Joseph Losey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Joseph Losey
Description de cette image, également commentée ci-après
Joseph Losey en 1965.
Naissance
La Crosse (Wisconsin)
Nationalité Drapeau des États-Unis Américain
Décès (à 75 ans)
Londres
Royaume-Uni
Profession Réalisateur, scénariste et producteur
Films notables Temps sans pitié
The Servant
Le Messager
Monsieur Klein
Don Giovanni

Joseph Losey est un réalisateur, producteur et scénariste américain né le à La Crosse dans le Wisconsin et mort le à Londres.

Biographie[modifier | modifier le code]

Trois éléments déterminent la personnalité, la carrière et l'œuvre de Joseph Losey : son origine familiale, la crise des années 1930 — qui le mène vers le théâtre politique — et le maccarthysme.

Origine familiale[modifier | modifier le code]

Joseph Losey est issu d'une famille aisée et très puritaine. Son éducation religieuse l'influence fortement, même s'il ne lui en reste rien. Il est élevé dans un isolement politique total, inconscient des réalités sociales jusqu'au moment où il se trouve en butte à la dépression de 1929.

Crise des années 1930[modifier | modifier le code]

Joseph Losey entreprend des études de médecine et fréquente la troupe de théâtre de son université. Nourri de Marx, Trotski et même Staline, il effectue en 1931 un voyage à Moscou, où il rencontre des metteurs en scène de théâtre.

Après des études en Allemagne avec Bertolt Brecht, Losey retourne aux États-Unis, parvenant jusqu'à Hollywood.

Dans les années trente, il met en scène des pièces « engagées » à New York. Il travaille surtout au décor, qui sera toujours un élément capital de sa mise en scène.

Maccarthysme[modifier | modifier le code]

La carrière de Losey débute sous le signe d'un engagement politique certain et il s'investit aux côtés du Parti communiste américain. Sommé en 1952 de se présenter devant la House Un-American Activities Committee, alors qu'il tourne un film en Italie, il choisit de s'exiler au Royaume-Uni. Son témoignage n'aurait, sauf à considérer une éventuelle captivité, nullement changé son sort[réf. nécessaire].

Même dans son pays d'adoption, il rencontre des difficultés : initialement proposé pour diriger la production de Hammer films de 1956 pour X l'Inconnu, Losey est évincé du projet car, après quelques jours, la star Dean Jagger refuse de travailler avec un sympathisant communiste présumé.

Consécration[modifier | modifier le code]

Certains de ses films lui donnent une grande renommée : The Servant, Modesty Blaise, Accident et Cérémonie secrète.

Son film Le Messager (The Go-Between) remporte la Palme d'or au Festival de Cannes de 1971.

Il poursuit avec de grands films comme L'Assassinat de Trotsky, Maison de poupée, Monsieur Klein et Don Giovanni.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Courts-métrages[modifier | modifier le code]

  • 1939 : Pete Roleum and His Cousins
  • 1941 : Youth Gets a Break
  • 1941 : A Child Went Forth
  • 1945 : A Gun in His Hand
  • 1947 : Leben des Galilei
  • 1959 : First on the Road (publicité pour la Ford Anglia)

Longs-métrages[modifier | modifier le code]

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cahiers du cinéma, , N° 111, Spécial Joseph Losey, par Marc Bernard, Michel Fabre, Richard Macdonald, Michel Mourlet, Pierre Rissient, Jacques Serguine.
  • Pierre Rissient, Joseph Losey, Editions Universitaires, Paris, 1965.
  • (en) Penelope Houston, « Losey's Paper Handkerchief », Sight and Sound, été 1966, p. 142-143.
  • (en) Gilles Jacob, « Joseph Losey, or The Camera Calls », Sight and Sound, printemps 1966, p. 62-67.
  • Christian Ledieu, Joseph Losey, Cinéma d'aujourd'hui no 11, Seghers, 1963, 2e édition remaniée et mise à jour, 1970, 188 p.
  • Michel Ciment, Le Livre de Losey. Entretiens avec le cinéaste, Paris, Stock/Cinéma, 1979, 465 p.
  • Michel Ciment, Joseph Losey : l'œil du Maître, Institut Lumière/Actes Sud, 1994, 360 p.
  • Denitza Bantcheva (dir.), L’Univers de Joseph Losey, éd. Télérama/Corlet, coll. « CinémAction », 2000
  • Denitza Bantcheva, Un florilège de Joseph Losey, Paris, éd. du Revif, 2014, 310 p.
  • Jean Palliano, « Les maisons de Losey », Positif no 710, Institut Lumière-Actes Sud, Paris, , p. 68-73, (ISSN 0048-4911)

Liens externes[modifier | modifier le code]