Rennes-les-Bains

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rennes (homonymie).
Rennes-les-Bains
Vue sur le vieux pont de la Sals.
Vue sur le vieux pont de la Sals.
Blason de Rennes-les-Bains
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Aude
Arrondissement Limoux
Canton Quillan
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Couiza
Maire
Mandat
André Authier
2014-2020
Code postal 11190
Code commune 11310
Démographie
Gentilé Rennois
Population
municipale
258 hab. (2012)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 55′ 11″ N 2° 19′ 11″ E / 42.9197, 2.319742° 55′ 11″ Nord 2° 19′ 11″ Est / 42.9197, 2.3197
Altitude Min. 254 m – Max. 822 m
Superficie 18,77 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aude

Voir sur la carte administrative de l'Aude
City locator 14.svg
Rennes-les-Bains

Géolocalisation sur la carte : Aude

Voir sur la carte topographique de l'Aude
City locator 14.svg
Rennes-les-Bains

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rennes-les-Bains

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rennes-les-Bains

Rennes-les-Bains ou Les Banhs de Rènnas en occitan est une commune française, située dans le département de l'Aude en région Languedoc-Roussillon.

Le territoire communal est situé, historiquement, dans un ancien comté carolingien dénommé le Razès au pied de l'oppidum historique dénommé Rhedae et qui semble devoir correspondre l'emplacement même du bourg central de Rennes-le-Château, commune voisine et limitrophe située à l'ouest de Rennes-les-bains. En outre, ce territoire est situé géographiquement dans le massif des Corbières, plus précisément dans sa partie occidentale, non loin du point culminant de ce massif, le Pic de Bugarach.

Rennes les Bains est la seule station thermale consacrée au traitement du rhumatisme, située dans le département de l'Aude et dont l’exploitation des eaux pour des vertus curatives est connue depuis l'Antiquité[1].

La territoire du petit village est situé sur le tracé du Méridien de Paris, et donc sur la route de la Méridienne Verte qui traverse 336 autres communes françaises[2].

Ses habitants sont dénommés les rennois(es). La mairie est située à 265 mètres d'altitude.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation et description[modifier | modifier le code]

Plan de Rennes-les-Bains

Rennes-les-bains (Mairie) est située dans le sud de la France, en région Languedoc-Roussillon à environ (à vol d'oiseau) 103 km de Toulouse, 147 km de Montpellier, 253 km de Marseille, 315 km de Bordeaux, 409 km de Nice, 655 km de Rennes, 716 km de Reims, 757 km de Strasbourg, 858 km de Lille, et 660 km de Paris[3].

Rennes-les-Bains est également une Station thermale, connue depuis l'Antiquité et située dans la haute vallée de l’Aude, traversée par la rivière Sals.

Au niveau départemental, la commune est située à 10 km de Rennes-le-Château, 12 km d'Espéraza, 10 km de Couiza, 24 km de Limoux et 50 km de Carcassonne.

Le Razès

Régions naturelles de l'Aude. Le Razès représente la partie en jaune notée en 5

Rennes-les-bains se situe dans la micro région du Razès qui est entièrement située dans le département de l'Aude.

Il s'agit d'une région très rurale, assez peu peuplée et composée de collines plutôt modestes à l'est, et au nord-est, et de massifs plus élevés à l'ouest. La région se situe à la rencontre du climat méditerranéen et des climats océaniques et montagneux qui favorisent la cohabitation d'espèces de plantes (flores et arbres) très différentes[4].

A l’est de cette micro-région, les vignes du Razès-Limouxin rencontrent les vignes des Corbières.

Le canton de Couiza (avant 2015) et le canton de Quillan (après 2015)

Les nouveaux cantons de l'Aude en 2015. Le canton de Quillan représente la partie en turquoise notée en 14

La commune de Rennes-les-Bains a fait partie durant plus de deux siècles (1805 - 2015) du territoire du canton de Couiza avec ses communes voisines (Rennes-le-Château, Bugarach, Coustaussa, Sougraigne et Espéraza), mais suite à un nouveau découpage territorial de l'Aude entré en vigueur en mars 2015, défini par le décret du 21 février 2014[5], en application des lois du (loi organique 2013-402 et loi 2013-403)[6] et depuis les élections départementales françaises de 2015 qui lancèrent la mise en place de ces nouveaux cantons, représentés par des élus constitués en binômes mixtes, la commune s'inscrit dans le nouveau canton de Quillan qui englobe toute la partie sud du département de l'Aude, dont les anciens cantons de Couiza, d'Axat, et de Quillan et une partie du canton de Chalabre.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de l’Aude est un climat à dominante méditerranéenne. L’automne est caractérisé par des orages violents et rapides. L’été est souvent chaud et sec, ce qui reste favorable à la culture de la vigne et celle de l’olivier.

En ce qui concerne le centre et le sud du département, c'est-à-dire les régions de Limoux et du Razès qui concerne le village de Rennes-les-bains, le climat est dit intermédiaire avec des expositions importantes aux vents qui souvent présents dans l’Aude. C’est, d'ailleurs, l’un des départements français les plus venteux avec 300 à 350 jours de vent par an[7]. Ces vents réguliers ont permis l'installation d'importants parcs d’éoliennes, dont l'un, situé à Roquetaillade, dominant la vallée de l'Aude, non loin de Rennes-les-bains.

Saisons
Dans la région de Carcassonne, les précipitations y sont plus fortes en automne (au mois d'octobre) et au printemps (au mois d'avril). Les rares pluies d'été surviennent sous forme d'orages autant violents que soudains et se transformant quelquefois en orages de grêle qui peuvent être fatals aux vignes. En hiver, la neige est occasionnelle.

Tableau comparatif des durées d'ensoleillement entre Carcassonne (Aude) et les autres villes françaises

Ville Ensoleillement Pluie Neige Orage Brouillard
Paris 1 797 h/an 642 mm/an 15 j/an 19 j/an 13 j/an
Nice 2 694 h/an 767 mm/an 1 j/an 31 j/an 1 j/an
Strasbourg 1 637 h/an 610 mm/an 30 j/an 29 j/an 65 j/an
Carcassonne 2 190 h/an 695 mm/an 7 j/an 19 j/an 14 j/an
Moyenne nationale 1 973 h/an 770 mm/an 14 j/an 22 j/an 40 j/an

Tableau des températures minimales et maximales enregistrées en 2013 à Rennes-les-bains

Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc.
Température minimale moyenne (°C) 2,5 2 6,9 7,1 9,2 13,1 17,7 16,9 14,9 12,9 6 3,1
Température maximale moyenne (°C) 8,6 9,1 14,8 16,1 18,3 22,6 31,1 28,7 24,4 21 11,3 10,9
Source : [1] sur linternaute.com, d'après Météo France.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Rennes-le-Château
Coustaussa Serres/Arques Serres/Arques
Couiza/Rennes-le-Château Rennes-le-Château Sougraigne
Rennes-le-Château Sougraigne Sougraigne

Hameaux et écarts de la commune[modifier | modifier le code]

Hameaux, lieux-dits et écarts du territoire de Rennes-les-Bains

  • Bezis de bas
  • Bidobres
  • Montferrand
  • Les Courtals
  • Le Soula
  • Las Heros
  • Las Artigos
  • A Favie
  • La Soularet
  • L'homme mort
  • La forêt
  • Coume d'en Sidboude
  • Coume Sourde
  • Col Doux
  • La Bernède (camping)
  • Le Caousadel
  • Le Camp de Fos
  • le Camp de l'Auzine

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Les Corbières depuis le Puech de Bugarach, vue à 360° depuis le sommet.
Schéma de la circulation des eaux tehrmales à Rennes-les-Bains.

La première caractéristique géologique de Rennes-les-Bains s'établit, bien évidemment, sur ses eaux thermales qui émergent à faible profondeur des calcaires du Crétacé datant de la fin du Mésozoïque, et en bordure de l'affluent de l'Aude, la Sals.

Cependant, selon le site officiel du Pays de Couiza[8], l'origine se trouve dans les calcaires dévoniens constitués durant l'ère primaire, karstifiés du plateau voisin de Mouthoumet. Ces calcaires permettent l’infiltration de l’eau qui est ensuite prise au piège et chauffée en profondeur dans des schistes imperméables constituées de marnes. Celle-ci remonte ensuite vers la surface à la faveur de nombreuses failles. Le déplacement de ces eaux souterraines s'est établies durant 15 milliers d'années.

Le massif des Corbières dans lequel se trouve l'ensemble du territoire de Rennes-le-Château est situé dans la zone sous-pyrénéenne qui forme une transition entre le Massif central, la Montagne noire située au nord des Corbières, et le massif des Pyrénées, situé plus au sud. Ce massif montagneux est apparu il y a 65 millions d'années, durant le tertiaire, lors du rapprochement de la plaque ibérique sur le continent européen.

Cette région est géologiquement caractérisée par un morceau de socle primaire constitué de calcaire et de schistes, notamment du plateau de Mouthoumet, déjà cité, et d'un pli pyrénéen, le Pic de Bugarach, situé à quelques kilomètres au sud-est de Rennes-le-Château.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La sals à Rennes-les-Bains

Le territoire de la commune de Rennes-les-Bains abrite sur son territoire deux rivières notables :

La Sals qui est une petite rivière au débit assez irrégulier de 19,9 km, est un affluent de l'Aude qu'lle rejoint à Couiza.

La Blanque qui est une rivière à peine plus courte et d'un débit tout aussi régulière de 14,7 km est un affluent gauche de la Sals, donc un sous-affluent de l'Aude.

En outre, le territoire de la commune est sillonné par quelques ruisseaux au débits très irréguliers, dont notamment :

  • le ruisseau du Coudal
  • le ruisseau de Bézis;
  • le ruisseau de la Dous ;
  • le ruisseau de la Forêt ;
  • le ruisseau de Las Breiches

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Carte du département de l'Aude en 1852

Le réseau routier
Le territoire de la commune de Rennes-le-Château est relié à la commune de Couiza, siège de la Communauté de communes du Pays de Couiza par la route départementale 14 et la route départementale 613. La commune est également relié à la commune de Sougraigne par la route départementale 74, ainsi qu'a la commune de Bugarach et au château cathare de Peyrepertuse ainsi qu'à la commune de Saint-Paul-de-Fenouillet, située dans le département des Pyrénées-Orientales par la route départementale 14.

Le transport ferroviaire
La gare ferroviaire la plus proche est la Gare de Couiza - Montazels, située sur la ligne de Carcassonne à Rivesaltes et sur le territoire de la commune de Montazels, à proximité de Couiza, dans le département de l'Aude en région Languedoc-Roussillon. Cette gare SNCF se situe à 9 km de Rennes-les Bains.

Le Transport routier
La commune de Rennes-les-Bains est relié à la commune de Couiza, par la ligne 38 du réseau interurbain de l'Aude. L'exploitation du réseau est déléguée à un grand nombre de sociétés de transport de la région par l'autorité organisatrice des transports qui est le Conseil général de l'Aude. Le réseau est exploité sous la marque Audelignes.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Rennes-les-bains est lié à celui de de Rennes-le-Château qui semble avoir été celui de Rhedae, ville principale et oppidum du Rhédésium ou Pagus Rhédensis, cité dans le cartulaire du Capcir[9]. Le terme de Rhedae, signifie "les chariots" en latin (nominatif pluriel)[10]

Le nom, fortement répandu, en France, de « les-Bains » est un suffixe utilisé en français (de manière parfois officielle, parfois seulement touristique) pour les toponymes de certaines localités, généralement parce qu'elles accueillent une station thermale ou balnéaire.

Article connexe : les-Bains.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fragment d'ambre, Muséum de Toulouse

La Préhistoire et L'Antiquité[modifier | modifier le code]

Les thermes antiques

La région de la vallée de la Sals a du connaitre l’installation des premiers foyers dès l'époque paléolithique en raison de la présence de gisements d'ambre, notamment sur les sites de Rennes-les-Bains, de Sougraigne et de Bugarach, communes voisines qui fournirent la plupart des perles d’ambre rencontrées sur les sites préhistoriques situés dans le sud de la France[11]. En effet, depuis la préhistoire, l'ambre est utilisé comme bijou et objet d'art.

Le Moyen-Âge[modifier | modifier le code]

Rennes-les-Bains possédait son son bain des pauvres dts les "Bains Doux", cependant la légende veut que ce soit une autre source, dénommée depuis "Bains de La Reine" qui guérit de la lèpre, Blanche de Bourbon (1339-1361), deuxième fille du duc Pierre Ier de Bourbon et d'Isabelle de Valois, exilée au château de Peyrepertuse par son mari Pierre Ier de Castille dit le Cruel[12].

En 1709, le curé de Rennes, Antoine Delmas, la découverte de nombreuses monnaies du Moyen Âge et d’objets divers, datant du règne des Valois, permettent de penser que Rennes-les-Bains et son activité thermale ont survécu au cours de cette période, ce que confirment Louis Bonnard, spécialiste dans l'histoire du thermalisme[13].

En 1162, c’est sous l’appellation d’Aquis Calidis, que les bains de Rennes sont colligés parmi les biens du monastère d’Alet.

De la renaissance au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

A partir du XIVe siècle et jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, les thermes de Rennes-les-Bains se dénommèrent "Baings de Montferrand". Cependant durant cette période, les bâtiments abritant des bains et les voies de communications restaient précaires dans la plupart des stations thermales françaises.

Le XIXe siècle et le XXe siècle[modifier | modifier le code]

L'abbé Bérenger Saunière

Antoine de Gensanne, historien du Dauphiné au XVIIIe siècle signale l’existence à la fin de ce siècle, de trois établissements comportant uniquement des piscines communes : "Les Bains Doux", "La Reine", "Les Bains Forts", alors que Julia, à qui l’on doit la première analyse chimique des eaux, et Jean-Pierre-Jacques-Auguste de Labouïsse-Rochefort écrivain local décédé en 1852, nous indiquent que l’accès n’était possible, depuis Couiza, qu’à dos de mulet ou de chevaux jusqu’à l’achèvement de la route en 1831[12].

Dans le courant du XXème siècle, le village de Rennes-les-bains a fini par bénéficier de l'étrange popularité du village voisin de Rennes-le-Château du au fait que l'un de ses curés ayant vécu dans cette paroisse à la fin du XIXe siècle et au début du XXe, l'abbé Bérenger Saunière y aurait trouvé un trésor en 1885[14] sans que son origine et sa nature exactes en soit connue. Cette notoriété a d'autant plus rejailli sur la commune que l'abbé Saunière entretenait des relations considérée comme mystérieuses avec le curé de la paroisse de Rennes-les-Bains, le dénommé Henri Boudet.

Cette étrange légende qui a entraîné une importante littérature, et le fait que la commune voisine de Bugarach ait bénéficié, elle aussi d'étranges rumeurs font qu'un nombre important de touriste attiré par l'ésotérisme ont fréquenté les différents sites entourant Rennes-les bains et le petit village, lui-même.

Depuis 1956, plus de 800 ouvrages et divers articles, de valeurs très inégales et dont certains sont mêmes totalement farfelus, ont été publiés sur ce sujet, sans compter les nombreux sites internet dédiés à cette affaire[15], mais aussi des reportages, des téléfilms et des films de fiction (dont le célèbre Da Vinci Code, tiré du best-seller de Dan Brown) qui se baseront tous sur l'histoire devenue mythique de l'abbé Saunière et sa « découverte », mais de façon très romancée.

Articles connexes : Bérenger Saunière et Henri Boudet.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le maire de la commune est Monsieur André Authier, médecin rhumatologue de profession[16].

Le Conseil municipal de la commune est composé d'un maire, de trois adjoints municipaux et de cinq conseillers municipaux, tous élus au premier tour, suite aux élections municipales françaises de 2014. On peut découvrir les membres de l'équipe municipale de Rennes-les-bains et leurs attributions respectives sur le site internet de la commune[17] :

Liste des Maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
 ? mars 2001 Jacques Hortala PS  
mars 2001 mars 2008 Robert Coudie    
mars 2008 octobre 2012[18] Alain Girard   retraité
novembre 2012 en cours André Authier   médecin rhumatologue

Élections[modifier | modifier le code]

Élections départementales de 2015

Pour ces premières élections départementales, organisées en binômes (deux candidats par bulletin), la diminution du nombres de cantons au niveau de tous les départements a entraîné la disparition du canton de Couiza pour laisser la place à un canton plus vaste, le canton de Quillan[19].

Premier tour
Le résultat du premier tour indique un très fort ancrage de l'électorat de Rennes-les-Bains à gauche, sachant que le binôme du Parti socialiste, représentant la majorité gouvernementale est en seconde position au niveau de la commune, derrière le binôme du Front de gauche.
Nombre de voix Pourcentage
Jean-Louis Bousquet - Nadine L'Hénoret (Front de Gauche) 40 55,56 %
Anne-Marie Bohic-Cortes - Francis Savy (Parti Socialiste) 12 16,67 %
Élodie Bret-Dibat - Pierre Castel (Union pour un mouvement populaire) 11 15,28 %
Caroline Duflot - Rémy Dussaud (Front National) 9 12,50 %
L'abstention au premier tour s'est élevée à 41,98 % (55 électeurs inscrits n'ont pas été voter)
Second tour
Le résultat du second tour de ces élections dans la commune, démontre encore ce fort ancrage des électeurs à gauche, même si le binôme du Front national a légèrement progressé (gain de 5 voix) entre les deux tours. Ce résultat démontre que malgré un net recul de la gauche gouvernementale, constaté lors de ce scrutin départemental au niveau national, la majorité des électeurs, qui se sont exprimés dans les bureaux de vote de Rennes-les-Bains, ont porté leurs suffrages vers le binôme du Parti socialiste qui gagne onze voix entre les deux tours. Le binôme de l'Union pour un mouvement populaire gagne, quant à lui quatre voix, au niveau local, pour les deux tours.
Nombre de voix Pourcentage
Anne-Marie Bohic-Cortes - Francis Savy (Parti Socialiste) 51 70,83 %
Caroline Duflot - Rémy Dussaud (Front National) 14 19,44 %
Élodie Bret-Dibat - Pierre Castel (Union pour un mouvement populaire) 7 9,72 %
L'abstention fut assez forte au second tour, avec un taux de 44,27 % (trois électeurs de plus qu'au premier tour n'ont pas été voter).

Élections présidentielles de 2012

Second tour
À Rennes-les-Bains, lors de la dernière élection présidentielle de 2012, François Hollande, candidat socialiste, a obtenu 18 voix d'avance sur son adversaire de droite, Nicolas Sarkozy.
Nombre de voix Pourcentage
François Hollande (Parti socialiste) 65 60,19%
Nicolas Sarkozy (Union pour un Mouvement Populaire) 43 39,81 %
L'abstention resta assez limitée, avec un taux de 18 %.

Services Publics[modifier | modifier le code]

Carte de Rennes-les-Bains
Cimetière de Rennes-les-bains

Services municipaux

Hôtel de ville - État civil : le bâtiment est ouvert au public du mardi au vendredi (le bâtiment est situé, 11 Grande rue, dans le centre du village)
Bibliothèque et Artothèque: ce service est situé, rue de l'église, dans l'ancien presbytère du village.
Salle du Patrimoine : cette salle est située dans le bâtiment du comité local d'animation, cette salle présente des exposition de minéraux, des fossiles, et des vestiges gallo romains trouvés sur la territoire de Rennes-les-Bains[20].
La mairie a créé un service technique qui gère l'entretien de la voirie municipale, les espaces-verts, le réseau d'eau et l'assainissement.
Un agent municipal est également chargé de la sécurité des habitants et de la surveillance des lieux publics[21]


Services intercommunaux :

Rennes-les-Bains a adhéré à la communauté de communes du Pays de Couiza qui est un établissement public de coopération intercommunale française (officiellement « communauté de communes »).
Cette collectivité qui comprend 24 communes a été créée le 1er janvier 2001. Son siège est situé au 17, rue des Pyrénées à Couiza, ville siège de l'intercommunalité.
Celle-ci répond aux besoins des habitants de toutes les communes adhérentes par de nombreuses missions, dont notamment la constitution de de réserves foncières et l'aménagement des nouvelles zones d’activités et de la voirie interne, ainsi que de nombreux projets et études, tels que l'étude et réalisation d'atelier relais sur ces zones d’activités, la création de fermes relais dans les espaces ruraux désertifiés, la réalisation d’études et d'actions de communication, la création et gestion d'un Office de Tourisme Intercommunal,l'étude et réalisation de programmes concernant les technologies nouvelles et la communication, le soutien administratif et technique aux projets du territoire, les études et réflexion sur la création d'un pôle thermal Alet-les-Bains/Rennes-les-Bains, l'Étude de nouveaux programmes relatifs aux énergies renouvelable et les études préliminaires à la création d'un futur Parc naturel régional de France ;
L'intercommunalité gère également la collecte et le traitement des déchets, la gestion de la déchèterie, ainsi que la gestion et l'entretien des cours d'eaux et des milieux aquatiques, en partenariat avec les propriétaires privés, ainsi que l'organisation des structures d'accueil touristiques appartenant à la Communauté de Communes.
L'intercommunailté organise conjointement avec la commune le service de l'Action sociale (CIAS) en gérant et administrant, l'aide à domicile en faveur des personnes âgées et les personnes handicapées dépendantes, la gestion de l'EHPAD « Les Estamounets » (par délégation), le service des soins infirmiers à domicile (SAD), les services de portage de repas à domicile, les actions nouvelles en faveur des enfants et de la jeunesse, l'animation d'un conseil communautaire de jeunes, sans oublier l'étude, mise en place et gestion de nouvelles structures d'accueil consacrée à l'enfance, (tels que les crèches, les haltes garderies et les centre de loisirs) et enfin l'adhésion et la participation à des dispositifs contractuels d'insertion et de formation pour les citoyens de l'intercommunalité.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 258 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
260 351 402 425 493 522 424 478 506
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
500 483 503 492 502 447 478 420 359
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
315 317 325 304 295 287 263 219 199
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
177 192 192 194 221 159 171 172 258
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2004[23].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

L'enseignement primaire des élèves de la commune est assuré sur la commune du cours préparatoire au CM2 avec le regroupement sur les communes voisines de Cubières-sur-Cinoble, Camps-sur-l'Agly, Bugarach, Sougraigne, Cassaigne, Fourtou, Peyroles. L’école Primaire Publique est située Grande Rue.

L'enseignement en école maternelle est, quant à lui, assuré avec le regroupement sur la commune de Bugarach.

Vie associative[modifier | modifier le code]

La commune de Rennes-les-Bains reconnait cinq associations sur son site web[24] :

« L'ACCA » qui est une association de chasseurs locaux adhérant à la fédération de chasse;
« La Boule Cathare », association qui regroupe les pratiquants locaux des activités boulistes;
« Aud’Eole » association qui regroupe les pratiquants de sports aériens légers de la commune[25];
« Mémoire de Rennes », association qui regroupent les amis du village : passé, présent et avenir confondus;
« Les Amis de la Bibliothèque », association dont le siège est situé dans l’ancien presbytère du village;
« Les Chats Libres », association qui gère le contrôle de la prolifération des chats errants dans la commune;
« Les Joyeux Bacchusiens », association qui a pour but de faire découvrir les différents cépages et vins régionaux;
« Anim'A Rennes », comité qui organise des activités festives en collaboration avec la mairie et les commerçants.

Sports[modifier | modifier le code]

Santé et Secours[modifier | modifier le code]

Si la commune abrite un des deux uniques établissements thermaux du département, Il n'y a pas, cependant, de centre hospitalier sur son territoire. Les deux établissements hospitaliers les plus proches sont :

  • Le centre hospitalier de Quillan;
  • Le centre hospitalier de Limoux.

Ces deux établissements sont regroupés sous une direction et une gestion commune depuis 1999. L'EHPAD de Roquefeuil y est également rattaché[26]

Il n'y a pas, non plus de médecins libéreaux, ni de pharmaciens officiant sur le territoire de Rennes-le-Château. Les cabinets médicaux et les officines pharmaceutiques les plus proches sont situés sur le territoire de communes voisines, telles que Couiza, Espéraza et Luc-sur-Aude.

La caserne de Pompiers, celle du (SDIS de l'Aude), la plus proche est située à Espéraza.

La prise en charge dans l'établissement thermal

L'établissement thermal bénéficie de la présence régulière d'un médecin spécialisé dans la cure, et celui-ci ne pratique exclusivement ses suivis et ses soins qu'aux clients de l'établissement thermal bénéficiaires d'une prise en charge de soins thermaux. Ces curistes peuvent également bénéficier d'une prise en charge par un cabinet de kinésithérapie au sein même de l'établissement[27].

Selon le site de l'établissement, la prise en charge des soins thermaux présentent, en outre, les prestations suivantes :

  • Aérobain
  • Bain douche sous marine
  • Boue multiple
  • Boue unique
  • Douche au jet
  • Douche générale
  • Douche pénétrante
  • Etuve générale
  • Etuve locale
  • Massage sous l'eau
  • Mobilisation piscine
  • Piscine libre

Le Foyer d'accueil médicalisé

Un établissement médico-social, de type F.A.M (foyer d'accueil médicalisé) a été créé sur le territoire communal. Cette structure assure l'accueil, la prise en charge médico-sociale et l'hébergement de personnes handicapées, et il se situe au sud du bourg central et appartient à l'association audoise et médicale de Limoux (ASM)[28].

Économie[modifier | modifier le code]

Le Tourisme et le thermalisme[modifier | modifier le code]

Ordinairement, la saison thermale s’étale de mai à octobre et la cure dure généralement 21 jours, les soins s'effectuant en matinée, du lundi au samedi[29]. La station présente sur son site un cabinet de médecins spécialisés en cure thermale.

La proximité de Rennes-le-Château, la situation de Rennes-les-bains sur le circuit des Châteaux du pays cathare apporte également un flot de touristes français et étrangers important durant la période estivale.

Hébergement
Sur son site, la mairie présente les différents types d'hébergement situés sur la commune, notamment, l'aire de camping-car, situé sur le parking de sport nature, des locations de meublés, des chambres d'hôtes, des hôtels et des résidences liés à la prise en charge des curistes.

Le Commerce et l' artisanat[modifier | modifier le code]

Une boutique ancienne dans la rue centrale de Rennes-les-Bains.

Commerces et marchés
Le village de Rennes-les-bains présente, dans le secteur de sa rue centrale, de nombreux commerces, dont une librairie, une miellerie, une société de production et de distribution de films, une boulangerie-pâtisserie-salon de thé, des restaurants et des bars[30].

Un marché est organisé à Rennes-les-Bains, tous les mardis, jeudis et samedis matin.

Il existe également un espace beauté et un espace forme près de l'espace de thermalisme. Ce dernier abrite également une piscine qui jouxte l'entré du bâtiment thermal à l'entrée du village, sur la route de Couiza.

Arisanat local
Un atelier de graveur s’est installé dans une petite maison sur le pont de Montferrand à Rennes-les-Bains. Différentes techniques y sont pratiquées comme la gravure en relief et en creux, l’Eau-Forte et l’Aquatinte.

Culture locale et Patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Eglise Saint-Nazaire et Saint-Celse de Rennes-les-Bains

L'église paroissiale Saint-Nazaire et Saint-Celse

Cette église très ancienne est dédiée à un précheur romain, Nazaire de Milan dit Saint-Nazaire et son disciple, Celse de Milan dit Saint-Celse. Ces deux martyrs chrétiens (ils ont eu la tête tranchée en l'an 56 de notre ère, sous le règne de l’empereur Néron) représentent les premières années de la christianisation de l'Europe. La Basilique de Carcassonne, siège du diocèse dont dépend la paroisse de Rennes-les-bains est également consacrée à Saint-Nazaire.

Un mur situé près de l'entrée de l'église présente deux plaques commémoratives dont l'une est dédiée à la mémoire de deux curés bien connues des amateurs de l'histoire de Rennes-les-bains et de Rennes-le-Château, l'abbé Henri Boudet, curé de 1872 à 1914 et l'abbé Joseph Rescanières, son successeur, curé de 1914 à 1915 décédé dans la deuxième année de son sacerdoce.

Les Thermes[modifier | modifier le code]

Rennes-les-Bains, les thermes romains

Le territoire de Rennes-le-bains est consacré au thermalisme depuis l’Antiquité romaine, et la commune d'aujourd'hui a su préserver cette tradition de cure thermale en modernisant ce patrimoine au fil des siècles. Contenant des substances sulfatées, des calciques, des chlorurées mixtes, les eaux de Rennes sont faiblement minéralisées, magnésiennes et ferrugineuses, et la température des eaux se situe généralement entre les températures de 33 °C et 47 °C.

Les principes actifs et la composition de ces eaux font que cette station thermale est réputée pour ses vertus en matière de rhumatologie. Le traitement curatif de la station de Rennes-les-Bains est en conséquence agréée par les régimes de sécurité sociale pour le traitement d'affections de type rhumatologique et des séquelles de traumatismes de type ostéo-articulaire[31].

Il existe quatre sources d'eaux froides :

La Madeleine
Le Cercle
La Fontaine des Amours
Le Pontet

et cinq sources d'eaux chaudes :

Les Bains Doux, (37 °C)
Le Bain Fort (47,5°C)
Les Bains de la Reine, (40°C)
Gieules, (38°C)
Marie, (39,5°C)

Patrimoine et Tradition orales[modifier | modifier le code]

Dialectes et sous-dialectes de l'occitan selon D. Sumien[32]

Le territoire de la commune de Rennes-les-Bains ainsi que l'ancien canton de Couiza, se situe dans l'aire linguistique de l'occitan et du languedocien qui est un dialecte de cette langue. Il est parlé principalement dans tout le Languedoc, mais aussi et en Guyenne[33],[34].,[35]

Selon de nombreux spécialistes (Louis Alibert)[36], (Jules Ronjat)[37], le languedocien étant découpé en plusieurs sous-groupes dites de "variations linguistiques", le secteur de Rennes-le-Château appartiendrait à celui du patois "carcassonais" ou "central". Le linguiste Domergue Sumien, évoque, quant à lui, le languedocien méridional, thèse reprise par le linguiste français, professeur à l'université de Poitiers, spécialiste de littérature et de linguistique occitane, Pierre Bec (voir carte).

Articles connexes : Languedocien, Occitan moyen et Occitan.

En l'absence de recensement linguistique, il est difficile d'obtenir des chiffres précis sur le nombre de locuteurs pour l'occitan et toutes ses varités dialectales y compris sur le territoire de Rennes-les-Bains. Les dernières enquêtes globales sur l'occitan donnent un nombre de locuteurs entre 500 000 et 700 000 pour l'ensemble de la langue[38]. L'UNESCO, qui est le seul organisme à traiter indépendamment le languedocien, donne un nombre de locuteurs environ 500 000, et le considère comme gravement menacé[39], cependant Rennes-le-Château et sa région se situant dans une zone rurale, ces secteurs peuvent présenter (notamment chez les personnes les plus âgées originaires du canton) de nombreux locuteurs habituels ou occasionnels.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Un plateau de pélardons coulants
Pélardons coulants

De par sa taille modeste, Rennes-les-bains n'a pas de spécialités culinaires proprement dites, mais le village se situe dans la région touristique, dite du Pays Cathare dont le nom a été déposé comme une marque par le Conseil départemental de l'Aude[40] et qui présente de nombreuses spécialités de nature alimentaire, autant dans la production (vins, fruits, légumes, viandes) que dans l'art culinaire.

On peut cependant découvrir dans les auberges et les restaurants de la localité et ses environs immédiats, quelques spécialités régionales, telles que des boissons comme la blanquette ou le crémant de Limoux qui peuvent accompagner la consommation de fromages comme le Le pélardon (ou Pélardou) qui est un petit fromage fabriqué à base de lait cru de chèvre, à pâte molle à croûte naturelle, d'un poids moyen de 60 grammes.

Le plat le plus répandu dans la région est le Le fréginat, (en français « fricassée »), qui est un plat traditionnel du massif des Corbières, réalisé avec du sanglier ou de la viande de porc. Au niveau local, ce plat est généralement mijoté avec des morceaux de l'échine et du collier de porc, du coulis de tomate, de la graisse de canard, des oignons et échalotes, le tout parfumé aux herbes de garrigues (laurier noble et thym, et parfois du romarin) qui rappellent la végétation de cette petite région montagneuse.

Articles détaillés : Limoux (AOC), Pélardon et Fréginat.

.

Événements culturels et sportifs[modifier | modifier le code]

  • Les 6 heures pédestres de Rennes-les-Bains
  • Le tour de l’Aude cycliste international féminin
  • Le folklore international en Pyrénées audoises
  • Le marché des potiers

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune de Rennes-Les-Bains est jumelée depuis le 1er juillet 1985 avec la ville de Rennes, préfecture régionale de la Bretagne. L’homonymie des deux noms est à l’origine de ce jumelage entre la grande métropole de la Bretagne et le petit villages du Languedoc[41]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Rennes-les-Bains

Son blasonnement est : De gueules à la croix alésée d'or.

Médias[modifier | modifier le code]

Presse locale[modifier | modifier le code]

Journaux locaux (quotidiens)

Rennes-les-bains se situe sur la zone de diffusion de trois grands quotidiens régionaux français, à savoir :

Ces trois journaux présentent des informations locales au niveau du Razès et de la vallée de l'Aude, la Dépêche du Midi est plutôt distribuée dans la région Midi-Pyrénées (l'Aude, étant la seule exception avec le Lot-et-Garonne) et l'Indépendant qui est plutôt distribué dans le département des Pyrénées-Orientales. Le journal Midi-Libre est un quotidien du Languedoc-Roussillon. On peut donc constater que le territoire de Rennes-les-bains, à l'instar de son département, se situe à la limite des trois zones d'influence de ces grands quotidiens régionaux.

Journaux locaux (hebdomadaires et mensuels)

Un journal hebdomadaire à diffusion régionale est distribué dans le canton de Quillan, à savoir :

La mairie édite également un journal local distribué sur tout le territoire de la commune :

  • Rennes-les-bains - Bulleltin Municipal, journal mensuel d'information municipale, consacré à l'information des habitants sur la gestion locale et également consultable sur le web[42].

Stations de radios[modifier | modifier le code]

Radios FM nationales et locales

De grands groupes de radios installés en France possèdent des stations émettant sur le territoire de Rennes-les-bains, dont notamment le groupe Radio France avec France Inter, France Info, France Bleu Roussillon), RTL Group avec RTL et Fun Radio, NRJ Group avec NRJ et Rire et chansons. les Radios chrétiennes francophones, réseau de radios chrétiennes de langue française dont le siège national est à Lyon possèdent également une station émettant sur le secteur de Rennes-le-Château, RCF Pays de l'Aude.

Une radio locale, dénommée à l'origine Radio Montaillou Pyrénées et qui se dénomme depuis Pyrénées FM, émet également sur le territoire de Rennes-les-bains.

Article connexe : Pyrénées FM.

Chaînes de télévision[modifier | modifier le code]

France 3 Languedoc-Roussillon qui est une des vingt-quatre antennes métropolitaines de proximité du groupe France Télévisions, émet dans le secteur de Rennes-les-Bains.

Grâce à l'implantation de quatre antennes relais, les résidents du village de Rennes-les-Bains peuvent recevoir la Télévision Numérique Terrestre (TNT)[43].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Photo de l'abbé Henri Boudet

Cet homme fut ordonné prêtre en 1861. Il exercera ses fonctions du 1er janvier 1862 à Durban dans les Corbières méridionales qu’il quittera le 16 juin 1862 pour Caunes en Minervois où il demeure jusqu’au 30 octobre 1866. Le 1er novembre 1866, il est nommé curé desservant à Festes et Saint André, une commune près de Limoux, avant d'être nommé à Rennes-les-Bains en 1872[44].

Il est l'auteur d'un ouvrage, considéré par certains spécialistes comme un livre codé et dénommé La vraie langue celtique et le Cromleck de Rennes-les-Bains, publié en 1886. C'est notamment ce livre qui a permis de relier Henri Boudet à l'affaire de Rennes-le-Chateau comme a pu le faire le journaliste Gérard de Sède qui a consacré de nombreuses publications sur ce sujet entre 1967 et 1980.

L'abbé Henri Boudet décèdera d'une longue maladie le (à 77 ans) à Axat[45].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Site du pays de Couiza sur Rennes-le-Château
  2. Bulletin Municpal de Rennnes les bains, page consacrée à la Méridienne verte
  3. La distance entre la commune et différentes villes site cartesfrance.fr.fr.
  4. Site touristique de la Haute vallée de l'Aude, page sur le Razès
  5. Décret no 2014-204 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de l'Aude, sur Légifrance (consulté le 41752)
  6. « Loi no  2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral », JORF no 0114 du 18 mai 2013 p. 8242,‎ (consulté en 41751)
  7. Les Couleurs de l’Aude de André Authier et Jean-Philippe Vidal, édition les créations du Pélican, page 4 (ISBN 978-2-7191-0630-3)
  8. Site du pays de Couiza, page sur Rennes-les-Bains
  9. Site "cathares.org page sur l'église Sainte-Marie-Madeleine
  10. Site dicolatin, signification de Rhedae
  11. Site du pays de Couiza, page sur la ville de Rennes-les-bains
  12. a et b Site de Rennes les bains sur l'hisoire du Thermalisme
  13. Site de la reine du Midi sur les deniers de culte
  14. Dépliant distribué par la mairie sur la commune
  15. Le Bréviaire d'Alaric : aux origines du code civil, Presses Paris Sorbonne,‎ 2008, p. 359
  16. Site de La dépéche, page sur André Authier
  17. Site de la mairie, page sur le conseil municipal
  18. « Limoux. Démission du maire de Rennes-les-Bains, Alain Girard », La Dépêche, publié le 21 septembre 2012, consulté le 27 septembre 2012
  19. Site de Francetvinfo sur le résultat du 2nd des départemantales à Rennes-le-Château
  20. Site de Rennes-les-Bains, page sur les espaces culturels
  21. Site de Rennes-les-Bains, page sur les services publics
  22. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2012.
  24. [Site de Rennes-les-Bains, page sur la vie associative]
  25. Site de l'association Aud'Eole, page d'accueil
  26. Site du CH Quillan-Limoux
  27. Site de la cure thermal de Rennes-les-bains
  28. Site de "aude.aide-handicap, page sur le FAM de Rennes les bains
  29. [es soins se font en matinée, du lundi au samedi. Site du pays de Couiza, Page sur Rennes-les-bains]
  30. Site de Rennes-les bains, page sur les commerces et l'artisanat
  31. Site de Rennes-les-Bains, page sur le thermalisme
  32. Domergue SUMIEN (2009), "Classificacion dei dialèctes occitans", Linguistica occitana, 7, 2009
  33. Jean-Marie Klinkenberg, Des langues romanes. Introduction aux études de linguistique romane, De Boeck, 2e édition, 1999,
  34. La langue se divise en trois grandes aires dialectales : le nord-occitan (limousin, auvergnat, vivaro-alpin), l'occitan moyen, qui est le plus proche de la langue médiévale (languedocien et provençal au sens restreint), et le gascon (à l'ouest de la Garonne). in Encyclopédie Larousse
  35. On distingue plusieurs aires dialectales au sein même de l’occitan. [...] À l’est du gascon et au sud du nord-occitan, une troisième aire, l’occitan moyen, comprend le languedocien, le provençal et le niçard (Nice). in Encarta
  36. Louis Alibert, Gramatica occitana segon los parlars lengadocians, Montpellier, 2e édition, 1976
  37. Jules Ronjat, Grammaire istorique des parlers provençaux modernes, t. IV, Appendice. Les dialectes. Index., Montpellier, 1941
  38. MARTEL Philippe, "Qui parle occitan ?", Langues et cité, 10, Paris, DGLFLF, 12/2007.
  39. UNESCO Interactive Atlas of the World's Languages in Danger
  40. [Les couleurs de l'Aude, André Authier et Jean-Philippe Vidal, édition les créations Pélican, page 19 (ISBN 2-7191-0630-5)]
  41. Site de Rennes-les-bains, page sur le jumelage
  42. Site du bulletin municipal de Rennes-les-bains
  43. Site receptiontnt.fr sur l'implantion des antennes relais dans l'Aude
  44. http://www.rennes-les-bains.com/
  45. La semaine religieuse de Carcassonne du 10.4.1915, fera paraître dans sa rubrique nécrologie (pp. 143-144) un article rendant un dernier hommage au prêtre disparu.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cabanis Jean Claude -Valat Jean Louis Composition Chimique des eaux thermales de Rennes les Bains, Journal Français d'Hydrologie N 16 1975
  • Valat Jean Louis,"Étude des sources thermominérales de RENNES les Bains" publication CERGH 1971, Thèse Universite de Montpellier 2
  • Guillaume Catel, Memoires sur l'Histoire du Languedoc, 1633
  • Abbé Delmas, Antiquités des bains de Montferrand communément appelés les bains de Rennes, manuscrit, 1709
  • Julia (J.S.E.), Dissertation sur les eaux thermales connues sous le nom des Bains de Rennes, Mentions Delmas, 1814 (réédition 1984, Schrauben)
  • Dr Lignon, Journal des Bains de Montferrand, 1819
  • Labouisse-Rochefort, Voyage à Rennes-les-Bains, Paris, 1832
  • Dr Cazaintre, Analyse des eaux thermo-minérale de Rennes (Aude), 1853
  • Dr Cazaintre, Observations médicales relatives à l'emploi de l'eau salée de la rivière de Salz à Rennes-les-Bains (Aude), 1858
  • Dr Cazaintre, Notice sur les eaux thermo-minérales de Rennes-les-Bains, 1862
  • Dr Jean Gourdon, Stations thermales de l'Aude - Rennes-les-Bains, Cote BN:8°TE163/155, 1874.
  • Henri Boudet, La Vrai Langue Celtique et le Cromleck de Rennes-les-Bains, 1886 (réédition 1984, Belisane)
  • Dr L. Vaysse, Eaux Thermo-minérales de Rennes-les-Bains, 1886
  • Dr Paul Courrent, Étude générale sur Rennes-les-Bains, 1928
  • Dr Paul Courrent, Rennes-les-Bains (Aude) – Ses Sources et Leurs Indications, Languedoc Medical, 1932
  • Dr Paul Courrent, Notice historique sur les bains de Rennes connus anciennement des Bains de Montferrand - Leur origine gallo-romaine et leur évolution jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, Carcassonne, 1934
  • Dr Paul Courrent, Station hydrominérale de Rennes-les-Bains - Thermes romains (ancien Bain Fort), 1934
  • Dr Paul Courrent, Rennes-les-Bains (Aude) : Monographie historique, scientifique, médico-thermale et touristique, 1942
  • Dr Paul Courrent, Découverte d'une mosaïque à Rennes-les-Bains, Bulletin de la société d'études scientifiques de l'Aude, tome XLIX, 1948
  • Dr Paul Courrent, Un morceau de mosaïque provenant de Rennes-les-Bains, Bulletin de la société d'études scientifiques de l'Aude, tome XLIX, 1948
  • Urbain Gibert et Guy Rancoule, Rennes-les-Bains : Notes sur une tête sculptée, Bulletin de la société d'études scientifiques de l'Aude, tome LXIX, 1969
  • Urbain Gibert, Notes Historiques sur les Bains de Montferrand devenus les Bains de Rennes, actuellement Rennes-les-Bains. Bulletin de la société d'études scientifiques de l'Aude, tome LXXIII, 1973
  • Abbé Bruno de Monts, Rennes-le-Château et Rennes-les-Bains, 32 pages, 1984
  • Patrice Alessandri, Rennes-les-Bains (Aude) - vestiges antiques du site thermal au Parc de la Reine, Études Roussillonnaises, tome XVII, 1999
  • Monteils Jean-Pierre, La rivière au bois dormant évocation de la vallée de la Sals et de l'ancien comté du Razés, Éditions Salicorne, ECLA, Rennes-les-Bains.
  • Catherine Pierdat, L'Île Sacrée - Décryptage et analyse d'un livre codé : La vraie langue celtique et le cromleck de Rennes-les-Bains de H. Boudet, éd. RDM, Villeurbanne, 2011.