Corbère-Abères

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Corbère.
Corbère-Abères
L'église Saint-Orens.
L'église Saint-Orens.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Pau
Canton Terres des Luys et Coteaux du Vic-Bilh
Intercommunalité Communauté de communes du canton de Lembeye en Vic-Bilh
Maire
Mandat
Raymond Sansot
2014-2020
Code postal 64350
Code commune 64193
Démographie
Population
municipale
113 hab. (2014)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 28′ 25″ nord, 0° 05′ 14″ ouest
Altitude Min. 171 m – Max. 306 m
Superficie 7,08 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Corbère-Abères

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Corbère-Abères

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Corbère-Abères

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Corbère-Abères

Corbère-Abères est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Entrée dans Corbère-Abères.
Le monument aux morts.

Situation[modifier | modifier le code]

Corbère-Abères est une commune du Vic-Bilh, située au nord-est du département et de Pau.

Accès[modifier | modifier le code]

Elle est desservie par les routes départementales 139, 142 et 205.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les terres de la commune sont arrosées[1] par le Larcis, affluent du Léez, et par son tributaire, le ruisseau du Boscq.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Corbère est mentionné au XIIIe siècle[2] (cartulaire de Lescar[3]) et apparaît sous les formes Corberas et Courbères (respectivement vers 1550[2] et 1683[2], réformation de Béarn[4]) et Corbères (1863, dictionnaire topographique Béarn-Pays basque[2]).

Du latin corbus (corbeau) avec le suffixe –aria (« aire »)[réf. nécessaire].

Le toponyme Abères apparaît sous les formes Bere (1402[2], censier de Béarn[5]), Avera et le parsan d'Albère de Courbères (respectivement 1540[2] et 1684[2], réformation de Béarn[4]), Abere prés Corberes (1793[6], ou an II), Abères près Corbère (1801[6], Bulletin des lois) et Abère (1863, dictionnaire topographique Béarn-Pays basque[2]).

Michel Grosclaude[7] propose une étymologie latine abellana ou abella ('noisette' et par extension 'la coudraie'). À noter que cet auteur mentionne l'appellation officielle sous la forme Abère.

Le toponyme Domengeux apparaît sous les formes Domengius et Domenjeus (respectivement 1385[2] et 1402[2], censier de Béarn[5]) et Doumengeux (1748[2], terrier de Bétracq[8]).

Domengeux s'est unie avec Abères à Corbère et le toponyme correspondant s'appelait Corbères-Abère-Domengeux. En 1833, le nom de la commune prit sa forme actuelle, Corbère-Abères.

Histoire[modifier | modifier le code]

Paul Raymond[2] note qu'en 1385, Corbères comptait treize feux et Domengeux huit ; les deux communes dépendaient du bailliage de Lembeye. La baronnie de Corbères était vassale de la vicomté de Béarn. Domengeux était une dépendance de la commanderie de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem de Caubin et Morlaàs.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1947 1977 André Pédaillé    
1977 1995 Marcel Loste-Berdot    
1995 2008 Raymond Sansot    
2008 2014 Raymond Sansot    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Corbère-Abères fait partie de quatre structures intercommunales[9] :

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[11],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 113 habitants, en augmentation de 4,63 % par rapport à 2009 (Pyrénées-Atlantiques : 2,53 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
93 104 191 388 390 392 366 361 321
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
277 254 250 251 254 244 220 241 234
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
237 181 190 183 159 145 136 129 120
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 -
99 91 80 85 75 82 108 113 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La commune fait partie des zones d'appellation d'origine contrôlée (AOC) du madiran, du pacherenc-du-vic-bilh et du béarn.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Le château[14] date de la fin du XVIIe siècle, il fut occupé par la couturière Coco Chanel dans les années 1930.

Le pigeonnier[15] du lieu-dit Audipont semble dater du XVIIIe siècle.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Laurent[16], au lieu-dit Domengeux, date partiellement du XIIe siècle, tout comme l'église Saint-Orens[17], de Corbère. On trouve dans l'église Saint-Laurent du mobilier[18] référencé par le ministère de la Culture. L'église Saint-Orens, quant à elle, recèle du mobilier[19], un tableau[20], des verrières[21], des dalles funéraires[22] et des objets[23] inscrits à l'inventaire général du patrimoine culturel.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Naissances[modifier | modifier le code]

Décès[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice du Sandre sur Corbère-Abères
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  3. Cartulaire de l'évêché de Lescar, publié dans les preuves de l'Histoire de Béarn de Pierre de Marca
  4. a et b Réformation de Béarn, collection manuscrite du XVIe au XVIIIe siècle, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.
  5. a et b Censier de Béarn, manuscrit de 1385, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.
  6. a et b Fiche d'Abères-près-Corbère sur le site du projet Cassini de l'EHESS
  7. Michel Grosclaude (préf. Pierre Bec), Dictionnaire toponymique des communes du Béarn, Pau, Escòla Gaston Febus, , 416 p. (ISBN 9782350680057, notice BnF no FRBNF35515059)., page 151
  8. Manuscrit du XVIIIe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  9. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 5 juin 2014)
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  14. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur le château
  15. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur le pigeonnier
  16. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur l'église Saint-Laurent
  17. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur l'église Saint-Orens
  18. [1][2][3] Ministère de la Culture, base Mérimée - Notices sur le mobilier de l'église Saint-Laurent
  19. [4][5][6][7] Ministère de la Culture, base Palissy - Notices sur le mobilier de l'église Saint-Orens
  20. Ministère de la Culture, base Palissy - Notice sur le tableau de l'église Saint-Orens
  21. Ministère de la Culture, base Palissy - Notice sur les verrières de l'église Saint-Orens
  22. Ministère de la Culture, base Palissy - Notice sur les verrières de l'église Saint-Orens
  23. [8][9][10][11] Ministère de la Culture, base Palissy - Notices sur les objets référencés de l'église Saint-Orens

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Site de la commune