Christopher Nolan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nolan.
Christopher Nolan
Description de cette image, également commentée ci-après

Nolan à la première du film Man of Steel en 2013, à Londres.

Nom de naissance Christopher Edward Nolan
Naissance (47 ans)
Westminster, Londres
(Royaume-Uni)
Nationalité Drapeau du Royaume-Uni Britannique
Drapeau des États-Unis Américaine
Profession Réalisateur, scénariste, producteur, monteur
Films notables Memento
The Dark Knight (trilogie)
Inception
Interstellar
Le Prestige
Dunkerque

Christopher Edward Nolan est un réalisateur, scénariste, monteur et producteur de cinéma britanno-américain, né le à Westminster (Londres).

Il se fait connaître à la fin des années 1990 par un premier long métrage, Following (1998), tourné en noir et blanc. Son deuxième film, Memento (2000), lui apporte une renommée, qui lui permet d'obtenir pour le troisième, Insomnia (2002), la collaboration d'Al Pacino et Robin Williams. Il est choisi ensuite pour réaliser la trilogie des Batman : Batman Begins (2005), The Dark Knight : Le Chevalier noir (2008) et The Dark Knight Rises (2012). Tout en travaillant sur cette saga, il met en scène Le Prestige (2006), et deux films de science-fiction, Inception (2010) et Interstellar (2014).

La plupart de ses films ont été écrits avec son cadet, Jonathan Nolan. Ils ont obtenu un total de vingt-six nominations et sept récompenses aux Oscars du cinéma [1], et ont généré plus de 4,2 milliards de dollars de recettes à travers le monde.

Nolan a créé avec sa femme Emma Thomas la compagnie de production Syncopy Films. Nourrie de préoccupations philosophiques, sociologiques ou éthiques, son œuvre explore la moralité humaine, la construction du temps, et la malléabilité de la mémoire et de l'identité personnelle. Elle se singularise par la présence d'éléments métafictifs, de changements temporels, de perspectives solipsistes, de narrations non-linéaires, d'effets spéciaux pratiques et de relations analogues entre le langage visuel et les éléments narratifs.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation (1970-1997)[modifier | modifier le code]

Jonathan Nolan, le frère cadet de Christopher.
La Flaxman Gallery de la University College of London a été utilisée par Nolan pour une scène dans Inception (2010).

Christopher Edward Nolan est né le dans le quartier de Westminster, à Londres, d'un père britannique, Brendan James Nolan, directeur de publicité, et d'une mère américaine, Christina (née Jensen), successivement agent de bord et professeur d'anglais[2],[3],[4],[5]. Son enfance a été partagée entre Londres et Chicago, il a les deux nationalités, britannique et américaine[6],[7],[8]. Il a un frère aîné, Mathew, et un frère cadet, Jonathan[9], créateur entre autres de la série télévisée Person of Interest.

Il commence à faire des films à l'âge de sept ans, empruntant la caméra Super 8 de son père et filmant des figurines[10],[11]. Ayant grandi, Nolan, grand admirateur de Star Wars (1977), réalise en hommage une animation en stop motion nommée Space Wars. Son oncle, qui travaillait à la NASA sur le système de guidage des fusées Apollo, lui enverra la vidéo d'un lancement de fusée, avec laquelle Nolan s'amusera à faire des montages[2],[12],[13]. Dès l'âge de onze ans, il aspire à être cinéaste professionnel[9]. Lorsque sa famille a déménagé à Chicago au cours de ses années d'études, il a commencé à faire des films avec Adrien et Roko Belic. Il poursuit sa collaboration avec eux et reçoit un crédit pour son aide à la rédaction de leur documentaire nominé aux Oscars du cinéma nommé Genghis Blue (1999)[14]. Il a également travaillé aux côtés de Roko sur la documentation d'un safari à travers quatre pays africains, organisée par le photojournaliste Dan Eldon dans le début des années 1990[15].

Élève du Haileybury and Imperial Service College, une école privée à Hertford Heath dans le Hertfordshire, il a ensuite étudié la littérature anglaise au University College de Londres (UCL). Il utilisera d'ailleurs la Flaxman Gallery de cette même école pour tourner une scène dans son film Inception (2010). Il choisira l'UCL spécifiquement pour ses installations de production de films, qui comprenait une salle de montage Steenbeck et des caméras 16 mm[16]. Nolan a été président de l'Union's Film Society[16] et avec Emma Thomas (sa future épouse et productrice) il projetait des films en 35 mm durant l'année scolaire et ont utilisé tout l'argent récolté pour produire des films en 16 mm pendant leurs vacances d'été[17]. Au cours de sa scolarité, Nolan a produit deux courts-métrages. Le premier était Tarantella (1989), un film surréaliste tourné en 8 mm et qui a été diffusé sur Image Union (une sorte de vitrine indépendante spécialisée dans les films et la vidéo appartenant à la chaîne Public Broadcasting Service)[18]. Le second était Larceny (1995), filmé sur un week-end en noir et blanc et avec des moyens limités. Financé par Nolan et tourné avec l'équipement de la société, ce dernier est apparu au Festival du Film de Cambridge en 1996 et est considéré comme l'un des meilleurs courts-métrages de l'UCL. Après l'obtention de son diplôme, Nolan a dirigé des vidéos d'entreprises et des films industriels[16]. Il a également fait un troisième court-métrage, Doodlebug (1997), l'histoire d'un homme chassant un insecte autour d'un plat avec une chaussure, pour finalement découvrir que c'est une miniature de lui-même. À cette période de sa carrière, Nolan n'a quasiment aucune chance de faire voir le jour à ses projets cinématographiques : il appellera cette période « la pile de lettres de refus », ce qui marqua sa vision de l'industrie cinématographique. Il critiquera d'ailleurs le manque d'investissements dans le cinéma en Grande-Bretagne ainsi que le manque d'ouverture d'esprit des investisseurs[19].

Carrière depuis 1998[modifier | modifier le code]

Débuts remarqués (1998-2004)[modifier | modifier le code]

En 1998, Nolan réalise son premier long-métrage, Following, qu'il a lui-même financé avec quelques amis[20]. Le film raconte l'histoire d'un jeune romancier en panne d'inspiration, qui, pour pallier son manque d'imagination, suit des inconnus choisis au hasard dans les rues de Londres. Ne parvenant pas à garder ses distances, il est progressivement aspiré dans un milieu criminel. Le film est inspiré de l'expérience de Nolan pour la vie à Londres et qui a vu son appartement cambriolé : « Il existe un lien intéressant entre l'étranger qui prend vos biens et le concept de suivre les gens au hasard dans une foule, les deux étant peu ordinaires pour des relations sociales[21]. » Following a été réalisé avec un budget très modeste de 3000 livres sterling[22] et a été tourné sur plusieurs week-ends au cours d'une année. Pour économiser la pellicule, chaque scène dans le film a été préalablement répétée de façon intensive afin de ne faire qu'une ou deux prises pour le montage final[23],[24]. Co-produit avec Emma Thomas et l'interprète principal, Jeremy Theobald, écrit, photographié et édité par Nolan lui-même[23], Following a remporté de nombreuses récompenses[25],[26] et a été plutôt bien reçu par la critique, dont celle du New Yorker, qui écrit qu'il « fait écho aux classiques de Hitchcock… en plus subtil et plus méchant »[27]. Le 11 décembre 2012, le film est sorti en DVD et Blu-Ray et a intégré la Criterion Collection[28].

Le succès de Following permet à Nolan de réaliser un projet plus ambitieux ; ce sera Memento (2000). Au cours d'un voyage sur la route de Chicago à Los Angeles, son frère Jonathan a lancé l'idée de "Memento Mori" racontant l'histoire d'un homme atteint d'une amnésie antérograde, qui utilise des notes et des tatouages pour traquer l'assassin de sa femme. Nolan développe alors un scénario et a l'idée de raconter l'histoire à l'envers. Aaron Ryder, un cadre de chez Newmarket Films a dit que c'était "peut-être le script le plus innovant que j'ai jamais vu"[29]. Le film a été doté d'un budget de 4,5 millions de dollars, une somme énorme pour Nolan : "Tourner Following avec des amis portant nos propres vêtements et ma mère qui leur fait des sandwichs pour passer à un budget de 4 millions de dollars payés par quelqu'un d'autre avec Memento et avoir une équipe d'une centaine de personnes est, à ce jour, le plus grand saut que j'ai jamais fait."[20] Memento, mettant en scène Guy Pearce et Carrie-Anne Moss, est diffusé pour la première fois en septembre 2000 au Festival international du film de Venise et est acclamé par la critique[30]. Joe Morgenstern écrit dans sa critique du Wall Street Journal : "Je ne me souviens pas qu'un film ait paru aussi intelligent, étrangement touchant et sournoisement drôle à la même époque[31]. Basil Smith, dans le livre The Philosophy of Neo-Noir, dessine une comparaison avec l'Essai sur l'entendement humain de John Locke, qui fait valoir que nos souvenirs conscients constituent notre identité, un thème que Nolan explore dans le film[32]. Le film, ayant totalisé près de 40 millions dollars au box-office, est un grand succès. Ce dernier a reçu un certain nombre de distinctions, notamment les nominations aux Oscars et aux Golden Globes pour le meilleur scénario, mais aussi deux lauréats au Independant Spirit Award pour le meilleur réalisateur et le meilleur scénario, ainsi qu'une nomination à la Directors Guild of America[33],[34]. Memento a été considéré par de nombreux critiques comme l'un des meilleurs films des années 2000[35].

Le réalisateur Steven Soderbergh a soutenu Nolan dans sa transition vers le cinéma des grands studios.

Impressionné par son travail sur Memento, Steven Soderbergh a recruté Nolan pour réaliser le thriller psychologique Insomnia (2002). Le film met en scène les vedettes oscarisées Al Pacino, Robin Williams et Hilary Swank[36]. Warner Bros. voulait initialement un réalisateur plus expérimenté, mais Soderbergh et la Section Eight Productions se sont battus pour choisir la réalisation (Nolan), la photographie (Wally Pfister) et l'éditeur (Dody Dorn)[37]. Avec un budget de 46 millions de dollars, il a été décrit comme "un film de Hollywood plus conventionnel que ce que le réalisateur avait fait avant"[36]. Remake d'un film norvégien du même nom sorti en 1997, Insomnia raconte l'histoire de deux policiers de Los Angeles envoyés dans une ville d'Alaska pour enquêter sur le meurtre méthodique d'une adolescente. Les critiques sont globalement positives et le film obtient de bons résultats au box-office, récoltant près de 113 millions de dollars dans le monde entier[38],[39]. Le critique de film Roger Ebert félicita le film pour son introduction de nouvelles perspectives et idées sur les questions de la morale et de la culpabilité : "Contrairement à beaucoup de remakes, le Insomnia de Nolan n'est pas une pâle reprise, mais un réexamen de la matière, comme une nouvelle production d'un bon jeu"[40]. Erik Skjoldbjærg, le réalisateur du film original, était satisfait de la version de Nolan, qualifiant le film "intelligemment conçu, avec une bonne direction du réalisateur"[41]. Richard Schickel du Time estima que Insomnia était "un digne successeur" pour Memento et que c'était "un triomphe de l'atmosphère non-trop mystérieuse du mystère"[42]. Après Insomnia, Nolan avait planifié un film biographique sur Howard Hughes mettant en vedette Jim Carrey. Il avait écrit un scénario, mais quand il apprit que Martin Scorsese était déjà en train de réaliser un biopic sur ce même personnage (Aviator sorti en 2004), il abandonna le scénario à contrecœur et se dirigea vers d'autres projets[43],[44]. Après avoir refusé une offre pour réaliser le film historique Troie (2004)[45], Nolan a travaillé sur l'adaptation du roman The Keys to the Street de Ruth Rendell dans un scénario qu'il avait l'intention de réaliser pour la Fox Searchlight Pictures, mais a finalement abandonné le projet en citant les similitudes avec ses précédents films[46].

En parallèle, il fonde et gère avec son épouse sa propre société de production Syncopy Films[47],[48], qui va, à partir de 1998, participer à la coproduction de tous ses films.

Consécration critique et commerciale (2005-2012)[modifier | modifier le code]

Au début de l'année 2003, Nolan a approché Warner Bros. avec l'idée de faire un nouveau film Batman. Fasciné par le personnage et son histoire, il a voulu faire un film dans un monde « racontable » rappelant plus un drame classique qu'un fantasme de bande dessinée[49]. Batman Begins (2003) était le plus grand projet entrepris par Nolan depuis le début de sa carrière[49]. Sorti dans les salles en juin 2005, ce fut un succès critique et commercial[50]. Avec pour vedettes Christian Bale dans le rôle principal, ainsi que Michael Caine, Liam Neeson, Gary Oldman, Morgan Freeman ou encore Cillian Murphy, le film a relancé la franchise, annonçant un reboot sombre de la saga[51],[52]. Il raconte les origines de l'histoire du personnage : Bruce Wayne qui a peur des chauve-souris, la mort de ses parents, son épopée pour devenir Batman et enfin son combat contre Ra's al Ghul qui souhaite détruire Gotham City. Il est notamment applaudi pour sa profondeur psychologique et sa pertinence contemporaine[53]. Batman Begins était le huitième plus grand succès cinématographique de l'année 2005 aux États-Unis et le neuvième dans le monde[54]. Il a été nommé aux Oscars pour la meilleure photographie[55] et a également remporté trois BAFTA Awards[56]. Un article publié dans le magazine Forbes à l'occasion du dixième anniversaire du film, en décrit l'influence sur la production postérieure : « Le terme reboot fait maintenant partie de notre vocabulaire courant, les films d'origine de super-héros ont surfé sur la vague du sombre et du dur, et nous avons maintenant une nouvelle perception de narration d'une adaptation en film d'une bande dessinée[57]. »

Avant de revenir à la trilogie Batman, Nolan a réalisé, co-écrit et produit Le Prestige (2006), adaptation d'un roman de Christopher Priest qui raconte l'histoire de deux prestidigitateurs rivaux au XIXe siècle[58]. En 2001, lorsque Nolan était en post-production pour Insomnia, il demanda à son frère Jonathan Nolan de l'aider à écrire le script pour le film. Le scénario était en fait né de la collaboration entre les deux frères depuis cinq ans[59]. Nolan initialement destiné à faire le film dès 2003, le projet est reporté après qu'il a accepté de réaliser Batman Begins[60]. Dans le film, nous pouvons voir les acteurs Hugh Jackman, Christian Bale ou encore Scarlett Johansson. Le Prestige a reçu des retours élogieux (y compris des nominations aux Oscars pour la meilleure photographie et la meilleure direction artistique)[61] et à généré 109 millions de dollars dans le monde entier[62],[63]. Avec un conte sombre et mouvementé, Roger Ebert a décrit le film comme « atmosphérique, obsessionnel, presque satanique »[64]. Pour le Los Angeles Times, le film est un mélodrame déconcertant et ambitieux, qui donne à comprendre « le prix à payer pour l'immortalité dans un domaine créatif »[65]. Après la sortie du Prestige, Nolan envisageait de réaliser une adaptation cinématographique de la série télévisée britannique The Prisoner, mais il finit par abandonner le projet[66],[67].

Nolan avec le casting et l'équipe de The Dark Knight (2008) lors de la première européenne à Londres.

En juillet 2006, Nolan a annoncé que la suite de Batman Begins s'intitulera The Dark Knight : Le Chevalier Noir (2008)[68]. Le film raconte l'histoire de Batman essayant d'arrêter le personnage du Joker (joué par Heath Ledger) dans sa frénésie criminelle. En faisant cette suite, Nolan a voulu insister sur la noirceur du premier film et raconter « la dynamique de l'histoire d'une ville, avec une grande organisation criminelle et dans laquelle vous êtes à la recherche de la police, du système judiciaire, d'un justicier, des criminels, des riches et des pauvres[69] ». Sorti en 2008, très acclamé par la critique, The Dark Knight a été considéré comme l'un des meilleurs films des années 2000, et, plus encore, comme l'un des meilleurs films de super-héros de l'histoire du cinéma[70],[71],[72]. Le New York Times écrit que, d'un point de vue artistique, le film est supérieur à beaucoup de blockbusters : « Situé entre l'art et l'industrie, entre la poésie et le divertissement, il est plus sombre et plus profond que tous les autres films hollywoodiens dans le genre comic-book[73]. » Roger Ebert le décrit de même comme « un film hanté, qui saute au-delà de ses origines et devient un drame captivant[74] ». Le cinéaste Kevin Smith l'a surnommé « Le Parrain [Partie 2] des films de super-héros[75] ». Le film a enregistré, au cours de son exploitation, un certain nombre de records au box-office[76], gagnant 535 millions de dollars en Amérique du Nord et 470 à l'étranger[77]. C'est le premier long-métrage tourné, au moins en partie, avec le format 15/70 mm des caméras IMAX[78]. À la 81e Cérémonie des Oscars, il a été nommé huit fois et a remporté deux prix : celui du meilleur montage sonore et, à titre posthume, celui du meilleur acteur dans un second rôle pour Heath Ledger[79].

Nolan est reconnu par ses pairs après ses nominations aux Directors Guild of America (DGA), Writers Guild of America (WGA) et Producers Guild of America (PGA)[80].

Le casting de Inception à l'avant-première du film en juillet 2010.

Après le triomphe de The Dark Knight, Nolan signe un contrat avec Warner Bros. pour l'écriture, la coproduction et la réalisation d'Inception (2010), qu'il décrit comme « un film d'action avec de la science-fiction contemporaine mis dans l'architecture de l'esprit[81] ». Avant sa sortie en salle, certains critiques se demandaient si la complexité intellectuelle des films de Nolan n'allaient pas amputer les résultats au box-office[82]. Avec un casting prestigieux mené par Leonardo DiCaprio, le film est sorti le 16 juillet 2010, et a été un succès critique et commercial[83]. Le Chicago Sun-Times décerne au film un "A+" et le consacre comme « l'un des meilleurs films du 21e siècle"[84] ». Pour Mark Kermode, il s'agit du meilleur de l'année 2010 : « Inception est la preuve que les gens ne sont pas stupides, que le cinéma n'est pas "trash", et qu'il est possible pour les blockbusters et l'art d'être la même chose. » Le très respecté producteur John Davis a parié que le succès du film pourrait inspirer des studios pour rendre leur contenu plus original : « Je peux vous promettre que les chefs de studios sont déjà en pleine réunion pour rassembler des idées originales pour leurs films d'été[85]. » Le film finit par générer plus de 820 millions de dollars à travers le monde[86] et a été nommé pour huit Oscars, dont celui du meilleur film. Il a remporté les Oscars de la meilleure photographie, du meilleur mixage de son, du meilleur montage de son et des meilleurs effets visuels[87]. Le 20 juillet 2012, veille de la présentation de The Dark Knight Rises à Paris, une fusillade a lieu pendant une avant-première du film dans une salle de cinéma d'Aurora (Colorado). La visite à Paris est annulée.

Épopées à grande échelle (2013-Aujourd'hui)[modifier | modifier le code]

Au cours de discussions sur le scénario de The Dark Knight Rises en 2010, Goyer indique à Nolan son idée de remettre Superman dans un contexte moderne[88]. Impressionné par le concept de premier contact proposé par Goyer, Nolan lance alors l'idée de Man of Steel (2013) à Warner Bros[88], qui a alors embauché Nolan pour la production et Goyer pour l'écriture[89],[90]. Nolan propose alors Zack Snyder pour réaliser le film, en se basant sur ses adaptations stylisées comme 300 (2007) ou Watchmen (2009) ainsi que son "aptitude innée pour traiter les héros comme des personnages réels"[91]. Mettant en vedette Henry Cavill, Amy Adams, Kevin Costner, Russel Crowe et Michael Shannon, Man of Steel a rapporté plus de 660 M $ au box-office, mais a engrangé une réaction critique divisée. Nolan et Thomas ont été producteurs exécutifs sur le film Transcendance (2014), le tout premier film de Wally Pfister, le chef opérateur de longue date de Nolan[92],[93]. Sur la base d'un scénario de Jack Paglen, le film tourne autour de deux scientifiques qui travaillent à créer une machine qui possède une intelligence artificielle très développée, et qui va entraîner la singularité technologique[94]. Avec les acteurs Johnny Depp, Rebecca Hall et Paul Bettany, Transcendance est sorti en salles le 18 avril 2014 et a été un échec critique et commercial[95],[96]. AA Dowd, du site d'informations The A.V. Club, a donné au film la note de C en indiquant que "[Pfister] n'a pas le talent de Nolan pour tisser un grand spectacle pop mêlé à des anxiétés culturelles"[97].

En janvier 2013, il est annoncé officiellement que Nolan va réaliser, écrire et produire un film de science-fiction intitulé Interstellar. Les premiers jets du scénario ont été écrits par Jonathan Nolan, et le film était censé être dirigé par Steven Spielberg à la base[98]. Sur la base des travaux scientifiques du célèbre physicien Kip Thorne, le film dépeint "un voyage interstellaire héroïque aux frontières les plus lointaines de notre compréhension scientifique"[99]. On peut apercevoir dans Interstellar les acteurs Matthew McConaughey, Anne Hathaway, Michael Caine, Matt Damon, Jessica Chastain ou encore Mackenzie Foy, et c'est également la première collaboration de Nolan avec le directeur de la photographie Hoyte van Hoytema. Paramount Pictures et Warner Bros. ont co-financé et co-distribué le projet, sorti en salles le 5 novembre 2014[100]. Le film a reçu des critiques positives et a engrangé de solides résultats au box-office : près de 670 M $ de recettes dans le monde entier[101],[102]. Interstellar a été particulièrement félicité pour sa précision scientifique, qui a conduit à la publications de deux articles scientifiques et au fait que l'American Journal of Physics recommande désormais aux écoles de montrer le film pendant les cours de sciences[103]. Il a été nommé parmi les meilleurs films de l'année par l'American Film Institute (AFI)[104]. À la 87e cérémonie des Oscars, le film a remporté l'Oscar des meilleurs effets visuels et a reçu quatre autres nominations (Musique originale, Mixage son, Montage sonore, Décors)[105]. Nolan a organisé le court-métrage Emic : A Time Capsule From The People Of Earth (2015) qui a été spécialement inspiré d'Interstellar et "tente de saisir et de célébrer l'expérience humaine sur Terre"[106],[107].

En 2015, la société de production de Nolan Syncopy forme une coentreprise avec Zeitgeist Films, dans l'optique de sortir des éditions Blu-Ray des films de Zeitgeist les plus prestigieux. Leur premier projet commun a été la sortie en Blu-Ray d'Elena (2011) du réalisateur Andreï Zviaguintsev[108]. À l'occasion de la sortie en Blu-Ray de tout le travail des frères Quay, Nolan réalise le court documentaire Quay. Il a également lancé une tournée cinématographique à l'honneur des deux frères, en ressortant notamment In Absentia, The Comb ou encore Street of Crocodiles dans certaines salles de cinéma. Les initiatives ainsi que le court-métrage de Nolan ont été salués par la critique. Indiewire écrit d'ailleurs dans sa critique que les frères "auront des centaines, si ce n'est des milliers de fans en plus grâce à Nolan, et que The Quay Brothers en 35 mm sera toujours l'une des contributions les importantes de ce dernier au cinéma"[109],[110]. Toujours en 2015, Nolan rejoint le conseil d'administration de la Film Foundation, une association dédiée à la préservation des films[111]. En mars 2015, après avoir contribué à la préservation de vieux films, Nolan a invité une trentaine de représentants de l'American Film Archives à assister au sommet Reframing the Future of Film au Getty Museum[112],[113].

En décembre 2015, les frères Nolan sont vus à Dunkerque en train de faire des repérages pour un film intitulé Dunkirk, qui contera l'évacuation de Dunkerque en mai 1940. La sortie, le 19 juillet 2017 en Europe et le 21 juillet 2017 aux États-Unis.

Vie privée[modifier | modifier le code]

À l'âge de dix-neuf ans, Christopher Nolan a fait la rencontre d'Emma Thomas au University College de Londres[114],[115]. Ils se sont mariés en 1997 et ont eu quatre enfants[116] : Magnus, Oliver, Savannah et Rory[47]. Emma Thomas a travaillé en tant que productrice sur tous les films de son mari. En 2001, après le succès de Memento, ils ont décidé de fonder leur propre société de production, nommée Syncopy Films[117] (en référence à la syncope, ou perte de conscience). Ils habitent aujourd'hui à Los Angeles[118],[119]. Désireux de protéger sa vie privée, Nolan ne l'évoque que rarement dans ses interviews[120].

Il a cependant révélé dans un entretien que s'il n'avait pas été père, le film Interstellar, dans lequel les liens familiaux sont fortement évoqués, n'aurait sans doute jamais vu le jour[121].

Nolan ne possède ni téléphone portable ni adresse e-mail[122] : « Ce n'est pas que je sois luddiste ou que je déteste la technologie, mais ça ne m'a jamais intéressé [...] Quand j'ai emménagé à Los Angeles, en 1997, personne ou presque n'avait de portable, et depuis j'ai continué[123]. » Nolan interdit l'usage des mobiles sur ses tournages[124].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Année Film En tant que Commentaire
Réalisateur Producteur Scénariste
1989 Tarantella Fait Fait Fait Court métrage
1996 Larceny Fait Fait Fait
1997 Doodlebug Fait Fait Fait
1998 Following Fait Fait
2000 Memento Fait Fait
2002 Insomnia Fait
2005 Batman Begins Fait Fait
2006 Le Prestige Fait Fait Fait
2008 The Dark Knight Fait Fait Fait
2010 Inception Fait Fait Fait
2012 The Dark Knight Rises Fait Fait Fait
2013 Man of Steel Fait Fait
2014 Transcendance Producteur délégué
2014 Interstellar Fait Fait Fait
2015 Quay Fait Court métrage documentaire
2016 Batman v Superman : L'Aube de la justice Fait Producteur délégué
2017 Dunkerque Fait Fait Fait

Influences[modifier | modifier le code]

Christopher Nolan a cité Stanley Kubrick[125],[126], Terrence Malick[126], Orson Welles[127], Fritz Lang[128], Sidney Lumet[128], David Lean[129], Ridley Scott[130], Terry Gilliam[127] et John Frankenheimer[131] comme influences. Les films que Nolan préfère le plus à titre personnel sont Lawrence d'Arabie (1962), 2001 : l'Odyssée de l'espace (1968), Chinatown (1974), L'homme qui voulut être roi (1975), Star Wars (1977) et Blade Runner (1982)[132]. En 2013, Criterion Collection a publié une liste des dix films que Nolan préfère dans leur catalogue, qui comprend Greed (Les Rapaces, 1924) de Erich von Stroheim, Le Testament du docteur Mabuse (1933), Dossier secret (1955), Douze hommes en colère (1957), Enquête sur une passion (1980), Koyaanisqatsi (1982), Furyo (1983), The Hit (1984), For All Mankind (1989) et La Ligne rouge (1998)[133].

L'habitude de Nolan pour l'emploi de scénarios non-linéaires a été particulièrement influencée par le roman de Graham Swift nommé Waterland, qui "a fait des choses incroyables avec des timelines parallèles, et a raconté une histoire dans différentes dimensions qui était extrêmement cohérente". Il a également été influencé par le langage visuel du film The Wall (1982) et la structure de Pulp Fiction (1994), déclarant qu'il était "fasciné par ce que Quentin Tarantino avait fait"[130]. Le récit de Dante Alighieri intitulé Enfer a servi comme influence au film Inception (2010) notamment pour ses références au Minotaure et au Labyrinthe[134]. Quant à Interstellar (2014), Nolan a cité des influences littéraires, notamment Flatland par Edwin Abbott Abbott, The Wasp usine par Iain Banks et A Wrinkle in Time (en) de Madeleine L'Engle[135]. Nolan a aussi de nombreuses autres influences comme le peintre anglais Francis Bacon[136], l'architecte allemand Ludwig Mies van der Rohe, l'artiste graphique MC Escher et les auteurs Raymond Chandler, James Ellroy, Jim Thompson, Jorge Luis Borges[137] et Charles Dickens Le Conte de deux cités a beaucoup influencé The Dark Knight Rises (2012)[138].

Collaborateurs réguliers[modifier | modifier le code]

Heath Ledger interprète du Joker dans The Dark Knight en (2008).
Hans Zimmer, compositeur de plusieurs films de Nolan.

Au fur et à mesure de sa carrière, Christopher Nolan s'est entouré d'une équipe de collaborateurs. Sa femme Emma Thomas a été productrice de tous ses films. Aaron Ryder, William Tyrer et Chris J. Ball ont produit Memento et Le Prestige ; tandis que Michael E. Uslan, Benjamin Melniker et Charles Roven ont produit ses trois Batman.

Pour ses scénarios, Christopher Nolan travaille avec son frère Jonathan Nolan avec qui il a rédigé Memento, Le Prestige, The Dark Knight : Le Chevalier noir et The Dark Knight Rises. David S. Goyer, le scénariste de Batman Begins participera également à l'écriture des deux autres volets de la trilogie.

Wally Pfister a été le directeur de la photographie de tous ses films excepté Doodlebug, Following et Interstellar.

Peter Lando a été le chef décorateur d’Insomnia et de The Dark Knight : Le Chevalier noir.

David Julyan a composé des musiques pour tous ses films jusqu'à la trilogie Batman, composée par James Newton Howard et Hans Zimmer. Tout ses films suivants ont étés composés par Zimmer.

Dody Dorn a monté Memento et Insomnia, tandis que Lee Smith a monté Batman Begins, Le Prestige, The Dark Knight : Le Chevalier noir, Inception, The Dark Knight Rises et Interstellar.

De plus, il travaille régulièrement avec certains acteurs :

  • Christian Bale a tenu le rôle principal dans Batman Begins, Le Prestige, The Dark Knight : Le Chevalier noir et The Dark Knight Rises
  • Morgan Freeman, Gary Oldman, Colin McFarlane ont joué dans Batman Begins, The Dark Knight : Le Chevalier noir, The Dark Knight Rises et Dunkerque (non-crédité)
  • John Nolan a joué dans Following, Batman Begins, The Dark Knight Rises et Dunkerque
  • Jeremy Theobald a joué dans son court-métrage Doodlebug, dans Following et apparaît brièvement dans Batman Begins.
  • Larry Holden joue dans Memento, Insomnia puis dans Batman Begins.
  • Andrew Pleavin et Ken Watanabe jouent tous deux dans Batman Begins et Inception.
  • Michael Caine a joué dans Le Prestige, Inception, Batman Begins, The Dark Knight Rises, The Dark Knight : Le Chevalier noir, Interstellar et Dunkerque (caméo vocale)
  • Cillian Murphy a joué dans Batman Begins, Inception, Dunkerque et apparaît brièvement dans The Dark Knight : Le Chevalier noir et The Dark Knight Rises.
  • Tom Hardy a joué dans Inception, The Dark Knight Rises et Dunkerque.
  • Joseph Gordon-Levitt, Marion Cotillard ont joués dans Inception et The Dark Knight Rises.
  • Anne Hathaway a quant à elle joué dans The Dark Knight Rises et Interstellar.

Accueil de ses films[modifier | modifier le code]

Nolan reçoit un Certificate of Appreciation lors du tournage de The Dark Knight Rises en 2011.

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Film Rotten Tomatoes[139] Metacritic[140] IMDb[141] Spectateurs sur Allociné[142] Presse française sur Allociné[142]
Following 78 % 60 7,6 / 10 3,9 / 5 3,5 / 5
Memento 92 % 80 8,5 / 10 4,2 / 5 3,7 / 5
Insomnia 92 % 78 7,2 / 10 3,6 / 5 4,0 / 5
Batman Begins 84 % 70 8,3 / 10 4,1 / 5 3,7 / 5
Le Prestige 76 % 66 8,5 / 10 4,3 / 5 3,3 / 5
The Dark Knight 94 % 82 9 / 10 4,6 / 5 4 / 5
Inception 86 % 74 8,8 / 10 4,5 / 5 4,1 / 5
The Dark Knight Rises 87 % 78 8,5 / 10 4,4 / 5 3,6 / 5
Interstellar 71 % 74 8,6 / 10 4,5 / 5 3,8 / 5
Dunkirk 93 % 94 8,4 / 10 4,1 / 5 4,1 / 5
Moyenne 85 % 69 8,33 / 10 4,23 / 5 3,74 / 5

Box office[modifier | modifier le code]

Film Date de sortie Studio Budget Drapeau des États-Unis États-Unis Réf Monde Monde Réf Drapeau de la France France Réf
Following Momentum Pictures
Zeitgeist Films
6 000 $ 48 482 $ [143] 48 482 $ [143] 10 370 entrées [144]
Memento Newmarket Films 5 millions $ 25 544 867 $ [145] 39 723 096 $ [145] 223 982 entrées
Insomnia Warner Bros 46 millions $ 67 355 513 $ [146] 113 714 830 $ [146] 950 791 entrées
Batman Begins 150 millions $ 205 343 774 $ [147] 372 710 015 $ [147] 1 506 332 entrées
Le Prestige Touchstone Pictures
Warner Bros
40 millions $ 53 089 891 $ [148] 109 676 311 $ [148] 193 166 entrées
The Dark Knight Warner Bros 185 millions $ 533 345 358 $ [149] 1 004 558 444 $ [149] 3 036 568 entrées
Inception 160 millions $ 292 576 195 $ [150] 825 532 764 $ [150] 4 915 637 entrées
The Dark Knight Rises 230 millions $ 448 139 099 $ [151] 1 084 439 099 $ [151] 4 385 032 entrées
Interstellar Paramount Pictures
Warner Bros
165 millions $ 183 463 763 $ [152] 660 813 763 $ [152] 2 612 754 entrées
Dunkirk Warner Bros 100 millions $ 154 492 949 $ [153] 500 000 000 $ [153] 2 053 207 entrées
Total 1 081 000 000 1 963 399 891 4 472 087 937 19 356 639 entrées

Distinctions[modifier | modifier le code]

Empreintes de Nolan au Grauman's Chinese Theatre, le 21 juillet 2016.

Toutes organisations officielles confondues, Christopher Nolan a reçu 38 nominations pour 19 lauréats. Son film le plus récompensé est Inception (2010) avec 18 nominations pour 7 lauréats. Arrive en seconde position Memento (2000) avec 9 nominations et 5 lauréats suivi en troisième position par The Dark Knight (2008) avec 6 nominations pour 2 lauréats. Enfin, Batman Begins (2005) obtient 3 nominations pour 2 lauréats et Interstellar (2014) fait carton plein en recevant 2 nominations pour 2 lauréats.

Organisation Nomination(s) Lauréat(s)
Academy Awards 3 nominations
AFI Awards 2 nominations 1 lauréat
BAFTA Awards 3 nominations
Critics Choice Awards 9 nominations 3 lauréats
Golden Globes 4 nominations
Independant Spirit Awards 3 nominations 3 lauréats
Italian Online Movie Award (en) 3 nominations 3 lauréats
Saturn Awards 11 nominations 9 lauréats

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Christopher Nolan », sur IMDb (consulté le 11 août 2016)
  2. a et b (en) Tom Shone, « Christopher Nolan: the man who rebooted the blockbuster », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne).
  3. (en) « Batman, robbin’ and murder », sur www.thesundaytimes.co.uk (consulté le 11 août 2016).
  4. (en) « Can't get him out of our heads », sur www.theage.com.au (consulté le 11 août 2016).
  5. (en) « Christopher Nolan on 'Interstellar' Critics, Making Original Films and Shunning Cellphones and Email (Q&A) », sur hollywoodreporter.com (consulté le 11 août 2016).
  6. (en) Geoff Boucher, « Christopher Nolan’s ‘Inception’ — Hollywood’s first existential heist film », sur Hero Complex - movies, comics, pop culture - Los Angeles Times, (consulté le 11 août 2016).
  7. (en) Dave Itzkoff, « Christopher Nolan, the Man Behind the Dreamscape », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne).
  8. (en) « Inception tops box office », BBC,‎ (lire en ligne).
  9. a et b (en) « Christopher Nolan interview for Inception » (consulté le 11 août 2016).
  10. (en) « Document Citation », sur cinefiles.bampfa.berkeley.edu (consulté le 11 août 2016).
  11. (en) « Nolan's move from Highgate to Hollywood ».
  12. (en) « Christopher Nolan’s final frontier », sur Andrew Purcell (consulté le 11 août 2016).
  13. (en) « Christopher Nolan explains his 'cinematic brain' at Walker Art Center » (consulté le 11 août 2016).
  14. (sv) « Genghis Blues - Musicdoc » (consulté le 11 août 2016).
  15. (en) Amy Eldon Turteltaub Co-Founder et Creative Visions Foundation, « Remembering My Brother Dan Eldon: A Journalist Who Died To Tell the Story », sur The Huffington Post, (consulté le 11 août 2016).
  16. a, b et c (en) Matthew Tempest, « I was there at the Inception of Christopher Nolan's film career », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne).
  17. (en) « British Cinematographer », sur thecinematographer.info, (consulté le 11 août 2016).
  18. (en) « Welcome to Next Wave Films », sur www.nextwavefilms.com (consulté le 11 août 2016).
  19. (en) « 'He's not a god - he's human' », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne).
  20. a et b (en) « The Traditionalist - Christopher Nolan », sur www.dga.org (consulté le 29 août 2016)
  21. (en) « Christopher Nolan - Library, Archive & Information Studies: UCL Famous Alumni », sur UCL Wiki (consulté le 29 août 2016)
  22. (en) Paul Kevan, « Christopher Nolan », sur Metro, (consulté le 29 août 2016)
  23. a et b (en) « The making-of Suite »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  24. « Christopher Nolan », (consulté le 29 août 2016)
  25. « Tiger Awards Competition: previous winners »
  26. Christopher Nolan, Following, (lire en ligne)
  27. « Document Citation », sur cinefiles.bampfa.berkeley.edu (consulté le 29 août 2016)
  28. « Following », sur The Criterion Collection (consulté le 29 août 2016)
  29. (en) Mottram, p. 176
  30. (en) Mottram, p. 62-4
  31. Joe Morgenstern, « Hero With No Memory Turns 'Memento' Into Unforgettable Trip », sur WSJ (consulté le 29 août 2016)
  32. (en) Conard, , p. 35
  33. « Movies » (consulté le 29 août 2016)
  34. « Session Timeout - Academy Awards® Database - AMPAS », sur awardsdatabase.oscars.org (consulté le 29 août 2016)
  35. « Film Critics Pick the Best Movies of the Decade » (consulté le 29 août 2016)
  36. a et b (en) « Christopher Nolan Interview », (consulté le 30 août 2016)
  37. (en) deWaard, Tait, , p. 49
  38. « Insomnia » (consulté le 30 août 2016)
  39. « Insomnia (2002) - Box Office Mojo », sur www.boxofficemojo.com (consulté le 30 août 2016)
  40. Roger Ebert, « Insomnia Movie Review & Film Summary (2002) | Roger Ebert », sur www.rogerebert.com (consulté le 30 août 2016)
  41. « Age Gate » (consulté le 30 août 2016)
  42. Richard Schickel, « Sleepless in Alaska », Time,‎ (ISSN 0040-781X, lire en ligne)
  43. (en) « The Best Movies Never Made - Raindance », (consulté le 30 août 2016)
  44. (en) Oliver Lyttelton, « Christopher Nolan Says His Howard Hughes Film Is Dead, But He’d Still Like To Do A Bond Film At Some Point », (consulté le 30 août 2016)
  45. (en) Kevin Jagernauth, « Trivia: When Christopher Nolan First Came To Warner Bros., He Was Offered ‘Troy’ To Direct », (consulté le 30 août 2016)
  46. « Blogger », sur theplaylist.blogspot.com (consulté le 30 août 2016)
  47. a et b (en) « "Christopher Nolan" », sur Hollywoodneuz.com (consulté le 6 octobre 2013).
  48. (en) Prezi.com ; copie d'analyse sur le film "Inception" Page consultée le 06 octobre 2013.
  49. a et b (en) « Cinematic Faith - Film Comment » (consulté le 30 août 2016)
  50. « Batman Begins » (consulté le 30 août 2016)
  51. (en) David Sims, « The Complicated Legacy of 'Batman Begins' » (consulté le 30 août 2016)
  52. « MTV Movies Blog » ‘He-Man’ Movie Will Go Realistic: ‘We’re Not Talking About Putting Nipples On The Trapjaw Suit’ », (consulté le 30 août 2016)
  53. (en) « Saison Chritopher Nolan at BFI »
  54. « Batman Begins (2005) - Box Office Mojo », sur www.boxofficemojo.com (consulté le 30 août 2016)
  55. « Session Timeout - Academy Awards® Database - AMPAS », sur awardsdatabase.oscars.org (consulté le 30 août 2016)
  56. « Explore the Awards | BAFTA Awards », sur www.bafta.org (consulté le 30 août 2016)
  57. Mark Hughes, « Exclusive: Christopher Nolan Talks 'Batman Begins' 10th Anniversary » (consulté le 30 août 2016)
  58. « Interview about The Prestige – Christopher Priest », sur www.christopher-priest.co.uk (consulté le 1er septembre 2016)
  59. (en) « The Prestige Q & A : Interview with Jonathan Nolan »
  60. (en) Michael Fleming, « Nolan wants ‘Prestige’ », (consulté le 1er septembre 2016)
  61. « Session Timeout - Academy Awards® Database - AMPAS », sur awardsdatabase.oscars.org (consulté le 1er septembre 2016)
  62. « The Prestige (2006) - Box Office Mojo », sur www.boxofficemojo.com (consulté le 1er septembre 2016)
  63. « The best films of the ‘00s », (consulté le 1er septembre 2016)
  64. Roger Ebert, « The Prestige Movie Review & Film Summary (2007) | Roger Ebert », sur www.rogerebert.com (consulté le 1er septembre 2016)
  65. (en) Kenneth Turan, « They've got something up their sleeves », Los Angeles Times,‎ (ISSN 0458-3035, lire en ligne)
  66. (en) Stax, « Exclusive: Nolan's Dark Knight Revelations », sur IGN, (consulté le 1er septembre 2016)
  67. (en) Ben Child, « Nolan signs to take Inception from script to screen », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne)
  68. (en) « Garth Franklin - Batman »
  69. (en) DAN JOLIN, « The Dark Knight: The Original Feature », sur Empire (consulté le 11 septembre 2016)
  70. « Film Critics Pick the Best Movies of the Decade » (consulté le 11 septembre 2016)
  71. « The 50 Best Movies of the Decade (2000-2009) » (consulté le 11 septembre 2016)
  72. (en) « Review Of The Decade », sur Empire (consulté le 11 septembre 2016)
  73. Manohla Dargis, « ‘The Dark Knight’: Showdown in Gotham Town », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  74. Roger Ebert, « The Dark Knight Movie Review & Film Summary (2008) | Roger Ebert », sur rogerebert.suntimes.com (consulté le 11 septembre 2016)
  75. (en) « Kevin Smith Reviews The Dark Knight; New Zack and Miri Photo - /Film », (consulté le 11 septembre 2016)
  76. Brooks Barnes, « ‘The Dark Knight’ Scores Record-Breaking 2nd Weekend at Box Office », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  77. « The Dark Knight (2008) - Box Office Mojo », sur www.boxofficemojo.com (consulté le 11 septembre 2016)
  78. « Warner Bros and Christopher Nolan Break New Ground with The Dark Knight » (consulté le 11 septembre 2016)
  79. « Oscars 2009: The winners », BBC,‎ (lire en ligne)
  80. « Movies » (consulté le 11 septembre 2016)
  81. (en) Michael Fleming, « Nolan tackles ‘Inception’ for WB », Variety,‎ (lire en ligne)
  82. « Movie News - Moviefone.com », sur AOL Moviefone (consulté le 19 octobre 2016)
  83. (en) « INCEPTION Oscar Behind-the-Scenes Featurette », Collider,‎ (lire en ligne)
  84. « Inception | RichardRoeper.com », sur www.richardroeper.com (consulté le 19 octobre 2016)
  85. Lauren A. E. Schuker, « Studios Root for 'Inception' », sur WSJ (consulté le 19 octobre 2016)
  86. « Inception (2010) - Box Office Mojo », sur www.boxofficemojo.com (consulté le 19 octobre 2016)
  87. « Session Timeout - Academy Awards® Database - AMPAS », sur awardsdatabase.oscars.org (consulté le 19 octobre 2016)
  88. a et b (en) « Christopher Nolan on Batman and Superman - SuperHeroHype », SuperHeroHype,‎ (lire en ligne)
  89. (en) « WebCite query result », sur www.webcitation.org (consulté le 2 avril 2017)
  90. (en) « WebCite query result », sur www.webcitation.org (consulté le 2 avril 2017)
  91. Dave Itzkoff, « ‘Man of Steel,’ Directed by Zack Snyder », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  92. (en) « Christopher Nolan to Exec Produce Wally Pfister's Directorial Debut », The Hollywood Reporter,‎ (lire en ligne)
  93. (en) « 'Transcendence' into directing for cinematographer Wally Pfister », Los Angeles Times,‎ (ISSN 0458-3035, lire en ligne)
  94. (en) Kevin Jagernauth, « Wally Pfister Says ‘The Avengers’ Is “Appalling,” Teases His Directorial Debut Is A Sci-Fi Film | IndieWire », sur blogs.indiewire.com (consulté le 2 avril 2017)
  95. (en) Nikki Finke, « CAA Loses High-Profile Director To UTA », Deadline,‎ (lire en ligne)
  96. (en) « Transcendence » (consulté le 2 avril 2017)
  97. « Johnny Depp gets digitized in the silly sci-fi polemic Transcendence », AVClub,‎ (lire en ligne)
  98. « Christopher Nolan's Next Project Is ... », sur The Huffington Post, (consulté le 11 février 2017)
  99. (en) Kevin Jagernauth, « Christopher Nolan’s Merging An Original Idea With Jonah Nolan’s Old Screenplay For ‘Interstellar’ | IndieWire », sur blogs.indiewire.com (consulté le 11 février 2017)
  100. (en) Nikki Finke, « Christopher Nolan’s ‘Interstellar’ To Be Paramount-Warner Bros Co-Production And Joint Distribution », Deadline,‎ (lire en ligne)
  101. « Interstellar » (consulté le 11 février 2017)
  102. (en) « Interstellar (2014) - Box Office Mojo », sur www.boxofficemojo.com (consulté le 11 février 2017)
  103. (en) Pallab Ghosh, « Interstellar 'should be shown in school lessons' », BBC News,‎ (lire en ligne)
  104. (en) Gregg Kilday, « AFI List of Top 10 Films Expands to Include 11 », The Hollywood Reporter,‎ (lire en ligne)
  105. « Oscars 2015: See the Full List of Nominees », sur Time (consulté le 11 février 2017)
  106. (en) Todd Spangler, « Paramount Teams with Google Play for ‘Interstellar’ Time-Capsule Promo (Video) », Variety,‎ (lire en ligne)
  107. (en) « Google hits Play on 'Interstellar' video time capsule », sur usatoday.com
  108. (en) Dave McNary, « Christopher Nolan’s Syncopy Teaming With Zeitgeist on Blu-ray Releases (EXCLUSIVE) », Variety,‎ (lire en ligne)
  109. (en) Zack Sharf, « Why ‘The Quay Brothers in 35mm’ is One of Christopher Nolan’s Greatest Accomplishments | IndieWire », sur www.indiewire.com (consulté le 2 avril 2017)
  110. « Christopher Nolan's next movie is a documentary short », sur EW.com, (consulté le 2 avril 2017)
  111. (en) Mike Fleming Jr, « Christopher Nolan Joins Film Foundation Board », Deadline,‎ (lire en ligne)
  112. (en) Scott Foundas, « Christopher Nolan Rallies the Troops to Save Celluloid Film », Variety,‎ (lire en ligne)
  113. (en) Ben Child, « Tarantino and Nolan share a Kodak moment as studios fund film processing », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne)
  114. (en) Will Lawrence, « Christopher Nolan interview for Inception », sur Telegraph.co.uk, (consulté le 29 août 2016)
  115. « British Cinematographer | Covering international cinematography // », (consulté le 29 août 2016)
  116. « Biographie de Christopher Nolan », sur imdb.com (consulté le 3 juin 2013)
  117. (en) « The Z To A Of Christopher Nolan »
  118. (de) « Die Besten Wimpern Tipps - Alles über Styling, Pflegeprodukte und vieles mehr », sur Die Besten Wimpern Tipps (consulté le 29 août 2016)
  119. « Forbes - Christopher Nolan », sur Forbes.com (consulté le 29 août 2016)
  120. Gideon Lewis-kraus, « The Exacting, Expansive Mind of Christopher Nolan », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  121. Cinéma CANAL+, « INTERSTELLAR - Interview VOST Cinéma », (consulté le 29 août 2016)
  122. (en) Jenelle Riley, « « Dark Knight Rises » Director Christopher Nolan's Shocking Admission: No Cell Phone, Email Address », sur Hollywoodreporter.com, (consulté le 29 août 2016)
  123. (en) Jenelle Riley, « Christopher Nolan Embraces Film Tech But Doesn't Own a Cell Phone », sur Backstage.com, mis en ligne le 18 juillet 2012 (consulté le 29 août 2016)
  124. (en) Sam Mendes, « A-List Directors, interviewed by Sam Mendes », sur Empire (consulté le 29 août 2016)
  125. « To 'Room 237' and Beyond: Exploring Stanley Kubrick's 'Shining' influence with Christopher Nolan, Edgar Wright, more » (consulté le 13 août 2016)
  126. a et b « A Conversation with Christopher Nolan », (consulté le 13 août 2016)
  127. a et b « Christopher Nolan interview for Inception » (consulté le 13 août 2016)
  128. a et b (en) Jim Vejvoda, « Chris Nolan's Dark Knight Rises Movie Influences », sur IGN, (consulté le 13 août 2016)
  129. « 'The Dark Knight Rises': Bring on the 'Knight' » (consulté le 13 août 2016)
  130. a et b « The Traditionalist - Christopher Nolan », sur www.dga.org (consulté le 13 août 2016)
  131. (en) « The Unofficial Christopher Nolan Site / Biographie »
  132. « DirectorsRecommend - Christopher Nolan Recommends films », sur www.24lps.net (consulté le 13 août 2016)
  133. « Christopher Nolan’s Top 10 » (consulté le 13 août 2016)
  134. (en) « Q&A: Christopher Nolan on Dreams, Architecture, and Ambiguity » (consulté le 13 août 2016)
  135. (en) « 9 Easter Eggs From the Bookshelf in Interstellar » (consulté le 13 août 2016)
  136. (en) Source: Tate, « Christopher Nolan: how Francis Bacon inspired my Dark Knight Batman trilogy - video », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne)
  137. « Document Citation », sur cinefiles.bampfa.berkeley.edu (consulté le 13 août 2016)
  138. (en) Jesser, Pourroy, , p. 51
  139. (en) « Christopher Nolan », sur Rotten Tomatoes (consulté le 3 septembre 2016)
  140. (en) « Christopher Nolan », sur Metacritic (consulté le 3 septembre 2016)
  141. (en) Internet Movie Database, « Christopher Nolan », sur Amazon.com (consulté le 3 septembre 2016)
  142. a et b « Filmographie de Christopher Nolan », sur AlloCiné (consulté le 19 octobre 2016)
  143. a et b (en) « Following : Box Office », sur Boxofficemojo.com (consulté le 19 août 2017).
  144. « Box office des films de Christopher Nolan », sur JP's Box-Office.com (consulté le 23 juin 2015).
  145. a et b (en) « Memento : Box Office », sur Boxofficemojo.com (consulté le 19 août 2017).
  146. a et b (en) « Insomnia : Box Office », sur Boxofficemojo.com (consulté le 19 août 2017).
  147. a et b (en) « Batman Begins : Box Office », sur Boxofficemojo.com (consulté le 19 août 2017).
  148. a et b (en) « Prestige : Box Office », sur Boxofficemojo.com (consulté le 19 août 2017).
  149. a et b (en) « The Dark Knight : Box Office », sur Boxofficemojo.com (consulté le 19 août 2017).
  150. a et b (en) « Inception : Box Office », sur Boxofficemojo.com (consulté le 19 août 2017).
  151. a et b (en) « The Dark Knight Rises : Box Office », sur Boxofficemojo.com (consulté le 19 août 2017).
  152. a et b (en) « Interstellar : Box Office », sur Boxofficemojo.com (consulté le 19 août 2017).
  153. a et b (en) « Dunkirk : Box Office », sur Boxofficemojo.com (consulté le 19 août 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) James Mottram, The Making of Memento, New York, Faber, (ISBN 0571214886)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]