74] :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[75]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[76].

En 2019, la commune comptait 458 habitants[Note 10], en augmentation de 1,78 % par rapport à 2013 (Pyrénées-Atlantiques : +2,8 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0531 5091 5731 6511 6061 6271 5861 5301 531
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5911 5081 4401 4291 3691 3021 2741 1021 072
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0331 0241 0501 025849888803649612
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
499443440372396434432431450
2018 2019 - - - - - - -
460458-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[64] puis Insee à partir de 2006[77].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune possède une école primaire, l'école du bourg.

Sports[modifier | modifier le code]

Accous est un des spots de parapente réputés des Pyrénées. Deux écoles de parapente sont présentes sur la commune : Ascendance[78] et Air'attitude[79].

Structures d'accueil[modifier | modifier le code]

Accous possède aussi des gîtes communaux[80].

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la commune est essentiellement orientée vers l'agriculture et l'élevage. La fabrication de fromages fermiers est également une des ressources de la commune, qui fait partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

L'usine de Toyal (filiale de Toyo aluminium, qui produit des poudres et pigments d'aluminium, des pâtes pelliculantes anti-corrosion), qui se trouve en limite de la commune, procure des revenus à Accous via la taxe professionnelle, faisant d'elle la commune la plus riche de la vallée. Cette activité a créé une centaine d'emplois dans la vallée.

Le classement 2006 de l'Insee, indiquant le revenu fiscal médian par ménage, pour chaque commune de plus de 50 ménages (30 687 communes parmi les 36 681 communes recensées)[81], classe Accous au rang 24 495, pour un revenu de 14 199 .

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Accous fait partie du pays d'art et d'histoire des Pyrénées béarnaises[82].

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Accous présente un ensemble de maisons et de fermes des XVe, XVIe, XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles[83], ainsi que des maisons fortes[84] des XIIIe et XIVe siècles.

La gare d'Accous sur la ligne Pau-Canfranc est fermée au trafic depuis 1970.

L'écomusée de la vallée d'Aspe est situé dans une ancienne fromagerie. Les techniques de fabrication du fromage de montagne et les traditions culinaires locales y sont mises en valeur.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin[modifier | modifier le code]

L'édifice est référencé dans la base Mérimée et à l'Inventaire général Région Nouvelle-Aquitaine[85].

L'église est dédiée à saint Martin de Tours.

L'église Saint-Martin d'Accous[85] date partiellement du XVIIe siècle. Elle recèle quatre chandeliers en bois du XVIIIe siècle[86] ainsi qu'un retable et des statuettes de la même époque[87], classés au titre d'objets par les monuments historiques.

La chapelle Saint-Saturnin[modifier | modifier le code]

L'édifice a été inscrit au titre des monuments historiques en 1986[88]. De nombreux objets sont référencés dans la base Palissy (voir les notices liées)[88].

La chapelle est dédiée à saint Saturnin de Toulouse.

La chapelle romane Saint-Saturnin[43] (Jouers) date partiellement du XIIe siècle.

  • La chapelle Saint-Christau (Aület) fut refaite au XVIIe siècle à proximité de trois fontaines miraculeuses. Seule subsiste la principale, dite de l'est, constituée d'un bassin médiéval en pierre et couvert. S'y baigner permettait d'éloigner les maléfices et de guérir fièvres, sciatiques et épilepsie. Elle a été rénovée.
  • La chapelle Saint-Christophe[42] (Aület) fut édifiée à la fin du XVIIIe siècle, puis remaniée à la fin du XIXe siècle, et restaurée au XXe siècle. La chapelle est dédiée à saint Christophe de Lycie.
  • La chapelle Saint-Jean-Baptiste[44] (Lhers) date du début du XVIIIe siècle, et fut remaniée au XIXe siècle. La chapelle est dédiée à saint Jean le Baptiste.

Une abbaye de l'ordre des prémontrés est également présente sur Accous.

Accous est une étape sur la via Tolosane, nom latin d'un des quatre chemins de France du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Monument à la gloire de Cyprien Despourrins, arborant les trois épées représentant les armes de sa famille et de son père, vainqueur de trois duels.
nées au XVIIe siècle
nées au XVIIIe siècle
nées au XIXe siècle
nées au XXe siècle
  • Jean Borde (1921-1977), géographe, a résidé à Accous[89].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Accous Blason
De sinople à trois épées d'argent rangées en fasce, celle du milieu haute, celles des flancs basses[90].
Détails
Inspiré des armes de Cyprien Despourrins, poète béarnais, natif du village.
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes par la voie routière et évaluées à l'aide d'un calculateur d'itinéraires.
  2. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes à vol d'oiseau.
  3. La réglementation dans la zone périphérique du parc, dite zone d'adhésion, est plus souple, afin bénéficier d'investissements d'ordres économique, social et culturel afin de freiner l'exode rural et de développer l'équipement touristique de la région.
  4. Dans les sites Natura 2000, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[19].
  5. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  6. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  7. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  8. Dans les zones classées en aléa moyen ou fort, différentes contraintes s'imposent :
    • au vendeur d'informer le potentiel acquéreur du terrain non bâti de l’existence du risque RGA ;
    • au maître d’ouvrage, dans le cadre du contrat conclu avec le constructeur ayant pour objet les travaux de construction, ou avec le maître d'œuvre, le choix entre fournir une étude géotechnique de conception et le respect des techniques particulières de construction définies par voie réglementaire ;
    • au constructeur de l'ouvrage qui est tenu, soit de suivre les recommandations de l’étude géotechnique de conception, soit de respecter des techniques particulières de construction définies par voie réglementaire.
  9. Le décès de Jean-Pierre Cazaux, intervenu le 30 août 2010, entraîne l'élection municipale partielle du 19 septembre 2010. La reconstitution du conseil municipal donne lieu à l'élection du nouveau maire, Éric Bergez[69].
  10. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. « Sites Natura2000 de types sites d'intérêt communautaire (SIC) (Directive Habitats) de la commune d'Accous », sur www.geoportail.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Sites Natura2000 de types zones de protection spéciale (ZPS) (Directive Oiseaux) de la commune d'Accous », sur www.geoportail.gouv.fr (consulté le ).
  3. « ZNIEFF de type I sur la commune d'Accous », sur www.geoportail.gouv.fr (consulté le ).
  4. « ZNIEFF de type II sur la commune d'Accous », sur www.geoportail.gouv.fr (consulté le ).
  5. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  6. « Cartographie interactive de l'exposition des sols au retrait-gonflement des argiles », sur infoterre.brgm.fr (consulté le )

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d http://macommune.biodiversite-nouvelle-aquitaine.fr/commune/Accous-64490
  2. « Métadonnées de la commune d'Accous », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  3. Stephan Georg, « Distance entre Accous et Pau », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  4. Stephan Georg, « Distance entre Accous et Oloron-Sainte-Marie », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  5. « Communes les plus proches d'Accous », sur www.villorama.com (consulté le ).
  6. Frédéric Zégierman, Le guide des pays de France - Sud, Paris, Fayard, (ISBN 2-213-59961-0), p. 30.
  7. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab ac ad ae af ag ah ai aj ak al am an ao ap aq ar as at au av et aw Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le ).
  8. (es) Ministère espagnol de l'agriculture, pêche et environnement, « GeoPortal », sur sig.mapama.es (consulté le ).
  9. Fonds IGN
  10. Notice du Sandre sur Accous, consultée le 06/09/09
  11. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z et aa Paul Raymond, Dictionnaire topographique du département des Basses-Pyrénées, Paris, Imprimerie Impériale, , 208 p. (BNF 31182570, lire en ligne).
  12. https://vallee-aspe.fr/histoire_geo.php
  13. « Fiche du Poste 64006001 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  14. http://www.donnees.aquitaine.developpement-durable.gouv.fr/DREAL/ficheinfo/?Code=SCL0000587&Rubrique=SCL
  15. « Les espaces protégés. », sur le site de l'INPN (consulté le )
  16. « Liste des espaces protégés sur la commune », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  17. « Parc national des Pyrénées - la faune », sur www.pyrenees-parcnational.fr (consulté le ).
  18. « Parc national des Pyrénées - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  19. Réseau européen Natura 2000, Ministère de la transition écologique et solidaire
  20. a et b « Liste des zones Natura 2000 de la commune d'Accous », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  21. « site Natura 2000 FR7200744 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  22. « site Natura 2000 FR7200746 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  23. « site Natura 2000 FR7200792 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  24. « site Natura 2000 FR7210087 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  25. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune d'Accous », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  26. « ZNIEFF le « cirque de Lescun » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  27. « ZNIEFF la « hêtraie-sapinière de la vallée d'Ossau » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  28. « ZNIEFF le « massif du pic de Sesques » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  29. « ZNIEFF la « montagne de Liard » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  30. « ZNIEFF le « réseau hydrographique du gave d'Aspe et ses rives » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  31. « ZNIEFF le « réseau hydrographique du gave d'ossau à l'amont d'arudy et ses rives » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  32. « ZNIEFF la « Rive gauche de la Haute vallée d'Aspe » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  33. « ZNIEFF le « réseau hydrographique du gave d'Oloron et de ses affluents » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  34. « ZNIEFF la « vallée d'Aspe » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  35. « ZNIEFF la « vallée d'Ossau » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  36. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  37. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  38. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  39. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  40. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  41. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  42. a et b « La chapelle Saint-Christophe », notice no IA64000978, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  43. a et b « La chapelle Saint-Saturnin », notice no IA64000973, base Mérimée, ministère français de la Culture, Notice no PA00084301.
  44. a et b « La chapelle Saint-Jean-Baptiste », notice no IA64001073, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  45. a et b « Les risques près de chez moi - commune d'Accous », sur Géorisques (consulté le )
  46. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur Géorisques (consulté le )
  47. « Dossier départemental des risques majeurs des Pyrénées-Atlantiques », sur www.pyrenees-atlantiques.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque inondation.
  48. « Plan départemental de protection des forêts contre les incendies (PDPFCI) », sur www.pyrenees-atlantiques.gouv.fr, (consulté le )
  49. « Réglementation-usages du feu à l’air libre - obligations légales de débroussaillement - département 64 », sur www.pyrenees-atlantiques.gouv.fr date=16 septembre 2022 (consulté le )
  50. « Dossier départemental des risques majeurs des Pyrénées-Atlantiques », sur www.pyrenees-atlantiques.gouv.fr (consulté le ), chapitre Feux de forêts.
  51. « Dossier départemental des risques majeurs des Pyrénées-Atlantiques », sur www.pyrenees-atlantiques.gouv.fr (consulté le ), chapitre Mouvements de terrain.
  52. « Liste des cavités souterraines localisées sur la commune d'Accous », sur http://www.georisques.gouv.fr/ (consulté le )
  53. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le )
  54. « Sols argileux, sécheresse et construction », sur www.ecologie.gouv.fr (consulté le )
  55. « Préparer son kit d’urgence. », sur www.gouvernement.fr (consulté le )
  56. « Dossier départemental des risques majeurs des Pyrénées-Atlantiques », sur www.pyrenees-atlantiques.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque avalanche.
  57. « Cartographie du risque radon en France. », sur le site de l’IRSN, (consulté le )
  58. a b et c Michel Grosclaude (préf. Pierre Bec), Dictionnaire toponymique des communes du Béarn, Pau, Escòla Gaston Febus, , 416 p. (ISBN 9782350680057, BNF 35515059), p. 36..
  59. Promenade archéologique en Vallée d'Aspe
  60. a b et c Censier de Béarn, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, manuscrit de 1385 (lire en ligne).
  61. a et b Manuscrit de 1376 - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  62. Réformation de Béarn, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, coll. « manuscrits du XVIe au XVIIIe siècle ».
  63. Manuscrits du XVIIe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  64. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  65. Ostau Bearnes, « Toponymie des communes béarnaises selon la graphie classique » [PDF] (consulté le ).
  66. Institut béarnais et gascon, « Toponymie des communes béarnaises selon la graphie moderne » [PDF] (consulté le ).
  67. Brigitte Jobbé-Duval, Dictionnaire des noms de lieux - Pyrénées-Atlantiques, Archives et Culture, (ISBN 978-2-35077-151-9).
  68. Hommages de Béarn, f° 39 - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  69. Isern (Odile) et Debouverie (Gérard), « Élection municipale partielle : deux candidates à Accous », sur le site du journal La République des Pyrénées, (consulté le ).
  70. « Résultats de l'élection municipale de 2014 à Accous », sur http://accous.blogs.larepubliquedespyrenees.fr (consulté le ).
  71. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le ).
  72. Ministère de l'Intérieur - Pyrénées-Atlantiques (Aquitaine), « Résultats de l'élection présidentielle de 2012 à Accous » (consulté le ).
  73. Ministère de l'Intérieur - Pyrénées-Atlantiques (Nouvelle-Aquitaine), « Résultats de l'élection présidentielle de 2017 à Accous » (consulté le ).
  74. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des affaires étrangères (consulté le ).
  75. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  76. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  77. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  78. Site de l'école de parapente Ascendance
  79. Site de l'école de parapente Air-attitude
  80. Site internet de la vallée d'Aspe
  81. « Résumé statistique par commune, département, zone d'emploi », sur Site de l'INSEE (consulté le ).
  82. http://aquitaine.culture.gouv.fr/notices/12b64009ccc27ada7cfe0ee5d9a7198a/
  83. « Les maisons anciennes », notice no IA64000995, base Mérimée, ministère français de la Culture, Notice no IA64000994, Notice no IA64000993, Notice no IA64000996, Notice no IA64001028.
  84. « Les maisons fortes », notice no IA64001029, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  85. a et b « L'église Saint-Martin », notice no IA64000974, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  86. « Les chandeliers de l'église Saint-Martin », notice no PM64000002, base Palissy, ministère français de la Culture.
  87. « Le retable et les statuettes de l'église Saint-Martin », notice no PM64000001, base Palissy, ministère français de la Culture.
  88. a et b « Chapelle Saint-Saturnin de Jouers », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le )
  89. « Jean Borde », sur persee.fr (consulté le ).
  90. « 64006 Accous (Pyrénées-Atlantiques) », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).