Auga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Auga
L'église Saint-Laurent.
L'église Saint-Laurent.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Pau
Canton Terres des Luys et Coteaux du Vic-Bilh
Intercommunalité Communauté de communes des Luys en Béarn
Maire
Mandat
Jean-Paul Lacabanne
2014-2020
Code postal 64450
Code commune 64077
Démographie
Population
municipale
140 hab. (2014 en diminution de 3,45 % par rapport à 2009)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 28′ 42″ nord, 0° 22′ 50″ ouest
Altitude Min. 123 m
Max. 258 m
Superficie 4,03 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Auga

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Auga

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Auga

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Auga

Auga (en béarnais Augar) est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village.

Situation[modifier | modifier le code]

Auga, à quinze kilomètres au nord de Pau, fait partie du Vic-Bilh[1].

Accès[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les routes départementales 40 et 220. Le réseau interurbain des Pyrénées-Atlantiques y gère un arrêt sur la ligne 842, entre Malaussanne et Pau.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les terres de la commune, situées dans le bassin versant de l'Adour, sont arrosées[2] par le Luy, un affluent de l'Adour.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Auga apparaît sous les formes Algar (XIe siècle[1], cartulaire de l'abbaye de Saint-Pé[12]), Augar (XIIIe siècle[1], fors de Béarn[13]), Augaar et Augar[14] (1385[1], censier de Béarn[13]), Augaa (1437[1], hommages de Béarn[15]), Sent Laurens d'Auguaa et Augua (respectivement 1538[1] et 1544[1], réformation de Béarn[16]) et Auga sur la carte de Cassini (fin XVIIIe siècle[14]).

Son nom béarnais est Augar. Pour Michel Grosclaude[14] l'étymologie est gasconne, venant d'augar, « terrain marécageux ».

Abescat, ferme et fief dépendant de la vicomté de Béarn, est mentionné en 1673[1] (réformation de Béarn[16]).

Baradat est un ancien hameau de la commune, citée en 1863, par le dictionnaire topographique Béarn-Pays basque[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Auriol Centulle, troisième fils de Centulle IV de Béarn et d'Angèle d'Oloron, était seigneur de Clarac, Igon, Baudreix, Boeil et Auga.

Paul Raymond[1] note que la commune comptait deux abbayes laïques, vassale de la vicomté de Béarn, l'Abadie-Susan et l'Abadie-Jusan. En 1385, Auga comptait vingt-deux feux et dépendait du bailliage de Pau, étant également une reffebaronnie vassale de la vicomté de Béarn.

Le fief de l'Abescat était vassal de la même vicomté.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1983 1989 Alexis Cassoulet    
1989 1995 Alexis Cassoulet    
1995 2001 Michel Chéret PS  
2001 2008 Michel Chéret PS  
2008 2008 Pierre Dubourdieu    
2009 2014 Pierre Chéret PS Conseiller régional
2014 2020 Jean-Paul Lacabanne Sans étiquette  

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Auga fait partie de quatre structures intercommunales[17] :

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[19].

En 2014, la commune comptait 140 habitants[Note 1], en diminution de 3,45 % par rapport à 2009 (Pyrénées-Atlantiques : +2,6 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
244 239 266 302 344 318 302 307 323
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
327 303 285 270 259 245 224 171 168
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
192 190 184 137 134 131 142 148 132
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
140 138 114 121 136 113 140 145 140
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Auga fait partie de l'aire urbaine de Pau.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Les vestiges d'un ensemble fortifié dit « château d'Auga Fourcade »[22] du XIe siècle et du XIIe siècle témoignent du passé ancien de la commune.

Une des deux anciennes abbayes laïques mentionnées par Paul Raymond[1] fut reconstruite[23] au XIXe siècle.

La commune présente un ensemble[24] de demeures et de fermes[8] ,[25],[11],[10],[9],[4],[26],[6],[3] des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles.

Le moulin[7] du lieu-dit Grange Haget fut édifié en 1707.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Laurent[27] date partiellement du XIIe siècle. Elle recèle un tableau[28] et du mobilier[29] (autel et mobilier d'autel[30], garde-corps de tribune[31]) inscrits à l'Inventaire général du patrimoine culturel. Elle a vu son clocher ainsi qu'une partie de son toit rénovés au cours des années 2016-2017.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

Enseignement

Auga ne dispose pas d'école primaire, elle bénéficie du regroupement pédagogique intercommunal commun avec Aubin, Bournos et Doumy.

Sports

Les Augarais se situent dans la zone de L'ESBDG (Entente Sportive Bournos Doumy Garlède) pour le volley, la pala et le football ; pour le rugby, les Portes du Béarn (Regroupement des clubs d'Arzacq-Arraziguet, de Thèze, de Garlin et de Sévignacq) et quant au basket Nord Béarn (Thèze, Garlin et Sévignac).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Paul Raymond, Dictionnaire topographique du département des Basses-Pyrénées, Paris, Imprimerie Impériale, , 208 p. (notice BnF no FRBNF31182570, lire en ligne).
  2. Notice du Sandre sur Auga, consultée le 15/07/09
  3. a et b « La ferme du lieu-dit Bidot », notice no IA00026719, base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. a et b « La ferme du lieu-dit Bret », notice no IA00026724, base Mérimée, ministère français de la Culture
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 24 juillet 2012)
  6. a et b « La ferme du lieu-dit Claux », notice no IA00026719, base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. a et b « Le moulin du lieu-dit Grange Haget », notice no IA00026721, base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. a et b « La ferme du lieu-dit Haou », notice no IA00026722, base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. a et b « La ferme du lieu-dit Miraut », notice no IA00026725, base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. a et b « La ferme du lieu-dit Pargade », notice no IA00026726, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. a et b « La ferme du lieu-dit Pellarouy », notice no IA00026727, base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. D'après Pierre de Marca, Histoire de Béarn, pages 291
  13. a et b Censier de Béarn, manuscrit de 1385, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.
  14. a, b et c Michel Grosclaude (préf. Pierre Bec), Dictionnaire toponymique des communes du Béarn, Pau, Escòla Gaston Febus, , 416 p. (ISBN 9782350680057, notice BnF no FRBNF35515059), n° 469.
  15. Manuscrit de 1343 - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  16. a et b Réformation de Béarn, collection manuscrite du XVIe au XVIIIe siècle, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.
  17. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 25 mai 2014)
  18. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  22. « L'ensemble fortifié », notice no IA00026717, base Mérimée, ministère français de la Culture
  23. « L'ancienne abbaye laïque », notice no IA00026723, base Mérimée, ministère français de la Culture
  24. « Les maisons et fermes anciennes », notice no IA00026715, base Mérimée, ministère français de la Culture
  25. « La maison du lieu-dit Haou », notice no IA00026728, base Mérimée, ministère français de la Culture
  26. « La maison Dubourdieu », notice no IA00026720, base Mérimée, ministère français de la Culture
  27. « L'église Saint-Laurent », notice no IA00026716, base Mérimée, ministère français de la Culture
  28. « Le tableau de l'église Saint-Laurent », notice no IM64001175, base Palissy, ministère français de la Culture
  29. « Le mobilier de l'église Saint-Laurent », notice no IM64001176, base Palissy, ministère français de la Culture
  30. « L'autel et son mobilier, dans l'église Saint-Laurent », notice no IM64001174, base Palissy, ministère français de la Culture
  31. « Le garde-corps de tribune de l'église Saint-Laurent », notice no IM64001173, base Palissy, ministère français de la Culture

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]