Roman Polanski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Liebling et Polanski.
Roman Polanski
Description de cette image, également commentée ci-après
Roman Polanski au festival de Cannes 2013.
Nom de naissance Raymond Thierry Liebling
Naissance (84 ans)
Paris
Nationalité Drapeau de Pologne Polonais
Drapeau de France Français
Profession Réalisateur
Scénariste
Producteur de cinéma
Metteur en scène
Acteur
Films notables Répulsion
Le Bal des vampires
Rosemary's Baby
Chinatown
Le Locataire
Tess
Le Pianiste

Roman Polanski, né Rajmund Roman Thierry Polański le dans le 12e arrondissement de Paris[1], est un réalisateur, producteur et scénariste franco-polonais, également comédien, ainsi que metteur en scène de théâtre et d'opéra[2],[3].

Il a notamment réalisé Répulsion, Cul de sac, Le Bal des vampires, Rosemary's Baby, Chinatown, Le Locataire, Tess, Le Pianiste, Oliver Twist, The Ghost Writer ou encore Carnage. Il a reçu quatre fois le César du meilleur réalisateur entre 1980 et 2014, et l'Oscar du meilleur réalisateur en 2003.

Sa vie privée est connue pour plusieurs faits marquants : son enfance dans le ghetto de Cracovie, l’assassinat de sa deuxième femme, Sharon Tate, par des membres d’une secte en 1969 ainsi que sa condamnation dans une affaire de crime sexuel sur mineur en 1977.

Il est l'époux de l'actrice française Emmanuelle Seigner. Le couple a deux enfants.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance : de Paris au ghetto de Cracovie[modifier | modifier le code]

Raymond (ou Rajmund) Thierry[4] Liebling[5],[6] est né le à Paris[4], d'un père juif polonais, peintre de son état, Ryszard Liebling, et d'une mère d'origine russe, Bula Katz Przedborska.

Son père fait changer le nom de la famille en « Polański ». Le jeune Raymond, par facilité de prononciation, est rapidement appelé « Roman (ou Romek) » Polański[7],[8]. Il vit en France jusqu'à l'âge de trois ans avant que sa famille reparte pour la Pologne. Il passe alors son enfance à Cracovie, un endroit jusqu'alors sûr, d'où son père était originaire. Sa sœur Annette, née d'une précédente union de sa mère, lui fait découvrir le cinéma[8].

L'une des entrées du ghetto de Cracovie, où Polanski est contraint de vivre pendant la Seconde Guerre mondiale.

Après l'invasion de l’ouest de la Pologne par les troupes allemandes en septembre 1939, il est contraint de vivre dans le ghetto de Cracovie. Il échappe à la déportation, contrairement à ses parents et à sa sœur. Sa mère, enceinte, meurt à Auschwitz. Échappé du ghetto, il se réfugie à la campagne chez des fermiers avant de revenir à Cracovie où, devenu vagabond, il trompe la vigilance allemande et survit grâce à l'entraide clandestine d'habitants et d'autres enfants, et grâce au marché noir. Il a alors dix ans. Il ne revoit son père qu'en 1945, lors du retour de celui-ci du camp de concentration de Mauthausen[8].

Il commence à s'intéresser au cinéma dès sa jeunesse, même dans le ghetto, avec un ami qui possède un projecteur à manivelle et des films des frères Lumière. À 8 ans, enfui du ghetto et recueilli par une famille à la campagne, il fréquente beaucoup le cinéma, ne pouvant aller à l'école interdite aux juifs. Il raconte : « Aller au cinéma n'était pas considéré comme un acte patriotique : la façade du bâtiment était régulièrement recouverte de graffitis comme « Seuls les porcs vont au cinéma ». Je me retrouvais donc souvent dans des salles vides, à regarder des films allemands, les seuls à être projetés : des comédies stupides, des opérettes nullissimes ou des drames de propagande. Je savais que c'était nul, mais être dans la salle me plaisait »[9].

Débuts artistiques (1946-1961)[modifier | modifier le code]

Après la guerre, dans les camps de scouts, il découvre, adolescent, sa vocation d'artiste et de comédien, prise peu au sérieux par son père. Polanski explique que son goût pour « les blagues et les farces [l'a] beaucoup aidé dans les moments difficiles[10] ». En 1946, il intègre la troupe de la Joyeuse Bande, destinée à enregistrer des spectacles radiophoniques à coloration communiste pour les enfants. Deux ans plus tard, après une audition, il est choisi pour le rôle principal du Fils du régiment. Il y interprète un jeune paysan, coqueluche de l'Armée rouge et prisonnier des Allemands durant la guerre. La pièce devient, au fil des représentations, un triomphe national[8].

Ce succès lui ouvre les portes d'une carrière de comédien. En 1949, il rate son Certificat de maturité (bac polonais), mais entre à l’École des beaux-arts grâce à ses talents de dessinateur. Il en est renvoyé un an plus tard[8]. En 1953, il rencontre Andrzej Wajda, jeune auteur encore méconnu, qui le dirige dans Génération et devient son ami[8]. Il considère alors Wajda comme « le premier metteur en scène polonais » ayant réussi à réaliser des films qui s'éloignent de la « grande hypocrisie » du cinéma d'État de l'époque[11].

L'École nationale de cinéma de Łódź où Polanski fait ses études.

En 1955, Polański est reçu au concours de l'École nationale de cinéma de Łódź où il réalise huit courts métrages remarqués à l'international. À cette époque, naît son amitié avec Jerzy Skolimowski, lui aussi étudiant à Łódź, ainsi qu'avec le jazzman Krzysztof Komeda qui compose la musique de la plupart de ses films jusqu'à sa mort en 1969[11]. Le jazz est très important pour le groupe de jeunes dont il fait partie car il constitue une sorte de « rébellion » en Pologne. Il leur permet de se sentir plus modernes et « éloignés de la culture officielle[11] ». Il commence à faire l'acteur dans ses films d'école, parce que les budgets en sont très faibles et qu'il pense pouvoir « faire mieux que certains acteurs[11] ».

En 1958, il obtient plusieurs récompenses pour Deux hommes et une armoire. À cette période, il épouse l'actrice principale de la majorité de ses films courts : Barbara Kwiatkowska. Ils divorcent en 1961.

Révélation critique (1962-1967)[modifier | modifier le code]

En 1962, il réalise son premier long métrage, le seul tourné dans sa langue maternelle : Le Couteau dans l'eau, coécrit avec Jerzy Skolimowski. Il y met en scène les rapports de forces entre un journaliste sportif brutal et un étudiant arrogant sur un voilier. Le film est mal accueilli en Pologne bien qu'il ne soit pas un réquisitoire explicite du mode de vie socialiste[12]. Mais il fait planer un climat d'insécurité et laisse en suspens l'idée de tension sociale et de lutte de classes que les régimes communistes prétendent avoir abolie[13]. On reproche au metteur en scène de ne pas faire un cinéma au service de l'État et de signer ainsi son passeport pour l'Occident[12]. Le film lui ouvre en effet les portes de l'Ouest : après un succès international et un prix obtenu à la Mostra de Venise, Le Couteau dans l'eau est projeté officiellement au Festival de New York, fait la une du Time magazine et reçoit une nomination à l'Oscar du meilleur film étranger, qui lui échappe au profit de 8 1/2 de Federico Fellini[12].

Polanski s'installe à Paris où il rencontre son ami Gérard Brach. À ses côtés, il écrit plusieurs scénarios qu'il tente de vendre, sans succès. C'est une époque qu'il qualifie par la suite de « vaches maigres »[11],[14]. Il s'établit ensuite à Londres où il connait « une des périodes les plus heureuses de [sa] vie », réjoui de découvrir l'industrie du cinéma britannique qu'il intègre facilement, nonobstant sa méconnaissance d'alors de la langue anglaise[11].

Il met finalement en scène son second long métrage, un thriller produit par Gene Gutowski et coécrit avec Brach, ayant pour thème la schizophrénie : Répulsion, avec Catherine Deneuve. L'année suivante, il se rend dans le comté de Northumberland afin d'y tourner une comédie noire et misanthrope, proche du théâtre de l'absurde : Cul-de-sac, interprétée par Donald Pleasence et Françoise Dorléac. Ces deux œuvres lui permettent de remporter respectivement un Ours d’argent et un Ours d’or au Festival de Berlin en 1965 et 1966.

En 1967, le réalisateur retrouve Gutowski, Brach et Komeda pour écrire, produire et réaliser la comédie horrifique Le Bal des vampires, son premier film en couleur et en CinémaScope. Cette réalisation se veut une parodie burlesque des productions de la Hammer[15]. Polanski y tient le haut de l'affiche avec la comédienne américaine Sharon Tate qu'il épouse le .

Reconnaissance hollywoodienne (1968-1970)[modifier | modifier le code]

Le Dakota Building à New York où se déroule la majorité de l'action de Rosemary's Baby (1968).

Roman Polanski est repéré par le jeune producteur américain Robert Evans[NB 1] qui lui confie la réalisation de son premier film hollywoodien, produit par Paramount : le thriller fantastique Rosemary's Baby adapté du best-seller éponyme d'Ira Levin. L'histoire est celle d'une jeune femme victime d'une secte de sorciers octogénaires adorateurs de Satan qui fait d'elle la mère de l’Antéchrist. Le livre est, selon Polanski, un « thriller remarquablement construit ». Le réalisateur est cependant agnostique et décide lors de l'écriture du scénario de ne pas garder l'aspect surnaturel de l'histoire, « Pour la crédibilité, je décidai donc de préserver une équivoque : la possibilité que les expériences surnaturelles de Rosemary soient un pur produit de son imagination enfiévrée. Voilà pourquoi une ambiguïté court délibérément tout le long du film »[L1 1]. Le rôle principal est confié à Mia Farrow alors que celui de son mari est attribué à John Cassavetes.

Produit pour un budget de deux millions de dollars, Rosemary's Baby se hisse au sommet du box-office de 1968, lance la mode des thrillers sataniques (L'Exorciste, La Malédiction…) et est reconnu par la critique comme l'un des grands chefs-d'œuvre du cinéma fantastique dans sa manière de suggérer l'horreur et de jouer de l'angoisse surnaturelle dans la banalité quotidienne[16]. Deux fois nommé aux Oscars en 1969, le film vaut à Ruth Gordon, la voisine maléfique, la statuette du meilleur second rôle féminin. Polanski se voit quant à lui remettre le David di Donatello du meilleur réalisateur étranger. En 2014, Rosemary's Baby est sélectionné dans le National Film Registry de la Bibliothèque du Congrès pour être préservé comme étant « culturellement, historiquement ou esthétiquement signifiant »[17].

Au faîte de sa gloire, Polanski est néanmoins ébranlé par un nouveau drame dans sa vie : alors qu'il est en pleine préparation d'un film au Royaume-Uni, une adaptation du roman d'anticipation de Robert Merle Un animal doué de raison, sa femme Sharon Tate, enceinte de huit mois, trois de leurs amis proches, et un ami du jeune gardien de la propriété sont assassinés dans la demeure du couple, à Los Angeles sur Cielo Drive, par des proches de Charles Manson, gourou d'une secte appelée « la Famille » et tueur en série notoire.

Période européenne, puis retour à Hollywood (1971-1976)[modifier | modifier le code]

Malgré la dépression qu'il traverse, Roman Polanski se plonge dans le travail et développe une adaptation du roman d'Henri Charrière intitulé Papillon[L1 2]. Le projet est néanmoins abandonné, malgré la présence de Warren Beatty au générique, faute de financement[L1 3]. Après la mort de Sharon Tate, Polanski se voit proposer de nombreux scénarios horrifiques qu'il refuse jusqu'au dernier, « Bien peu de sujets me paraissaient dignes d'efforts. Je croyais savoir, en outre, que mon prochain film serait examiné plus pour son sujet que pour sa qualité. Un récit d'aventure comme Papillon eût été acceptable ; une comédie, un film d'horreur ou un policier étaient hors de question »[L1 4].

Passionné depuis l'enfance par l’œuvre de William Shakespeare, il finit par choisir de tourner une adaptation de la tragédie Macbeth. Le film est en partie produit par Hugh Hefner et la filiale de production du groupe Playboy après les refus successifs des studios hollywoodiens[L2 1]. Le tournage, avec Jon Finch et Francesca Annis dans les rôles principaux, a lieu au pays de Galles et est continuellement retardé à cause des pluies abondantes. Lors de sa sortie en 1971, Macbeth est considéré par la critique comme une réaction de Polanski après le meurtre de sa femme. Selon lui, « la plupart des critiques américains estimèrent que j'avais utilisé ce film dans un but cathartique. La vérité est que j'avais choisi Macbeth parce que j'espérais que Shakespeare au moins me mettrait au-dessus de tout soupçon »[L1 5]. La violence du film lui est également reprochée mais, d'après Polanski, « Macbeth est une pièce violente. On doit la montrer telle qu'elle est. Ne pas la montrer telle qu'elle est, ne pas la décrire de façon réaliste, c'est immoral et nuisible. Si l'on ne dérange pas les gens, c'est de l'obscénité »[L2 2]. Malgré l'échec commercial du film, Roman Polanski souhaite en réaliser un autre immédiatement afin de « prouver que j'en étais encore capable »[L1 6].

Il tourne alors en Italie une comédie grinçante à l'humour absurde avec Marcello Mastroianni et Sydney Rome, Quoi ?, sortie en 1972. Le film est pour le réalisateur « un produit de son époque. La production s'est déroulée dans le bref intervalle qui a séparé l'invention de la pilule de l'apparition du sida. Une époque bénie où le sexe était encore un plaisir et non pas quelque chose de dangereux »[L2 3]. Polanski ajoute, « Sur le film lui même, il y a peu à dire. Il eut du succès en Italie, connut une modeste carrière dans le reste de l'Europe et fut un échec complet aux États-Unis »[L2 4].

L'aqueduc de Los Angeles, l'un des lieux de tournage de Chinatown (1974).

Alors qu'il souhaite s'installer définitivement à Rome, Roman Polanski se laisse convaincre par Jack Nicholson et le producteur Robert Evans de revenir aux États-Unis afin de travailler sur un projet de film noir intitulé Chinatown[L1 7]. Selon le réalisateur, le scénario original écrit par Robert Towne « débordait d'idées, de dialogues remarquables et de personnages magistralement campés mais souffrait de l'excessive complication d'une intrigue qui partait un peu dans tous les sens. Il n'était pas filmable en l'état, mais, enfoui dans ses cent quatre-vingts et quelques pages, se cachait un film merveilleux »[L1 7]. Malgré un tournage prévu à Los Angeles qui lui rappelle le drame de 1969, Roman Polanski est fasciné par le projet et réécrit pendant huit semaines le scénario avec Towne[L1 8],[L1 9]. L'objectif du réalisateur est de « créer une atmosphère à la Philip Marlowe, ce que je n'avais pas trouvé dans les films comme je le trouvais dans les romans de Dashiell Hammett ou Raymond Chandler »[L2 5]. Il souhaite également faire un film réaliste et « recréer le style de l'époque grâce à une reconstitution scrupuleuse du décor, des costumes et du langage — et non pas une imitation délibérée, en 1973, des techniques des films des années trente »[L2 6].

Le rôle du détective privé, J.J. Gittes, est confié à Nicholson et celui de la femme fatale à Faye Dunaway. Les relations du réalisateur avec cette dernière sont désastreuses pendant le tournage, Polanski reprochant à l'actrice l'attention obsessionnelle qu'elle accorde à son interprétation, à sa coiffure et à son maquillage, mais reconnaît néanmoins n'avoir jamais rencontré une actrice prenant son travail avec autant de sérieux[L2 7],[18]. Lors de sa sortie en 1974, Chinatown connaît un grand succès public et critique. Produit pour un budget de six millions de dollars, le film en rapporte près de trente rien qu'aux États-Unis. Il est également récompensé par quatre Golden Globes, dont celui du meilleur film dramatique et du meilleur réalisateur pour Polanski, et reçoit onze nominations aux Oscars, Robert Towne remportant le trophée du meilleur scénario original. En 1991, Chinatown est sélectionné dans le National Film Registry de la Bibliothèque du Congrès pour être préservé comme étant « culturellement, historiquement ou esthétiquement important »[17]. Le film est également considéré comme l'un des meilleurs films réalisés par Roman Polanski et, plus généralement, comme l'un des plus grands films de l'histoire du cinéma[19].

Après avoir mis en scène l'opéra d'Alban Berg, Lulu, pour le festival de Spolète en Italie en 1974[L1 10], Roman Polanski revient à Paris où il concrétise un projet d'adaptation du roman de Roland Topor, Le Locataire chimérique[L1 11]. Le Locataire, qu'il fait éclairer par Sven Nykvist, chef opérateur attitré d'Ingmar Bergman, puis qu'il réalise et joue aux côtés d'Isabelle Adjani et de Shelley Winters, voit le jour en 1976. Cependant, même si l'étrangeté paranoïaque et cauchemardesque du récit séduit aujourd'hui les critiques qui considèrent cette œuvre comme l'une de ses plus abouties, cette fable sur l'aliénation urbaine et l'anomie, d'une fantaisie noire proche du délire, est mal reçue lors de sa présentation en compétition au 29e Festival de Cannes et ne rencontre pas le succès commercial escompté[L1 12]. Selon Polanski, le film « reste une expérience ratée mais intéressante, admirée par certains étudiants des écoles de cinéma et considérée par d'autres comme un film culte »[L2 8]. La même année, le réalisateur assure la direction scénique du Rigoletto de Giuseppe Verdi pour l'Opéra de Munich[L1 13].

Années parisiennes (1979-1999)[modifier | modifier le code]

Définitivement établi en France à partir de 1978 suite à une affaire de crime sexuel sur une mineure, Roman Polanski s'engage dans une entreprise de grande ampleur dont Claude Berri est le principal producteur : en mémoire de sa défunte épouse Sharon Tate, il réalise un mélodrame rural et romantique, Tess, qu'il considère comme « le film de ma maturité »[L2 9]. Il s'agit de l'adaptation du roman de Thomas Hardy, Tess d'Urberville, qui évoque les malheurs d'une jeune paysanne sous l'ère victorienne. « Ce qui m'a attiré dans le personnage de Tess, c'est ce mélange d'incroyable honnêteté, de soumission et de fatalisme. Elle ne se plaint jamais. Des choses terribles lui arrivent, et elle ne se plaint jamais, jusqu'à la fin »[L2 10]. Le rôle-titre est confié à Nastassja Kinski[NB 2],[20],[21],[22]. Le tournage s'étale sur une période de neuf mois sur quatre saisons et quarante lieux différents. Pour Polanski, « Tess a exigé beaucoup d'efforts, de temps et d'énergie. Et pourtant, la plupart des acteurs et techniciens se souviennent de ce tournage comme de l'un des plus heureux de leur vie. Une partie de l'atmosphère idyllique a dû se refléter dans le film »[L2 11].

La post-production du film est cependant difficile pour le réalisateur qui va jusqu'à parler de l'une des pires expériences de sa carrière[L2 10]. Afin de respecter les délais de sortie, il doit utiliser simultanément cinq salles de montage afin de trier une quarantaine d'heures de pellicules. Le montage du film s'étale sur une période d'un an où se succèdent deux monteurs différents[L2 10]. Un conflit éclate alors entre Polanski et Berri, le producteur voulant amputer le film de trente minutes pour faciliter son exploitation, Polanski refusant les coupes et ayant beaucoup de mal à trouver un montage adéquat. Hervé de Luze est finalement engagé pour finaliser le montage et devient dès alors le monteur attitré de Polanski[23]. Tess est un grand succès, à la fois critique et commercial, lors de sa sortie en 1979, et permet à Roman Polanski de remporter deux César, celui du meilleur film et du meilleur réalisateur[24],[25]. Le film reçoit également le Golden Globe du meilleur film en langue étrangère ainsi que trois Oscars sur six nominations. Malgré la réception du film, Polanski envisage de mettre un terme à sa carrière de réalisateur, désabusé par sa post-production[L1 14].

Roman Polanski connaît ensuite un accueil triomphal pour son retour au théâtre avec la pièce de Peter Shaffer, Amadeus, qu'il met en scène et interprète au côté de François Périer en 1981[L2 12]. Trois ans plus tard, il publie son autobiographie, Roman par Polanski, aux éditions Robert Laffont.

Le galion Neptune construit pour Pirates, ici au port de Cannes au mois de mai 1986 pour la présentation du film au Festival.

Il fait son retour au cinéma avec le film d'aventure Pirates, en hommage aux films d'aventures hollywoodiens des années 1930 qui ont bercé son enfance : ceux entre autres de Michael Curtiz avec Errol Flynn. Le tournage en Tunisie se révèle cauchemardesque. Selon le producteur exécutif Thom Mount, « Pirates fut un exemple classique de manque de préparation, de développement incomplet et d'échec à la mise en œuvre. Tout est allé de travers »[L2 13]. En plus des différents problèmes météorologiques et financiers — le budget passa de treize millions et demi de dollars à trente-trois millions et demi, les acteurs Walter Matthau et Cris Campion ne sont pas à la hauteur des espérances de Polanski[L2 14]. Ce dernier considère Pirates comme son projet le plus difficile, « J'ai dû consentir à trop de compromis. J'ai dû tailler à vif dans le script et me résigner à un casting qui ne me convenait pas. Travailler comme un fou pendant vingt-huit semaines sur la Méditerranée et en Tunisie avec une équipe internationale dont les membres ne se comprenaient pas entre eux, avec un budget insuffisant et toutes sortes d'obstacles naturels... Pour chaque plan, j'avais l'impression d'arracher un poisson de la gueule d'un requin »[L2 14]. Présenté hors-compétition lors du 39e Festival de Cannes en 1986, Pirates est un désastre critique et commercial, rapportant seulement un peu plus de six millions de dollars de recettes à l'échelle mondiale.

Roman Polanski travaille ensuite sur une adaptation de la bande dessinée Le Sceptre d'Ottokar issue des Aventures de Tintin de Hergé. Le film doit être produit par Steven Spielberg mais ne voit pas le jour, le personnage de Tintin n'ayant pas un potentiel commercial suffisant pour les studios américains[26]. Polanski accepte alors une commande de la Warner Bros. qui lui laisse une entière liberté sur le sujet et le scénario. Il écrit avec Gérard Brach le thriller hitchcockien Frantic dans lequel un cardiologue américain, joué par Harrison Ford, se retrouve confronté à la disparition de sa femme. Le tournage a lieu à Paris, le réalisateur souhaitant tourner dans sa ville après deux années passées en Tunisie. « L'idée était de tourner un film sur les choses que je connais, de montrer mon Paris. Je voulais me débarrasser de tout ce qui était trop pittoresquement parisien, montrer la ville telle qu'elle se présente aujourd'hui. C'était la ville comme je la vois et non pas telle que l'imaginent les Américains »[L2 15]. C'est cette occasion qu'il rencontre sa future femme, de trente-trois ans sa cadette, Emmanuelle Seigner, qu'il épouse en 1988, l'année de la sortie du film. Le film est un succès critique et commercial modéré.

En 1991, Roman Polanski préside le jury du 44e Festival de Cannes et fait de Barton Fink des frères Coen, le seul film qu'il avait aimé[27], l'œuvre la plus primée de l'histoire du festival : outre la Palme d'or, le jury, sous sa présidence et son impulsion, lui décerne le Prix de la mise en scène et le Prix d'interprétation masculine. Le cas ne s'était jamais produit et le délégué général Gilles Jacob prend des mesures pour éviter qu'un film ne puisse obtenir à nouveau trop de récompenses[28].

Polanski souhaite ensuite changer radicalement de sujet pour son prochain film afin de pouvoir explorer la traîtrise des relations humaines. Il signe alors Lunes de fiel, libre adaptation du roman éponyme de Pascal Bruckner, sur une histoire d'amour tortueuse et perverse qui voit un couple se consumer tout en entraînant un couple d'Anglais rangés dans un maelström érotique autodestructeur. Les rôles principaux sont confiés à Emmanuelle Seigner, Hugh Grant, Kristin Scott Thomas et Peter Coyote. Bien que suggéré dans la presse, le réalisateur nie que ce film soit représentatif de sa relation avec sa nouvelle épouse, alors âgée de vingt-cinq ans, ou présente un quelconque caractère autobiographique[L2 16]. Le film n'est pas un grand succès lors de sa sortie en 1992 mais, selon Polanski, « le budget n'était pas considérable, aussi avons-nous travaillé dur et sous une terrible pression, mais j'ai fait ce que je voulais, et personne n'a contesté le résultat »[L2 16]. Toujours en 1992, il dirige pour la scène de l'Opéra Bastille une nouvelle version des Contes d'Hoffmann d'Offenbach avec José van Dam et Natalie Dessay.

Le dramaturge chilien Ariel Dorfman accepte parmi plusieurs propositions celle de Polanski d'adapter pour le cinéma sa pièce à succès, La Jeune Fille et la Mort, racontant les traumatismes subis par les victimes des tortures dans les dictatures d'Amérique latine. Selon Dorfman, « je savais qu'avec lui, j'avais un réalisateur qui comprendrait le sens profond de l'histoire sans que j'aie besoin de lui expliquer. Il avait connu ce genre de répression plusieurs fois dans sa vie. J'avais besoin d'un réalisateur capable d'interpréter La Jeune Fille et la Mort à partir de sa propre expérience »[L2 17]. Polanski avoue être fasciné par le fait de raconter une même histoires par différents personnages, « de mettre en lumière ces points de vue qui ne concordent pas »[L2 18]. Le film, tourné dans l'ordre chronologique de façon à maintenir l'évolution émotionnelle des acteurs — Sigourney Weaver, Ben Kingsley et Stuart Wilson, est un succès critique mais un échec commercial lors de sa sortie en 1994[L2 19]. La même année, Roman Polanski joue face à Gérard Depardieu l'un des rôles principaux du film de Giuseppe Tornatore, Une pure formalité.

Il débute en 1996 le tournage d'une production ambitieuse intitulée The Double, librement inspirée d'une nouvelle de Fiodor Dostoïevski, avec John Travolta et Isabelle Adjani dans les rôles principaux. Mais, à la suite de différends avec Travolta concernant des modifications du script, le projet est abandonné alors que les contrats des techniciens sont signés et les décors construits aux studios de Boulogne[29]. La même année, Polanski préside le jury de la 53e Mostra de Venise où il déclenche une polémique après avoir attribué la Coupe Volpi de la meilleure actrice à une fillette de 5 ans : Victoire Thivisol pour Ponette de Jacques Doillon, prix pourtant attribué à l'unanimité[30]. Polanski se tourne ensuite vers le théâtre et met en scène en 1997 Fanny Ardant dans la pièce de Terrence McNally, Maria Callas, la leçon de chant, qui lui vaut une nomination aux Molières[31]. La même année, il supervise la création d'une comédie musicale adaptée du Bal des vampires qui démarre à Vienne et entame une tournée triomphale de Stuttgart à Hambourg. En 1998, il est élu membre de l'Académie des Beaux-Arts dans la catégorie Création artistique pour le cinéma et l'audiovisuel (créée en 1985).

Il revient au cinéma avec une adaptation du roman d'Arturo Pérez-Reverte, Le Club Dumas, qu'il intitule La Neuvième Porte, avec Johnny Depp et Emmanuelle Seigner dans les rôles principaux. Selon le réalisateur, le livre est « un superbe divertissement, un roman baroque, ludique, foisonnant, ouvrant sans cesse de nouvelles pistes, vraies ou fausses. J'y ai pris un grand plaisir, mais il m'a semblé que sa transposition exigeait des choix précis et rigoureux. Le cinéma, dans mon esprit, demande des constructions plus cohérentes, plus rigides. Il fallait aussi faire un tri pour aboutir à un film d'une durée normale. C'est pourquoi j'ai seulement retenu ce que j'aimais le plus dans ce récit. C'est un défi d'adapter un roman aussi complexe, mais j'aime ce genre de travail. J'aborde cela comme un jeu de patience, comme l'assemblage d'un vaste puzzle, et j'y trouve de grandes satisfactions »[32]. Le film comporte quelque deux cents effets spéciaux, certains plus convaincants que d'autres selon le propre aveu de Polanski[L2 20]. Ce dernier considère La Neuvième Porte comme un échec artistique, « Je voulais que le film soit une comédie, une parodie du genre. Mais il semble que personne n'ait vraiment saisi mon propos. Je crois aussi que Johnny n'a pas saisi le côté humoristique de son personnage. C'est un très bon acteur et son interprétation est excellente, mais ce n'est pas tout à fait le ton que je souhaitais »[L2 21]. Lors de sa sortie, le film rencontre un succès critique et commercial modéré.

Consécration internationale (années 2000)[modifier | modifier le code]

« Le Pianiste est un film que j'aurais pu tourner les yeux fermés, ayant moi-même vécu ces événements et en les gardant très présents en moi[L2 22]. »

— Roman Polanski

Roman Polanski avec Adrien Brody au Festival de Cannes 2002

Au début des années 1990, connaissant le passé de Roman Polanski et son désir de réaliser un jour un film sur l'Holocauste, Steven Spielberg lui propose de mettre en scène La Liste de Schindler. Polanski refuse, le sujet étant trop proche de son vécu, « Cela parlait de gens que je connaissais personnellement. Je ne pouvais pas tourner cette histoire »[L2 23]. Le but du réalisateur n'est pas de faire un film autobiographique mais d'utiliser son expérience dans un film de fiction sur le sujet. Lorsqu'il découvre quelques années plus tard les mémoires du pianiste polonais Wladyslaw Szpilman racontant sa survie pendant la Seconde Guerre mondiale, Polanski est convaincu que « le moment était venu. On ne trouve pas souvent des récits de ce genre »[L2 23]. Le réalisateur est particulièrement sensible à ce qu'il appelle « la précision et la distance que le survivant porte en lui » et confie le rôle de Szpilman à Adrien Brody, « Je n'ai jamais cherché la ressemblance physique. Je voulais un acteur qui puisse se glisser dans la peau du personnage tel que je l'avais imaginé en travaillant sur le scénario. Il était important que ce soit quelqu'un de peu connu. Le film étant tourné en anglais, il nous fallait un acteur qui parle la langue. Quand j'ai vu quelques-uns des films d'Adrien Brody, je n'ai plus hésité : il était Le Pianiste »[33].

Polanski estime qu'il s'agit de son film le plus personnel et les recherches préalables sont pour lui plus douloureuses que le tournage, « Cependant, pendant les six mois de tournage, il y eut des moments qui me rappelaient les événements passés avec une telle intensité que j'en avais le souffle coupé »[L2 24]. Les ruines de Varsovie sont reconstituées aux studios de Babelsberg, le réalisateur refusant de recourir aux images de synthèse. Le Pianiste est présenté en compétition lors du 55e Festival de Cannes en 2002 où le jury présidé par David Lynch lui décerne la Palme d'or. Le film est un triomphe aussi bien critique que commercial et reçoit sept Césars l'année suivante dont ceux du meilleur film[34], du meilleur réalisateur[35] et du meilleur acteur pour Brody[36]. Le Pianiste est également nommé pour sept Oscars dont celle du meilleur film et remporte trois statuettes lors de la 75e Cérémonie : meilleur réalisateur pour Polanski, meilleur acteur pour Brody et meilleure adaptation pour Ronald Harwood. Malgré les demandes, le cinéaste ne se rend pas à Los Angeles où l'annonce de sa victoire provoque une ovation debout dans l'assistance[37]. Remettant le prix, Harrison Ford, acteur de Frantic, s'engage à lui transmettre personnellement le trophée, ce qu'il fait publiquement, cinq mois plus tard, au Festival du cinéma américain de Deauville[38]. Roman Polanski considère Le Pianiste comme sa meilleure œuvre et déclare, « En vérité, pendant le tournage, j'ai eu l'impression que tout ce que j'avais fait jusqu'alors n'était qu'une répétition en vue de ce tournage »[L2 25].

Après Le Pianiste, Roman Polanski joue dans le film Zemsta (2002) réalisé par son compatriote Andrzej Wajda. L'année suivante, il met en scène Hedda Gabler, le drame d'Henrik Ibsen, avec Emmanuelle Seigner dans le rôle-titre, au Théâtre Marigny. Puis il supervise à Stuttgart en 2004 et à Berlin en 2005 une nouvelle version de la comédie musicale tirée de son classique Le Bal des vampires[39].

Roman Polanski en 2007

Alors qu'il souhaite tourner un film que ses enfants puissent voir, Roman Polanski, au cours d'une conversation avec sa femme, se remémore la comédie musicale de Carol Reed, Oliver ! (1968), tirée du roman de Dickens et choisit de proposer une nouvelle version d'Oliver Twist. « J'ai relu le livre, et ce fut un véritable bonheur — l'humour, l'ironie, le sarcasme sont irrésistibles. Les personnages sont superbement décrits. C'était un défi, et j'ai pensé qu'il y avait là une histoire remarquable, un trésor d'idées, de situations, d'atmosphères, bref un excellent prétexte pour recréer un monde disparu. Tous ces éléments étaient captivants. Reconstituer le Londres du XIXe siècle dans un studio, voilà un exploit digne d'un réalisateur »[L2 26]. Oliver Twist est tourné principalement aux Studios Barrandov de Prague en République tchèque, avec les acteurs Barney Clark dans le rôle titre et Ben Kingsley, pour un budget de 50 millions d'euros, le plus important dont Polanski ait jamais disposé[L2 27]. Le film est présenté pour la première fois lors du 30e Festival international du film de Toronto en 2005 et reçoit des critiques positives mais n'obtient pas le succès commercial escompté.

En 2006, Roman Polanski dirige Thierry Frémont au Théâtre Hébertot dans Doute, écrit par John Patrick Shanley[40]. L'année suivante, il entreprend de réaliser une adaptation du roman Pompéi de Robert Harris[41]. Ce dernier est engagé pour l'écriture du scénario qui relate la destruction de Pompéi et ses villes environnantes par l'éruption du Vésuve en 79. Le tournage est prévu pour durer cinq mois en Italie, avec Orlando Bloom et Scarlett Johansson dans les rôles principaux, pour un budget de 130 millions de dollars[42]. Polanski abandonne cependant le projet à la suite de problèmes d'emploi du temps, de financement et de retards de production dus à la grève des scénaristes à Hollywood, entamée à l'été 2007 et terminée en 2008[43].

En 2007, il dirige Denis Podalydès, Sara Forestier et Michel Vuillermoz dans Cinéma érotique, l'un des segments du film à sketches Chacun son cinéma, œuvre collective en l'honneur des soixante ans du Festival de Cannes. Lors de la conférence de presse réunissant les différents réalisateurs, dont les frères Coen, les frères Dardenne, David Cronenberg, David Lynch, Pedro Almodóvar, Jane Campion ou encore Alejandro González Iñárritu, Polanski évoque "une occasion unique d'avoir une assemblée de metteurs en scène importants" et déplore la pauvreté des questions qui leurs sont posées, avant de partir brutalement[44]. En 2009, il réalise Greed, une fausse publicité sur commande de l'artiste plasticien Francesco Vezzoli, avec Natalie Portman et Michelle Williams, dans laquelle il parodie la stratégie et l’esthétique publicitaires lors d'un lancement de parfum [45].

Adaptations à succès (années 2010)[modifier | modifier le code]

Le projet Pompéii n'ayant pas abouti, Robert Harris envoie au réalisateur un exemplaire de son roman L'Homme de l'ombre avant même qu'il ne soit publié[46]. Polanski décide immédiatement de signer l'adaptation de l'ouvrage sur grand écran. L'histoire, qui rappelle au cinéaste les romans de Raymond Chandler, est celle d'un écrivain fantôme engagé pour réécrire les mémoires de l'ancien chef du gouvernement britannique, lui-même inspiré par Tony Blair. Le tournage de The Ghost Writer a lieu en Allemagne avec un casting composé d'Ewan McGregor, Pierce Brosnan, Olivia Williams, Kim Cattrall ainsi qu'Eli Wallach. La post-production du film est marquée par l'arrestation à Zurich de Polanski le , rattrapé par l'affaire de 1977. Il achève le film de sa cellule puis de son chalet de Gstaad où il est astreint à résidence durant plusieurs mois avant sa libération par les autorités suisses le [L2 28]. La première de The Ghost Writer a lieu lors du 60e festival du film de Berlin où Polanski se voit décerner l'Ours d'argent de la meilleure mise en scène[47]. Le film est acclamé aussi bien par la presse que le public et Polanski obtient l'année suivante les Césars du meilleur réalisateur[48] et de la meilleure adaptation[49].

Roman Polanski en 2011

Durant son assignation à résidence, Roman Polanski développe une adaptation de la pièce Le Dieu du carnage de Yasmina Reza en collaboration avec son auteure. L'histoire est celle de deux couples réglant leurs comptent après une bagarre entre leurs enfants respectifs. La pièce est pour Polanski une « une satire des valeurs bourgeoises conventionnelles, du politiquement correct et de l'hypocrisie des politesses mondaines avec ses sourires factices » et représente pour lui un défi artistique, à savoir celui de faire un film en temps réel et dans un lieu restreint[50]. Le tournage, précédé de deux semaines de répétitions intensives, a lieu au studios de Bry-sur-Marne et met en scène les comédiens Jodie Foster, Kate Winslet, Christoph Waltz et John C. Reilly. Rebaptisé Carnage, le film est présenté en compétition lors de la 68e Mostra de Venise en 2011 où il reçoit un accueil favorable de la presse et du public et permet à Roman Polanski de remporter l'année suivante le César de la meilleure adaptation, pour la deuxième année consécutive[51],[52]. La même année, il fait l'objet d'un documentaire réalisé par Laurent Bouzereau, Roman Polanski : A Film Memoir, tourné en partie pendant son assignation à résidence à Gstaad, et dans lequel il revient sur sa vie et sur sa carrière[53].

En 2012, Roman Polanski se rend au Festival de Cannes afin de présenter une version restaurée de Tess dans la section Cannes Classics, ainsi qu'un spot publicitaire intitulé A Therapy, réalisé pour Prada avec Ben Kingsley et Helena Bonham Carter, qu'il définit comme « une espèce d'antipublicité »[54]. Son agent américain, Jeff Berg, lui fait alors découvrir le texte de la pièce de théâtre La Vénus à la fourrure du dramaturge américain David Ives, inspirée du roman homonyme de Leopold von Sacher Masoch. Le réalisateur est séduit par l'humour — "Le texte était tellement drôle que je riais tout seul – ce qui est quand même rare. L’ironie de la pièce, qui frôle parfois le sarcasme, était irrésistible", et par l'idée d'offrir un beau rôle à sa femme[55]. Ce huis clos à deux personnages se déroule intégralement dans un théâtre et met en scène l'inversion du rapport de forces entre un metteur en scène hautain et une comédienne apparemment stupide. Le tournage, censé débuter au mois de novembre 2012 au théâtre Récamier avec Emmanuelle Seigner et Louis Garrel dans les rôles principaux, est finalement reporté en janvier 2013 suite au remplacement de Garrel par l'acteur Mathieu Amalric[56]. Présenté la même année en compétition au 66e Festival de Cannes, La Vénus à la fourrure est plébiscité par la presse et permet à Roman Polanski de remporter un quatrième César de la meilleure réalisation[57].

Lors de la promotion de La Vénus à la fourrure, Roman Polanski dévoile travailler sur une nouvelle adaptation d'un roman de Robert Harris, D., à propos de l'affaire Dreyfus et dans laquelle il voit un parallèle entre l'acharnement médiatique et judiciaire envers le capitaine Dreyfus et ses propres déboires avec la presse[58]. Le projet est repoussé à plusieurs reprises, suite à de nombreuses difficultés de production et de casting, et n'a à ce jour pas été réalisé[59]. En 2014, Roman Polanski réalise le clip du single You think you're a man de sa femme, Emmanuelle Seigner, reprise d'une chanson de Divine du même titre[60]. La même année, il met en scène une nouvelle version de la comédie musicale tirée de son classique Le Bal des vampires, dont les représentations ont lieu entre octobre 2014 et juin 2015 au Théâtre Mogador à Paris[39]. En 2016, son autobiographie Roman par Polanski est rééditée, enrichie d'un épilogue où le réalisateur revient sur les trois décennies qui ont passé depuis la première publication, notamment sur les récents rebondissements concernant l'affaire de 1977[61]. La même année, il donne une leçon de cinéma sur la technique cinématographique à la Cinémathèque française, où il parraine l'exposition « De Méliès à la 3D : la machine cinéma »[62],[63].

Roman Polanski avec Eva Green et Emmanuelle Seigner lors de la présentation du film D'après une histoire vraie au festival de Cannes 2017

Alors que son projet sur l’affaire Dreyfus est à nouveau repoussé, Emmanuelle Seigner propose à Polanski la lecture du roman D'après une histoire vraie de Delphine de Vigan, lauréat du Prix Renaudot et du prix Goncourt des lycéens en 2015. Le réalisateur est immédiatement attiré par cette histoire d’une romancière en panne d’inspiration qui se retrouve confrontée à une admiratrice de plus en plus intrusive et toxique : « Le roman renferme des personnages et des situations parfois étranges que j’ai déjà pu aborder dans Cul de sac, Répulsion, Rosemary’s Baby. C’est aussi un livre qui raconte l’histoire d’un livre, et j’aime beaucoup ça. C’était déjà le cas de La Neuvième porte, de The Ghost Writer. Et puis c’était l’occasion de montrer enfin l’affrontement de deux femmes. J’ai souvent traité la confrontation de deux hommes, ou d’un homme et d’une femme, mais jamais de deux femmes »[64]. Polanski contacte alors le producteur Wassim Béji, détenteur des droits pour le cinéma, et décide avec lui de tourner rapidement le film afin de le présenter dès l’année suivante au Festival de Cannes[65]. Le tournage, avec Emmanuelle Seigner dans le rôle de la romancière et Eva Green dans celui de l'admiratrice, est « difficile » pour Polanski, le réalisateur ayant dû renoncer aux répétitions avant de débuter les prises de vues. D'après une histoire vraie est présenté hors-compétition lors du 70e édition Festival de Cannes où il reçoit des critiques plutôt négatives[66]. Roman Polanski dévoile une nouvelle version du film quatre mois plus tard lors du Festival du film de Zurich où il explique dans un entretien qu'il n'avait pas pu « refuser l’offre de Cannes, mais c’était un travail en cours, une première version » et ajoute être « fier » du montage final[67]. Lors de sa sortie en salle, le film divise de nouveau la critique et connaît un échec commercial[68].

La même année, Roman Polanski tourne en Pologne Polanski, Horowitz, un documentaire sur son enfance dans le ghetto de Cracovie et son amitié naissance avec le photographe Ryszard Horowitz[69].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Mariages et paternité[modifier | modifier le code]

Barbara Lass[modifier | modifier le code]

Roman Polanski épouse en premières noces l'actrice polonaise Barbara Lass qu'il dirige dans plusieurs de ses courts métrages. Leur union dure trois ans, de 1959, année de leur mariage, à 1962, celle de leur divorce[70].

Sharon Tate[modifier | modifier le code]

L'actrice Sharon Tate, seconde épouse de Polanski, assassinée en 1969

Le , il épouse à Londres l'actrice américaine Sharon Tate, rencontrée sur le tournage du Le Bal des vampires deux ans plus tôt[71]. Le couple s'installe ensuite à Los Angeles dans une villa construite sur les collines d'Hollywood et précédemment habitée par le producteur de musique Terry Melcher[72].

Le , alors que Roman Polanski se trouve à Londres pour préparer un tournage, Sharon Tate, alors enceinte de huit mois et demi, est assassinée à leur domicile avec quatre de ses amis par des membres de la communauté appelée « la famille » dirigée par le criminel Charles Manson. Elle est notamment poignardée seize fois, alors que son sang est utilisé pour écrire « Pig » (« Porc ») sur la porte d'entrée[72]. Les premières recherches pour identifier et retrouver les meurtriers sont infructueuses. Polanski est alors harcelé par les médias et les paparazzis, certains allant jusqu'à insinuer que les meurtres sont le résultat d'un style de vie dépravé[73]. Le réalisateur tient une brève conférence de presse afin d'honorer la mémoire de sa femme et dénoncer les dérives des journaux, « Ces derniers mois avaient été la seule période de vrai bonheur de toute ma vie. Les faits qui seront dévoilés jour après jour feront honte à beaucoup de journalistes qui, pour des raisons égoïstes, écrivent des choses insupportables sur ma femme »[74],[75]. Une fois les assassins arrêtés, il est révélé que Manson souhaitait se venger de Terry Melcher, ce dernier ayant refusé de produire un disque de ses compositions, sans savoir que celui ci avait déménagé. La perte de Sharon Tate est pour Polanski « la plus grande tragédie de ma vie. Je n'ai pas été moi-même pendant des années »[75]. Dans son autobiographie, le réalisateur écrit que le meurtre de sa femme est « la seule ligne de partage qui ait réellement compté dans ma vie » et explique que sa personnalité optimiste laissa place à un « pessimisme viscéral », une « éternelle insatisfaction de l'existence » et la « certitude que tout bonheur, toute joie se payent un jour »[L1 15].

En 2005, il remporte un procès en diffamation contre Vanity Fair. Le magazine est condamné à lui verser des indemnités de soixante-quinze mille euros pour avoir affirmé dans un article que le réalisateur avait fait des avances à une « beauté suédoise », avant même l'enterrement de Sharon Tate. Polanski déclare lors du procès qu'il s'agit d'un « mensonge épouvantable »[76],[77].

Emmanuelle Seigner[modifier | modifier le code]

Polanski avec sa troisième épouse, l'actrice Emmanuelle Seigner, ici à la 36e cérémonie des César en 2011

En 1985, Roman Polanski rencontre l'actrice française Emmanuelle Seigner par l'intermédiaire de l'agent artistique Dominique Besnehard. Le couple se marie le dans le 8e arrondissement de Paris. Ils ont deux enfants, Morgane, actrice et réalisatrice née en 1993, et Elvis, musicien né en 1998[78]. Dans un entretien accordé à Paris Match en 2012, Roman Polanski déclare « Ma rencontre avec Emmanuelle est la meilleure chose qui me soit arrivée. C'est quelqu'un avec qui je peux continuer de vivre... et le temps que nous avons passé ensemble prouve que je ne me suis pas trompé »[79].

Le couple habite Paris[80] et possède un châlet à Gstaad (Suisse), le « Milky Way », acheté en 2006[81], ainsi qu'un appartement à Cracovie (Pologne)[82].

Il est athée[9].

Poursuites judiciaires[modifier | modifier le code]

En 1977, Roman Polanski plaide coupable pour rapports sexuels illégaux avec une mineure de treize ans. Compte-tenu d'une transaction avec la plaignante et le juge, il est condamné à une peine de quatre-vingt-dix jours de prison puis est libéré pour conduite exemplaire après en avoir effectué quarante-deux. Après avoir appris que le juge chargé de l'affaire souhaite cependant le condamner à nouveau — décision contestée aussi bien par la défense que par l'accusation — et qu'il risque jusqu'à cinquante ans d'emprisonnement, Polanski fuit les États-Unis et s'installe en France, pays refusant l'extradition de ses citoyens et dont il possède la nationalité. En 2009, il est arrêté à Zurich, dans le cadre d'un traité d’entraide judiciaire pénale entre la Suisse et les États-Unis, et incarcéré pendant deux mois avant d'être assigné à résidence à Gstaad. En 2010, la Suisse refuse l'extradition du réalisateur. En 2015, la Pologne refuse à son tour une demande d'extradition des États-Unis. Sa victime, Samantha Geimer, lui a publiquement pardonné et a demandé à plusieurs reprises l'arrêt des poursuites.

Un article Roman Polanski sexual abuse case (en) existe en anglais.

L'affaire de 1977[modifier | modifier le code]

Les faits[modifier | modifier le code]

Au début de l'année 1977, Roman Polanski, alors âgé de quarante-quatre ans, est engagé par l'édition française du magazine Vogue pour réaliser un reportage photographique sur les jeunes filles européennes et américaines[L1 16],[83]. Par l'intermédiaire d'un ami commun, il rencontre Susan Gailey, une aspirante actrice, et sa fille Samantha, âgée de treize ans, à qui il propose d'être l'un de ses modèles[L1 17],[L3 1]. Avec l'approbation de sa mère, la jeune fille donne son accord, voyant dans ce projet la possibilité de réaliser son rêve de devenir une « vedette de cinéma »[84]. Une première séance de prise de vues a lieu le près du domicile de l'adolescente à Woodland Hills, sur les hauteurs de Los Angeles[83]. Satisfait des clichés, Polanski propose une deuxième séance, ce que Samantha, qui voit en lui son « passeport pour la célébrité », et sa mère acceptent[L3 2]. Le , le réalisateur la conduit jusqu'au domicile de Jack Nicholson afin de prendre de nouvelles photos[85]. Nicholson est absent mais la maison leur est ouverte par Helena Kallianiotes, actrice et voisine de l'acteur[L1 18],[83], qui partage avec le réalisateur et Samantha une coupe de champagne avant de repartir[86].

Selon le témoignage de Samantha, la séance photo se déroule dans la cuisine puis à l'extérieur de la maison, sur le patio, près de la piscine et dans un jacuzzi[86]. Elle continue de boire du champagne tout au long de la séance[86] et accepte de partager avec Polanski une pilule de Quaalude, un sédatif très utilisé à l'époque comme drogue récréative, sachant les effets qu'il produit[NB 3],[L3 3], mais elle déclare lors de son audition « Je pense que j'étais ivre, sinon je ne l'aurais pas fait »[86].

L'adolescente suit ensuite Polanski jusqu'à une chambre où il lui demande de s'allonger sur un divan[86]. Le réalisateur commence alors à l'embrasser avant de pratiquer un cunnilingus puis un rapport vaginal et anal[83],[86]

L'adolescente atteste lui avoir dit « Non » et souhaite le repousser mais, bien qu'elle voie qu'« il ne [lui] veut pas de mal », la peur l'en empêche[L3 4].

Elle décide de « le laisser faire » et déclare, lors de son audition, pouvoir « à peine me souvenir de ce qui est arrivé » en raison des effets de l'alcool et de la drogue — « J’étais en quelque sorte étourdie, vous savez, comme quand les choses sont parfois dans une sorte de brouillard »[L3 4],[86]. Dans son autobiographie, elle écrit : « Il me demande si j’éprouve du plaisir, c’est le cas. Et ça, c’est déjà assez horrible en soi. Mon esprit se débat mais mon corps me trahit »[L3 5].

Alors que Polanski s'apprête à raccompagner Samantha chez elle, ils croisent l'actrice Anjelica Huston, compagne de Nicholson, qui vient de rentrer. Selon Huston, l'adolescente, avec qui elle parle brièvement, n'a l'air ni « apeurée », ni « bouleversée »[L3 6].

Une fois rentrée chez elle, Samantha raconte à son petit ami ce qui vient de se passer[86]. Sa sœur surprend la conversation et prévient leur mère immédiatement. Susan Gailey, furieuse, appelle la police et dépose plainte le soir même contre Polanski[83]. Samantha est alors interrogée et conduite à l'hôpital pour y être examinée[83],[86].

La condamnation, la prison et la fuite[modifier | modifier le code]

Le lendemain, le , Samantha témoigne devant le grand jury du comté de Los Angeles[83]. Roman Polanski est inculpé pour six motifs : avoir fourni une substance prohibée à une mineure, s'être livré à des actes licencieux et de débauche, s'être rendu coupable de relations sexuelles illicites, de perversion, de sodomie et de viol[83],[85],[87].

Le , Polanski plaide non coupable devant le juge chargé de l'affaire, Laurence Rittenband[L1 19]. La famille de Samantha souhaite la protéger et refuse qu'elle comparaisse en public[L1 20],[L3 7]. Une négociation a lieu entre les parties, l'avocat du réalisateur, Me Douglas Dalton, celui de la famille de Samantha, Me Lawrence Silver, le procureur chargé de l'accusation, Roger Gunson, et le juge Rittenband. Au terme de la transaction, les parties acceptent l'abandon des accusations les plus graves et une condamnation sans procès[74],[83]. Le , Polanski change de stratégie et plaide coupable pour rapports sexuels illégaux avec un mineur, les autres charges étant abandonnées à la suite de la négociation[83].

Le , le juge Rittenband condamne le réalisateur à une peine de quatre-vingt-dix jours de prison et à subir une « évaluation diagnostique »[74],[83]. Rittenband prévoit que l'affaire sera classée une fois la peine purgée, mais qu'il y aura mise à l'épreuve[74],[83]. Par ailleurs, le juge accorde à Polanski un sursis afin qu'il puisse terminer en Europe et en Polynésie française la préparation d'un remake du film The Hurricane de John Ford[NB 4],[L1 21],[83],[85].

Le , Roman Polanski est incarcéré dans la prison californienne de Chino où il passe quarante-deux jours avant sa libération anticipée pour conduite exemplaire le [83]. Le lendemain, le juge Rittenband, sensible aux critiques du public et soucieux de soigner son image dans la presse, informe l'avocat du réalisateur Me Douglas Dalton et le procureur Roger Gunson, qu'il prévoit de condamner le réalisateur à une nouvelle peine à « durée indéterminée »[NB 5],[74],[83].

Informé par son avocat qu'un emprisonnement d'une durée indéterminée permet au juge de prolonger sa peine jusqu'à cinquante ans, Polanski choisit de quitter les États-Unis pour Londres puis pour Paris[L1 22],[L1 23],[74],[83]. Le , les autorités américaines ouvrent un dossier d’extradition à l’encontre du cinéaste. La France, comme d'autres États, refuse généralement l'extradition de ses citoyens et annonce que Polanski ne sera pas renvoyé aux États-Unis[88]. L'accusation, le procureur et la défense dénoncent alors l'attitude du juge, qui est déchargé du dossier en février 1978 pour « irrégularités »[87]. L'affaire est confiée au juge Paul Breckinridge qui refuse de juger Polanski par « contumace »[L1 24],[74].

Suites de l'affaire et procès au pénal[modifier | modifier le code]

La justice américaine va alors tenter de mettre la main sur Polanski lors de ses déplacements à l'étranger. Des demandes d'extradition sont adressées aux pays avec lesquels les États-Unis ont signé une convention d'extradition : en mai 1978 au Royaume-Uni, en décembre 1986 au Canada, en 1988 en Allemagne, au Brésil, au Danemark et en Suède, en octobre 2005 en Thaïlande et en 2007 en Israël. Cependant, toutes ces tentatives restent vaines[89],[90].

En 1993, Polanski s'engage à verser une indemnité de cinq cent mille dollars à Samantha Gailey, devenue épouse Geimer, à la suite d'un procès civil. Mais le réalisateur ne tient pas cet engagement dans le délai convenu et la somme qu'il a finalement versée demeure inconnue[83].

En 1997, Samantha Geimer dévoile publiquement lui avoir pardonné[91].

La même année, l'avocat de Polanski, Me Douglas Dalton, et le procureur chargé de l'accusation, Roger Gunson, tentent de solder l'affaire devant juge Larry P. Fidler[92]. Ce dernier déclare que que si Polanski accepte de revenir aux États-Unis, il ne sera pas arrêté et n'aura pas à purger une nouvelle peine. Selon Dalton et Gunson, le juge souhaite cependant que l'audition de Polanski soit télévisée mais le cinéaste s'y oppose[92],[NB 6],[93].

En février 2003, alors que le réalisateur est nommé à l'Oscar du meilleur réalisateur pour son film Le Pianiste, Samantha Geimer prend publiquement sa défense et déclare que leur affaire ne doit pas entrer en considération pour juger son travail[94]. Geimer défend également la décision du réalisateur d'avoir fui les États-Unis et réitère son souhait qu'il soit mis fin aux poursuites[95].

En 2008, la réalisatrice Marina Zenovich dévoile son documentaire Roman Polanski: Wanted and Desired, auquel le réalisateur refuse de participer, et qui met en lumière l'acharnement judiciaire et médiatique dans cette affaire[96],[97]. L'avocat de Polanski, Me Douglas Dalton, et le procureur, Roger Gunson, confirment que les quarante-deux jours d'incarcération devaient être la seule peine infligée à Polanski[74] et dénoncent les agissements du juge Rittenband qu'ils accusent d'avoir abusé de son autorité[98].

Le , Mes Chad Hummel et Bart Dalton, avocats de Polanski, demandent à la justice californienne d'abandonner les poursuites contre leur client et mettent en avant les révélations du documentaire de Marina Zenovich[99]. Samantha Geimer dépose une requête en faveur de Polanski[100]. Le , le juge Peter Espinoza reconnaît « qu'il y a eu, apparemment, une faute professionnelle substantielle » de la part du parquet en 1977[101] mais confirme son refus d'abandonner les poursuites contre Polanski, celui-ci ne s'étant pas présenté en personne devant la Cour[102].

L'arrestation à Zurich et l'assignation à résidence[modifier | modifier le code]
Roman Polanski en 2011, au Festival du film de Zurich : le cinéaste recevait à cette occasion le prix pour l'ensemble de sa carrière qui aurait dû lui être décerné à l'époque de son arrestation deux ans plus tôt[103].

Le , alors qu'il se rend au festival de film de Zurich en Suisse afin d'y recevoir un prix pour l'ensemble de sa carrière, Roman Polanski est arrêté par la police à Zurich dans le cadre d'un traité d’entraide judiciaire pénale que la Suisse a signé avec les États-Unis, par lequel les deux parties s’engagent à se livrer réciproquement les personnes poursuivies pour des faits d’une certaine gravité[104],[105]. La plupart des grands journaux américains approuvent cette arrestation[NB 7],[106], s'étonnant du soutien manifesté au réalisateur d'une centaine de représentants du monde politique et artistique[NB 8],[107],[108], étonnement partagé par une partie de la population américaine[109]. Ces soutiens soulèvent également des oppositions et indignations dans l'opinion publique et la presse française[110].

La conseillère fédérale suisse responsable du département de Justice et Police Eveline Widmer-Schlumpf défend quant à elle l'arrestation comme conforme au traité d'extradition helvético-américain et comme manifestation de l'égalité devant la loi[NB 9],[111],[112]. Widmer-Schlumpf affirme par ailleurs que l'arrestation ne résulte d'aucune pression politique américaine[113]. Dans l'ensemble, la classe politique suisse approuve l'arrestation de Polanski[114].

Le réalisateur s'oppose à son extradition et, le , le Tribunal pénal fédéral accepte sa libération conditionnelle contre une caution de 4,5 millions de francs suisses (environ trois millions d'euros) et une assignation à résidence avec port d'un bracelet électronique à son chalet de Gstaad en Suisse[115]. Le , la cour d’appel du 2e district de Californie rejette la demande de Polanski de pouvoir être jugé par contumace, ouvrant la voie à son extradition vers les États-Unis. La demande d’abandon des poursuites présentée par la victime est également rejetée[116]. Le , Roman Polanski sort de son silence dans une lettre ouverte publiée sur le site de Bernard-Henri Lévy, La règle du jeu, intitulée, « Je ne peux plus me taire »[117].

Le , la ministre suisse de la Justice Eveline Widmer-Schlumpf annonce que le cinéaste « ne sera pas extradé vers les États-Unis et les mesures de restriction de sa liberté sont levées » en raison d'un possible vice de procédure dans la demande d’extradition américaine[118]. Le refus des autorités américaines à faire parvenir aux autorités suisses le procès-verbal du procureur de l'époque, Roger Gunson, arguant du caractère confidentiel de la pièce, amène l'Office fédéral de la justice à refuser l'extradition[NB 10],[119],[120]. Le réalisateur retrouve la liberté et peut désormais circuler librement dans trois pays : la France, la Pologne et la Suisse. Interpol rappelle aux États membres de l'organisation qu'une notice rouge le concernant est toujours en vigueur, et qu'il est toujours considéré comme fugitif[121].

Le procès en Pologne et ses suites[modifier | modifier le code]
« Je lui ai pardonné il y a bien longtemps, peu après ce qui est arrivé. Ce qu'il m'a fait ne m'a pas beaucoup affectée. Ce qui est arrivé avec la justice et les médias a traumatisé toute ma famille. À propos de ce qu'il a fait, les choses étaient bien différentes dans les années 1970 et je n'ai jamais cru que c'était aussi important que les gens le pensaient. J'aimerais que le comportement du juge soit étudié afin de montrer qu'il a menti, que Roman a purgé sa peine, pour prendre les mesures qui s'imposent. Classer l'affaire. Il s'est excusé, il a avoué, il a payé. Cela fait quarante ans. J'étais adolescente, sexuellement active. Je n'ai pas été traumatisée par l'acte sexuel comme tout le monde aimerait me voir l'être. »
— Samantha Geimer à propos de Roman Polanski, en 2017[122]

En 2013, Samantha Geimer publie son autobiographie, La Fille : Ma vie dans l'ombre de Roman Polanski. Elle y revient sur la traque dont elle a fait l'objet, affirme que « ma mésaventure avec Polanski ne m’a pas traumatisée, ni mentalement, ni physiquement » et ajoute « Si je devais choisir entre le viol et revivre ce qui s'est passé après, je choisirais le viol »[L3 8],[123]. Elle confie correspondre ponctuellement par courriel avec le cinéaste depuis 2009 et s'exprime sur le pardon qu'on lui a « souvent reproché » : « Je ne souffre pas du syndrome de Stockholm. Je lui ai pardonné pour moi, pas pour lui. Tout le monde veut me voir traumatisée, brisée, mais c'était il y a trente-six ans, maintenant, ça va, merci. Et tant pis si je ne suis pas la victime idéale, celle que veulent voir les médias ou le procureur »[123]. Polanski lui a par ailleurs adressé une lettre dans laquelle il assume l'entière responsabilité de l'affaire et écrit : « J'aimerais que vous sachiez à quel point je suis désolé d'avoir tant bouleversé votre existence »[124].

Le , les autorités américaines tentent de le faire arrêter en Pologne, où il s'est rendu pour assister à l'inauguration du Musée de l'Histoire des Juifs polonais[125]. Le , les États-Unis dépose officiellement une demande d'extradition à l'encontre du réalisateur aux autorités polonaises[126]. Le , le cinéaste se rend à l'audience du tribunal de Cracovie pour l'ouverture de son procès à huis clos où il témoigne pendant neuf heures avant d'être libéré[NB 11],[127]. Le , le tribunal de Cracovie se prononce contre son extradition et confirme sa décision le , le parquet, qui représente les États-Unis, ayant renoncé à faire appel[128]. Le , le ministre de la justice polonais, le conservateur Zbigniew Ziobro annonce son intention de rouvrir la procédure d’extradition, affirmant que Polanski ne doit pas être favorisé en raison de sa carrière artistique[82]. Le , la Cour suprême de Pologne rejette le pourvoi en cassation introduit par le ministre et met un terme définitif à la procédure d’extradition[129].

Le , la presse rapporte que le réalisateur souhaite retourner aux États-Unis pour clôturer l'affaire, à condition d’avoir la garantie qu’il ne sera pas incarcéré[130]. Le , Samantha Geimer, « fatiguée de cette affaire qui continue depuis quarante ans », témoigne en faveur du cinéaste devant le juge Scott Gordon au tribunal de Los Angeles[NB 12],[131],[132]. Le , le juge Gordon annonce son refus de mettre un terme aux poursuites contre Polanski[133]. L'avocat du cinéaste estime alors que « ce tribunal continue à étudier une affaire vieille de quarante ans avec un accusé de 84 ans qui a déjà purgé plus de trois fois en détention la peine que cette cour lui avait infligée »[134].

Conséquences[modifier | modifier le code]

L'affaire de 1977 a suscité plusieurs polémiques. Le , Roman Polanski est invité à recevoir un prix spécial lors de la 67e édition du Festival de Locarno où il doit également donner une leçon de cinéma[135]. Le , le cinéaste renonce finalement à sa participation par peur des « tensions et des controverses » à la suite d'une campagne hostile lancée sur les réseaux sociaux[136].

Le , l'Académie française des arts et techniques du cinéma désigne Roman Polanski comme président de la prochaine cérémonie des César[137]. Il décide cependant de décliner cet honneur le , des associations féministes ayant vivement protesté contre sa désignation, en raison de sa situation judiciaire. Une pétition a circulé, en faveur de sa destitution ainsi qu'un appel au boycott de l'évènement[138]. Samantha Geimer prend une nouvelle fois publiquement la défense du réalisateur, s'insurgeant contre les associations féministes qu'elle accuse d'utiliser son nom et son histoire sans son consentement afin, selon elle, de servir leurs propres intérêts[139]. Elle dénonce également l'acharnement dont ferait l'objet Polanski et accuse la justice américaine de chercher « à couvrir ses propres erreurs »[140].

Le , des associations féministes s'insurgent contre la rétrospective intégrale des films de Roman Polanski, prévue du 30 octobre au 3 décembre 2017 par la Cinémathèque française, et demandent son annulation[141]. Le , l'organisme culturel, présidé par le réalisateur Costa-Gavras, dénonce dans un communiqué une demande de « censure pure et simple » et confirme le maintient de la rétrospective, affirmant que l'œuvre de Polanski est « plus que jamais indispensable »[142]. Le , jour de l'ouverture de la rétrospective en présence de Roman Polanski, une dizaine de personnes manifeste leur désapprobation devant la Cinémathèque[143]. Alors qu'il présente à l'intérieur son film D'après une histoire vraie, le réalisateur dénonce les « zinzins » qui veulent détruire son œuvre et évoque un parallèle entre sa situation actuelle et les autodafés de 1933 en Allemagne[144].

Autres accusations[modifier | modifier le code]

Entre 2010 et 2017, dix autres femmes portent des accusations d'agressions sexuelles contre Roman Polanski. Dans un communiqué transmis à la presse le , le réalisateur conteste, à l'exception de celle concernant Samantha Geimer, toutes les accusations « sans fondement » dont il fait l'objet[145].

  • Charlotte Lewis, actrice britannique que Roman Polanski avait dirigée dans Pirates, l'accuse le d'avoir abusé d'elle « de la pire façon qui soit » lorsqu'elle avait 16 ans[146]. Me Georges Kiejman, l'un des avocats du réalisateur qui se trouve à l'époque assigné à résidence en Suisse (voir L'arrestation à Zurich et l'assignation à résidence), menace alors de poursuivre Lewis en justice pour ses allégations[147]. La presse interroge la crédibilité de l'actrice, cette dernière ayant reconnue dans un entretien en 1999 s'être adonnée à la prostitution dès l'âge de quatorze ans et déclaré avoir voulu être la maîtresse de Polanski : « Je le désirais probablement plus que lui ne me voulait »[148],[149].
  • Une femme identifiée sous le nom de « Robin M. » l'accuse le de l'avoir agressée sexuellement en 1973, alors qu'elle avait 16 ans. L'avocat du cinéaste, Me Harland Braun, déclare avoir rapporté les accusations à son client, qui lui a répondu qu’il ne savait pas « de quoi il s’agissait », et dénonce « une tentative d’influencer le juge Gordon », chargé du dossier de 1977 que Roman Polanski tente une nouvelle fois de clôturer (voir Le procès en Pologne et ses suites)[150].
  • Renate Langer, ancienne actrice allemande, affirme le avoir été violée par le réalisateur alors qu'elle avait 15 ans ; un mois plus tard, il l'aurait appelée pour s'excuser, lui offrant également un rôle, qu'elle accepte, dans son film Quoi ?[151]. La police suisse annonce alors ouvrir une enquête[152] avant de déclarer prescrites les accusations[153].
  • Marianne Barnard, artiste américaine, affirme le avoir été abusée par Roman Polanski en 1975 alors qu'elle avait dix ans[154].
  • Cinq femmes, sous couvert d'anonymat, et Mallory Millett, ancienne actrice, affirment, respectivement les et , avoir été agressée sexuellement par Roman Polanski. Le tabloïd britannique The Sun rapporte que les cinq premières femmes étaient mineures au moment des faits présumés (âgées de 9 à 15 ans selon les témoignages) et que Mallory Millett aurait subit deux tentatives de viol lors d'une soirée en 1970, alors qu'elle avait 29 ans. Ces six accusations sont à l'origine formulées via le site Internet Imetpolanski.com (« j'ai rencontré Polanski »)[155]. Le fondateur du site, l'israélien Matan Uziel, explique être à la recherche « des informations et des preuves pour aider à prouver ces accusations »[155]. Le , la presse rapporte que Roman Polanski a déposé plainte pour diffamation contre Matan Uziel et qu'il réclame à ce dernier 1,5 million de shekels, une somme qu'il compte reverser dans son intégralité à des associations israéliennes de victimes de la Shoah[156].

Style et thèmes[modifier | modifier le code]

Parcours international[modifier | modifier le code]

Par son cosmopolitisme, sa maîtrise des langues[NB 13] et son parcours, Polanski est un réalisateur atypique à l'univers pluriel et cohérent[157]. La critique évoque chez lui une capacité à se renouveler tout en restant fidèle à certaines préoccupations esthétiques et thématiques[15]. La diversité des genres qu'il aborde et qu'il s'amuse parfois à confondre (thriller, film historique, drame psychologique, film noir, comédie, film fantastique), la maîtrise technique de ses films et ses audaces formelles en font une figure majeure du 7e art[15]. Ses courts métrages et Le Couteau dans l'eau sont contemporains du cinéma européen moderne dont il partage certains thèmes et motifs tout en revendiquant un style singulier, marqué par un sens aigu de la narration et une atmosphère malsaine[158]. Polanski apparaît avec l'émergence des nouveaux cinéastes d'Europe centrale dans les années 1960 parmi lesquels Andrzej Wajda et Jerzy Skolimowski, ses collègues et amis de l'école de Łódź[159].

Néanmoins, il outrepasse le cadre du cinéma polonais et prend part à d'autres courants de la cinématographie mondiale : avec Répulsion, Cul-de-sac et Le Bal des vampires, il participe au renouveau de l'industrie britannique[158]. Il devient ensuite l'une des figures de proue du Nouvel Hollywood grâce à Rosemary's Baby et Chinatown[158]. Avec Macbeth, Quoi ? et Le Locataire, il montre son esprit d'indépendance et son attachement au cinéma d'auteur européen[158]. Définitivement établi en France pour raisons judiciaires à partir de Tess, il profite de son prestige international pour collaborer avec plusieurs majors américaines et européennes. Il met sur pied des projets anglophones ambitieux et très coûteux dans lesquels il dirige de grandes stars (Harrison Ford, Sigourney Weaver, Johnny Depp, Jodie Foster...). Polanski bénéficie alors, en toute liberté et à distance, du confort de production d'Hollywood ou de modèles équivalents[158].

Gilles Jacob distingue « deux Polanski », « Le réalisateur audacieux des premiers films et des courts métrages. Et l'autre celui des grands films à vocation populaire [...]. L'un, inventeur de surprises, de formes cinématographiques, de trouvailles bizarres (les pommes de terre qui germent dans le frigo de Répulsion, les œufs de Cul-de-sac), l'autre, plus accompli peut-être, mais plus attendu aussi. »[160].

Œuvre et esthétique[modifier | modifier le code]

Roman Polanski, Emmanuelle Seigner et Mathieu Amalric au Festival de Cannes 2013 lors de la présentation de La Vénus à la fourrure.

Pessimiste et reliée aux traumatismes de l'enfance, son œuvre révèle une profonde unité car elle se veut une exploration du mal sous toutes ses facettes : persécution de l'innocence, corruption de l'homme face au pouvoir, triomphe des personnages machiavéliques, occultisme, agression, régression mentale, ambiguïté sexuelle[161]… Elle illustre les passions excessives et les tréfonds les plus noirs de l'âme humaine ainsi que les méandres de l'oppression psychologique[161]. Le réalisateur crée un univers cérébral et tortueux dans lequel se côtoient un ton absurde, ironique et paranoïaque et plusieurs visions fantastiques[161]. Dans ses fictions marquées par l'inquiétante étrangeté, l'individu, à la fois victime de ses actions, du monde extérieur et de son entourage, peut basculer à tout moment dans la folie, la mort ou l'autodestruction[161]. Dès le début de sa carrière, il alterne adaptations littéraires ou théâtrales et scénarios originaux. Après la disparition de Gérard Brach, son ami et co-scénariste attitré, il ne signe plus que des adaptations. Même si Libération déclare que Polanski ne fut qu'un adaptateur, les films « originaux » étant des relectures d'imaginaires et de formes préexistants (aucun film n'est cité dans l'article même si la définition correspond bien à Chinatown, Pirates, Le Bal des Vampires…)[162]. Sa vision du monde est rapprochée de Franz Kafka et son style de la Mitteleuropa pour son mélange de bizarrerie, de bouffonnerie et de noirceur[163]. Toutefois, l'empreinte du cinéma classique hollywoodien et des comédies noires anglaises des années 1950 est également notable[163].

Ses longs métrages se distinguent par un découpage minutieux, une économie des mouvements de caméra et une composition sophistiquée (distorsion des perspectives, cadrages étouffants, lumière stylisée, disproportion entre les objets du décor et la position des acteurs etc.)[158]. La bande sonore se veut plate et s'attache à reconstituer des détails apparemment sans importance au détriment d'une mise en relief plus globale[158]. Ses génériques, souvent confiés à de grands graphistes (Jan Lenica, Maurice Binder, André François, Jean-Michel Folon), réfléchissent la nature administrative, nominative, de ses récits.

On retrouve, dans ses films, un goût de la difformité, du grotesque et de l'humour noir[158]. En plus de Kafka, des analogies sont établies avec Samuel Beckett, Witold Gombrowicz, Bruno Schulz, Jérôme Bosch, Pierre Bruegel l'Ancien, Vincent van Gogh, Fritz Lang, Federico Fellini, Orson Welles et Billy Wilder qu'il considère comme des influences majeures[158],[164],[165],[166]. La critique cite également l'empreinte du Limier de Joseph L. Mankiewicz sur La Vénus à la fourrure[NB 14],[167]. Polanski évoque par ailleurs la découverte déterminante, dans sa jeunesse, de Huit heures de sursis de Carol Reed, Hamlet de Laurence Olivier et la peinture de Jan van Eyck[168]. S'il parle d'Orson Welles comme d'un « héros de cinéma »[169], il dit en revanche avoir été peu inspiré par Alfred Hitchcock sauf pour Répulsion car Psychose avait à l'époque lancé la mode des thrillers schizophréniques[170].

À partir de Chinatown, ses mises en scène passent à un classicisme apaisé mais gardent le climat sombre ou inquiétant, le pessimisme fondamental et le perfectionnisme plastique des débuts[157]. Selon lui, Le Pianiste marque une rupture par sa volonté d'abandonner tous les « effets de cinéma » antérieurs[171]. Polanski a alors souhaité raconter une histoire difficile sur ton sobre et épuré, exigeant que « le réalisateur s'efface pour garder la bonne distance. »[171]. Pour les images du film, il a puisé dans ses souvenirs d'enfance et son expérience traumatique du ghetto afin d'être au plus près de la réalité[171]. Aujourd'hui, il considère Le Pianiste comme son film le plus abouti[172]. Pirates et Oliver Twist s'inscrivent, quant à eux, dans un cadre à part comme hommage nostalgique au cinéma hollywoodien d'antan, avec un message presque optimiste[173].

Grand découvreur de talents (Nastassja Kinski, Emmanuelle Seigner, Adrian Brody...), Polanski est également connu pour montrer ses acteurs sous un jour nouveau : le jeu des vedettes qu'il dirige révèle souvent une facette inattendue ou plus opaque[157].

Thématique[modifier | modifier le code]

Parmi les thèmes privilégiés du réalisateur, on retrouve essentiellement :

  • La perversion, le malsain
  • L'étrange, le dissonant
  • L'élégance
  • Le corps et la puissance physique.

La cruauté du destin de ses personnages est mise en œuvre avec un plaisir pervers dans un contexte culturel se voulant relevé, élitaire ou sophistiqué, ce qui accentue précisément l'impression de malaise. Ses films se situent souvent dans un univers clos et théâtralisé dont la représentation est déréalisée par l'intervention de la violence ou de l'irrationnel (l'appartement dans Répulsion, Rosemary's Baby, Le Locataire, Lunes de fiel et Carnage, l'auberge d'Europe centrale et le château médiéval dans Le Bal des vampires, le manoir entre ciel, terre et mer de Cul-de-sac, le voilier du Couteau dans l'eau, la villégiature en haut de falaise dans La Jeune Fille et la mort, le ghetto de Varsovie dans Le Pianiste, la maison insulaire de The Ghost Writer, la salle de théâtre dans La Vénus à la fourrure…). La frontière entre réalité, hallucination, monde quotidien et cauchemar est abolie[158].

Lorsqu'il est amené à filmer la nature, Polanski cherche à lui donner une dimension picturale et fait en sorte qu'elle rappelle la campagne polonaise de son enfance (Tess, Oliver Twist)[157],[158]. Par ses derniers films dans lesquels il réduit ostensiblement ses budgets colossaux (Carnage, La Vénus à la fourrure), il appelle de ses vœux à une nouvelle fusion entre théâtre et cinéma afin de retrouver des histoires plus simples et émouvantes, sans les artifices, la complexité ou l'extrême violence des productions majoritaires[174].

Les principales caractéristiques de son œuvre sont donc[175] :

  • Les intrigues fantastiques
  • Les appartements maléfiques et les huis clos
  • La folie
  • Le cauchemardesque et le délire
  • Le complot
  • La paranoïa
  • L'anomie
  • L'aliénation
  • La barbarie
  • Le point de vue des victimes et des dominés dans l'Histoire
  • La perte de l'innocence
  • L'enfance bafouée
  • La dialectique maître-esclave
  • L'ambiguïté du mal et du rapport entre victime et bourreau
  • La relation au monde extérieur ou à autrui vécue comme une effraction ou une violation
  • L'humour noir
  • Le tragique absurde
  • Un jeu sur les noms ou la manière de nommer
  • Un goût prononcé pour le baroque
  • Le satanisme

Méthodes de travail[modifier | modifier le code]

Polanski est connu pour être un cinéaste très énergique et minutieux, obsessionnellement attentif au moindre détail[158]. Contrairement à plusieurs de ses confrères, il revendique une parfaite connaissance des caméras, de l'optique et du son : ses compétences dépassent souvent celles de ses techniciens dont il serait en mesure d'occuper la fonction[158]. Ses savoirs ont été acquis lors de sa formation en école de cinéma où il dut tourner à tous les postes sur les courts métrages de ses camarades[158]. Il eut également pour exercice d'analyser et de reproduire les plans de classiques du cinéma[158]. Le cinéaste vante régulièrement l'enseignement de ses professeurs de Łódź qui l'encourageaient à approfondir ses compétences pratiques[158]. Par ailleurs, ceux-ci l'incitaient à trouver instinctivement les compositions révélatrices de son style[176]. Polanski explique que certains cours étaient obligatoires sous peine de renvoi et que les leçons de photographie étaient primordiales[171]. L'idée fondamentale qu'il a retenue est que le cinéma, « est une longue série de photos qui défilent au rythme de 24 images par seconde. Ce qu'on voit sur l'écran n'est rien d'autre qu'une photo, suivie d'une autre photo, etc. Ce n'est pas la réalité. Il faut toujours garder ça à l'esprit. »[171]. Revendiquant, en ce sens, une approche extrêmement cadrée de la mise en scène, il a toujours refusé d'être rapproché de la Nouvelle Vague française[NB 15] dont il déplore le manque de professionnalisme et la méconnaissance technique[163],[177],[178].

À l'exception du Pianiste et d'Oliver Twist, qu'il a tout de même supervisés, Polanski a rédigé seul ou co-écrit le scénario de tous ses longs métrages, estimant que la phase d'écriture constitue une partie de la mise en scène[171]. S'il n'est pas crédité comme auteur au générique de Chinatown en raison des accords entre syndicats professionnels américains, il a toutefois décidé des axes dramatiques majeurs du film (la scène d'amour entre les protagonistes, le dénouement tragique), entrant en conflit avec le scénariste attitré Robert Towne[171]. Comme ancien élève des Beaux-Arts, Polanski fonctionne par croquis ou dessins humoristiques pour visualiser scènes et personnages, à l'instar de Fellini[170].

Adepte du cinéma de studio, notamment pour l'importance qu'il donne au décor, Polanski utilise plusieurs trucages de pointe et des incrustations numériques dans ses dernières réalisations[157]. Il fait souvent appel aux progrès des industries techniques comme ce fut le cas pour l'utilisation de la Louma sur Le Locataire ou de la technologie Dolby System sur Tess qui n'était pas encore maîtrisée en France[179].

Extrêmement exigeant et désireux de garder le contrôle absolu sur ses films, de l'écriture à la distribution, en passant par le montage et le mixage, Polanski demande à ses comédiens et ses collaborateurs un engagement total : il se démarque par une manière très physique d'occuper le lieu de tournage et par une direction d'acteurs autoritaire qui lui a valu des frictions notables avec John Cassavetes, Jack Nicholson, Faye Dunaway, Johnny Depp ou encore Ewan McGregor[157],[180]. Il évite tant que possible les storyboards[171]. Généralement, il prépare ses interprètes en incarnant devant eux tous les rôles et établit, quand il le peut, son découpage de plans aux répétitions, lorsqu'il les voit évoluer sur le plateau[171],[166]. Emmanuelle Seigner explique qu'il met beaucoup de temps à composer ses plans et règle de manière millimétrique ses cadres, sur le modèle de Fritz Lang et Orson Welles[181]. Elle ajoute qu'il inscrit le corps de l'acteur dans ses images avec « une redoutable précision, déterminant avec fermeté la place de la tête, la courbure du cou ou le positionnement des doigts. Pourtant, dans le même temps, il laisse une liberté absolue dans le jeu. »[181].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Prochainement
  • Prévu pour 2018 : The Dreyfus Affair, qui aura pour sujet l'affaire Dreyfus[182].

Acteur[modifier | modifier le code]

Nota bene : Roman Polanski ne se crédite jamais comme acteur dans ses propres films comme Le Bal des vampires, Quoi ? et Le Locataire.

Scénariste[modifier | modifier le code]

Producteur[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Opéra[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Roman Polanski a reçu plusieurs récompenses au cours de sa carrière, dont un Oscar, trois Golden Globes, une Palme d'or au Festival de Cannes, trois BAFTA, un Ours d'or au Festival de Berlin et huit César. Il est également commandeur dans l'Ordre des Arts et des Lettres[183].

Roman Polanski se rendant au déjeuner des nommés de la 36e cérémonie des César de 2011.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Honneurs[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

Box-office des films réalisés par Roman Polanski
Film Budget Drapeau des États-Unis États-Unis Drapeau de la France France Monde Monde
Le Couteau dans l'eau (1962) NC NC 107 266 entrées NC
Répulsion (1965) 300 000 $ NC 520 361 entrées NC
Cul-de-sac (1966) NC NC 312 099 entrées NC
Le Bal des vampires (1967) 2 000 000 $ NC 3 411 078 entrées NC
Rosemary’s Baby (1968) 3 200 000 $ 33 400 000 $ 1 320 288 entrées NC
Macbeth (1971) 3 100 000 $ NC 164 729 entrées NC
Quoi ? (1972) NC NC 395 040 entrées NC
Chinatown (1974) 6 000 000 $ 23 169 837 $ 1 822 631 entrées NC
Le Locataire (1976) NC 1 924 733 $ 534 637 entrées NC
Tess (1979) 11 000 000 $ 20 093 330 $ 1 912 948 entrées NC
Pirates (1986) 40 000 000 $ 1 641 825 $ 1 939 268 entrées NC
Frantic (1988) 20 000 000 $ 17 637 950 $ 1 293 721 entrées NC
Lunes de fiel (1992) 5 000 000 $ 1 862 805 $ 764 956 entrées NC
La Jeune Fille et la Mort (1994) 12 000 000 $ 2 104 000 $ 408 628 entrées NC
La Neuvième Porte (1999) 38 000 000 $ 18 531 411 $ 1 425 170 entrées 58 271 973 $
Le Pianiste (2003) 35 000 000 $ 32 572 577 $ 1 594 548 entrées 120 066 587 $
Oliver Twist (2005) 60 000 000 $ 2 080 321 $ 1 513 871 entrées 42 487 287 $
The Ghost Writer (2010) 45 000 000 $ 15 541 549 $ 1 081 016 entrées 60 222 298 $
Carnage (2011) 25 000 000 $ 2 547 047 $ 437 278 entrées 27 603 069 $
La Vénus à la fourrure (2013) 7 848 422 373 605 $ 264 029 entrées 4 872 082 $
D'après une histoire vraie (2017) 12 960 000 NC 108 374 entrées 882 688 $
  • Sources : JPBox-Office.com[184] et BoxOfficeMojo.com[185]
  • Légendes : Budget (entre 1 et 10 M$, entre 10 et 100 M$ et plus de 100 M$), États-Unis (entre 1 et 50 M$, entre 50 et 100 M$ et plus de 100 M$), France (entre 100 000 et 1 M d'entrées, entre 1 et 2 M d'entrées et plus de 2 M d'entrées) et Monde (entre 1 et 100 M$, entre 100 et 200 M$ et plus de 200 M$).

Publications[modifier | modifier le code]

  • (en) Roman Polanski, Roman Polanski's What?, Londres, Lorrimer. 106 pages, 1973 (ISBN 978-0-85647-033-2) et What?, New York, Third Press, 91 pages, 1973 (ISBN 978-0-89388-121-4)
  • (en) Three Film Scripts, Cul-de-sac [scénario original de Roman Polanski et Gérard Brach], Repulsion [scénario original de Roman Polanski et de Gérard Brach], Knife in the Water [Le Couteau dans l'eau, scénario original de Jerzy Skolimowski, Jakub Goldberg et Roman Polanski], introduction et traduction par Boleslaw Sulik, New York, Fitzhenry and Whiteside, 1975. 275 pages (ISBN 978-0-06-430062-9)
  • Le Locataire (scénario adapté par Gérard Brach et Roman Polanski, d'après le roman de Roland Topor : Le Locataire chimérique), Paris, L'Avant-Scène, 1976.
  • Roman Polanski, Roman par Polanski, Paris, Robert Laffont, , 502 p. (ISBN 2-221-00803-0)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Robert Evans marque les années triomphales de la Paramount dans les années 1970 grâce au premier opus de la saga des Parrain réalisée par Francis Ford Coppola ou à Love Story d'Arthur Hiller, qu'il a tous deux financés. Un documentaire sorti en salles en 2005 lui a d'ailleurs été consacré : The Kid stays in the picture (en). Le travail d'Evans consistait à laisser une très grande liberté au metteur en scène, contrairement à l'ensemble des majors américaines. Polanski s'en est expliqué dans plusieurs entretiens, notamment dans celui accordé à la chaîne franco-allemande Arte en décembre 2006. Evans a d'ailleurs supporté ses colères sur le plateau, l'a soutenu dans ses altercations avec John Cassavetes et a accepté des prolongations de tournage jusqu'à se brouiller personnellement avec Mia Farrow, engagée sur un autre projet avec son mari de l'époque Frank Sinatra, projet qu'elle abandonne finalement pour finir le film et qui sera l'une des causes de leur divorce (épisode relaté par Evans lui-même dans The Kid stays in the picture).
  2. Le cinéaste avait entretenu une idylle, à partir de 1976, avec Nastassja Kinski. La comédienne avait alors 15 ans. Tous deux ont un temps démenti leur relation.
  3. Samantha Geimer écrit dans son autobiographie : « Je fumais beaucoup, prenais des acides à l'occasion, consommais énormément de speed, et j'étais passée à la cocaïne et au Quaalude »
  4. Le film sera par la suite réalisé en 1979 par Jan Troell sous le titre L'Ouragan.
  5. Le juge Rittenband informe officieusement l'avocat de Polanski et le procureur Roger Gunson que la peine à « durée indéterminée » qu'il prévoit pour Polanski sera en réalité de quarante-huit jours s'il accepte de quitter définitivement les États-Unis
  6. Des emails du juge Fidler dévoilés en 2014 par The New York Times indiquent que si le réalisateur était retourné aux États-Unis lors de son procès, le magistrat aurait pu être contraint de le libérer, en raison de la conduite du juge Rittenband. Les courriels dévoilent également les craintes du juge Fidler : « Depuis que la loi était de son côté avec le traitement de l'affaire par Rittenband, j'étais convaincu que j'étais grillé si jamais il revenait et que ma carrière serait terminée. Au cours de ces années, j'ai dit à plusieurs juges que j'avais de la peine pour eux, de la peine qu'il aient à juger ce cas ».
  7. D'autres journaux s'interrogent les raisons de cette arrestation. Dans son édition du , le Los Angeles Times parle sur le coût de celle-ci et juge curieux que le district attorney du comté de Los Angeles, alors que l'État de Californie est en proie à des difficultés financières et à une surpopulation carcérale, cherche à boucler Polanski pour une affaire vieille de trente-deux ans et alors même que la victime a exprimé le souhait que les poursuites cessent.
  8. Plusieurs personnalités, dont Martin Scorsese, David Lynch, Darren Aronofsky, Jeanne Moreau ou encore Monica Bellucci manifestent leur soutien à Roman Polanski au moment de son arrestation. Une pétition en soutien au réalisateur est rendue publique sur le site La règle du jeu et dévoile plus de 400 noms, dont Isabelle Adjani, Paul Auster, Pascal Bruckner, Patrice Duhamel, Isabelle Huppert, Milan Kundera, Yann Moix, Salman Rushdie, Barbet Schroeder, Mathilde Seigner, Jean-Pierre Thiollet, Danièle Thompson et Henri Tisot
  9. L'article 22 du traité prévoit qu'il « s'applique pour tous les faits commis avant ou après son entrée en vigueur » sauf lorsque la procédure d'extradition a été lancée avant son entrée en vigueur, auquel cas un traité de 1900 doit être appliqué.
  10. Selon Widmer-Schlumpf, le procès-verbal devait permettre d’apprécier si « les quarante-deux jours que Roman Polanski avait passés dans la division psychiatrique d’une prison californienne couvraient la totalité de la peine d’emprisonnement qu’il devait exécuter ». Le , le procureur chargé de l'affaire en 1977, Roger Gunson, avait déclaré sous serment que le défunt juge Rittenband avait bien déclaré à toutes les parties que la peine de prison au pénitencier de Chino correspondait à la totalité de la peine que Polanski devait et a exécuté
  11. Les avocats polonais de Polanski, Mes Jerzy Stachowicz et Jan Olszewski, expliquent à la presse que leur ligne de défense consiste à « démontrer que la demande d'extradition n'est pas fondée ».
  12. Le , Samantha Geimer avait adressé une lettre à la procureure du comté, Jackie Lacey, et à son adjointe, Michele Hanisee, dans laquelle elle écrivait : « Les cas impliquant des célébrités ne devraient pas être utilisés à mauvais escient par ceux comme vous qui cherchent la célébrité et des promotions pour leur carrière. Vous et ceux avant vous ne m’avez jamais protégée, vous m’avez traitée avec mépris, utilisant un crime commis contre moi pour faire avancer votre carrière ».
  13. Outre le polonais et le français, Polanski parle couramment l'anglais, l'italien, l'espagnol et le russe. Ses courts et son premier long métrage Le Couteau dans l'eau ont été tournés en polonais. Quoi ? a été tourné en italien et La Vénus à la fourrure en français bien que la pièce dont il est adapté soit en langue anglaise. Toutes ses autres réalisations ont été tournées en anglais.
  14. Les deux films sont des adaptations théâtrales et des huis-clos à deux personnages, centrés sur le rapport de forces, le jeu, la duplicité et la manipulation.
  15. Dans ses mémoires, Polanski déclare : « On réalisait des films pour presque rien, et le plus souvent fort mal, sous la responsabilité de jeunes amateurs sans expérience. [...] Le snobisme intellectuel jouait aussi son rôle. Répugnant à passer pour des béotiens, les critiques encensaient des films "cérébraux" qui n’étaient pas seulement mal ficelés et lents, mais encore prétentieux et soporifiques. Je ne fis jamais partie de cette "Nouvelle Vague" et ne désirais pas en être. Je me voulais trop professionnel - et j'étais trop perfectionniste. Si je jugeai charmant Les Quatre Cents Coups de Truffaut et séduisant À bout de souffle de Godard, les autres films, en dehors des premières œuvres de Claude Chabrol, m’effaraient par leur amateurisme et leur pauvreté technique. Assister à leur projection était pour moi une torture insupportable. ». En 2013, il explique aux Inrocks ce qui le sépare de la Nouvelle Vague : « J'ai été formé par un autre modèle, plus hollywoodien. L'école de Łódź était inspirée par le cinéma soviétique, et le cinéma soviétique venait d'Hollywood. Avant de tomber définitivement dans l’absurdité totale, les Soviétiques envoyaient leurs réalisateurs à Hollywood pour apprendre les techniques américaines afin de construire leur propre industrie cinématographique. En apprenant mon métier, j'ai acquis par capillarité des gènes hollywoodiens. Quand je suis venu pour la première fois à Hollywood pour tourner Rosemary's Baby, je me sentais parfaitement à l’aise. ».
  16. Motivation du jury: Avec son film La Vénus à la fourrure, Roman Polanski atteint le sommet de son art de la mise en scène des duels psychologiques, débuté il y a plus de 50 ans déjà avec « Le Couteau dans l’eau » (Nóż w wodzie). Porté par un duo d’acteurs de talent (Emmanuelle Seigner et Mathieu Amalric), Polanski réussi avec ce film une formidable adaptation des jeux de rôles et de pouvoir du roman de Leopold Sacher-Masoch.

Références[modifier | modifier le code]

Roman par Polanski[modifier | modifier le code]

  1. p. 292.
  2. p. 365.
  3. p. 367.
  4. p. 368.
  5. p. 378.
  6. p. 380.
  7. a et b p. 385.
  8. p. 386.
  9. p. 387.
  10. p. 398.
  11. p. 406.
  12. p. 409.
  13. p. 410.
  14. p. 487.
  15. p. 360.
  16. p. 417.
  17. p. 419.
  18. p. 427.
  19. p. 441.
  20. p. 443.
  21. p. 444.
  22. p. 465.
  23. p. 466.
  24. p. 468.

Roman Polanski : une rétrospective[modifier | modifier le code]

  1. p. 104.
  2. p. 99.
  3. p. 111.
  4. p. 108.
  5. p. 116.
  6. p. 121.
  7. p. 130.
  8. p. 132.
  9. p. 184.
  10. a, b et c p. 149.
  11. p. 145.
  12. p. 267.
  13. p. 156.
  14. a et b p. 160.
  15. p. 172.
  16. a et b p. 183.
  17. p. 186.
  18. p. 185.
  19. p. 193.
  20. p. 198.
  21. p. 205.
  22. p. 206.
  23. a et b p. 208.
  24. p. 213.
  25. p. 220.
  26. p. 225.
  27. p. 233.
  28. p. 236.

The Girl : A Life in the Shadow of Roman Polanski[modifier | modifier le code]

  1. p. 29.
  2. p. 37.
  3. p. 178.
  4. a et b p. 49.
  5. p. 66.
  6. p. 81.
  7. p. 150.
  8. p. 94.

Autres[modifier | modifier le code]

  1. http://global.britannica.com/biography/Roman-Polanski
  2. (en) « Roman Polański », sur culture.pl, le 16 août 2013.
  3. « Nombreuses réactions à l'arrestation de Roman Polanski » (naturalisé français en 1976), sur L'Express, le 27 septembre 2009 (consulté le ).
  4. a et b Extrait de naissance (Paris) : no 12/3144/1933, sur Les gens du cinéma.com, le 27 avril 2014.
  5. (pl) « Roman Polański i Emmanuelle Seigner », sur znanepary.pl, le 26 décembre 2012.
  6. (ekk) Rita Makarova (membre de l'Association Pologne-Estonie), « Nädala juubilar Roman Polanski 80 » (Trad. : Roman Polanski, jubilaire de la semaine, 80 ans), sur Kesknädal, le 14 août 2013.
  7. (en) Roman Polanski Biography (1933-), FilmReference.com
  8. a, b, c, d, e et f Biographie : Roman Polanski 1933/1962, Roman-Polanski.net
  9. a et b Roman Polanski, interviewé par Christophe Carrière, « Roman Polansi : "Je ne suis pas une victime" », L'Express no 3253, semaine du 6 novembre 2013, pages 108-112.
  10. Emmanuelle Jardonnet, « Polanski revient à son Bal des vampires, version comédie musicale », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  11. a, b, c, d, e et f « Interview de Roman Polanski », entretien réalisé par Alain Keit, et Marcos Uzal dans Jacques Déniel, Alain Keit et Marcos Uzal, Jerzy Skolimowski : Signes particuliers, Yellow Now, , 256 p. (ISBN 978-2-87340-321-8), p. 45-46
  12. a, b et c Article consacré à Roman Polanski sur le site Cinétrange.com, consulté le 8 juillet 2011.
  13. Critique du Couteau dans l'eau sur Télérama.fr, consulté le 8 juillet 2011.
  14. [vidéo], Dailymotion « Interview de Roman Polanski à propos de La Neuvième Porte », consulté le 8 juillet 2011.
  15. a, b et c Article consacré à Roman Polanski dans Le Dictionnaire du cinéma : les réalisateurs (1895-1995) dirigé par Jean Tulard, éditions Robert Laffont, 1995, Paris, page 694
  16. Claude Beylie dans la fiche consacrée à Rosemary's Baby, in Les Films clés du cinéma, éditions Larousse, 1996, Paris
  17. a et b (en) « Complete National Film Registry Listing », sur Bibliothèque du Congrès (consulté le 5 octobre 2017).
  18. (en) Tom Burke, « The Restoration of Roman Polanski », sur Rolling Stone, (consulté le 5 octobre 2017).
  19. (en) Andrew Pulver, « Chinatown: the best film of all time », sur The Guardian, (consulté le 5 octobre 2017).
  20. Roman Polanski: Wanted and Desired de Marina Zenovich, HBO, 2008.
  21. Le Matin, « Nastassja Kinski souffle sa 50e bougie », consulté le 29 janvier 2011.
  22. Barbera Leaming, Polanski, A Biography: The Filmmaker as Voyeur, New York: Simon and Schuster (1981), p. 155.
  23. Didier Péron, « Toujours raccord avec Polanski », sur Libération, (consulté le 5 octobre 2017).
  24. [vidéo] TESS de Roman Polanski, César 1980 du Meilleur Film sur Vimeo
  25. [vidéo] Roman Polanski, César 1980 du Meilleur Réalisateur pour TESS sur Vimeo
  26. Hervé Gattegno, « La Nouvelle Aventure de Tintin », L'Obs, no 1478, publié le 3 mars 1993, p. 10-19.
  27. G. Jacob, Ibid, chapitre 54 « Till l'espiègle (un cas d'école) », page 292
  28. « Anecdotes du film Barton Fink », sur AlloCiné (consulté le 22 octobre 2017).
  29. Chloé Chambaret, « The Double de Roman Polanski - La Guerre des étoiles aux studios de Boulogne », sur Objectif Cinéma, (consulté le 5 octobre 2017).
  30. « Venise/Polémique Victoire Thivisol » [vidéo], sur ina.fr
  31. « Fanny ARDANT joue la CALLAS » [vidéo], sur ina.fr
  32. « Anecdotes du film La Neuvième Porte », sur AlloCiné (consulté le 5 octobre 2017).
  33. « Anecdotes du film Le Pianiste », sur AlloCiné (consulté le 5 octobre 2017).
  34. [vidéo] LE PIANISTE de Roman Polanski, César 2003 du Meilleur Film sur Vimeo
  35. [vidéo] Roman Polanski, César 2003 du Meilleur Réalisateur pour LE PIANISTE sur Vimeo
  36. [vidéo] Adrien Brody, César 2003 du Meilleur Acteur dans LE PIANISTE sur Vimeo
  37. [vidéo] Roman Polanski winning the Oscar® for Directing sur YouTube
  38. (en) « Polanski finally gets Oscar », sur BBC News, (consulté le 5 octobre 2017).
  39. a et b Emmanuelle Jardonnet, « Polanski revient à son « Bal des vampires », version comédie musicale », sur Le Monde, (consulté le 5 octobre 2017).
  40. Charlotte Lipinska, « Roman Polanski met la foi dans le «Doute» », sur 20 minutes, (consulté le 5 octobre 2017).
  41. (en) Michael Fleming, « Polanski propels ‘Pompeii’ », sur Variety, (consulté le 5 octobre 2017).
  42. Laëtitia Forhan, « Orlando Bloom et Scarlett Johansson visitent Pompéii », sur AlloCiné, (consulté le 5 octobre 2017).
  43. (en) Dave McNary, « Polanski pulls out of ‘Pompeii’ », sur Variety, (consulté le 5 octobre 2017).
  44. « "Chacun son cinéma" : 35 cinéastes fêtent le 60e Festival », sur L'Obs, (consulté le 16 octobre 2017).
  45. Clémentine Delignières, « Natalie Portman et Michelle Williams se crêpent le chignon », sur Les Inrocks, (consulté le 16 octobre 2017).
  46. « Dossier de presse de The Ghost Writer », sur Unifrance, (consulté le 5 octobre 2017).
  47. (en) Kate Connolly, « Roman Polanski wins best director prize in Berlin », sur The Guardian, (consulté le 5 octobre 2017).
  48. [vidéo] Roman Polanski, César 2011 du Meilleur Réalisateur pour The Ghost Writer sur Vimeo
  49. [vidéo] Robert Harris, Roman Polanski, César 2011 de la Meilleure Adaptation pour The Ghost Writer sur Vimeo
  50. Jean-Paul Chaillet, « Roman Polanski : «J'aime la difficulté» », sur Le Figaro, (consulté le 5 octobre 2017).
  51. AFP, « "Carnage": brillante comédie et ovation pour Roman Polanski à Venise », sur Le Parisien, (consulté le 5 octobre 2017).
  52. [vidéo] Yasmina Reza et Roman Polanski, César 2012 de la Meilleure Adaptation pour CARNAGE sur Vimeo
  53. (en) David Rooney, « Roman Polanski: A Film Memoir: Cannes Review », sur The Hollywood Reporter, (consulté le 21 novembre 2017).
  54. AFP, « Roman Polanski présente un film publicitaire », sur Le Monde, (consulté le 5 octobre 2017).
  55. « Dossier de presse de La Vénus à la fourrure », sur Unifrance, (consulté le 5 octobre 2017).
  56. (en) Kevin Jagernauth, « Mathieu Amalric Replaces Louis Garrel In Roman Polanski’s ‘Venus In Fur’ », sur Indiewire, (consulté le 5 octobre 2017).
  57. [vidéo] Roman Polanski, César 2014 du Meilleur Réalisateur pour LA VÉNUS À LA FOURRURE sur Vimeo
  58. Stéphane Boudsocq, « Roman Polanski s'intéresse à l'affaire Dreyfus pour son prochain film », sur RTL, (consulté le 5 octobre 2017).
  59. « Roman Polanski repousse le tournage de son film sur l'affaire Dreyfus », sur Le Parisien, (consulté le 5 octobre 2017).
  60. « Roman Polanski : son tout premier clip pour Emmanuelle Seigner », sur Le Figaro, (consulté le 5 octobre 2017).
  61. Christine Haas, « Roman Polanski se rappelle à nos bons souvenirs », sur Paris Match, (consulté le 5 octobre 2017).
  62. « Dossier de presse - De Méliès à la 3D : la machine cinéma », sur Cinémathèque française, (consulté le 9 novembre 2017).
  63. [vidéo] Conversation avec Roman Polanski sur Vimeo
  64. « Dossier de presse de D'après une histoire vraie », sur Festival de Cannes, (consulté le 5 octobre 2017).
  65. Matthias Debureaux et Guillaume Durand, Polanski — D'après une histoire vraie, Citizen K, , p. 74.
  66. Brigitte Baronnet, « Cannes 2017 - D'après une histoire vraie : le thriller de Roman Polanski laisse la critique de glace », sur AlloCiné, (consulté le 5 octobre 2017).
  67. Henry Arnaud, « Roman Polanski: «Je n'en veux pas du tout à la Suisse» », sur Le Matin, (consulté le 5 octobre 2017).
  68. Gauthier Jurgensen, « Box-office France : Thor 3 et deux films français toujours sur le podium », sur AlloCiné, (consulté le 9 novembre 2017).
  69. (en) Nick Holdsworth, « Roman Polanski Returns to Poland to Shoot Film About His Childhood », sur The Hollywood Reporter, (consulté le 21 novembre 2017).
  70. (en) Peter Bradshaw, « The Guardian profile: Roman Polanski », sur The Guardian, (consulté le 17 octobre 2017).
  71. (en) Ella Alexander, « Roman Polanski shares memories of murdered wife Sharon Tate: ‘I shall remain faithful to her till the day I die’ », sur The Independent, (consulté le 17 octobre 2017).
  72. a et b Jean-Pierre Bouyxou, « Eté 1969: Sharon Tate, le bal des vampires », sur Paris Match, (consulté le 17 octobre 2017).
  73. Olivier Rajchman, « Roman Polanski, un incroyable destin », sur L'Express, (consulté le 17 octobre 2017).
  74. a, b, c, d, e, f, g et h Marina Zenovich, Roman Polanski: Wanted and Desired, HBO, 2008
  75. a et b (en) Laurent Bouzereau, Roman Polanski: A Film Memoir,
  76. Clément Cuyer, « Roman Polanski vs. Vanity fair », sur AlloCiné, (consulté le 10 octobre 2017).
  77. (en) Claire Cozens, « Polanski wins libel case against Vanity Fair », sur The Guardian, (consulté le 10 octobre 2017).
  78. Clémence Forsans, « Emmanuelle Seigner dévoile le visage de ses deux enfants », sur Paris Match, (consulté le 17 octobre 2017).
  79. Christine Haas, « Roman Polanski se rappelle à nos bons souvenirs », sur Paris Match, (consulté le 17 octobre 2017).
  80. « Comment il a vécu dans son chalet suisse », sur Le Parisien, (consulté le 21 novembre 2017).
  81. « Gstaad, le discret refuge de Polanski », sur Europe 1, (consulté le 21 novembre 2017).
  82. a et b « La Pologne rouvre le dossier d’extradition de Roman Polanski », sur Le Monde, (consulté le 19 octobre 2017).
  83. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p et q (en) Jeffrey Toobin, « The Celebrity Defense », sur The New Yorker, (consulté le 19 octobre 2017).
  84. (en) « Interview with Samantha Geimer », sur CNN, (consulté le 19 octobre 2017).
  85. a, b et c (en) James Fox, « Roman “Holiday” », sur Vanity Fair, (consulté le 19 octobre 2017).
  86. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) « The People of the State of California Vs. Roman Raymond Polanski », sur haoui.com, (consulté le 19 octobre 2017).
  87. a et b Alain Frachon, « Un invraisemblable déraillement judiciaire au moment des faits », sur Le Monde, (consulté le 19 octobre 2017).
  88. (en) « Polanski Flies to Paris as Officials In U.S. Ponder Prosecution Move », sur The New York Times, (consulté le 19 octobre 2017).
  89. « Pour les Etats-Unis, Polanski, c'est trente ans de cavale... », sur Le Monde, (consulté le 19 octobre 2017).
  90. (en) Nick Allen, « Roman Polanski: timeline of US attempts to capture director », sur The Telegraph, (consulté le 19 octobre 2017).
  91. (en) Jonathan Romney, « Roman Polanski: The truth about his notorious sex crime », sur The Independent, (consulté le 19 octobre 2017).
  92. a et b (en) Corina Knoll, Marisa Gerber et Rebecca Keegan, « Roman Polanski's court request could shed light on decades-long case », sur The Los Angeles Times, (consulté le 19 octobre 2017).
  93. (en) Michael Cieply, « Emails Raising Questions About the Polanski Case », sur The New York Times, (consulté le 19 octobre 2017).
  94. (en) Samantha Geimer, « Judge the Movie, Not the Man », sur The Los Angeles Times, (consulté le 19 octobre 2017).
  95. (en) « Interview with Samantha Geimer », sur CNN, (consulté le 19 octobre 2017).
  96. Jean-Luc Douin, « "L'avocat de Polanski ne s'était jamais exprimé. J'ai mis trois ans à le convaincre de parler », sur Le Monde, (consulté le 19 octobre 2017).
  97. Juliette Bénabent, « Roman Polanski : Wanted and Desired », sur Télérama, (consulté le 19 octobre 2017).
  98. Jacques Mandelbaum, « "Roman Polanski : Wanted and Desired" : au cœur du procès Polanski », sur Le Monde, (consulté le 19 octobre 2017).
  99. (en) Michael Cieply, « Film Cited in Request to Dismiss Polanski Case », sur The New York Times, (consulté le 19 octobre 2017).
  100. (en) Ben Child, « Polanski victim offers to take his place in court », sur The Guardian, (consulté le 19 octobre 2017).
  101. (en) Paul Vercammen et Ann O'Neill, « Judge says Polanski must appear to get ruling », sur CNN, (consulté le 19 octobre 2017).
  102. (en) « Judge turns down Polanski request », sur BBC, (consulté le 19 octobre 2017).
  103. (en) Roman Polanski gets Zurich film festival award after two-year wait - The Guardian, 28 septembre 2011
  104. « Le cinéaste Roman Polanski arrêté à Zurich », sur Le Monde, (consulté le 19 octobre 2017).
  105. Fati Mansour, « La procédure qui attend Roman Polanski », sur Le Temps, (consulté le 19 octobre 2017).
  106. (en) Patrick Goldstein, « Polanski an odd priority for DA », sur The Los Angeles Times, (consulté le 19 octobre 2017).
  107. « Pétition pour Polanski signée par Allen, Scorsese et Lynch », sur L'Obs, (consulté le 19 octobre 2017).
  108. La Rédaction, « Polanski : la pétition », sur La Règle du jeu, (consulté le 19 octobre 2017).
  109. « Pourquoi, en France, vous le soutenez, Polanski? », sur Libération, (consulté le 19 octobre 2017).
  110. « Arrestation de Polanski: des voix discordantes troublent le concert de soutiens », sur L'Obs, (consulté le 19 octobre 2017).
  111. « Traité d’extradition entre la Confédération Suisse et les Etats-Unis d’Amérique », sur Conseil fédéral (Suisse) (consulté le 19 octobre 2017).
  112. « Affaire Polanski: la Suisse se défend », sur Le Figaro, (consulté le 19 octobre 2017).
  113. (en) « Polanski arrest cues mixed emotions », sur Swissinfo, (consulté le 19 octobre 2017).
  114. « La classe politique suisse approuve l'arrestation de Roman Polanski », sur Le Point, (consulté le 19 octobre 2017).
  115. « Polanski libéré sous caution contre 3 millions d'euros », sur L'Express, (consulté le 19 octobre 2017).
  116. « Polanski pourrait être extradé vers les Etats-Unis », sur Le Monde, (consulté le 19 octobre 2017).
  117. Roman Polanski, « Je ne peux plus me taire ! », sur La Règle du jeu, (consulté le 19 octobre 2017).
  118. « Polanski ne sera pas extradé », sur Le Journal du dimanche, (consulté le 19 octobre 2017).
  119. « Roman Polanski est libre », sur Le Temps, (consulté le 19 octobre 2017).
  120. (en) « People of the State of California Vs. Roman Raymond Polanski », sur Los Angeles Superior Court, (consulté le 19 octobre 2017).
  121. « Polanski: "notice rouge" d'Interpol », sur Le Figaro, (consulté le 19 octobre 2017).
  122. [vidéo] Samantha Geimer: 'Why I Forgave Roman Polanski' Good Morning Britain sur YouTube
  123. a et b Doan Bui, « Affaire Polanski : "Il m'a violée, merde !" », sur L'Obs, (consulté le 19 octobre 2017).
  124. (en) Emma Brockes, « Samantha Geimer on Roman Polanski: 'We email a little bit' », sur The Guardian, (consulté le 19 octobre 2017).
  125. Cyril Coantiec, « Roman Polanski poursuivi par les États-Unis : retour sur l'affaire », sur Le Figaro, (consulté le 19 octobre 2017).
  126. (en) Leo Barraclough, « U.S. Renews Efforts to Extradite Roman Polanski from Poland », sur Variety, (consulté le 5 octobre 2017).
  127. « Extradition de Polanski: le réalisateur au tribunal pendant neuf heures », sur L'Express, (consulté le 19 octobre 2017).
  128. « La justice polonaise refuse d’extrader Polanski aux Etats-Unis », sur Le Monde, (consulté le 19 octobre 2017).
  129. « La Cour suprême de Pologne refuse l’extradition de Polanski vers les Etats-Unis », sur Le Monde, (consulté le 19 octobre 2017).
  130. « Roman Polanski souhaite retourner aux Etats-Unis pour clore l’affaire de viol », sur Le Monde, (consulté le 19 octobre 2017).
  131. (en) Ashley Cullins, « Roman Polanski's Victim Writes Scathing Letter to DA Amid State Bar Complaint », sur The Hollywood Reporter, (consulté le 5 octobre 2017).
  132. « Samantha Geimer, la victime de Roman Polanski, demande l'arrêt des poursuites », sur HuffPost, (consulté le 19 octobre 2017).
  133. (en) Gene Maddaus, « Roman Polanski’s Effort to Dismiss Rape Case Rebuffed Again by Judge », sur Variety, (consulté le 5 octobre 2017).
  134. « Un juge américain refuse de clore les poursuites contre Polanski pour agression sexuelle », sur Le Monde, (consulté le 19 octobre 2017).
  135. « Roman Polanski: "Pourquoi je viens à Locarno" », sur Radio télévision suisse, (consulté le 19 octobre 2017).
  136. Pauline Le Gall, « Roman Polanski renonce à aller au festival de Locarno », sur Le Figaro, (consulté le 19 octobre 2017).
  137. Gauthier Jurgensen, « César 2017 : Roman Polanski président ! », sur AlloCiné, (consulté le 5 octobre 2017).
  138. « Polanski renonce à la présidence des César », sur Paris Match, (consulté le 17 octobre 2017).
  139. (en) William Earl, « Roman Polanski’s Rape Victim Says She’s Being ‘Used’ By Advocates: ‘Nobody Wants Me To Be Fine’ », sur Indiewire, (consulté le 5 octobre 2017).
  140. (en) « Roman Polanski's Rape Victim Says Worse Things Happen in Life ... Set Him Free », sur TMZ, (consulté le 19 octobre 2017).
  141. Sarah Lecoeuvre, « La Cinémathèque française met à l'honneur Roman Polanski et provoque l'indignation », sur Le Figaro, (consulté le 9 novembre 2017).
  142. Gauthier Jurgensen, « Roman Polanski : la rétrospective est maintenue par La Cinémathèque française », sur AlloCiné, (consulté le 9 novembre 2017).
  143. Titouan Gourlin, « À la Cinémathèque, Polanski dénonce les «zinzins» qui voudraient détruire son œuvre », sur Le Figaro, (consulté le 9 novembre 2017).
  144. Thierry Fiorile, « Rétrospective Polanski à la Cinémathèque : "Les films sont perpétuels, en dépit de certains zinzins", déclare le réalisateur », sur France Info, (consulté le 9 novembre 2017).
  145. « Roman Polanski répond aux accusations de Marianne Barnard », sur Vanity Fair, (consulté le 23 octobre 2017).
  146. Elisabeth Philippe, « Qui veut la peau de Roman Polanski? », sur Paris Match, (consulté le 17 octobre 2017).
  147. « Un des avocats de Polanski menace l'actrice Charlotte Lewis de poursuites », sur Le Point, (consulté le 19 octobre 2017).
  148. « Charlotte Lewis: «Je voulais être la maîtresse de Roman Polanski» », sur Libération, (consulté le 19 octobre 2017).
  149. « Polanski: Lewis vendait son corps », sur Le Journal du dimanche, (consulté le 19 octobre 2017).
  150. (en) Gene Maddaus, « Roman Polanski’s Attorney Blasts Gloria Allred for Interfering in 40-Year-Old Rape Case », sur Variety, (consulté le 5 octobre 2017).
  151. (en) Sophie Haigney, « Roman Polanski Accused of Rape by Former German Actress », sur The New York Times, (consulté le 19 octobre 2017).
  152. « Roman Polanski accusé pour la quatrième fois d’agression sexuelle sur mineure », sur Le Monde, (consulté le 19 octobre 2017).
  153. « Les accusations de viol d’une ex-actrice contre Roman Polanski sont prescrites, juge la justice suisse », sur Le Monde, (consulté le 9 novembre 2017).
  154. (en) Emma Parry, « POLANSKI’S NEW ACCUSER Female artist claims Roman Polanski sexually abused her aged 10, after photographing her naked draped in a fur coat », sur The Sun, (consulté le 5 octobre 2017).
  155. a et b (en) Emma Parry, « Five MORE women come forward to accuse disgraced movie director Roman Polanski of sexual assault », sur The Sun, (consulté le 9 novembre 2017).
  156. (en) Amy Spiro, « Roman Polanski files NIS 1.5m. libel suit against Israeli man », sur The Jerusalem Post, (consulté le 7 décembre 2017).
  157. a, b, c, d, e et f [vidéo] « Le cinéma de Roman Polanski », Canal Play,‎ (lire en ligne)
  158. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o et p Table ronde, « À quoi reconnaît-on le cinéma de Roman Polanski ? », France Inter,‎ (lire en ligne)
  159. Francis Vanoye, Francis Frey, Anne Goliot-Lété Le Cinéma, repères pratiques, éditions Nathan, 1998, Paris, chapitre « Modernités européennes à l'Est dans les années 60 », page 29.
  160. Gilles Jacob, La Vie Passera comme un rêve, éditions Robert Laffont, 2009, Paris, chapitre 57 « Apprendre (suite) », page 301.
  161. a, b, c et d Biographie de Roman Polanski sur le site de la Cinémathèque française, consulté le 25 juillet 2013.
  162. « D'après une histoire vraie, mauvais roman », sur Libération,
  163. a, b et c Frédéric Bonnaud et Serge Kaganski, « Roman Polanski: "Il me faut des défis, sinon je me fais chier" », Les Inrocks,‎ (lire en ligne)
  164. [vidéo], Youtube « Interview de Roman Polanski par Thierry Ardisson », consulté le 20 juillet 2013.
  165. [vidéo], Ina.fr « Les grands metteurs en scène dans l'émission Apostrophes », consulté le 25 juillet 2013.
  166. a et b [vidéo], Youtube « Interview de Roman Polanski par Darius Rochebin dans l'émission Pardonnez-moi en 2011 », consulté le 25 juillet 2013.
  167. Franck Nouchi, « La Vénus à la fourrure : une jubilatoire partie de cache-cache, avec Roman Polanski à la baguette », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  168. Christophe Carrière, « Roman Polanski : "Je pense que les choses arrivent comme elles doivent" », L'Express,‎ (lire en ligne)
  169. [vidéo], Ina « Interview de Roman Polanski par Thierry Ardisson (1986) », consulté le 13 mai 2014.
  170. a et b [vidéo], Youtube « Propos de François Truffaut sur Alfred Hitchock dans l'émission Apostrophe », consulté le 25 juillet 2013.
  171. a, b, c, d, e, f, g, h et i Jean-Pierre Lavoignat, « La leçon de cinéma de Roman Polanski », L'Express,‎ (lire en ligne)
  172. [vidéo], Youtube « Interview de Roman Polanski (Cannes, 2013) », consulté le 15 mai 2014.
  173. Roman Polanski sur Écrannoir.fr, consulté le 15 mai 2014.
  174. [vidéo], Youtube « Interview de Roman Polanski par Darius Rochebin dans l'émission Pardonnez-moi », consulté le 20 juillet 2013.
  175. Selon Jean Tulard (édition 1995 de son Dictionnaire des cinéastes, [p. 694])
  176. [vidéo], Canal + « Interview de l'équipe de La Vénus à la fourrure par Pierre Zeni lors du Festival de Cannes 2013 », consulté le 29 juillet 2013.
  177. Biographie de Roman Polanski sur l'encyclopédie Universalis, consulté le 29 juillet 2013.
  178. Pierre Arbus, « Les chemins de l'aveu » (site pédagogique consacré à roman Polanski), consulté le 29 juillet 2013.
  179. [vidéo], Youtube « Roman Polanski à la projection de son film Tess à la Cinémathèque française », consulté le 20 juillet 2013.
  180. [vidéo] Jean-Marc Lalanne et Olivier Père, « Ewan McGregor », Les Inrocks,‎ (lire en ligne)
  181. a et b Xavier Leherpeur, « Emmanuelle Seigner: "Je n'en ai plus rien à foutre que l'on m'aime" », L'Express,‎ (lire en ligne)
  182. « Roman Polanski repousse le tournage de son film sur l'affaire Dreyfus », sur leparisien.fr (consulté le 12 mai 2016)
  183. « Roman Polanski », sur Académie des beaux-arts (consulté le 21 novembre 2017).
  184. « Filmographie de Roman Polanski (Réalisateur français) », sur JPBox-Office.com (consulté le 16 octobre 2017).
  185. (en) « Roman Polanski Movie Box Office Mojo », sur Box Office Mojo (consulté le 16 octobre 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Belmans, Roman Polanski, coll. Cinéma d'aujourd'hui, Paris, Seghers, 1971.
  • Stéphane Bonnotte, Frédéric Zamochnikoff, Polanski entre deux mondes, Paris, Michel Lafon, 2004.
  • Pierre-André Boutang, Polanski par Polanski, Paris, Le Chêne, 1986.
  • Florence Colombani, Roman Polanski : vie et destin de l'artiste, Paris, Philippe Rey, 2010.
  • (en) Samantha Geimer, The Girl : A Life in the Shadow of Roman Polanski, USA, Simon & Schuster, , 272 p. (ISBN 1476716846 et 9781476716848)
  • James Greenberg, Roman Polanski : une rétrospective, Paris, La Martinière Groupe, , 288 p. (ISBN 273245477X, EAN 978-2732454771)
  • Dominique Sels, San Fernando Valley, impressions, Éditions de la Chambre au Loup, 2010 ; Kindle, 2011.
  • Alexandre Tylski, Roman Polanski, ses premiers films polonais, Aléas, 2004.
  • Alexandre Tylski, Roman Polanski : l'art de l'adaptation, Paris, L'Harmattan, 2006.
  • Alexandre Tylski, Roman Polanski, Gremese, Rome, 2006.
  • Corinne Vuillaume, L'errance dans le carré du diable in Roman Polanski: l'art de l'adaptation, L'Harmattan, Paris, 2006, p. 169–190.
  • Alexandre Tylski, Roman Polanski, une signature cinématographique, Aléas, 2008.
  • Alexandre Tylski, Rosemary's Baby de Roman Polanski, Séguier, Coll. Carré Ciné, 2010
  • Franck Buioni, Absolute Directors : Rock, cinéma, contre-culture, tome 1, Camion Noir, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :