Brides-les-Bains

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Brides-les-Bains
La gare de Moûtiers-Salins-Brides-les-Bains.
La gare de Moûtiers-Salins-Brides-les-Bains.
Blason de Brides-les-Bains
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Albertville
Canton Bozel
Intercommunalité Communauté de communes Val Vanoise Tarentaise
Maire
Mandat
Guillaume Briland
2014-2020
Code postal 73570
Code commune 73057
Démographie
Gentilé Bridois
Population
municipale
523 hab. (2014)
Densité 199 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 27′ 12″ nord, 6° 34′ 03″ est
Altitude Min. 556 m
Max. 1 040 m
Superficie 2,63 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte administrative de Savoie
City locator 14.svg
Brides-les-Bains

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de Savoie
City locator 14.svg
Brides-les-Bains

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Brides-les-Bains

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Brides-les-Bains

Brides-les-Bains est une commune française située dans le département de la Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Son chef-lieu constitue un village de fond de vallée du massif de la Vanoise, en Tarentaise, et la commune comptait 523 habitants en 2014.

Commune tournée vers le thermalisme dès XIXe siècle, puis plus récemment vers le ski grâce à la mise en place d'un télécabine reliant le bourg aux stations de Méribel et Méribel-Mottaret, Brides-les-Bains bénéficie en 2013 d'un classement au label « station classée tourisme ».

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune de Brides-les-Bains est située dans la vallée du Doron de Bozel, affluent de l'Isère. Vallée appartenant à la Tarentaise, la commune se trouve à 6 km au sud-est de Moûtiers et à 13 km au nord de Méribel.

Le village se situe à 580 m d'altitude.

Voies de communications[modifier | modifier le code]

Par routes[modifier | modifier le code]

L'accès à Brides-les-Bains s'effectue par la route nationale 90 jusqu'à Moûtiers, puis par les routes départementales D915 et D90F en direction de Bozel.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par des cars, en correspondance à la gare de Moûtiers-Salins-Brides-les-BainsMoûtiers) avec les TGV et TER Rhône-Alpes.

Aéroports et altiports[modifier | modifier le code]

L'aéroport le plus proche est l'aéroport de Chambéry - Savoie, situé à 93 km. L'aéroport de Lyon-Saint-Exupéry se trouve à 173 km, celui de Grenoble-Isère à 166 km, et celui d'Annecy Haute-Savoie Mont-Blanc à 126 km.

L'altiport de Méribel se trouve à 20 km, tandis que celui de Courchevel est à 25 km.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Brides-les-Bains
Salins-Fontaine Feissons-sur-Salins Montagny
Villarlurin Brides-les-Bains
Les Allues Courchevel

Toponymie[modifier | modifier le code]

Commune formée par la fusion des communes de Brides et de Bains le 6 février 1847, sous décision de Charles-Albert retiré à la commune de La Saulce. Le nom de Bride utilisé jusqu'en 1664, puis Brides jusqu’en 1847. Le terme viendrait du gaulois briva signifiant « pont ».

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Borda, selon la graphie de Conflans[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dès l'Antiquité, le site est connu pour les vertus de ses eaux[2].

Aux XVIe – XVIIe siècles, les archevêques de Moûtiers utilisent les eaux du hameau des Bains[2],[3].

En 1653, puis en 1774, les débordements de la rivière, le Doron de Bozel, ensablent les sources[3].

Développement thermal[modifier | modifier le code]

En 1818, une catastrophe naturelle en amont de la vallée, vers Champagny-en-Vanoise, libère une énorme masse d'eau avec pour conséquence la mise au jour d'un massif rocheux d'où se mit à jaillir la source thermale actuelle, permettant la création de la station moderne[2]. Le docteur Hybord réalise la première analyse des eaux et l'École des Mines diagnostique une eau aux vertus exceptionnelles[2] ; le rapport du docteur Ducis est éloquent : « Une eau effaceuse de maux, extraordinaire par ses qualités, qui peut tout guérir, épilepsies, cathares, migraines, goutte, rhumatismes, douleurs d'articulation et autres ». L'année suivante, des notables savoyards, dont une trentaine originaires de Moûtiers, créent une Compagnie de Bains en vue d'exploiter les eaux de Brides[4].

Dès 1824, les premiers hôtels font leur apparition. On en compte six en 1836[2].

À partir de 1825, à l'initiative du docteur Philbert, la thérapeutique est affinée et s'oriente vers le traitement de l'obésité. La station, désormais spécialisée dans l'amaigrissement, devient aussi celle de la « femme élégante ». En hommage à ce docteur, l'une des sources de Brides-les-Bains porte aujourd'hui son nom.

En 1845, est inauguré le premier complexe thermal, avec 28 salles de bains-douches, construit par l'architecte Ernesto Melano, et dans lequel commencent à affluer de nombreux membres de la bonne société cosmopolite.

En 1846, l'église de La Saulce est détruite. Une nouvelle est construite à Brides[2], et consacrée un an plus tard.

En 1857, le village de Les Bains, séparé de celui de La Perrière, et le village de Brides, détaché des Allues, s'unissent pour constituer une nouvelle commune : Brides-les-Bains. La ville de Moûtiers achète la source de Brides (1965)[4].

Au cours du XIXe siècle, l'eau thermale est d'abord utilisée pour soigner toutes sortes de maladies puis ses vertus dans le traitement de l'obésité sont identifiées. À la fin des années 1870, les premiers régimes diététiques adaptés sont ainsi établis par les hôtels. La station, qui développe ses infrastructures, voit affluer des personnalités de renommée internationale telles que la reine Élisabeth d'Espagne, la princesse de Croy, la princesse Bonaparte, le prince Orloff, la marquise de Freycinet, la comtesse de Montgoméry, le baron de Rotschild, la Comtesse du Petit-Thouars, le baronne de Koussoff, le ministre Rambaud, l'éditeur Hachette, ainsi que des membres de familles françaises, britanniques, italiennes, russes, américaines, de l'aristocratie et des affaires. En 1874, la Société générale de Tarentaise, qui possède des entreprises métallurgiques et minières dans la vallée (Salins), et qui est à l'origine du développement ferroviaire de la vallée, achète la source[4],[5]. En 1893, la ville de Moûtiers est reliée au chemin de fer[6].

Grâce au guide de la Tarentaise du docteur Laissus, on connaît les principaux bâtiments hôteliers de la station en 1894 : Le grand hôtel des thermes, l'hôtel des Baigneurs et beaucoup de charmantes villas d'hôtes, dont la Villa des roses et la Villa Laissus. Le casino joue un rôle de premier plan, il comprend « des salons de lecture, de conversations, de jeux » les personnalités viennent jouer leur « fortune ou en entendre, outre les beaux orchestres du bal, les opéras comiques ». Le bourg compte six médecins et 1 400 clients en 1895[7].

La capacité d'accueil de Brides surpasse celle de sa voisine Salins-les-Thermes. À tel point, que les 4/5e des clients de cette dernière logent à Brides[8].

Le bourg évolue et devient une station de séjour où le nombre de malades représente un pourcentage inférieur aux nombre de touristes[8]. En 1924, le casino est agrandi et les thermes sont transformés et des travaux d'embellissement sont réalisés en 1927-28, dont une roseraie[8],[9]. Les festivités se déroulent le 24 juin 1928 en présence de Jean Moulin, alors sous-préfet d'Albertville en compagnie de Lady Chamberlain, l'épouse du futur premier ministre britannique[9],[10]. L'année suivante, la crise de 1929 a un impact direct sur la fréquentation de la station, notamment de la part des touristes étrangers, et cela se poursuit jusqu'en 1936[8]. La station reprend vie ensuite pour accueillir plus de 3 000 touristes en 1938, chiffres équivalents à la crise de 1929[11]. Toutefois, le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale frappe à nouveau l'activité thermale et touristique, même si la station continue d'être fréquentée mais cette fois-ci au motif d'une cure pour boisson[11]. Par ailleurs, le Casino est fermé dès 1939 et la partie construite en 1924 s'effondre[11].

Dans les années 1950, une compétition de ski originale, le « Derby de la Saulire », permet les premières descentes à ski sur le versant des Allues, avec une arrivée à Brides, 2 000 m plus bas. Quelques clients de la toute nouvelle station de Méribel descendent parfois jusqu'au village.

Dans les années 1990, Brides-les-Bains devient la station thermale leader en France pour le traitement de l'obésité.

En 2005, le spa ouvre au public, avec 1 500 m2 dédiés aux soins et au bien-être.

En 2008, le spa est agrandi de 600 m2, devenant le Grand Spa, comprenant des cabines de soins, salle de coaching sportif individuel, solarium, et une plage extérieure avec plusieurs jacuzzis été/hiver.

En 2012, le film de Charlotte de Turckheim, Mince alors !, rend hommage à la ville.

Jeux olympiques d'Albertville[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Jeux olympiques d'hiver de 1992.

En 1992, la ville de Brides-les-Bains est choisie pour devenir « village olympique »[12], du fait de sa capacité d'accueil. La station vit l'aventure des Jeux olympiques d'Albertville et s'offre une porte d'accès au plus grand domaine skiable du monde : Les Trois Vallées, grâce à la réalisation d'un télécabine de l'Olympe[12]. Cette infrastructure la relie désormais directement au domaine de la station de Méribel et permet ainsi le développement d'une nouvelle activité. Le coût des aménagements pour accueillir ces Jeux sont de 200 millions de francs[13]. Ces investissements mènent à la création d'une nouvelle mairie, la rénovation du Grand Hôtel des Thermes, l'acquisition et rénovation du casino, la modernisation du centre-ville, la construction d'une école ainsi que d'un centre d'accueil et d'animation[13]. Par ailleurs, 90 millions de francs sont consacrés à la création d'un nouvel établissement thermal, donné en gestion à la Société européenne de Thermalisme[13]. Enfin, 80 millions sont utilisés pour l'aménagement du télécabine de l'Olympe[14]. Ces lourds investissements valent à la commune d'être mise en saisie par la chambre régionale des comptes en raison d'un fort déficit (69 millions de francs)[15].

Depuis 2000, la station fait partie de l'association des Trois Vallées, aux côtés de Courchevel, La Tania, Méribel, Les Menuires-Saint-Martin et Val Thorens.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Denise Shelley ... ...
mars 2008 en cours
(au avril 2014)
Guillaume Briland ... ...

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Bridois[16].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[18],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 523 habitants, en diminution de -6,61 % par rapport à 2009 (Savoie : 3,73 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
59 85 78 95 125 202 170 178 177
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
170 166 177 189 177 301 271 230 230
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
213 245 309 319 366 702 728 638 557
1982 1990 1999 2007 2011 2014 - - -
583 611 593 575 546 523 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Santé[modifier | modifier le code]

  • Station thermale (foie, estomac, amaigrissement).

Économie[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

La commune de Brides-les-Bains est tournée vers le tourisme depuis le XIXe siècle. Station thermale, puis station de sports d'hiver depuis la mise en place d'une liaison avec le grand domaine des 3 Vallées, la commune a obtenu les label officiel « station classée tourisme » en 2013, avec quatre autres communes savoyardes[21]. La station a obtenu d'autres labels comme « Station Alti-forme » ; « Station grand domaine » et « Station village »[22].

En 2014, la capacité d'accueil de la commune, estimée par l'organisme Savoie-Mont-Blanc, est de 6 488 lits touristiques répartis dans 808 établissements[Note 2]. Les hébergements se répartissent comme suit : 190 meublés  ; 10 résidences de tourisme ; 16 hôtels ; un établissement d'hôtellerie de plein air[23].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Étienne de 1837.
  • Sources thermales connues depuis l'époque romaine. Exploitées depuis 1818, à la suite d'une crue du Doron.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

  • Village olympique lors des Jeux olympiques d'hiver de 1992.

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune obtient le niveau « trois fleurs » au concours des villes et villages fleuris[24].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armoiries de Brides-les-Bains

Les armoiries de Brides-les-Bains se blasonnent ainsi :
« D'azur à la libellule d'or. »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  2. La structure Savoie Mont Blanc, pour ces données statistiques de capacité d'accueil en termes de lits touristiques d'une station ou d'une commune, additionne les établissements marchands, qui appartiennent au secteur de l'hôtellerie, et les hébergements non marchands, qui n'implique donc pas de transaction commerciale comme les résidences secondaires[23].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 16
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  2. a, b, c, d, e et f Boyer 1955, p. 107.
  3. a et b François Marius Hudry Hudry, Histoire des communes savoyardes : Albertville et son arrondissement (vol. 4), Roanne, Éditions Horvath, , 444 p. (ISBN 978-2-7171-0263-5), p. 239.
  4. a, b et c Dominique Jarrassé, Deux mille ans de thermalisme, Presses Universiataires Blaise Pascal, , 296 p. (ISBN 978-2-87741-070-0), p. 40, 41 et 45.
  5. Jean-Paul Bergeri, Histoire de Moûtiers. Capitale de la Tarentaise, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes » (ISBN 978-2-84206-341-2), p. 95-96.
  6. Boyer 1955, p. 109.
  7. Boyer 1955, p. 110-111.
  8. a, b, c et d Boyer 1955, p. 111-115, plan de la station, graphiques de fréquentation.
  9. a et b François Marius Hudry Hudry, Histoire des communes savoyardes : Albertville et son arrondissement (vol. 4), Roanne, Éditions Horvath, , 444 p. (ISBN 978-2-7171-0263-5), p. 241.
  10. Marc Boyer, Le thermalisme dans le grand sud-est de la France, Presses universitaires de Grenoble, , 420 p. (ISBN 978-2-70611-271-3), p. 301.
  11. a, b et c Boyer 1955, p. 124-12.
  12. a et b Claude Ponson, « Les XVIe Jeux Olympiques d'hiver d'Albertville et de la Savoie : les enjeux de l'aménagement », Revue de géographie alpine, vol. 79, no 3,‎ , p. 109-116 (lire en ligne).
  13. a, b et c Gabrielle Serraz, « Les communes olympiques de Savoie étranglées financièrement », Les Échos,‎ (lire en ligne) (no 15 972, p. 13).
  14. « Albertville : Équipements olympiques médaille de plomb », Le Point,‎ (lire en ligne).
  15. (en) John E. Findling et Kimberly D. Pelle, Encyclopedia of the Modern Olympic Movement, Greenwood Publishing Group, , 602 p. (ISBN 978-0-31332-278-5), p. 399.
  16. « Article « Brides-les-Bains » », sur le site des Archives départementales de la Savoie, savoie-archives.fr (consulté en juillet 2014), p. La base de données des communes de Savoie.
  17. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  21. « Communes touristiques et stations classées de tourisme », Accueil du portail > Tourisme > Territoires, sur site de la Direction générale de la compétitivité, de l'industrie et des services - site entreprises.gouv.fr (consulté le 27 septembre 2015). [PDF] « Liste des communes ou regroupement bénéficiant de la dénomination de commune touristique ou de groupement de communes touristiques » (2012) et « Liste des communes classées station de tourisme » (2009 à 2015).
  22. « Brides-les-Bains », sur site france-montagnes.com (consulté en février 2015). France Montagnes est une association qui regroupe des acteurs du tourisme de montagne en France.
  23. a et b « La capacité d'accueil touristique en Savoie-Mont-Blanc », Observatoire, sur le site Savoie-Mont-Blanc - pro.savoie-mont-blanc.com, (consulté en janvier 2015) : « Les données détaillées par commune, et par station : nombre de structures, nombre de lits par type d'hébergements (fichier : Détail des capacités 2014, .xlsx) ».
  24. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 juillet 2014).