Christopher Nolan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Christopher Nolan
Description de cette image, également commentée ci-après
Christopher Nolan au Festival de Cannes 2018.
Nom de naissance Christopher Edward Nolan
Naissance (52 ans)
Westminster (Londres, Royaume-Uni)
Nationalité Drapeau du Royaume-Uni Britannique
Drapeau des États-Unis Américaine
Profession Réalisateur, scénariste, producteur, monteur
Films notables Memento
The Dark Knight (trilogie)
Le Prestige
Inception
Interstellar
Dunkerque
Tenet

Christopher Nolan (prononcé en anglais : /ˈkɹɪstəfɚ ˈnoʊlən/) est un réalisateur, scénariste, monteur et producteur de cinéma britannico-américain, né le à Westminster (Londres). Ses films ont rapporté plus de 5 milliards de dollars dans le monde et ont obtenu onze Oscars sur trente-six nominations.

Né et élevé à Londres, Nolan développe un intérêt pour le cinéma dès son plus jeune âge. Après avoir étudié la littérature anglaise à l'University College de Londres, il fait ses débuts dans le cinéma avec Following (1998). Nolan acquiert une reconnaissance internationale avec son deuxième film, Memento (2000), pour lequel il est nommé à l'Oscar du meilleur scénario original. Il passe du cinéma indépendant au cinéma de studio avec Insomnia (2002), et rencontre un nouveau succès critique et commercial avec la trilogie Dark Knight (2005-2012), Le Prestige (2006) et Inception (2010), qui reçoit huit nominations aux Oscars, notamment pour le meilleur film et le meilleur scénario original. Suivent Interstellar (2014), Dunkerque (2017) et Tenet (2020). Pour Dunkerque, il obtient une nomination aux Oscars pour prix du meilleur film et sa première nomination pour le prix du meilleur réalisateur.

Nourrie de préoccupations philosophiques, sociologiques ou éthiques, son œuvre explore la moralité humaine, la construction du temps et la malléabilité de la mémoire et de l'identité personnelle. Elle se singularise par la présence d'éléments métafictifs, de changements temporels, de perspectives solipsistes, de narrations non linéaires, d'effets spéciaux pratiques, de formats larges, et de relations analogues entre le langage visuel et les éléments narratifs. Il coécrit plusieurs de ses films avec son frère Jonathan, et dirige la société de production Syncopy Inc. avec sa femme Emma Thomas.

Nolan reçoit de nombreux prix et distinctions. Time le désigne comme l'une des 100 personnes les plus influentes au monde en 2015, tandis qu'en 2019, il est nommé l'ordre de l'Empire britannique par la reine Élisabeth II pour services rendus aux arts cinématographiques.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Christopher Edward Nolan naît à Westminster, à Londres, et grandit à Highgate[1],[2]. Il est élevé dans la religion catholique[3]. Son père, Brendan James Nolan, est un publicitaire britannique qui travaille comme directeur artistique[4]. Sa mère, Christina (née Jensen), travaille successivement comme hôtesse de l'air américaine puis comme professeur d'anglais[4],[5],[6]. L'enfance de Nolan est partagée entre Londres et Evanston, dans l'Illinois, il a les deux nationalités, britannique et américaine[7],[8],[9]. Il a un frère aîné, Matthew[10], et un frère cadet, Jonathan, qui travaille également dans le domaine du cinéma[11]. En grandissant, Nolan est particulièrement influencé par le travail de Ridley Scott et par les films de science-fiction 2001, l'Odyssée de l'espace (2001: A Space Odyssey, 1968) et Star Wars (1977)[12],[13]. Il commence à faire des films à l'âge de sept ans, empruntant la caméra Super 8 de son père et filmant des figurines[14],[15], dont un hommage à Star Wars en stop motion intitulé Space Wars. Il fait jouer son frère Jonathan et construit des décors à partir « d'argile, de farine, de boîtes à œufs et de rouleaux de papier toilette »[12]. Son oncle, qui travaille à la NASA sur le système de guidage des fusées Apollo, lui envoie la vidéo d'un lancement de fusée, avec laquelle Nolan s'amuse à faire des montages : « Je les ai re-filmées hors de l'écran et je les ai insérées, en pensant que personne ne le remarquerait », dira plus tard Nolan[5],[16],[17]. Dès l'âge de onze ans, il aspire à devenir un cinéaste professionnel[11]. Entre 1981 et 1983, Nolan s'inscrit à Barrow Hills, une école préparatoire catholique de Weybridge, dans le Surrey, dirigée par des prêtres joséphites[18]. À l'adolescence, Nolan commence à réaliser des films avec Adrien et Roko Belic. Nolan et Roko coréalisent le surréaliste court-métrage Tarantella (1989), un film surréaliste tourné en 8 mm diffusé sur Image Union, une vitrine indépendante spécialisée dans les films et la vidéo appartenant à la chaîne Public Broadcasting Service[Note 1],[22],[23].

Photographie d'une sculpture située dans une gallerie d'art.
La Flaxman Gallery de la University College of London est utilisée par Nolan pour une scène dans Inception (2010).

Élève du Haileybury and Imperial Service College, une école privée à Hertford Heath dans le Hertfordshire, Nolan étudie ensuite la littérature anglaise au University College de Londres (UCL). Renonçant à une formation cinématographique traditionnelle, il poursuit « un diplôme dans un domaine sans rapport avec le cinéma... parce que cela donne une vision différente des choses »[24]. Il choisit l'UCL spécifiquement pour ses installations de production de films, qui comprend une salle de montage Steenbeck et des caméras 16 mm[25]. Nolan est président de l'Union's Film Society[25] et il projette avec Emma Thomas, sa future épouse et productrice, des films en 35 mm durant l'année scolaire ; ils utilisent l'argent récolté pour produire des films en 16 mm pendant leurs vacances d'été[26].

Carrière[modifier | modifier le code]

Débuts remarqués (1993-2003)[modifier | modifier le code]

Après l'obtention de son diplôme en 1993, Nolan commence à travailler comme lecteur de scénario, caméraman et réalisateur de vidéos d'entreprises et des films industriels[6],[25],[27]. En 1995, il commence à travailler sur le court-métrage Larceny (1995), filmé sur un week-end en noir et blanc et avec des moyens limités et une équipe réduite[22],[28]. Financé par Nolan et tourné avec l'équipement de la société, le court-métrage est projeté au Festival du Film de Cambridge en 1996 et est considéré comme l'un des meilleurs courts-métrages de l'UCL[29]. Il réalise un troisième court-métrage, Doodlebug (1997), l'histoire d'un homme chassant un insecte avec une chaussure, pour finalement découvrir que c'est une miniature de lui-même[24],[30]. Nolan et Thomas tentent pour la première fois de réaliser un long métrage au milieu des années 90 avec un projet intitulé Larry Mahoney, qui finit par être abandonné[31]. À cette période de sa carrière, Nolan n'a quasiment aucune chance de faire voir le jour à ses projets cinématographiques : il appelle cette période « la pile de lettres de refus ». Il critique plus tard le manque d'investissements dans le cinéma en Grande-Bretagne et le manque d'ouverture d'esprit des investisseurs : « au Royaume-Uni, les possibilités de financement sont très limitées. Pour être honnête, c'est un endroit très fermé... Je n'ai jamais eu le moindre soutien de l'industrie cinématographique britannique »[32].

En 1998, Nolan réalise son premier long-métrage, Following, le suiveur (Following), qu'il écrit, réalise, photographie et monte. Le film raconte l'histoire d'un jeune romancier en panne d'inspiration (Jeremy Theobald) qui, pour pallier son manque d'imagination, suit des inconnus choisis au hasard dans les rues de Londres. Ne parvenant pas à garder ses distances, il est progressivement aspiré dans un milieu criminel. Le film est inspiré de l'expérience de Nolan à Londres où son appartement cambriolé : « Il existe un lien intéressant entre l'étranger qui prend vos biens et le concept de suivre les gens au hasard dans une foule, les deux étant peu ordinaires pour des relations sociales »[33]. Co-produit avec Emma Thomas et Jeremy Theobald[34], Following est réalisé pour un budget très modeste de 3 000 livres sterling[35],[36]. La plupart des acteurs et de l'équipe sont des amis du réalisateur et le tournage se déroule sur plusieurs week-ends au cours d'une année[36]. Pour économiser la pellicule, chaque scène dans le film est préalablement répétée de façon intensive afin de ne faire qu'une ou deux prises pour le montage final[24],[37]. Following remporte de nombreuses récompenses[38],[39] et est plutôt bien reçu par la critique. Le New Yorker affirme que Following « fait écho aux classiques de Hitchcock… en plus subtil et plus méchant »[14]. Le , le film sort en DVD et Blu-Ray et intègre la Criterion Collection[40].

« [La] différence entre tourner Following avec des amis portant nos propres vêtements et ma mère qui leur fait des sandwichs et dépenser 4 millions de dollars payés par quelqu'un d'autre avec Memento et avoir une équipe d'une centaine de personnes est, à ce jour, le plus grand saut que j'ai jamais fait »[36]

Le succès de Following permet à Nolan de réaliser un projet plus ambitieux, Memento (2000). C'est son frère Jonathan qui lui soumet l'histoire d'un homme atteint d'une amnésie antérograde, qui utilise des notes et des tatouages pour traquer l'assassin de sa femme. Jonathan utilise cette histoire dans une nouvelle intitulée Memento Mori (2001), tandis que son frère en développe un scénario dont l'histoire est racontée à l'envers. Aaron Ryder, un cadre de chez Newmarket Films déclare qu'il s'agit « peut-être le script le plus innovant que j'ai jamais vu »[41]. Le film est doté d'un budget de 4,5 millions de dollars, avec Guy Pearce et Carrie-Anne Moss dans les rôles principaux[42]. Memento est diffusé pour la première fois en au Festival international du film de Venise et est acclamé par la critique[43]. Joe Morgenstern écrit dans sa critique du Wall Street Journal : « Je ne me souviens pas qu'un film ait paru aussi intelligent, étrangement touchant et sournoisement drôle en même temps »[44]. Basil Smith, dans le livre The Philosophy of Neo-Noir, dessine une comparaison avec l'Essai sur l'entendement humain de John Locke, qui fait valoir que nos souvenirs conscients constituent notre identité, un thème que Nolan explore dans le film[45]. Le film, qui totalise près de 40 millions de dollars de recettes mondiales, est un succès au box-office[46]. Memento reçoit un certain nombre de distinctions, notamment des nominations aux Oscars et aux Golden Globes au prix du meilleur scénario, mais aussi deux récompenses aux Independant Spirit Award pour les prix de la meilleure réalisation et du meilleur scénario, ainsi qu'une nomination à la Directors Guild of America[47]. Memento est considéré par de nombreux critiques comme l'un des meilleurs films des années 2000[48]. En 2017, le film est sélectionné par la Bibliothèque du Congrès aux États-Unis pour être conservé au National Film Registry, jugé « culturellement, historiquement ou esthétiquement important »[49].

Photographie d'un homme avec des lunettes habillé en costume blanc.
Le réalisateur Steven Soderbergh soutient Nolan dans sa transition vers le cinéma des grands studios.

Impressionné par son travail sur Memento, Steven Soderbergh recrute Nolan pour réaliser le thriller psychologique Insomnia (2002). Le film met en scène les vedettes oscarisées Al Pacino, Robin Williams et Hilary Swank[50]. Warner Bros. souhaite initialement un réalisateur plus expérimenté, mais Soderbergh et sa société de production Section Eight Productions se battent pour Nolan, pour ses choix de Wally Pfister à la photographie et de Dody Dorn au montage[51]. Avec un budget de 46 millions de dollars, Insomnia est décrit comme « un film Hollywoodien plus conventionnel que les œuvres précédentes du réalisateur »[50]. Remake d'un film norvégien du même nom sorti en 1997, Insomnia raconte l'histoire de deux policiers de Los Angeles envoyés dans une ville d'Alaska pour enquêter sur le meurtre méthodique d'une adolescente. Les critiques sont globalement positives et le film obtient de bons résultats au box-office, récoltant près de 113 millions de dollars dans le monde entier[52],[53]. Le critique de cinéma Roger Ebert félicite le film pour son introduction de nouvelles perspectives et idées sur les questions de la morale et de la culpabilité : « Contrairement à beaucoup de remakes, le Insomnia de Nolan n'est pas une pâle copie, mais un réexamen du contenu, comme une nouvelle version d'une bonne pièce »[54]. Richard Schickel du Time estime que Insomnia est « un digne successeur » de Memento qui « privilégie l'atmosphère à un mystère pas vraiment mystérieux »[55]. Erik Skjoldbjærg, le réalisateur du film original, est satisfait de la version de Nolan, la jugeant « intelligemment conçue, avec une bonne direction du réalisateur »[56].

Après Insomnia, Nolan planifie un film biographique sur Howard Hughes mettant en vedette Jim Carrey. Il écrit un scénario, mais après avoir appris que Martin Scorsese est déjà en train de réaliser un biopic sur le même personnage (Aviator, 2004), il abandonne le scénario à contrecœur et se dirige vers d'autres projets[57],[58]. Après avoir refusé une offre pour réaliser le film historique Troie (Troy, 2004)[59], Nolan travaille sur l'adaptation du roman The Keys to the Street de Ruth Rendell dans un scénario qu'il a l'intention de réaliser pour la Fox Searchlight Pictures, mais il abandonne finalement le projet en raison des similitudes qu'il présente avec ses précédents films[60]. Nolan doit aussi adapter la série télévisée Le Prisonnier au cinéma[61], mais le projet est lui aussi abandonné[62].

Consécration (2003-2013)[modifier | modifier le code]

Au début de l'année 2003, Nolan approche Warner Bros. avec l'idée de faire un nouveau film Batman[63]. Nolan est fasciné par l'idée d'ancrer le film dans un univers réaliste qui rappelle davantage un drame classique qu'un fantasme de bande dessinée[64]. Le réalisateur utilise principalement des cascades traditionnelles et des effets miniatures pendant le tournage, et limite l'utilisation d'effets spéciaux numériques[63]. Batman Begins est le plus grand projet entrepris par Nolan depuis le début de sa carrière[64]. Sorti dans les salles en , le film connaît un succès critique et commercial[65]. Avec pour vedettes Christian Bale dans le rôle principal, ainsi que Michael Caine, Liam Neeson, Gary Oldman, Morgan Freeman ou encore Cillian Murphy, Batman Begins relance la franchise, annonçant une tendance de reboots sombres retraçant les origines de personnages d'une saga[66],[67]. Le film raconte les origines de l'histoire du personnage : Bruce Wayne qui a peur des chauve-souris, la mort de ses parents, son épopée pour devenir Batman et enfin son combat contre Ra's al Ghul qui souhaite détruire Gotham City. Il est notamment applaudi pour sa profondeur psychologique et sa pertinence contemporaine[68]. Kyle Smith du New York Post le qualifie d'« avertissement aux responsables des jolies aventures d'hommes en collants. Il efface le sourire en coin des films de super-héros »[69]. Batman Begins est le huitième plus grand succès cinématographique de l'année 2005 aux États-Unis et le neuvième dans le monde[70]. Il est nommé à l'Oscar de la meilleure photographie et remporte également trois BAFTA Awards[71]. Un article publié dans le magazine Forbes à l'occasion du dixième anniversaire du film, en décrit l'influence sur les films de super-héros : « Le terme reboot fait maintenant partie de notre vocabulaire courant, les films d'origine de super-héros ont surfé sur la vague du sombre et du dur, et nous avons maintenant une nouvelle perception de narration d'une adaptation en film d'une bande dessinée »[72].

Avant de revenir à la trilogie Batman, Nolan réalise, co-écrit et produit Le Prestige (The Prestige, 2006), adaptation d'un roman de Christopher Priest qui raconte l'histoire de deux prestidigitateurs rivaux au XIXe siècle[73]. En 2001, lorsque Nolan est en postproduction pour Insomnia, il demande à son frère Jonathan Nolan de l'aider à écrire le script pour le film. Le scénario naît de la collaboration intermittente entre les deux frères pendant cinq ans[74]. Nolan a initialement l'intention de réaliser le film dès 2003, mais le projet est reporté après qu'il a accepté de réaliser Batman Begins[75]. Avec Hugh Jackman, Christian Bale et Scarlett Johansson dans les rôles principaux, Le Prestige reçoit des retours élogieux et rapporte 109 millions de dollars dans le monde entier[76],[77]. Avec un conte sombre et mouvementé, Roger Ebert décrit le film comme « atmosphérique, obsessionnel, presque satanique »[78]. Pour le Los Angeles Times, le film est un mélodrame troublant et ambitieux, qui donne à comprendre « le prix à payer pour l'immortalité dans un domaine créatif »[79]. Philip French écrit dans sa critique pour The Guardian : « Outre l'excitation intellectuelle ou philosophique qu'il suscite, Le Prestige est captivant, plein de suspense, mystérieux, émouvant et souvent sombrement drôle... »[80]. Le Prestige est nommé aux Oscars de la meilleure photographie et des meilleurs décors[81].

Photographie de trois hommes et deux femmes debout devant un écran de projection. L'homme à gauche sourit en parlant dans un micro.
Nolan avec le casting et l'équipe de The Dark Knight (2008) lors de la première européenne à Londres.

En , Nolan annonce que la suite de Batman Begins s'intitule The Dark Knight, Le Chevalier Noir (The Dark Knight, 2008)[82]. Le film raconte l'histoire de Batman essayant d'arrêter le personnage du Joker (joué par Heath Ledger) dans sa frénésie criminelle. En faisant cette suite, Nolan veut insister sur la noirceur du premier film et raconter « la dynamique de l'histoire d'une ville, avec une grande organisation criminelle et dans laquelle vous êtes à la recherche de la police, du système judiciaire, d'un justicier, des criminels, des riches et des pauvres »[83]. Sorti en 2008, très acclamé par la critique, The Dark Knight est considéré comme l'un des meilleurs films des années 2000, et, plus encore, comme l'un des meilleurs films de super-héros de l'histoire du cinéma[48],[84],[85]. Manohla Dargis du New York Times écrit que, d'un point de vue artistique, le film est supérieur à beaucoup de blockbusters : « Situé entre l'art et l'industrie, entre la poésie et le divertissement, il est plus sombre et plus profond que tous les autres films hollywoodiens dans le cinéma de super-héros »[86]. Roger Ebert le décrit de même comme « un film hanté, qui saute au-delà de ses origines et devient un drame captivant »[87]. Le film enregistre, au cours de son exploitation, un certain nombre de records au box-office[88], rapportant plus d'un milliard de dollars dans le monde[89]. C'est le premier long-métrage tourné, au moins en partie, avec le format 15/70 mm des caméras IMAX[90]. À la 81e Cérémonie des Oscars, le film est nommé huit fois et a remporté deux prix : celui du meilleur montage sonore et, à titre posthume, celui du meilleur acteur dans un second rôle pour Heath Ledger[91]. Nolan est reconnu par ses pairs après ses nominations aux Directors Guild of America (DGA), Writers Guild of America (WGA) et Producers Guild of America (PGA)[47]. Jugé « culturellement, historiquement ou esthétiquement important », The Dark Knight est sélectionné en 2017 par la Bibliothèque du Congrès aux États-Unis pour être conservé au National Film Registry[92].

Photographie de sept personnes en costumes debout devant un écran de projection.
Le casting de Inception à l'avant-première du film en juillet 2010.

Après le triomphe de The Dark Knight, Nolan signe un contrat avec Warner Bros. pour réaliser Inception (2010). Il est également scénariste et coproducteur du film, qu'il décrit comme « un film d'action avec de la science-fiction contemporaine mis dans l'architecture de l'esprit »[93]. Avec un casting prestigieux mené par Leonardo DiCaprio, le film sort le 16 juillet 2010, et connaît un succès critique et commercial[94]. Le Chicago Sun-Times décerne au film un « A+ » et le consacre comme « l'un des meilleurs films du XXIe siècle »[95]. Pour Mark Kermode, il s'agit du meilleur de l'année 2010 : « Inception est la preuve que les gens ne sont pas stupides, que le cinéma n'est pas trash, et qu'il est possible pour les blockbusters et l'art d'être la même chose »[96],[97]. Le film rapporte plus de 820 millions de dollars à travers le monde[98] et est nommé pour huit Oscars, dont celui du meilleur film. Il remporte les Oscars de la meilleure photographie, du meilleur mixage de son, du meilleur montage de son et des meilleurs effets visuels[99]. Nolan est également nommé aux BAFTA et aux Golden Globes[47].

En 2012, Nolan réalise son troisième et dernier film Batman, The Dark Knight Rises, avec Christian Bale qui reprend le rôle titre. Bien que Nolan ait d'abord hésité à revenir à la série, il accepte de revenir après avoir développé une histoire avec son frère et David S. Goyer qui, selon lui, terminerait la série sur une bonne note[100],[101]. Le film sort en et reçoit des critiques positives ; Andrew O'Hehir de Salon.com le qualifie de « spectacle auteuriste à une échelle jamais possible et jamais tentée auparavant »[102],[103]. Christy Lemire de l'Associated Press écrit dans sa critique que Nolan conclut sa trilogie d'une « manière spectaculaire et ambitieuse », mais n'apprécie pas l'histoire « surchargée » et sa noirceur excessive[104]. Comme son prédécesseur, le film est un succès au box-office, devenant le treizième film à atteindre le milliard de dollars[105]. Lors de la projection du film à minuit au cinéma Century 16 d'Aurora, dans le Colorado, un tireur ouvre le feu à l'intérieur de la salle, tuant 12 personnes et en blessant 58 autres[106]. Nolan fait une déclaration à la presse pour exprimer ses condoléances aux victimes de ce qu'il décrit comme une tragédie insensée[107].

Photographie d'un homme en costume à un festival.
Nolan à la première de Man of Steel à Londres en 2013.

Au cours de discussions sur le scénario de The Dark Knight Rises en 2010, Goyer indique à Nolan son idée de remettre Superman dans un contexte moderne[108]. Impressionné par le concept de premier contact proposé par Goyer, Nolan lance alors l'idée de Man of Steel (2013) à Warner Bros, qui embauche Nolan à la production et Zack Snyder à la réalisation[108],[109]. Mettant en vedette Henry Cavill, Amy Adams, Kevin Costner, Russell Crowe et Michael Shannon, Man of Steel rapporte plus de 660 millions de dollars au box-office, mais reçoit des critiques divisées[110]. Malgré cet accueil mitigé, Nolan se dit très impressionné par le travail de Snyder, affirmant que le réalisateur a « frappé un grand coup » et qu'il estime que le film est autant capable d'enthousiasmer le public que la version de 1978 avec Christopher Reeve qui l'avait marqué[111].

Cinéaste établi (2014-2019)[modifier | modifier le code]

Photographie d'un homme en train de parler dans un micro.
Le frère de Nolan, Jonathan, coécrit le scénario d'Interstellar.

En janvier 2013, il est annoncé officiellement que Nolan va réaliser, écrire et produire un film de science-fiction intitulé Interstellar. Les premiers jets du scénario sont écrits par Jonathan Nolan, et le film était censé être réalisé par Steven Spielberg[112]. Basé sur les travaux scientifiques du célèbre physicien Kip Thorne, le film suit un groupe d'astronautes qui traversent un trou de ver à la recherche d'un nouveau foyer pour l'humanité[113]. Avec Matthew McConaughey, Anne Hathaway, Michael Caine, Matt Damon, Jessica Chastain ou encore Mackenzie Foy, Interstellar sort en salles le 5 novembre 2014 et reçoit des critiques positives ; le film obtient aussi de bons résultats au box-office, avec plus de 700 millions de dollars de recettes dans le monde entier[114],[115],[116]. A. O. Scott écrit, dans sa critique pour le New York Times, « Interstellar, qui regorge d'éblouissements visuels et d'ambitions thématiques [...] est une aventure futuriste de grande envergure animée par le chagrin, l'effroi et le regret »[117]. La documentariste Toni Myers déclare à propos du film : « Je l'ai adoré parce qu'il aborde l'aspect le plus difficile de l'exploration humaine, à savoir le fait qu'il s'agit d'un voyage multigénérationnel. C'était une véritable œuvre d'art »[118]. Interstellar est particulièrement félicité pour sa précision scientifique, conduisant à la publication de deux articles scientifiques[119] et au fait que l'American Journal of Physics recommande désormais aux écoles de montrer le film pendant les cours de sciences[120],[121]. Il est aussi nommé parmi les meilleurs films de l'année par l'American Film Institute (AFI)[122]. À la 87e cérémonie des Oscars, le film remporte l'Oscar des meilleurs effets visuels et reçoit quatre autres nominations (musique de film, mixage son, montage sonore, décors)[123]. Nolan et Thomas sont producteurs exécutifs sur le film Transcendance (2014), le premier film de Wally Pfister, chef opérateur de longue date de Nolan[124].

Au milieu des années 2010, Nolan participe à plusieurs projets de préservation et de distribution de films de cinéastes moins connus. En 2015, la société de production de Nolan Syncopy forme une coentreprise avec Zeitgeist Films, dans l'optique de sortir des éditions Blu-Ray des films de Zeitgeist les plus prestigieux[125]. À l'occasion de la sortie en Blu-Ray des films d'animation des frères Quay, Nolan réalise le court-métrage documentaire Quay. Il lance également une tournée cinématographique à l'honneur des deux frères, en ressortant notamment les courts-métrages In Absentia, The Comb ou encore Street of Crocodiles dans certaines salles de cinéma. Les initiatives ainsi que le court-métrage de Nolan sont salués par la critique. Indiewire écrit d'ailleurs dans sa critique que les frères « auront des centaines, si ce n'est des milliers de fans en plus grâce à Nolan, et que The Quay Brothers en 35 mm sera toujours l'une des contributions les importantes de ce dernier au cinéma »[126],[127]. Défenseur de la survie du support analogique, Nolan et l'artiste visuelle Tacita Dean invitent les représentants des principales archives cinématographiques américaines, des laboratoires et des institutions de présentation à participer à un sommet informel intitulé Reframing the Future of Film au Getty Museum en [128],[129]. Des événements ultérieurs ont lieu à la Tate Modern de Londres, au Museo Tamayo de Mexico et au Tata Theatre de Mumbai[130]. Toujours en 2015, Nolan rejoint le conseil d'administration de la Film Foundation, une association dédiée à la préservation des films[131]. Le réalisateur est aussi nommé, avec Martin Scorsese, par la Bibliothèque du Congrès pour siéger au National Film Preservation Board (NFPB) en tant que représentant de la Directors Guild of America (DGA)[132].

Après avoir été producteur exécutif aux côtés d'Emma Thomas sur Batman v Superman : L'Aube de la justice (Batman v Superman: Dawn of Justice, 2016) et Justice League (2017) de Zack Snyder[133],[134], Nolan revient à la réalisation avec Dunkerque (Dunkirk, 2017). Basé sur son propre scénario original et coproduit avec Thomas, l'histoire se déroule au milieu de la Seconde Guerre mondiale et de l'évacuation de Dunkerque, en France, en mai 1940. Décrivant le film comme un récit de survie avec une structure en triptyque, Nolan souhaite faire un « film sensoriel, presque expérimental » avec un minimum de dialogues[135]. Il déclare avoir attendu pour réaliser Dunkerque d'avoir gagné la confiance d'un grand studio qui lui permettrait de le faire comme un film britannique, mais avec un budget américain[136]. Avant le tournage, Nolan demande conseil à Steven Spielberg, qui déclare plus tard dans un entretien avec Variety : « Sachant et respectant le fait que Chris [Nolan] est l'un des cinéastes les plus imaginatifs du monde, je lui ai conseillé de laisser son imagination, comme je l'ai fait pour Il faut sauver le soldat Ryan [(Saving Private Ryan, 1998)], au second plan par rapport aux recherches qu'il effectue pour rendre authentique ce drame historique »[137]. Avec Fionn Whitehead, Jack Lowden, Aneurin Barnard, Harry Styles, Tom Hardy, Mark Rylance, Cillian Murphy et Kenneth Branagh[138], Dunkerque sort en salles en , bénéficiant d'un accueil critique favorable et de bons résultats au box-office[139],[140],[141]. Le film rapporte plus de 526 millions de dollars dans le monde entier, ce qui en fait le film sur la Seconde Guerre mondiale le plus rentable de tous les temps[142]. Dans sa critique, Mick LaSalle du San Francisco Chronicle écrit : « C'est l'un des meilleurs films de guerre jamais réalisés, distinct dans son aspect, dans son approche et dans l'effet qu'il produit sur les spectateurs. Il existe des films — ils sont rares — qui vous sortent de votre situation actuelle et vous immergent si complètement dans une autre expérience que vous en restez bouche bée. Dunkerque est ce genre de film »[143]. Le film reçoit de nombreux éloges, et Nolan obtient sa première nomination à l'Oscar du meilleur réalisateur[144].

En 2018, Nolan supervise une nouvelle copie 70 mm de 2001, l'Odyssée de l'espace (1968) de Stanley Kubrick, réalisée à partir du négatif original de la caméra ; il la présente au Festival de Cannes 2018[145]. USA Today observe que les festivaliers accueillent le réalisateur « comme une rock star avec une ovation debout »[146]. Un an plus tard, Nolan et Thomas produisent The Doll's Breath (2019), un court-métrage d'animation réalisé par les frères Quay[147]. À la fin de la décennie, Nolan jouit d'une réputation d'« auteur hollywoodien » et de « réalisateur vedette »[148],[149]. The Cinemaholic écrit : « Une célébrité à part entière, il est l'un des noms les plus reconnaissables dans le monde de la réalisation. Il connaît un succès sans précédent, tant sur le plan commercial que critique — un exploit rare à réaliser par tous les moyens. Il y a des légions de fans à travers le monde — et pas seulement en Amérique — qui le vénèrent et suivent le moindre de ses gestes »[150].

2020 à aujourd'hui[modifier | modifier le code]

La réalisation suivante de Nolan est un mélange de film d'espionnage et de science-fiction, Tenet (2020), décrit par le Sunday Times comme un concentré des obsessions du cinéaste[151]. Nolan travaille sur le scénario pendant plus de cinq ans après avoir mis en place les idées centrales pendant plus d'une décennie[152]. Retardé trois fois en raison de la pandémie de Covid-19, Tenet sort en août 2020 et constitue le premier blockbuster hollywoodien à ouvrir dans les salles après le premier confinement français[153]. Avec John David Washington, Robert Pattinson, Elizabeth Debicki, Dimple Kapadia, Michael Caine et Kenneth Branagh, le film rapporte plus de 360 millions de dollars au box-office mondial, pour un budget de 200 millions hors marketing[154],[155]. Tenet reçoit des critiques généralement positives[156], mais est également considéré comme le film le plus polarisant de sa carrière[157]. Peter Bradshaw du Guardian attribue cinq étoiles au film, le qualifiant de « grotesque dans la tradition de Le Point de non-retour de Boorman, ou même de Zabriskie Point d'Antonioni, un jeu d'esprit pince-sans-rire, une cadence cérébrale, une floraison pince-sans-rire d'invraisemblance folle, mais surchargé d'énergie et d'imagination stéroïdiennes »[158]. Leslie Felperin du Hollywood Reporter le décrit comme « un film froid et cérébral — facile à admirer, surtout parce qu'il est si audacieux et original, mais presque impossible à aimer, car il manque d'humanité »[159]. Le film remporte le prix des meilleurs effets visuels à la 93e cérémonie des Oscars et est également nommé pour le prix des meilleurs décors[160].

Après la sortie de Tenet, Nolan rejoint le conseil consultatif de la Society of Motion Picture and Television Engineers[161], tandis que le livre de Tom Shone sur le travail de Nolan, The Nolan Variations : The Movies, Mysteries, and Marvels of Christopher Nolan (2020), est acclamé par la critique[162],[163]. Sam Mendes le qualifie d'« érudit, complexe, labyrinthique et expansif — aussi proche que possible du dessin d'Escher qu'est le remarquable cerveau de Christopher Nolan »[162]. Nolan et Thomas sont producteurs exécutifs sur Zack Snyder's Justice League (2021), la version director's cut de Justice League (2017)[164].

En septembre 2021, il est annoncé que le douzième film de Nolan est un biopic centré sur Robert Oppenheimer et son rôle dans le développement de la bombe atomique[165]. Le film est financé et distribué par Universal Pictures, marquant la première fois depuis Memento que le réalisateur ne fait pas un film pour Warner Bros[166]. L'accord avec Universal est conclu lorsque, après avoir rencontré d'autres studios, Nolan se voit promettre un budget de production d'environ 100 millions de dollars avec un budget marketing conséquent, un contrôle créatif total, 20 % des recettes brutes, une fenêtre de 100 jours dans les salles et une période pendant laquelle le studio ne sort pas de film pendant les trois semaines précédant ou suivant la sortie du film[167]. En octobre 2021, il est annoncé que le film, intitulé Oppenheimer et tourné en IMAX et en 65 mm, sort le 21 juillet 2023. Le film met en vedette Cillian Murphy dans le rôle-titre, tandis que Hoyte van Hoytema, Jennifer Lame et Ludwig Göransson, qui ont déjà collaboré avec Nolan, reviennent tous dans leurs rôles techniques respectifs[168].

Vie privée[modifier | modifier le code]

À l'âge de dix-neuf ans, Christopher Nolan fait la rencontre d'Emma Thomas au University College de Londres[11],[26]. Emma Thomas travaille en tant que productrice sur tous les films de son mari. En 2001, après le succès de Memento, ils décident de fonder leur propre société de production, nommée Syncopy Films[169]. Le couple, qui s'est marié en 1997, a quatre enfants et habite à Los Angeles[170],[171]. Désireux de protéger sa vie privée, Nolan ne l'évoque que rarement dans ses interviews[172]. Toutefois, il a partagé publiquement certaines de ses préoccupations concernant l'avenir, telles que l'état actuel des armes nucléaires et des questions environnementales qui, selon lui, doivent être abordées[173]. Il exprime également son admiration pour l'objectivité scientifique, souhaitant qu'elle soit appliquée « dans tous les aspects de notre civilisation »[174]. Nolan fait un don à la campagne présidentielle de Barack Obama en 2012[175] et siège au conseil d'administration du Motion Picture & Television Fund (MPTF)[176].

Nolan ne possède ni téléphone portable ni adresse e-mail[177] : « Ce n'est pas que je sois luddiste ou que je déteste la technologie, mais ça ne m'a jamais intéressé [...] Quand j'ai emménagé à Los Angeles, en 1997, personne ou presque n'avait de portable, et depuis j'ai continué »[178]. Nolan interdit l'usage des mobiles sur ses tournages[179]. Dans une interview accordée à People en décembre 2020, Nolan confirme qu'il n'a pas d'e-mail ni de smartphone, mais qu'il a un « petit téléphone à clapet » qu'il emporte de temps en temps avec lui[180].

Analyse[modifier | modifier le code]

Influences[modifier | modifier le code]

Photographie en noir et blanc d'un vieil homme aux cheveux blancs et avec des rides.
Nolan cite M. C. Escher comme une influence majeure.

Le cinéaste cite souvent le graphiste néerlandais Maurits Cornelis Escher comme une influence majeure sur son propre travail : « Je suis très inspiré par les gravures de M. C. Escher et par l'intéressante connexion ou le brouillage des frontières entre l'art et la science, et l'art et les mathématiques »[173]. Une autre source d'inspiration est l'écrivain argentin Jorge Luis Borges. Le réalisateur considère Memento comme un « cousin étrange » de Funes ou la Mémoire et déclare : « Je pense que son écriture se prête naturellement à une interprétation cinématographique, car il s'agit d'efficacité et de précision, de l'essence d'une idée »[181].

Christopher Nolan cite Stanley Kubrick[182],[183], Michael Mann[184], Terrence Malick[183], Orson Welles[11], Fritz Lang[185], Nicolas Roeg[186], Sidney Lumet[185], David Lean[187], Ridley Scott[36], Terry Gilliam[11] et John Frankenheimer[188] comme influences. Il apprécie également les films de David Lynch et Jacques Tourneur[189]. Les films que Nolan préfère le plus à titre personnel sont Blade Runner (1982), Star Wars (1977), L'Homme qui voulut être roi (The Man Who Would Be King, 1975), Lawrence d'Arabie (Lawrence of Arabia, 1962), Chinatown (1974), 2001, l'Odyssée de l'espace (2001: A Space Odyssey, 1968), Withnail et moi (Withnail and I, 1987) et Les Chariots de feu (Chariots of Fire, 1981)[190],[191],[192],[193]. En 2013, Criterion Collection publie une liste des dix films que Nolan préfère dans leur catalogue, qui comprend The Hit (1984), Douze Hommes en colère (12 Angry Men, 1957), La Ligne rouge (The Thin Red Line, 1998), Le Testament du docteur Mabuse (Das Testament des Dr. Mabuse, 1933), Enquête sur une passion (Bad Timing, 1980), Furyo (Merry Christmas, Mr. Lawrence, 1983), For All Mankind (1989), Koyaanisqatsi (1982), Dossier secret (Mr. Arkadin, 1955) et Les Rapaces (Greed, 1924)[194]. Nolan est aussi un fan des films de James Bond[195], les citant comme une « énorme source d'inspiration » ; il exprime notamment son admiration pour le travail du compositeur John Barry[196].

L'habitude de Nolan pour l'emploi de scénarios non linéaires a été particulièrement influencée par le roman Waterland de Graham Swift, qui « fait des choses incroyables avec des timelines parallèles, et raconte une histoire dans différentes dimensions qui était extrêmement cohérente ». Il est aussi influencé par le langage visuel du film The Wall (1982) et la structure de Pulp Fiction (1994), affirmant être « fasciné par ce que Quentin Tarantino a fait »[36]. Inception est en partie influencé par le récit Enfer de Dante, la série Forêt de Max Ernst et les films Orphée (1950), La Jetée (1962), Au service secret de Sa Majesté (On Her Majesty's Secret Service, 1969) et Zabriskie Point (1970)[197]. Quant à Interstellar (2014), Nolan cite des influences littéraires, notamment Flatland par Edwin Abbott Abbott, The Wasp usine par Iain Banks et A Wrinkle in Time de Madeleine L'Engle[198]. Pour Dunkerque, Nolan dit avoir été inspiré par l'œuvre de Robert Bresson, par des films muets comme Intolérance (1916) et L'Aurore (1927), ainsi que par Le Salaire de la peur (1953)[199].

Nolan a aussi d'autres influences en dehors du cinéma, comme le peintre anglais Francis Bacon[200], les architectes Frank Lloyd Wright, Walter Gropius, Ludwig Mies van der Rohe, le poète T. S. Eliot (Quatre Quatuors, en particulier)[201], et les écrivains Raymond Chandler (Le Grand Sommeil a influencé ses premiers films)[202], James Ellroy, Jim Thompson et Charles Dickens (Le Conte de deux cités est une des influences de The Dark Knight Rises)[203].

Style[modifier | modifier le code]

Nolan est considéré comme un auteur et un cinéaste postmoderne[148],[204],[205],[206],[207]. Son style visuel se caractérise souvent par la présence de décors urbains, d'hommes en costume, de couleurs neutres, de scènes de dialogue cadrées en gros plan avec une faible profondeur de champ, d'inserts, de lieux et d'une architecture modernes[208]. Sur le plan esthétique, le réalisateur privilégie les ombres profondes et évocatrices, les éclairages de type documentaire, la caméra à l'épaule, des décors naturels et des lieux de tournage en extérieur plutôt qu'en studio[209],[210],[211]. Les palettes de couleurs de ses films sont influencées par son daltonisme[212]. Nolan note que nombre de ses films s'inspirent du film noir, et il est aussi connu pour avoir exploré diverses manières de « manipuler le temps du récit et l'expérience qu'en fait le spectateur »[213],[214]. Il expérimente régulièrement avec des éléments métafictionnels, des décalages temporels, des transitions elliptiques, des perspectives solipsistes, des récits non linéaires, des intrigues labyrinthiques, l'hybridité des genres et la fusion du style et de la forme[214],[215],[216],[217],[218].

Image d'un escalier impossible.
Les labyrinthes, les formes géométriques, les constructions impossibles et les paradoxes occupent une place importante dans l'œuvre de Nolan[219]. L'escalier de Penrose d'Inception constitue un exemple d'objet impossible qui peut être créé dans un rêve lucide.

Attirant l'attention sur la nature intrinsèquement manipulatrice du médium cinématographiques, Nolan utilise des techniques narratives et esthétiques (notamment la mise en abyme et les récursions) pour inciter le spectateur à se demander pourquoi ses films sont constitués de la sorte et pourquoi ils provoquent certaines réactions[220]. La préoccupation de Nolan pour les récursions narratives et les images se manifeste pour la première fois dans son court métrage de 1997, Doodlebug, et se retrouve dans nombre de ses longs métrages[221]. On peut citer les miroirs à l'infini créés par Ariane dans Inception, ou l'affiche de Memento, inspirée de l'effet Droste, dans lequel une image apparaît à l'intérieur d'elle-même[221]. Ses films explorent souvent des idées d'inspiration mathématique, comme le ruban de Möbius, les objets impossibles, les paradoxes visuels et les tessellations[222], qu'il utilise fréquemment comme base pour élaborer une structure narrative, comme la structure en palindrome de Tenet[223],[224]. Parmi les exemples notables de « beauté mathématique » dans son œuvre, figurent l'escalier de Penrose dans Inception[225] et le tesseract dans Interstellar, « une représentation tridimensionnelle de notre réalité quadridimensionnelle (trois dimensions physiques plus le temps) à l'intérieur de l'hyperespace quintidimensionnel (quatre dimensions plus le temps) »[226]. Le logo de la société de production de Nolan, Syncopy Films, est un labyrinthe sans centre[214].

Graphique montrant l'évolution d'un film en fonction de la temporalité de la séquence.
Une carte montrant la structure de Memento (2000).

Nolan utilise parfois le montage pour illustrer l'état psychologique des personnages, en associant leur subjectivité à celle du public[227]. Par exemple, dans Memento, l'ordre séquentiel fragmenté des scènes vise à faire vivre au public une expérience similaire à celle de Leonard, incapable de créer de nouveaux souvenirs à long terme. Dans Le Prestige, la série de tours de magie et les thèmes de la dualité et de la tromperie reflètent la narration structurelle du film[214]. Le style d'écriture de Nolan intègre un certain nombre de techniques de narration telles que les flashbacks, les points de vue changeants et les narrateurs peu fiables. Les scènes sont souvent interrompues par un style de montage non conventionnel qui consiste à couper d'un plan cher à filmer (ou à presque interrompre le dialogue des personnages) pour croiser plusieurs scènes d'action parallèles et atteindre un point culminant[214],[37].

Les narrations imbriquées et les montages parallèles entre différentes séquences temporelles sont une composante majeure du travail d'auteur de Nolan[228]. Following contient quatre séquences temporelles et en croise trois ; Memento croise deux séquences temporelles, dont une qui avance en arrière ; Le Prestige contient quatre séquences temporelles et en croise trois ; Inception croise quatre séquences temporelles, toutes encadrées par une cinquième[229]. Dans Dunkerque, Nolan structure trois lignes temporelles différentes pour imiter la gamme de Shepard de manière à « procurer un sentiment continu d'intensité »[230]. Le théoricien et historien du cinéma David Bordwell écrit : « Pour Nolan, je pense que la forme a un rapport central avec les sortes de juxtapositions que vous pouvez créer par le montage parallèle. On pourrait dire qu'il traite le montage parallèle de la même manière qu'Ophüls utilise le travelling ou Dreyer le décor austère : un premier choix créatif qui détermine ensuite la conception de l'histoire, de la mise en scène, de l'interprétation, etc. »[229]. Bordwell ajoute qu'« il est rare de trouver un réalisateur grand public qui se concentre avec autant d'acharnement sur l'exploration d'un lot particulier de techniques de narration. Nolan se concentre, de film en film, sur quelques dispositifs narratifs, trouvant de nouvelles possibilités dans ce que la plupart des réalisateurs manipulent couramment. Il m'apparaît comme un réalisateur très réfléchi, presque théorique, dans sa fascination pour le détournement de certaines conventions, afin d'en révéler les possibilités inattendues »[231]. Nolan souligne l'importance d'établir un point de vue clair dans ses films, et emploie fréquemment « un plan qui entre dans une pièce derrière un personnage, parce que ce plan emmène [le spectateur] dans la même façon dont le personnage entre »[36]. En ce qui concerne la perspective narrative, Nolan affirme : « Vous ne voulez pas être suspendu au-dessus du labyrinthe et regarder les personnages faire les mauvais choix, car c'est frustrant. Vous voulez en fait être dans le labyrinthe avec eux, prendre les virages à leurs côtés »[8].

Musique[modifier | modifier le code]

Photographie d'un homme en costume et souriant.
Nolan travaille fréquemment avec Hans Zimmer pour composer la musique de ses films.

Les films de Nolan dont la musique est composée par David Julyan comportent des partitions lentes et atmosphériques aux expressions minimalistes et aux textures ambiantes. À partir de Batman Begins (2005), Nolan commence à travailler avec Hans Zimmer, connu pour intégrer la musique électronique aux arrangements orchestraux traditionnels. Avec Zimmer, le paysage sonore des films de Nolan devient de plus en plus exubérant, dynamique et expérimental[232], comme en témoigne le thème principal d'Inception (2010), dérivé d'une version ralentie de la chanson d'Édith Piaf Non, je ne regrette rien (1960)[230]. Pour Interstellar (2014), Zimmer et Nolan souhaitaient prendre une nouvelle direction : « Les textures, la musique et les sons, et la chose que nous avons créée s'est en quelque sorte infiltrée dans les films des autres, il est donc temps de se réinventer »[233]. La bande originale de Dunkerque (2017) est composée pour s'adapter à l'illusion auditive d'une gamme de Shepard. Elle est également basée sur un enregistrement de la montre de gousset de Nolan, qu'il envoie à Zimmer pour qu'il soit synthétisé[230]. Ludwig Göransson, le compositeur de Tenet (2020), fait quant à lui des recherches sur la musique rétrograde pour générer des airs qui sonnent de la même façon joués en avant et à rebours. Une partie de l'environnement sonore du personnage méchant de Tenet est basée sur la respiration de Nolan dans un microphone, ensuite manipulée et transformée en sons rauques et inconfortables par Göransson[234]. Il qualifie sa collaboration avec le réalisateur d'« expérience révélatrice », déclarant : « Je sais, en regardant ses films, à quel point il connaît la musique, à quel point il la comprend, mais je ne savais pas vraiment qu'il pouvait en parler presque comme un musicien qualifié »[235].

Répondant aux critiques sur son mixage audio expérimental pour Interstellar, Nolan fait remarquer : « J'ai toujours aimé les films qui abordent le son de manière impressionniste et c'est une approche inhabituelle pour un blockbuster grand public [...]. Je ne suis pas d'accord avec l'idée selon laquelle on ne peut atteindre la clarté que par le dialogue. La clarté de l'histoire, la clarté des émotions — j'essaie d'y parvenir de manière très stratifiée en utilisant tous les éléments à ma disposition — l'image et le son »[236]. Le mixage de Tenet suscite des réactions similaires, certains le jugeant « exaspérant », d'autres le trouvant « inspirant ». Peter Albrechtsen, chef décorateur ayant travaillé sur Dunkerque, fait remarquer que les films de Nolan sont rarement postsynchronisés, de sorte que les dialogues de ses films sont principalement basés sur le son enregistré sur le tournage[237]. Il souligne également la façon dont Nolan utilise le son, qu'il juge « très viscérale.... C'est une expérience physique. C'est une expérience sonore très intense, et je peux comprendre pourquoi, pour certains, c'est assez éprouvant »[237].

Thèmes récurrents[modifier | modifier le code]

L'œuvre de Nolan explore des thèmes existentiels, éthiques et épistémologiques tels que l'expérience subjective, la distorsion de la mémoire, la moralité humaine, la nature du temps, la causalité et la construction de l'identité personnelle[238],[239]. À propos du point de vue subjectif, Nolan affirme : « Je suis fasciné par notre perception subjective de la réalité, par le fait que nous sommes tous coincés dans un point de vue très singulier, une perspective singulière sur ce que nous convenons tous d'être une réalité objective, et les films sont l'un des moyens par lesquels nous essayons de voir les choses du même point de vue »[219],[240]. Ses films contiennent un degré notable d'ambiguïté et examinent souvent les similitudes entre la réalisation de films et l'architecture[197]. Le réalisateur évite de divulguer les ambiguïtés de son travail afin que les spectateurs puissent trouver leurs propres interprétations[241].

« Il a réalisé onze longs métrages, [...] tous conformes aux critères des blockbusters, mais marqués de façon indélébile par le genre de thèmes et d'obsessions personnels qui sont plus traditionnellement destinés aux salles d'art et d'essai : le passage du temps, les défaillances de la mémoire, nos habitudes de déni et d'évitement, la routine intime de nos vies intérieures, dans des paysages où les lignes directrices de l'industrialisme tardif rencontrent le point de rupture et les paradoxes de l'ère de l'information. »[242]

— Tom Shone sur le fait que Nolan soit un auteur à Hollywood

Le critique de cinéma Tom Shone décrit l'œuvre de Nolan comme « des thrillers épistémologiques dont les protagonistes, saisis par le désir de réponses définitives, doivent négocier des environnements labyrinthiques dans lesquels la vérité est toujours hors de leur portée »[5]. Dans un essai intitulé The rational wonders of Christopher Nolan, le critique de cinéma Mike D'Angelo soutient que le cinéaste est un matérialiste qui se consacre à l'exploration des merveilles du monde naturel. « Sous-jacente à presque tous les films qu'il a réalisés, aussi fantaisistes soient-ils, est sa conviction que l'univers peut être expliqué entièrement par des processus physiques »[243]. Dans son livre, Out of Time : Desire in Atemporal Cinema, l'auteur et théoricien du cinéma Todd McGowan affirme que de nombreux films de Nolan rompent avec la chronologie linéaire afin de mettre l'accent sur la répétition de « la pulsion psychanalytique »[244]. Il écrit que « le futur ne fournit pas la promesse de la réalisation du désir, mais plutôt un échec répété dans l'atteinte de son objet. En brouillant la chronologie, les films atemporels rendent évident cet échec pour le spectateur et l'encouragent ainsi à embrasser la répétition de la pulsion plutôt que de mettre sa foi dans un avenir différent »[244]. En 2020, Richard Newby du Hollywood Reporter écrit que le concept d'« équilibre de la balance » de Nolan est devenu moins centré sur l'individu et « plus conscient de manière innée du collectif et du global ». Il note que le cinéaste s'intéresse aux notions d'héritage et de justice, ainsi qu'à « la préservation de l'avenir, en s'assurant qu'il y en ait un pour les prochaines générations, même si cela implique des sacrifices ici et maintenant »[245].

Nolan ancre souvent ses histoires dans des questions sociétales plus larges, comme la corruption, la surveillance, l'inégalité économique et le réchauffement climatique[246],[247]. Ses personnages sont généralement perturbés sur le plan émotionnel, obsessionnels et moralement ambigus, confrontés aux peurs et aux angoisses de la solitude, de la culpabilité, de la jalousie et de l'avidité. En explorant « les névroses de tous les jours — nos peurs et nos espoirs quotidiens » dans une réalité exacerbée, Nolan les rend plus accessibles à un public universel[248]. Les protagonistes des films de Nolan sont souvent animés par des convictions philosophiques et leur destin est ambigu[249]. Dans certains de ses films, le protagoniste et l'antagoniste sont des images miroir l'un de l'autre, ce que l'antagoniste fait remarquer au protagoniste. À travers le choc des idéologies, Nolan souligne la nature ambivalente de la vérité[220]. Dans son livre The Traumatic Screen : The Films of Christopher Nolan (2020), le spécialiste du cinéma Stuart Joy s'appuie sur la théorie psychanalytique contemporaine du cinéma pour examiner « la fonction et la présentation du traumatisme » dans l'œuvre de Nolan, en faisant valoir que la complexité, la cohérence thématique et la nature fragmentaire de ses films imitent le fonctionnement structurel du traumatisme[221]. Il écrit que « les films de Nolan soulignent la capacité du cinéma à sonder la nature de la conscience humaine tout en commentant la relation entre le spectateur et l'écran »[221].

Le réalisateur utilise ses expériences de la vie réelle comme source d'inspiration dans son travail, déclarant : « D'un point de vue créatif, le fait de grandir, de se marier, d'avoir des enfants, j'ai essayé d'utiliser cela dans mon travail. J'ai essayé d'être toujours motivé par les choses qui étaient importantes pour moi »[250]. Oliver Lyttelton estime quant à lui que la parentalité constitue un thème caractéristique de l'œuvre de Nolan : « [L]e réalisateur évite de parler de sa vie privée, mais la paternité a été au cœur émotionnel de presque tout ce qu'il a fait, au moins à partir de Batman Begins (les films précédents, il faut le dire, étaient antérieurs à la naissance de ses enfants) »[251].

Portrait en noir et blanc d'un homme de profil.
Le temps est un thème récurrent dans l'œuvre de Nolan. De nombreuses idées de Tenet sont abordées pour la première fois dans une expérience de pensée de James Clerk Maxwell en 1867, dans laquelle il suggère comment la deuxième loi de la thermodynamique pourrait hypothétiquement être violée.

Le thème qui revient le plus souvent chez Nolan est le concept du temps[252],[253]. Le réalisateur indique que tous ses films « ont eu une relation étrange avec le temps, généralement dans un sens structurel, car j'ai toujours été intéressé par la subjectivité du temps »[254],[255]. Dans un article de Film Philosophy, Emma Bell commente que les personnages d'Inception « échappent au temps en étant frappés par lui — en construisant l'illusion que le temps n'a pas passé et ne passe pas maintenant. Ils ressentent le temps de manière douloureuse : ils détruisent volontairement et sciemment leur expérience en créant de multiples existences simultanées »[220]. Dans Interstellar, Nolan explore les lois de la physique telles que représentées dans la théorie de la relativité générale d'Einstein, identifiant le temps comme l'antagoniste du film[254]. Avec Tenet, Nolan utilise l'entropie et la deuxième principe de la thermodynamique pour explorer les paradoxes temporels tels que le paradoxe du grand-père et la boucle causale, ainsi que des idées sur la causalité inversée, le fatalisme, l'infini, l'univers à un électron et le démon de Maxwell[256],[257]. Siddhant Adlakha, d'IGN, considère Tenet comme le point culminant de la carrière du réalisateur et de son obsession pour « le temps en tant que tissu en mouvement imprimé sur la pellicule »[258]. Brandon Katz, de l'Observer, écrit que « le temps n'est pas un simple gadget narratif dans la filmographie de Nolan et que ses décors ne sont pas non plus une simple vitrine pour l'action. Au contraire, ils font partie intégrante de l'histoire et interagissent avec les personnages et les spectateurs pour susciter une réponse émotionnelle et psychologique, à la fois consciente et inconsciente »[259].

Les questions ontologiques concernant la nature de l'existence et de la réalité jouent également un rôle majeur dans son œuvre. Alec Price et M. Dawson de Left Field Cinema notent que la crise existentielle de personnages masculins en conflit « luttant avec la nature glissante de l'identité » est un sujet prédominant dans les films de Nolan[215]. Le monde réel (ou objectif) est moins important que la manière dont nous l'absorbons et nous en souvenons, et c'est cette réalité créée (ou subjective) qui compte vraiment[215]. « C'est uniquement dans l'esprit et le cœur que l'on peut trouver un sentiment de permanence ou d'équilibre »[215]. Selon Todd McGowan, ces « réalités créées » révèlent également l'importance éthique et politique de la création de fictions et de mensonges[260]. Les films de Nolan trompent généralement les spectateurs sur les événements qui se produisent et les motivations des personnages, mais ils n'abandonnent pas complètement l'idée de vérité[260]. Au contraire, « ils nous montrent comment la vérité doit émerger du mensonge si elle ne veut pas nous égarer complètement »[260]. McGowan affirme en outre que Nolan est le premier cinéaste à se consacrer entièrement à l'illusion du médium, le qualifiant de cinéaste hégélien[260].

Pour Inception, Nolan s'inspire du rêve lucide et de l'incubation des rêves[261]. Les personnages du film tentent d'ancrer une idée dans l'esprit d'une personne à son insu, à l'instar de la théorie de Freud selon laquelle l'inconscient influence le comportement d'une personne à son insu[262]. La majeure partie du film se déroule dans des mondes oniriques interconnectés, ce qui crée un cadre où les actions dans les mondes réels (ou oniriques) se répercutent sur les autres. Le rêve est toujours en train de se développer, il change de niveau au fur et à mesure que les personnages le traversent[263]. Comme Memento et Le Prestige, Inception utilise des dispositifs narratifs métaleptiques et suit « l'affinité d'auteur de Nolan de convertir, en outre, les valeurs narratives et cognitives convergentes dans et au sein d'une histoire fictive »[264].

Commentaire social[modifier | modifier le code]

L'œuvre de Nolan fait souvent l'objet de nombreux commentaires sociaux et politiques[265],[266],[267]. Le philosophe slovène Slavoj Žižek affirme que The Dark Knight Rises de Nolan montre que les superproductions hollywoodiennes peuvent être « des indicateurs précis des difficultés idéologiques de nos sociétés »[268]. La trilogie Dark Knight explore les thèmes du chaos, du terrorisme, de l'escalade de la violence, de la manipulation financière, de l'utilitarisme, de la surveillance globale et de la lutte des classes[216],[269]. L'arc de Batman, qui passe philosophiquement du statut d'homme à celui de « plus qu'un homme », est similaire au concept nietzschéen de Surhomme[270],[271]. Les films explorent également des idées proches de la glorification philosophique de Jean-Jacques Rousseau d'un mode de vie plus simple et plus primitif et du concept de volonté générale[272]. Le théoricien Douglas Kellner voit la trilogie comme une allégorie critique de l'ère Bush-Cheney, mettant en avant le thème de la corruption du gouvernement et de l'incapacité à résoudre les problèmes sociaux, ainsi que le spectacle cinématographique et l'iconographie liés aux attentats du 11 septembre 2001[273].

En 2018, le magazine conservateur The American Spectator publie un article intitulé In Search of Christopher Nolan, dans lequel il écrit : « Tous les films de Nolan, tout en maintenant un fort patriotisme, plongent sous la surface dans les eaux troubles de la philosophie, sondant certaines des luttes humaines les plus profondes de notre époque »[274]. L'article affirme également que Dunkerque fait écho à l'œuvre de dramaturges du théâtre de l'absurde comme Samuel Beckett et aux romans sombres et existentiels d'Albert Camus et de Jean-Paul Sartre[274]. Nolan affirme quant à lui qu'aucun de ses films ne se veut politique[275].

Méthode[modifier | modifier le code]

« Les films sont subjectifs — ce que l'on aime, ce que l'on n'aime pas, mais ce qui me paraît fondamental, c'est l'idée que chaque fois que je vais au cinéma, que je paie, que je m'assois et que je regarde un film sur l'écran, je veux sentir que les personnes qui ont fait ce film pensent que c'est le meilleur film du monde, qu'elles y ont mis tout leur cœur et qu'elles l'aiment vraiment. Que je sois d'accord ou non avec ce qu'elles ont fait, je veux que cet effort soit présent, je veux cette sincérité. Et quand on ne le ressent pas, c'est le seul moment où j'ai l'impression de perdre mon temps au cinéma »[219]

— Nolan, sur la sincérité et l'ambition dans la réalisation de films

Nolan décrit son processus de réalisation de films comme une combinaison d'intuition et de géométrie. « Je dessine beaucoup de diagrammes lorsque je travaille. Je pense beaucoup aux gravures d'Escher, par exemple. Cela me libère, trouver un modèle mathématique ou un modèle scientifique. Je dessine des images et des diagrammes qui illustrent le mouvement ou le rythme que je recherche »[276]. Kip Thorne, physicien à Caltech et lauréat du prix Nobel, compare l'intuition de Nolan à celle des scientifiques avant-gardistes, affirmant que le cinéaste saisit intuitivement des choses que les non scientifiques comprennent rarement[174]. En ce qui concerne sa décision de travailler ou non sur un projet, il estime que la sincérité de sa passion pour quelque chose dans le projet en question est la base de sa réflexion sélective[277].

Photographie d'un homme à côté d'une caméra IMAX.
Nolan avec une caméra IMAX sur le tournage de Dunkerque.

Lorsqu'il travaille avec des acteurs, Nolan préfère leur donner le temps d'effectuer autant de prises d'une scène donnée qu'ils le souhaitent. « Je me suis rendu compte que les réglages de l'éclairage et de la caméra, les choses techniques, prennent tout le temps, mais faire une autre prise n'ajoute généralement que quelques minutes.... Si un acteur me dit qu'il peut faire quelque chose de plus avec une scène, je lui en donne l'occasion, parce que cela ne va pas coûter beaucoup de temps. Tout ne peut pas être une question de détails techniques »[36]. Il interdit l'utilisation des téléphones sur le plateau[179] et privilégie le travail en étroite coordination avec ses acteurs, évitant l'utilisation d'un moniteur vidéo[278]. Cillian Murphy explique qu'« il crée cet environnement où il n'y a que vous et l'acteur ou les acteurs, il y a Wally [Pfister], le caméraman, et il se tient à côté de la caméra avec son petit moniteur, mais il la regarde en temps réel. Et pour lui, la performance est primordiale. C'est la connexion entre les acteurs. Il laisse de la place à la spontanéité »[279]. Gary Oldman fait l'éloge du réalisateur qui donne aux acteurs l'espace nécessaire pour « trouver des choses dans la scène » et ne se contente pas de donner des instructions pour le plaisir[280]. Kenneth Branagh reconnaît également la capacité de Nolan à créer un environnement de travail harmonieux, le comparant à Danny Boyle et Robert Altman : « Ce ne sont pas des gens qui essaient de tromper, de cajoler ou d'influencer les gens. Ils éliminent en quelque sorte le chaos »[281].

Nolan minimise le recours aux effets spéciaux numériques dans ses films. Il utilise des effets pratiques dans la mesure du possible, et n'utilise les images de synthèse que pour améliorer des éléments qu'il a filmés. Par exemple, ses films Batman Begins, Inception et Interstellar comportent respectivement 620, 500 et 850 plans d'effets visuels, ce qui est considéré comme mineur par rapport aux blockbusters contemporains qui peuvent comporter plus de 1 500 à 2 000 plans VFX[282]. Nolan explique :

« Je crois en une différence absolue entre l'animation et la photographie. Aussi sophistiquée que soit vos effets spéciaux numériques, si vous les avez créés à partir d'aucun élément physique et que vous n'avez rien filmé, cela ressemblera à de l'animation. Il y a généralement deux objectifs différents dans un film à effets visuels. Le premier est de tromper le public en lui faisant croire qu'il voit quelque chose de réel, et c'est ainsi que j'essaie de l'utiliser. L'autre est d'impressionner le public avec la quantité d'argent dépensé pour les effets visuels, et ça, ça ne m'intéresse pas »[36]

Nolan tourne la totalité de ses films avec une seule unité, plutôt que d'utiliser une seconde équipe pour les séquences d'action. De cette façon, il conserve sa personnalité et son point de vue dans chaque aspect du film. « Si je n'ai pas besoin de diriger les plans du film, pourquoi dois-je être là ? L'écran est de la même taille pour chaque plan... Dans de nombreux films d'action, une deuxième unité prend en charge toute l'action. Pour moi, c'est étrange, car alors pourquoi vouloir faire un film d'action ? »[36]. Il utilise plusieurs caméras pour les cascades et une seule pour les scènes dramatiques. Il regarde ensuite les rushes tous les soirs : « Tourner avec une caméra signifie que j'ai déjà vu chaque image telle qu'elle est passée par le couloir de film, car mon attention n'est pas divisée sur les différentes caméras »[36]. Nolan travaille délibérément selon un calendrier serré pendant les premières étapes du processus de montage, ce qui le force, lui et son monteur, à travailler plus spontanément. « Je pense toujours que le montage est instinctif ou impressionniste. Ne pas trop penser, d'une certaine manière, et le ressentir davantage »[276]. Il évite également d'utiliser de la musique temporaire pendant le montage de ses films[283].

Collaborateurs réguliers[modifier | modifier le code]

« En tant que réalisateur, je suis une sorte de prisme humain à travers lequel se concentrent les efforts de chacun. Une grande partie de mon travail consiste à prendre des décisions sur la façon dont tous les grands talents avec lesquels je travaille se fondent en une seule conscience... »[284]

— Nolan sur la collaboration et la réalisation

La femme de Nolan, Emma Thomas, coproduit tous ses films (y compris Memento, où elle est créditée en tant que productrice associée). Nolan travaille régulièrement avec son frère, Jonathan Nolan (créateur des séries télévisées Person of Interest et Westworld), qui décrit ainsi leur relation de travail dans les notes de production du film Le Prestige : « J'ai toujours soupçonné que cela avait quelque chose à voir avec le fait qu'il soit gaucher et que je sois droitier, parce qu'il est en quelque sorte capable de regarder mes idées et de les retourner d'une manière qui est juste un peu plus tordue et intéressante. C'est génial de pouvoir travailler avec lui comme ça »[285]. Lorsqu'ils travaillent sur des projets séparés, les frères se consultent toujours[286].

Le cinéaste travaille avec le scénariste David S. Goyer sur sa trilogie de films Batman[287]. Wally Pfister est le directeur de la photographie de tous les films de Nolan, de Memento à The Dark Knight Rises[288]. En se lançant dans sa propre carrière de réalisateur, Pfister déclare : « La plus grande leçon que j'ai apprise de Chris Nolan est de rester humble. C'est un gentleman absolu sur le plateau et il est merveilleux avec tout le monde — des acteurs à toute l'équipe, il traite tout le monde avec respect »[289]. À partir d'Interstellar, Nolan commence à collaborer avec le directeur de la photographie Hoyte van Hoytema[290].

Lee Smith réalise le montage sept films de Nolan, contre deux pour Dody Dorn[291]. David Julyan compose la musique des premiers films de Nolan, tandis que Hans Zimmer et James Newton Howard assurent la musique de Batman Begins et The Dark Knight[292]. Zimmer signe la musique de The Dark Knight Rises et travaille avec Nolan sur plusieurs de ses films suivants[293]. Zimmer affirme que sa relation créative avec Nolan est basée sur la collaboration et qu'il considère Nolan comme le « co-créateur » de la musique[294]. Le réalisateur travaille avec l'ingénieur du son Richard King et le mixeur Gary A. Rizzo depuis Le Prestige[295]. Nolan collabore fréquemment avec le superviseur des effets spéciaux Chris Corbould[296], le coordinateur des cascades Tom Struthers[297], l'assistant réalisateur Nilo Otero[298] et le superviseur des effets visuels Paul Franklin[299]. Nolan rappelle à Otero les anciens réalisateurs hollywoodiens pour sa maîtrise de tous les aspects de la production[300]. Le chef décorateur Nathan Crowley travaille sur tous les films du cinéaste depuis Insomnia, à l'exception d'Inception[301]. Nolan dit de Crowley qu'il est l'un de ses collaborateurs les plus proches et les plus inspirés[302]. Le directeur de casting John Papsidera a travaillé sur tous les films de Nolan, hormis Following et Insomnia[303].

Christian Bale, Michael Caine, Cillian Murphy et Tom Hardy sont des collaborateurs fréquents de Nolan depuis le milieu des années 2000, chacun apparaissant dans plus de trois films[304],[305]. Caine est le collaborateur le plus prolifique de Nolan, puisqu'il apparaît dans huit de ses films (dont un caméo dans Dunkerque) ; Nolan le considère comme son « porte-bonheur »[306]. De son côté, Caine décrit Nolan comme « l'un des plus grands réalisateurs du cinéma », le comparant favorablement à David Lean, John Huston et Joseph L. Mankiewicz[307],[308],[309]. Nolan est aussi connu pour faire jouer des stars des années 1980 dans ses films, comme Rutger Hauer (Batman Begins), Eric Roberts (The Dark Knight), Tom Berenger (Inception) et Matthew Modine (The Dark Knight Rises)[310] Modine déclare à propos de sa collaboration avec Nolan : « Il n'y a pas de chaises sur un plateau de Nolan, il sort de sa voiture et se rend sur le plateau. Et il reste debout jusqu'à l'heure du déjeuner. Et puis il reste debout jusqu'à ce qu'ils disent de remballer. Il est totalement engagé — dans chaque aspect du film »[311].

Film
Collaborateur
Following Memento Insomnia Trilogie The Dark Knight Le Prestige Inception Interstellar Dunkerque Tenet Oppenheimer
Lucy Russell  Oui  Oui
Jeremy Theobald  Oui  Oui  Oui
John Nolan  Oui  Oui  Oui
Mark Boone Junior  Oui  Oui
Larry Holden  Oui  Oui  Oui
Thomas Lennon  Oui  Oui
Nicky Katt  Oui  Oui
Martin Donovan  Oui  Oui
Christian Bale  Oui  Oui
Ken Watanabe  Oui  Oui
Cillian Murphy  Oui  Oui  Oui  Oui
Michael Caine  Oui  Oui  Oui  Oui  Oui  Oui
Andrew Pleavin  Oui  Oui
David Dastmalchian  Oui  Oui
Joseph Gordon-Levitt  Oui  Oui
Marion Cotillard  Oui  Oui
Tom Hardy  Oui  Oui  Oui
Anne Hathaway  Oui  Oui
David Gyasi  Oui  Oui
William Devane  Oui  Oui
Josh Stewart  Oui  Oui  Oui
Matthew Modine  Oui  Oui
Matt Damon  Oui  Oui
Kenneth Branagh  Oui  Oui  Oui
Jack Cutmore-Scott  Oui  Oui
James D'Arcy  Oui  Oui
Emma Thomas  Oui  Oui  Oui  Oui  Oui  Oui  Oui  Oui  Oui  Oui
Aaron Ryder  Oui  Oui
William Tyrer  Oui  Oui
Charles Roven  Oui  Oui
Jonathan Nolan  Oui  Oui  Oui  Oui
Nathan Crowley  Oui  Oui  Oui  Oui  Oui  Oui
Wally Pfister  Oui  Oui  Oui  Oui  Oui
Hoyte van Hoytema  Oui  Oui  Oui  Oui
Dody Dorn  Oui  Oui
Lee Smith  Oui  Oui  Oui  Oui  Oui
Jennifer Lame  Oui  Oui
David Julyan  Oui  Oui  Oui  Oui
Hans Zimmer  Oui  Oui  Oui  Oui
Ludwig Göransson  Oui  Oui

Opinions[modifier | modifier le code]

La pellicule[modifier | modifier le code]

Gros plan sur une bobine de film 70 mm du Dôme IMAX à Cosmonova.
Nolan est connu pour tourner sur des pellicules 70 mm, et on lui attribue la popularisation de l'utilisation des caméras IMAX 70 mm dans le cinéma contemporain.

Nolan est un fervent partisan de l'utilisation continue de la pellicule et la préfère aux formats d'enregistrement et de projection numériques : « Je ne suis pas attaché à la pellicule par nostalgie. Je suis favorable à toute forme d'innovation technique, mais elle doit dépasser ce qui a été fait auparavant et, jusqu'à présent, rien n'a dépassé ce qui a été fait auparavant »[312]. La principale inquiétude de Nolan est que l'adoption des formats numériques par l'industrie cinématographique est motivée par des facteurs purement économiques et non par la supériorité du numérique sur le film, déclarant : « Je pense, en toute franchise, que cela se résume à l'intérêt économique des fabricants et d'une industrie [de production] qui gagne plus d'argent en changeant les choses qu'en maintenant le statu quo »[36]. Il s'oppose à l'utilisation d'intermédiaires numériques et à la photographie numérique, qui, selon lui, sont moins fiables que la pellicule et offrent une qualité d'image inférieure. En particulier, le réalisateur préconise l'utilisation de pellicules de plus grande qualité et de plus grand format, telles que les pellicules Panavision anamorphiques 35 mm, VistaVision, Panavision Super 70 mm et IMAX 70 mm[36],[313]. Plutôt que d'utiliser un intermédiaire numérique, Nolan utilise la synchronisation photochimique des couleurs pour étalonner ses films[36], ce qui permet de moins manipuler l'image filmée et d'obtenir une meilleure résolution[314]. Cherchant à maintenir une haute résolution à partir d'un flux de travail analogique, Nolan monte et crée parfois des copies d'exploitation pour ses films de manière optique plutôt qu'à l'aide de procédés numériques[315],[316]. Il lui arrive même de monter des séquences pour ses films à partir du négatif original de la caméra[36],[317]. Lorsque des procédés numériques sont utilisés, Nolan a recours à un télécinéma haute résolution basé sur une copie de film photochimique, s'efforçant de conserver un « aspect filmique »[318].

Photographie de deux hommes assis l'un à côté de l'autre dans une salle de cinéma. Ils écoutent attentivement un interlocuteur à leur gauche, que l'on ne voit pas.
Nolan (à droite) et le réalisateur Colin Trevorrow discutant de l'importance du cinéma au Festival du film de Sundance 2016.

Nolan est crédité pour avoir popularisé l'utilisation des caméras IMAX dans le cinéma commercial[319],[320]. Il a utilisé son influence à Hollywood pour mettre en avant le format IMAX, avertissant d'autres cinéastes que s'ils ne continuaient pas à affirmer leur choix d'utiliser la pellicule dans leurs productions, les studios de cinéma commenceraient à éliminer progressivement l'utilisation de la pellicule au profit du numérique[36],[321]. En 2014, Nolan, accompagné des réalisateurs J. J. Abrams, Quentin Tarantino et Judd Apatow, fait pression avec succès pour que les principaux studios hollywoodiens continuent à financer Kodak pour produire et traiter les pellicules, après la sortie de la société de la protection du Chapitre 11 de la loi sur les faillites des États-Unis ; Kodak est actuellement le dernier fabricant de pellicules dans le monde[322],[323]. Au Festival du film de Sundance 2016, Nolan participe à un panel intitulé Power of Story, où il discute de l'importance de permettre aux cinéastes de continuer à faire le choix artistique de tourner sur pellicule. Il défend les mérites artistiques de la pellicule en invoquant la « spécificité du support », qui souligne l'importance de présenter une œuvre tournée sur pellicule dans son format d'origine, et la « résistance du support », selon laquelle le choix de l'artiste quant au support utilisé pour créer une œuvre aura un effet supplémentaire sur les choix relatifs à la façon dont l'œuvre est réalisée[324]. Nolan est également un partisan de la préservation des films et est membre du National Film Preservation Board[325], ainsi que du conseil d'administration de la Film Foundation, organisme à but non lucratif créé par Martin Scorsese[326].

Salles de cinéma[modifier | modifier le code]

Nolan est un défenseur de la diffusion des films dans les salles de cinéma par opposition aux supports vidéo domestiques, car il estime que « la salle de cinéma est à l'industrie du film ce que les concerts sont à l'industrie de la musique — et personne ne va à un concert pour se faire jouer un MP3 sur une scène déserte »[327]. En 2014, Nolan écrit un article pour le Wall Street Journal dans lequel il s'inquiète du fait qu'à mesure que l'industrie cinématographique abandonne les pellicules au profit des formats numériques, la différence entre le visionnage des films en salle et celui des films sur d'autres supports sera banalisée, ce qui n'incitera pas le public à rechercher une expérience en salle[327]. Nolan s'inquiète également du fait qu'avec la numérisation du contenu, les cinémas du futur seront en mesure de suivre les films les plus vendus et d'adapter leur programmation en conséquence, un processus qui favorisera les grands films de studio fortement commercialisés, mais marginalisera les petits films innovants et non conventionnels[327]. Pour lutter contre ce phénomène, Nolan pense que l'industrie doit se concentrer sur l'amélioration de l'expérience en salle avec des formats de présentation plus grands et plus beaux qui ne peuvent pas être accessibles ou reproduits à la maison, ainsi que sur le soutien à la nouvelle génération de cinéastes[327]. Nolan participe en 2019 à la rénovation de la salle de la Directors Guild of America à Los Angeles[328].

Pendant la pandémie de Covid-19, Nolan émerge comme « un défenseur acharné » des cinémas et des employés de l'industrie cinématographique[329]. Il évoque dans un article publié par le Washington Post le l'importance sociale et culturelle des cinémas. Il décrit les cinémas comme « le plus abordable et le plus démocratique de nos lieux de rassemblement communautaire » et exhorte le Congrès à inclure les chaînes de cinémas en difficulté et leurs employés dans le plan de sauvetage fédéral. « J'espère que les gens voient notre communauté d'exploitation pour ce qu'elle est vraiment : un élément vital de la vie sociale, fournissant des emplois à beaucoup et du divertissement à tous. Ce sont des lieux de rencontre joyeuse où les travailleurs servent des histoires et des friandises aux foules qui viennent profiter d'une soirée entre amis et en famille. En tant que cinéaste, mon travail ne peut jamais être complet sans ces travailleurs et le public qu'ils accueillent »[330]. Le , il signe une lettre adressée aux législateurs de Washington appelant le gouvernement fédéral à soutenir l'industrie[331]. Le , il signe une pétition appelant le chancelier britannique, Rishi Sunak, à financer les cinémas en difficulté[332]. Owen Gleiberman de Variety estime que Nolan est « le défenseur public le plus dynamique de l'industrie cinématographique pour l'expérience du cinéma »[333].

Nolan, dont la relation avec Warner Bros. est considérée comme « l'une des relations professionnelles les plus fructueuses de l'histoire du show-business moderne »[329], critique publiquement le studio pour son manque de transparence lorsqu'il annonce que ses films prévus pour 2021 sortiront le même jour en salles et sur HBO Max[334]. Dans une interview avec NPR, il explique : « Lorsqu'une entreprise commence à dévaloriser les atouts individuels en les utilisant comme levier pour une stratégie commerciale différente sans d'abord comprendre comment ces nouvelles structures vont devoir fonctionner, c'est un signe de grand danger pour les gens ordinaires qui travaillent dans cette industrie »[335].

Critiques[modifier | modifier le code]

Nolan se montre critique à l'égard des films en 3D et n'apprécie pas que les caméras 3D ne puissent pas être équipées d'objectifs à focale fixe (sans zoom)[336],[313]. Il reproche notamment la perte de luminosité causée par la projection 3D, qui peut être jusqu'à trois foot-lamberts plus faible. « Vous n'en êtes pas conscient parce qu'une fois que vous êtes 'dans ce monde', votre œil compense, mais après avoir lutté pendant des années pour que les cinémas atteignent la bonne luminosité, nous ne collons pas de filtres polarisés sur tout »[337]. Nolan conteste également l'idée que le film traditionnel ne crée pas l'illusion de la perception de la profondeur, en déclarant : « Je pense que c'est une erreur de parler de 3D par rapport à 2D. L'intérêt de l'imagerie cinématographique, c'est qu'elle est tridimensionnelle [...]. Vous savez que 95 % de nos perception de la profondeur proviennent de l'occlusion, de la résolution, de la couleur et ainsi de suite, donc l'idée d'appeler un film 2D un 'film 2D' est un peu trompeuse »[336].

Il s'oppose également à l'interpolation de mouvement, communément appelée « effet feuilleton », en tant que paramètre par défaut sur la télévision[338]. En 2018, Nolan, Paul Thomas Anderson et d'autres cinéastes s'adressent aux fabricants de téléviseurs pour tenter « d'essayer de donner aux réalisateurs une voix sur la façon dont les normes techniques de notre travail peuvent être maintenues à la maison »[339]. Un paramètre de télévision appelé « Filmmaker Mode » est annoncé par UHD Alliance un an plus tard[340].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Longs métrages
Courts métrages

Scénariste[modifier | modifier le code]

Longs métrages
Courts métrages

Producteur[modifier | modifier le code]

Longs métrages
Courts métrages

Accueil de ses films[modifier | modifier le code]

Photographie d'un homme souriant en train de porter un certificat.
Nolan reçoit un Certificate of Appreciation lors du tournage de The Dark Knight Rises en 2011.

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Film Rotten Tomatoes[341] Metacritic[342] IMDb[343] Spectateurs sur Allociné[344] Presse française sur Allociné[344]
Following 92 % 60100 7,610 3,85 3,55
Memento 92 % 80100 8,510 4,25 3,75
Insomnia 92 % 78100 7,210 3,55 45
Batman Begins 84 % 70100 8,310 4,15 3,75
Le Prestige 75 % 66100 8,510 4,25 3,25
The Dark Knight 94 % 82100 910 4,55 45
Inception 86 % 74100 8,810 4,55 4,15
The Dark Knight Rises 87 % 78100 8,410 4,35 3,65
Interstellar 71 % 74100 8,610 4,55 3,85
Dunkerque 92 % 94100 8,110 45 4,15
Tenet 81% 69100 7,910 3,85 3,65
Moyenne 86,5 % 75,6100 8,310 4,165 3,775

Box-office[modifier | modifier le code]

Date de sortie Film Budget Drapeau des États-Unis États-Unis Monde Monde Drapeau de la France France
1998 Following 6 000 $ 48 482 $ 48 482 $ 10 370 entrées
2000 Memento 9 millions $ 25 544 867 $ 39 723 096 $ 223 982 entrées
2002 Insomnia 46 millions $ 67 355 513 $ 113 714 830 $ 950 791 entrées
2005 Batman Begins 150 millions $ 206 852 432 $ 374 218 673 $ 1 506 332 entrées
2006 Le Prestige 40 millions $ 53 089 891 $ 109 676 311 $ 193 166 entrées
2008 The Dark Knight 185 millions $ 535 234 033 $ 1 004 934 033 $ 3 036 568 entrées
2010 Inception 160 millions $ 292 576 195 $ 828 322 032 $ 4 915 637 entrées
2012 The Dark Knight Rises 250 millions $ 448 139 099 $ 1 084 439 099 $ 4 413 773 entrées
2014 Interstellar 165 millions $ 188 020 017 $ 677 463 813 $ 2 640 439 entrées
2017 Dunkerque 100 millions $ 188 045 546 $ 525 245 546 $ 2 525 294 entrées
2020 Tenet 220 millions $ 55 100 000 $ 341 600 000 $ 2 348 893 entrées
Total 1 329 006 000 $ 2 060 006 075 $ 5 099 385 915 $ 22 765 245 entrées

Distinctions[modifier | modifier le code]

Photographie d'empreintes de mains dans le ciment.
Empreintes de Nolan au Grauman's Chinese Theatre.

En 2021, Nolan est nommé pour cinq Oscars, cinq British Academy Film Awards et cinq Golden Globes. Ses films ont reçu un total de 36 nominations aux Oscars pour 11 victoires. Nolan est nommé membre honoraire de l'UCL en 2006[347] et se voit conférer un doctorat honorifique en littérature (DLit) en 2017[348]. En 2012, il devient le plus jeune réalisateur à recevoir une cérémonie d'empreintes au Grauman's Chinese Theatre de Los Angeles[349]. Nolan figure dans le classement des 100 personnes les plus influentes du monde du Time en 2015[350].

Nolan est nommé commandant de l'ordre de l'Empire britannique (CBE) dans les honneurs du Nouvel An 2019 pour services rendus au cinéma[351].

Principales distinctions reçues par les films de Nolan
Film Oscars du cinéma BAFTA Golden Globes
Nominations Récompenses Nominations Récompenses Nominations Récompenses
Memento 2 1
Batman Begins 1 3
Le Prestige 2
The Dark Knight, Le Chevalier Noir 8 2 9 1 1 1
Inception 8 4 9 3 4
The Dark Knight Rises 1
Interstellar 5 1 4 1 1
Dunkerque 8 3 8 1 3
Tenet 2 1 1 1 1
Total 36 11 35 7 11 1

Postérité[modifier | modifier le code]

Ayant réalisé certains des films les plus influents et les plus populaires de son temps[352],[353],[354],[355], l'œuvre de Nolan est « intensément appréciée, analysée et débattue aussi bien par les cinéphiles ordinaires que par les critiques et les universitaires du cinéma »[172],[356]. Plusieurs de ses films sont considérés par les critiques comme les meilleurs de leurs décennies respectives[357],[358],[359], et selon le Wall Street Journal, sa « capacité à combiner succès au box-office et ambition artistique lui a donné une influence extraordinaire dans l'industrie »[360]. Tom Shone qualifie Nolan de « cinéaste le plus accompli des îles britanniques depuis Alfred Hitchcock »[361]. En 2016, Memento, The Dark Knight et Inception figurent sur la liste des 100 plus grands films du XXIe siècle de la BBC[362]. L'année suivante, cinq de ses films — alors au nombre de neuf — figurent dans le sondage du magazine Empire sur les « 100 plus grands films »[363]. Nolan est décrit comme « l'auteur de blockbusters le plus expérimental du cinéma américain »[364] et une « franchise en soi »[365].

Geoff Andrew, du British Film Institute et du magazine Sight & Sound, qualifie Nolan de « conteur à la créativité convaincante », le désignant comme l'un des rares cinéastes contemporains à produire des films très personnels parmi les films grand public d'Hollywood. Il souligne également la « virtuosité technique et le flair visuel » de ses films, ainsi que leur « brillante ingéniosité narrative et leur intérêt inhabituellement adulte pour des questions philosophiques complexes »[366]. David Bordwell note que Nolan est « considéré comme l'un des cinéastes vivants les plus accomplis », citant sa capacité à transformer des films de genre en films à vocation artistique et commerciale, ainsi que ses résultats au box-office, la reconnaissance de la critique et sa popularité auprès des cinéphiles[213],[231]. En 2008, le critique de cinéma Philip French considère Nolan comme « le premier grand talent à émerger au cours de ce [XXIe] siècle »[367]. Le critique de cinéma Mark Kermode complimente le réalisateur pour avoir apporté « la discipline et l'éthique du cinéma indépendant d'art et d'essai » aux superproductions hollywoodiennes, le qualifiant de « preuve vivante qu'il n'est pas nécessaire de faire appel au plus petit dénominateur commun pour être rentable »[368]. The Observer décrit Nolan comme un « conteur habile et stylisé, capable de combiner le spectacle de Spielberg avec la complexité intellectuelle de Nicolas Roeg ou Alain Resnais »[369]. Mark Cousins félicite le réalisateur pour ses idées ambitieuses : « Les cinéastes hollywoodiens ont généralement peur des idées, mais pas Christopher Nolan »[370]. Scott Foundas de Variety déclare que Nolan est « le premier conteur à grand spectacle de sa génération »[371], tandis que Justin Chang du Los Angeles Times le qualifie de « grand procédurier du cinéma à grand spectacle du XXIe siècle, amateur de détails minutieux »[372].

Nolan est loué par de nombreux cinéastes, et certains d'entre eux citent son travail comme ayant influencé le leur[373],[374],[375]. Rupert Wyatt déclare dans une interview qu'il considère Nolan comme un « pionnier [...]. Il doit être admiré comme un maître du cinéma, mais aussi comme quelqu'un qui a donné aux autres après lui un bâton pour repousser ceux qui n'ont jamais pensé que le grand public serait prêt à adhérer à l'histoire et aux personnages autant qu'au spectacle »[376]. Kenneth Branagh qualifie l'approche de Nolan du cinéma à grande échelle d'« unique dans le cinéma moderne », ajoutant que « quelle que soit la popularité de ses films, il reste un artiste et un auteur. Je pense que c'est pour cette raison qu'il est devenu une figure héroïque à la fois pour le public et pour les personnes qui travaillent derrière la caméra »[377]. Michael Mann complimente Nolan pour sa « vision singulière » et le qualifie d'« auteur complet »[378]. Nicolas Roeg déclare à propos de Nolan : « [Ses] films ont une certaine magie... Les gens parlent d'« art commercial » et le terme est généralement péjoratif ; Nolan travaille dans l'arène commerciale et pourtant il y a quelque chose de très poétique dans son travail »[378]. Martin Scorsese qualifie les films du cinéaste de « films à grande échelle magnifiquement réalisés »[379], tandis que Luca Guadagnino le considère comme « l'un des auteurs ultimes »[380].

Damien Chazelle déclare à propos de Nolan : « C'est un cinéaste qui a réussi, à maintes reprises, à rendre les projets les plus impersonnels en apparence — des épopées super-héroïques, des voyages dans l'espace lointain — profondément personnels »[381]. Olivier Assayas dit admirer Nolan pour sa capacité à « faire des films qui ne ressemblent à rien d'autre. De mon point de vue, il possède une voix vraiment authentique »[382]. Au sujet de la différence entre les films d'auteur et les blockbusters des grands studios, Steven Spielberg présente les Dark Knight de Nolan comme un exemple de ces deux types de films[383] ; il qualifie également Memento et Inception de « chefs-d'œuvre »[384]. Pour Denis Villeneuve, Nolan « [est] un cinéaste très impressionnant, parce qu'il est capable de garder son identité et de créer son propre univers dans un cadre aussi vaste... Apporter des concepts intellectuels et les porter à l'écran à cette échelle aujourd'hui, c'est très rare »[385]. James Cameron regrette que Nolan n'ait pas été nommé à l'Oscar du meilleur réalisateur pour Inception, qu'il qualifie d'« œuvre cinématographique la plus stupéfiante de l'année, incontestablement »[384].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu des articles intitulés en anglais « Christopher Nolan » (voir la liste des auteurs) et « Cinematic style of Christopher Nolan » (voir la liste des auteurs).
  1. Il poursuit sa collaboration avec eux et reçoit un crédit pour son aide à la rédaction de leur documentaire Genghis Blue (1999)[19] nommé à l'Oscar du meilleur court-métrage documentaire en 2000. Il travaille également aux côtés de Roko sur la documentation d'un safari à travers quatre pays africains, organisée par le photojournaliste Dan Eldon dans le début des années 1990[20],[21].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Christopher Nolan », sur BFI (consulté le ).
  2. (en) « Index entry », sur FreeBMD (consulté le ).
  3. (en) « Christopher Nolan, Christianity, the Bible, Faith and Cinema », sur By Faith, Christian Inspiration, ByFaith Media, (consulté le ).
  4. a et b Mooney 2018, p. 3.
  5. a b et c (en) Tom Shone, « Christopher Nolan: the man who rebooted the blockbuster », sur The Guardian, (consulté le ).
  6. a et b (en) Scott Feinberg, « Christopher Nolan on 'Interstellar' Critics, Making Original Films and Shunning Cellphones and Email (Q&A) », sur The Hollywood Reporter, (consulté le ).
  7. (en) Christopher Borrelli, « Christopher Nolan injects his sci-fi with soul », sur Chicago Tribune, (consulté le ).
  8. a et b (en) Geoff Boucher, « ‘Inception’ breaks into dreams », sur Los Angeles Times, (consulté le ).
  9. (en) « Christopher Nolan's Inception tops British box office », sur BBC, (consulté le ).
  10. (en) Daarel Burnette II, « Nolan sentenced for escape attempt », sur Chicago Tribune, (consulté le ).
  11. a b c d et e (en) Will Lawrence, « Christopher Nolan interview for Inception », sur The Telegraph, (consulté le ).
  12. a et b Mooney 2018, p. 4.
  13. (en) « On Christopher Nolan’s birthday, how many of his 15 favourite films have you seen? », sur Hindustan Times, (consulté le ).
  14. a et b (en) Scott Timberg, « Indie angst », sur New Times Los Angeles, (consulté le ).
  15. (en) Damon Syson, « Nolan's move from Highgate to Hollywood », sur Evening Standard, (consulté le ).
  16. (en) Andrew Purcell, « Christopher Nolan’s final frontier », sur Andrew Purcell, (consulté le ).
  17. (en) Colin Covert, « Christopher Nolan explains his 'cinematic brain' at Walker Art Center » (version du 10 mai 2015 sur l'Internet Archive), sur StarTribune, .
  18. Shone 2020b, p. 26.
  19. (sv) « Genghis Blues - Musicdoc » (consulté le ).
  20. O'Sullivan et Graydon 2013, p. 67.
  21. (en) Amy Eldon Turteltaub, « Remembering My Brother Dan Eldon: A Journalist Who Died To Tell the Story », sur The Huffington Post, (consulté le ).
  22. a et b Mooney 2018, p. 5.
  23. Shone 2020b, p. 48.
  24. a b et c Mooney 2018, p. 6.
  25. a b et c (en) Matthew Tempest, « I was there at the Inception of Christopher Nolan's film career », sur The Guardian, (consulté le ).
  26. a et b (en) « Wally Pfister ASC on Christopher Nolan's Inception » (version du 11 avril 2012 sur l'Internet Archive), sur British Cinematographer, .
  27. (en) « Fearville (1997) », sur BFI (consulté le ).
  28. (en) « Christopher Nolan: The Movies. The Memories » (version du 24 septembre 2015 sur l'Internet Archive), sur Empire.
  29. (en) « UCLU Film Society, London » (version du 10 août 2012 sur l'Internet Archive), sur UCL.
  30. (en) Christopher Hooton, « Christopher Nolan's student short film shows his humble beginnings », sur The Independent, (consulté le ).
  31. (en) Philip Rogers, « Horror-On-Sea 2018 Interview: Brian Barnes discusses 'The Redeeming' », sur Nerdly, (consulté le ).
  32. (en) Andrew Pulver, « 'He's not a god - he's human' », sur The Guardian, (consulté le ).
  33. (en) « The Man behind the Mask » (version du 3 mars 2016 sur l'Internet Archive), sur UCL, .
  34. (en) Johannes Duncker, « The Making of Following » (version du 13 mai 2008 sur l'Internet Archive), sur christophernolan.net, .
  35. (en) Ben Sloan, « Interview with Christopher Nolan » (version du 22 février 2011 sur l'Internet Archive), sur Metro, .
  36. a b c d e f g h i j k l m n et o (en) Jeffrey Ressner, « The Traditionalist », sur DGA Quarterly, (consulté le ).
  37. a et b (en) Scott Tobias, « Christopher Nolan », sur The A.V. Club, (consulté le ).
  38. (en) « Tiger Awards Competition: previous winners », sur Festival international du film de Rotterdam (consulté le ).
  39. (en) Awards for Following sur l’Internet Movie Database.
  40. (en) « Following », sur The Criterion Collection (consulté le ).
  41. Mottram 2002, p. 176.
  42. Mottram 2002, p. 177.
  43. Mottram 2002, p. 62–64.
  44. (en) Joe Morgenstern, « Hero With No Memory Turns 'Memento' Into Unforgettable Trip », sur The Wall Street Journal, (consulté le ).
  45. (en) Mark Conard, The Philosophy of Neo-Noir, University Press of Kentucky, (ISBN 978-0-8131-7230-9), p. 35.
  46. (en) « Memento », sur Box Office Mojo (consulté le ).
  47. a b et c (en) « Christopher Nolan awards » (version du 24 octobre 2013 sur l'Internet Archive), sur The New York Times, .
  48. a et b (en) Jason Dietz, « Film Critics Pick the Best Movies of the Decade », sur Metacritic, (consulté le ).
  49. (en) Cynthia Littleton, « ‘Titanic,’ ‘The Goonies,’ ‘Field of Dreams,’ ‘Memento’ Added to National Film Registry », sur Variety, (consulté le ).
  50. a et b (en) « 'Memento' recognition landed Christopher Nolan in the director's chair for big-budget 'Insomnia' », sur Contactmusic.com, (consulté le ).
  51. (en) Andrew deWaard et R. Colin Tait, The Cinema of Steven Soderbergh: Indie Sex, Corporate Lies, and Digital Videotape, Columbia University Press, (ISBN 978-0-231-16551-8), p. 49.
  52. (en) « Insomnia », sur Rotten Tomatoes (consulté le ).
  53. (en) « Insomnia (2002) », sur Box Office Mojo (consulté le ).
  54. (en) Roger Ebert, « Insomnia review », sur Rogerebert.com (consulté le ).
  55. (en) Richard Schickel, « Sleepless in Alaska », sur Time, (consulté le ).
  56. (en) Stephen Arnell, « The Nordic Noir thrillers worth watching », sur The Spectator, (consulté le ).
  57. (en) Kevin Jagernauth, « Christopher Nolan Talks Howard Hughes Project, ‘Interstellar’ & More In Interviews, Plus Featurettes, New Pics & More », sur Indiewire, (consulté le ).
  58. (en) Oliver Lyttelton, « Christopher Nolan Says His Howard Hughes Film Is Dead, But He’d Still Like To Do A Bond Film At Some Point », sur Indiewire, (consulté le ).
  59. (en) Kevin Jagernauth, « Trivia: When Christopher Nolan First Came To Warner Bros., He Was Offered ‘Troy’ To Direct », sur Indiewire, (consulté le ).
  60. (en) « Gemma Arterton to star in Christopher Nolan-penned thriller 'The Keys to the Street', Meeting with Ridley Scott for 'Alien' prequels' », sur The Playlist (consulté le ).
  61. (en) « Nolan Drops The Prisoner », sur The Guardian, (consulté le ).
  62. (en) « Nolan Drops The Prisoner », sur Contactmusic.com, (consulté le ).
  63. a et b (en) James Greenberg, « Rescuing Batman », sur Los Angeles Times, (consulté le ).
  64. a et b (en) Scott Foundas, « Cinematic Faith », sur Film Comment (consulté le ).
  65. (en) « Batman Begins », sur Rotten Tomatoes (consulté le ).
  66. (en) David Sims, « The Complicated Legacy of Batman Begins », sur The Atlantic, (consulté le ).
  67. (en) Shawn Adler, « 'He-Man' Movie Will Go Realistic: 'We're Not Talking About Putting Nipples On The Trapjaw Suit' », sur MTV, (consulté le ).
  68. (en) « Christopher Nolan Season at BFI Southbank in July 2012 », sur BFI, (consulté le ).
  69. (en) Kyle Smith, « Review: Batman Begins », sur New York Post, (consulté le ).
  70. (en) « Batman Begins (2005) », sur Box Office Mojo (consulté le ).
  71. (en) Awards for Batman Begins sur l’Internet Movie Database.
  72. (en) Mark Hughes, « Exclusive: Christopher Nolan Talks 'Batman Begins' 10th Anniversary », sur Forbes, (consulté le ).
  73. (en) Don Iffergrin, « Interview about The Prestige », sur Christopher-priest.co.uk (consulté le ).
  74. (en) Jeff Goldsmith, « The Prestige Q & A : Interview with Jonathan Nolan » [Podcast], sur Creative Screenwriting Magazine Podcast, (consulté le ).
  75. (en) Michael Fleming, « Nolan wants ‘Prestige’ », sur Variety, (consulté le ).
  76. (en) « The Prestige (2006) », sur Box Office Mojo (consulté le ).
  77. (en) Noel Murray, Tasha Robinson, Keith Phipps, Nathan Rabin et Scott Tobias, « The best films of the ‘00s », sur The A.V. Club, (consulté le ).
  78. (en) Roger Ebert, « The Prestige Review », sur Rogerebert.com, (consulté le ).
  79. (en) Kenneth Turan, « They've got something up their sleeves », sur Los Angeles Times, (consulté le ).
  80. (en) Philip French, « The Prestige », sur The Guardian, (consulté le ).
  81. (en) « Oscars 2007: full list of winners and nominees », sur The Guardian, (consulté le ).
  82. (en) Garth Franklin, « It's Official: "Batman 2" Gets A Title » (version du 25 janvier 2007 sur l'Internet Archive), sur DarkHorizons, .
  83. (en) Dan Jolin, « The Dark Knight: The Original Feature », sur Empire, (consulté le ).
  84. (en) « The 50 Best Movies of the Decade (2000-2009) », sur Paste, (consulté le ).
  85. (en) « Review of the Decade – Year-By-Year: Empire's Films Of The Decade » (version du 24 septembre 2015 sur l'Internet Archive), sur Empire.
  86. (en) Manohla Dargis, « The Dark Knight-Showdown in Gotham Town », sur The New York Times, (consulté le ).
  87. (en) Roger Ebert, « The Dark Knight Review », sur Chicago Sun-Times, (consulté le ).
  88. (en) Brooks Barnes, « Dark Knight Wins Again at Box Office », sur The New York Times, (consulté le ).
  89. (en) « The Dark Knight (2008) », sur Box Office Mojo (consulté le ).
  90. « Warner Bros and Christopher Nolan Break New Ground with The Dark Knight » (consulté le ).
  91. (en) « The Oscars 2009 », sur BBC News, (consulté le ).
  92. (en) Dave McNary, « ‘Dark Knight,’ ‘Shrek,’ ‘Grease,’ ‘Blues Brothers’ Added to National Film Registry », sur Variety, (consulté le ).
  93. (en) Michael Fleming, « Nolan tackles 'Inception' for WB » (version du 14 avril 2009 sur l'Internet Archive), sur Variety, .
  94. (en) Matt Goldberg, « Warner Bros. Keeping INCEPTION in Oscar-voters' Minds with "New" Behind-the-Scenes Featurette », sur Collider, (consulté le ).
  95. « Inception | RichardRoeper.com », sur www.richardroeper.com (consulté le ).
  96. (en) Mark Kermode, « Kermode Uncut: My Top Five Films of the Year », sur BBC, (consulté le ).
  97. (en) Lauren Schuker, « Studios Root for 'Inception' », sur The Wall Street Journal, (consulté le ).
  98. (en) « Inception (2010) », sur Box Office Mojo (consulté le ).
  99. (en) « 2011 Academy Awards Nominations and Winners », sur Academy of Motion Picture Arts and Sciences (consulté le ).
  100. (en) Brendan Bettinger, « Christopher Nolan Speaks! Updates on Dark Knight Sequel and Superman Man of Steel » (version du 13 mars 2010 sur l'Internet Archive), sur Collider, .
  101. (en) Geoff Boucher, « Christopher Nolan reveals title of third Batman film and that 'it won't be the Riddler' » (version du 29 octobre 2010 sur l'Internet Archive), sur Los Angeles Times, .
  102. (en) Andrew O'Hehir, « "The Dark Knight Rises": Christopher Nolan's evil masterpiece », sur Salon, (consulté le ).
  103. (en) Nick Levine, « 'The Dark Knight Rises' receives overwhelmingly positive early reviews », sur NME, (consulté le ).
  104. (en) Christy Lemire, « Batman Review: Is 'The Dark Knight Rises' An Epic Letdown? » (version du 17 mars 2014 sur l'Internet Archive), sur Associated Press, .
  105. (en) Pamela McClintock, « Box Office Milestone: ‘Dark Knight Rises’ Crosses $1 Billion Worldwide », sur The Hollywood Reporter, (consulté le ).
  106. (en) Jennifer Brown, « 12 shot dead, 58 wounded in Aurora movie theater during Batman premier », sur The Denver Post, (consulté le ).
  107. (en) Will Morley, « Christopher Nolan on theater shooting: 'I would like to express our profound sorrow' » (version du 21 juillet 2012 sur l'Internet Archive), sur Entertainment Weekly, .
  108. a et b (en) « Christopher Nolan on Batman and Superman », sur Superhero Hype!, .
  109. (en) Dave Itzkoff, « Alien, Yet Familiar », sur The New York Times, (consulté le ).
  110. (en) « Man of Steel Reviews », sur Metacritic (consulté le ).
  111. (en) « Christopher Nolan talks producing Man of Steel » (version du 22 août 2017 sur l'Internet Archive), sur Access Hollywood, .
  112. (en) « Christopher Nolan's 'Interstellar': 'Dark Knight Rises' Director Lines Up Next Project », sur HuffPost, (consulté le ).
  113. (en) Kevin Jagernauth, « Christopher Nolan’s Merging An Original Idea With Jonah Nolan’s Old Screenplay For ‘Interstellar’ », sur Indiewire, (consulté le ).
  114. (en) Nikki Finke, « Christopher Nolan’s ‘Interstellar’ To Be Paramount-Warner Bros Co-Production And Joint Distribution », sur Deadline, (consulté le ).
  115. (en) « Interstellar Reviews », sur Metacritic (consulté le ).
  116. (en) « Interstellar (2014) », sur Box Office Mojo (consulté le ).
  117. (en) A. O. Scott, « Off to the Stars, With Grief, Dread and Regret », sur The New York Times, (consulté le ).
  118. (en) Richard Trenholm, « Space station film school: How astronauts shot this glorious IMAX movie », sur CNET, (consulté le ).
  119. (en) Oliver James, Eugénie von Tunzelmann, Paul Franklin et Kip S. Thorne, « Gravitational lensing by spinning black holes in astrophysics, and in the movie Interstellar », Classical and Quantum Gravity, vol. 32, no 6,‎ , p. 065001 (ISSN 0264-9381, DOI 10.1088/0264-9381/32/6/065001, Bibcode 2015CQGra..32f5001J, arXiv 1502.03808).
  120. (en) Pallab Ghosh, « Interstellar 'should be shown in school lessons' », sur BBC News, (consulté le ).
  121. (en) Oliver James, Eugénie von Tunzelmann, Paul Franklin et Kip S. Thorne, « Visualizing Interstellar's Wormhole », American Journal of Physics, vol. 83, no 6,‎ , p. 486–499 (DOI 10.1119/1.4916949, Bibcode 2015AmJPh..83..486J, arXiv 1502.03809).
  122. (en) Gregg Kilday, « AFI List of Top 10 Films Expands to Include 11 », sur The Hollywood Reporter, (consulté le ).
  123. (en) « Oscars 2015: See the Full List of Nominees », sur Time, (consulté le ).
  124. (en) Borys Kit, « Christopher Nolan to Exec Produce Wally Pfister’s Directorial Debut », sur The Hollywood Reporter, (consulté le ).
  125. (en) Dave McNary, « Christopher Nolan’s Syncopy Teaming With Zeitgeist on Blu-ray Releases (EXCLUSIVE) », sur Variety, (consulté le ).
  126. (en) Zack Sharf, « Why ‘The Quay Brothers in 35mm’ is One of Christopher Nolan’s Greatest Accomplishments », sur Indiewire, (consulté le ).
  127. (en) Jeff Labrecque, « Christopher Nolan's next movie is a documentary short », sur Entertainment Weekly, (consulté le ).
  128. (en) Scott Foundas, « Christopher Nolan Rallies the Troops to Save Celluloid Film », sur Variety, (consulté le ).
  129. (en) Ben Child, « Tarantino and Nolan share a Kodak moment as studios fund film processing », sur The Guardian, (consulté le ).
  130. (en) « Reframing The Future Of Film », sur Film Heritage Foundation, (consulté le ).
  131. (en) Mike Jr. Fleming, « Christopher Nolan Joins Film Foundation Board », sur Deadline, (consulté le ).
  132. (en) « DGA Congratulates Martin Scorsese and Christopher Nolan on Appointments to National Film Preservation Board », sur Directors Guild of America, (consulté le ).
  133. (en) Abid Rahman, « Charles Roven: Ben Affleck “Was the First Guy We Went to” for Batman Role », sur The Hollywood Reporter, (consulté le ).
  134. (en) Perri Nemiroff, « Christopher Nolan on Ben Affleck's Casting in Batman v Superman », sur Collider, (consulté le ).
  135. Gaël Golhen, « EXCLU : Christopher Nolan et ses collaborateurs révèlent 7 infos sur Dunkerque », sur Première, (consulté le ).
  136. (en) Christopher Nolan, « Spitfires, flotillas of boats, rough seas and 1,000 extras: Christopher Nolan on the making of Dunkirk, his most challenging film to date », sur The Telegraph, (consulté le ).
  137. (en) Brent Lang, « Christopher Nolan Gets Candid on the State of Movies, Rise of TV and Spielberg’s Influence », sur Variety, (consulté le ).
  138. (en) Dave McNary, « Harry Styles, Fionn Whitehead to Star in Christopher Nolan WW2 Action-Thriller ‘Dunkirk’ », sur Variety, (consulté le ).
  139. (en) Graeme McMillan, « ‘Dunkirk’: What the Critics Are Saying », sur The Hollywood Reporter, (consulté le ).
  140. (en) « Dunkirk », sur Metacritic (consulté le ).
  141. (en) Rebecca Keegan, « How Dunkirk, Summer's Boldest Box-Office Gamble, Paid Off », sur Vanity Fair, (consulté le ).
  142. (en) Mansoor Mithaiwala, « Dunkirk Is Highest Grossing WWII Film Globally », sur Screen Rant, (consulté le ).
  143. (en) Mick LaSalle, « Not a victory, but a triumph in ‘Dunkirk’ », sur San Francisco Chronicle, (consulté le ).
  144. (en) Steve Dove, « Oscar Nominations 2018: Full List of Nominated Movies », sur ABC, (consulté le ).
  145. (en) Kenneth Turan, « Christopher Nolan returns Kubrick sci-fi masterpiece '2001: A Space Odyssey' to its original glory », sur Los Angeles Times, (consulté le ).
  146. (en) Andrea Mandell, « Christopher Nolan inspires crazed Cannes crowd, talks 'Batman' trilogy », sur USA Today, (consulté le ).
  147. (en) « The Doll's Breath », sur illuminationsmedia, (consulté le ).
  148. a et b (en) Erin Elizabeth Hill-Parks, « Discourses of Cinematic Culture and the Hollywood Director: The Development of Christopher Nolan's Auteur Persona » [PDF], sur Newcastle University, (consulté le ).
  149. (en) Rob Cain, « Even With Star Director Nolan, 'Dunkirk' Was A High-Risk Gamble For Warner Bros », sur Forbes, (consulté le ).
  150. (en) « 10 Interesting Facts You Didn’t Know About Christopher Nolan », sur The Cinemaholic, (consulté le ).
  151. (en) Tom Shone, « Film review: Tenet », sur The Sunday Times, (consulté le ).
  152. (en) Matt Maytum, « Time to Spy », Total Film, no 299,‎ , p. 30–35.
  153. (en) Pamela McClintock, « Box Office: 'Tenet' Debuts to $20M as U.S. Theaters Reopen, Nears $150M Globally », sur The Hollywood Reporter, (consulté le ).
  154. (en) « Tenet (2020) », sur Box Office Mojo (consulté le ).
  155. (en) Rebecca Rubin, « Christopher Nolan Defends 'Tenet' Box Office Results », sur Variety, (consulté le ).
  156. (en) « Tenet Reviews », sur Metacritic (consulté le ).
  157. (en) Zack Sharf, « 'Tenet' Divides Critics: Nolan's Latest Called a 'Monumental Spectacle' and 'Head-Scratching' Dud », sur Indiewire, (consulté le ).
  158. (en) Peter Bradshaw, « Tenet review – supremely ambitious race against time makes for superb cinema », sur The Guardian, (consulté le ).
  159. (en) Leslie Felperin, « 'Tenet': Film Review », sur The Hollywood Reporter, (consulté le ).
  160. (en) Patrick Hipes, « Oscar Nominations: The Complete List », sur Deadline, (consulté le ).
  161. (en) Carolyn Giardina, « Christopher Nolan, Rob Legato Join SMPTE Engineers Advisory Board », sur The Hollywood Reporter, (consulté le ).
  162. a et b (en) « The Nolan Variations: The Movies, Mysteries, and Marvels of Christopher Nolan », sur Penguin Random House (consulté le ).
  163. (en) « The Nolan Variations: The Movies, Mysteries, and Marvels of Christopher Nolan », sur Library Journal (consulté le ).
  164. (en) Jason Guerrasio, « Deborah Snyder says Christopher Nolan supported her husband Zack in his quest to make the 'Snyder cut' », sur Insider, (consulté le ).
  165. (en) Mike Jr. Fleming, « Christopher Nolan Bombshell: Director Talking To Multiple Studios On Film He'll Direct About J. Robert Oppenheimer & Development Of The A-Bomb In WWII », sur Deadline, (consulté le ).
  166. (en) Mike Jr. Fleming, « Christopher Nolan Chooses Universal Pictures For His Film About J. Robert Oppenheimer & The A-Bomb », sur Deadline, (consulté le ).
  167. (en) Borys Kit, « Inside the Studios' (And Apple's) Frenzy to Get Christopher Nolan's Next Film », sur The Hollywood Reporter, (consulté le ).
  168. (en) Justin Kroll, « Cillian Murphy Confirmed to Star As J. Robert Oppenheimer In Christopher Nolan's Next Film At Universal, Film Will Bow in July 2023 », sur Deadline, (consulté le ).
  169. (en) « The Z To A Of Christopher Nolan » (version du 24 septembre 2015 sur l'Internet Archive), sur Empire.
  170. (en) « Christopher Nolan biography » (version du 2 février 2014 sur l'Internet Archive), sur Entertainment Scene 360.
  171. (en) « Christopher Nolan profile », sur Forbes (consulté le ).
  172. a et b (en) Gideon Lewis-kraus, « The Exacting, Expansive Mind of Christopher Nolan », sur The New York Times, (consulté le ).
  173. a et b (en) Marlow Stern, « Christopher Nolan Uncut: On 'Interstellar,' Ben Affleck's Batman, and the Future of re-of-mankind », sur The Daily Beast, (consulté le ).
  174. a et b (en) Jeffrey Kluger, « Watch Christopher Nolan and Kip Thorne Discuss the Physics of Interstellar », sur Time, (consulté le ).
  175. (en) « Donor Lookup Results », sur Open Secrets (consulté le ).
  176. (en) « About Us », sur Motion Picture & Television Fund (consulté le ).
  177. (en) Jenelle Riley, « 'Dark Knight Rises' Director Christopher Nolan's Shocking Admission: No Cell Phone, Email Address », sur The Hollywood Reporter, (consulté le ).
  178. (en) Jenelle Riley, « Christopher Nolan Embraces Film Tech But Doesn't Own a Cell Phone », sur Backstage, (consulté le ).
  179. a et b (en) Sam Mendes, « A-List Directors, interviewed by Sam Mendes », sur Empire (consulté le ).
  180. (en) Nigel Smith, « Christopher Nolan on His Viewing Habits, the 'Hard Job' of Making Films and Why He Doesn't Email », sur People, (consulté le ).
  181. (en) Jen Yamato, « Chris Nolan and Guillermo del Toro: 10 Highlights From Their Memento Q&A », sur Movieline.com, (consulté le ).
  182. (en) Jeff Jensen, « 'Room 237': Exploring Stanley Kubrick's 'Shining' influence », sur Entertainment Weekly, (consulté le ).
  183. a et b (en) Nick Dager, « A Conversation with Christopher Nolan », sur Digital Cinema Report, (consulté le ).
  184. (en) Kristopher Tapley, « Christopher Nolan Talks Michael Mann's 'Heat' With Cast and Crew at the Academy », sur Variety, (consulté le ).
  185. a et b (en) Jim Vejvoda, « Chris Nolan's Dark Knight Rises Movie Influences », sur IGN, (consulté le ).
  186. (en) Ryan Gilbery, « Nicolas Roeg: 'I don't want to be ahead of my time' », sur The Guardian, (consulté le ).
  187. (en) Jeff Jensen, « The Dark Knight Rises: Bring on the Knight », sur Entertainment Weekly, (consulté le ).
  188. (en) « The Unofficial Christopher Nolan Website » (version du 26 janvier 2012 sur l'Internet Archive), sur christophernolan.net.
  189. Shone 2020b, p. 16.
  190. Shone 2020b, p. 33.
  191. (en) « Christopher Nolan's recommends » (version du 11 janvier 2013 sur l'Internet Archive), sur DirectorsRecommend, .
  192. (en) Peter White, « Christopher Nolan Discusses Howard Hughes Film And 'The Dark Knight' Trilogy At BAFTA Event », sur Deadline, (consulté le ).
  193. (en) Jason Guerrasio, « Christopher Nolan explains the biggest challenges in making his latest movie 'Dunkirk' into an 'intimate epic' », sur Business Insider, (consulté le ).
  194. (en) « Christopher Nolan’s Top 10 », sur The Criterion Collection, (consulté le ).
  195. (en) Kevin Jagernauth, « Christopher Nolan Says He'd Still Like To Direct A James Bond Movie », sur The Playlist, 10 jjuillet 2017 (consulté le ).
  196. (en) « 10 things we learned from Christopher Nolan's Desert Island Discs », sur BBC Radio (consulté le ).
  197. a et b (en) « Q&A: Christopher Nolan on Dreams, Architecture, and Ambiguity », sur Wired, (consulté le ).
  198. (en) « 9 Easter Eggs From the Bookshelf in Interstellar », sur Wired, (consulté le ).
  199. (en) Leonard Pearce, « Christopher Nolan Inspired by Robert Bresson and Silent Films for ‘Dunkirk,’ Which Has “Little Dialogue” », sur The Film Stage, (consulté le ).
  200. (en) « Christopher Nolan: how Francis Bacon inspired my Dark Knight Batman trilogy - video », sur The Guardian, (consulté le ).
  201. Shone 2020b, p. 39.
  202. Shone 2020b, p. 59.
  203. Duncan Jesser et Pourroy 2012, p. 51.
  204. (en) Preetam Kaushik, « Christopher Nolan, an Auteur in Contemporary Cinema? », sur HuffPost, (consulté le ).
  205. (en) Stuart Joy, « Time, Memory & Identity: The Films of Christopher Nolan », sur Grin – Master's Thesis written by Stuart Joy, (consulté le ).
  206. (en) Chris Lee, « Everything About Dunkirk Screams Oscar—So Why Is It Coming Out in July? », sur Vanity Fair, (consulté le ).
  207. (en) « Christopher Nolan », sur Haileybury (consulté le ).
  208. (en) Carolina A. Miranda, « How Christopher Nolan used architecture to alienating effect in 'The Dark Knight' », sur Los Angeles Times, (consulté le ).
  209. (en) Ian Buckwalter, « The Reason Christopher Nolan Films Look Like Christopher Nolan Films », sur The Atlantic, (consulté le ).
  210. (en) « Collaboration is king, Wally Pfister ASC and Christopher Nolan » (version du 5 octobre 2013 sur l'Internet Archive), sur British Cinematographer.
  211. (en) Paul Hechinger, « 'Dark Knight' Director Christopher Nolan Talks About Keeping Batman Real » (version du 5 octobre 2013 sur l'Internet Archive), sur BBC America, .
  212. (en) « A Life in Pictures: Christopher Nolan », sur British Academy of Film and Television Arts, (consulté le ).
  213. a et b (en) David Bordwell, « Nolan book 2.0: Cerebral blockbusters meet blunt-force cinephilia », sur Observations on film art, (consulté le ).
  214. a b c d et e (en) Joseph Bevan, « Christopher Nolan: escape artist », sur British Film Institute, (consulté le ).
  215. a b c et d (en) Alec Price, « Analysis: The Films of Christopher Nolan » (version du 28 janvier 2011 sur l'Internet Archive), sur Left Field Cinema, .
  216. a et b (en) David Bordwell, « Nolan vs. Nolan », sur Observations on film art, (consulté le ).
  217. (en) Mark Fisher, « The Lost Unconscious: Delusions and Dreams in Inception », Film Quarterly, vol. 64, no 3,‎ , p. 37.
  218. (en) Brad Brevet, « Nolan and Fincher Discuss Malick in New 'Tree of Life' Featurette », (consulté le ).
  219. a b et c (en) Scott Foundas, « With Inception, Can Christopher Nolan Save the Summer? », sur The Village Voice, (consulté le ).
  220. a b et c (en) Emma Bell, « The Therapeutic Philosophy of Christopher Nolan » (version du 3 février 2013 sur l'Internet Archive), sur Film-Philosophy Conference, .
  221. a b c et d (en) Stuart Joy, The Traumatic Screen: The Films of Christopher Nolan, Intellect, (ISBN 978-1-78938-202-0 et 978-1-78938-219-8).
  222. (en) Nick Schager, « Interstellar: The Most Christopher Nolan-y Movie Yet », sur Esquire, (consulté le ).
  223. (en) Stephen Saito, « Christopher Nolan's Five Unexpected Influences for "Interstellar" », sur The Moveable Fest, (consulté le ).
  224. (en) Sam Leith, « How Tenet was inspired by palindromes, the memes of the ancient world », sur The Telegraph, (consulté le ).
  225. (en) Eric Harshbarger, « The Never-Ending Stories: Inception's Penrose Staircase », sur Wired, (consulté le ).
  226. (en) Barry Vacker, « Gargantua, the Tesseract, and Existential Meanings in Interstellar », sur Medium, (consulté le ).
  227. (en) « Nolan and Narrative », sur Narrative In Art, (consulté le ).
  228. Mooney 2018, p. 11.
  229. a et b (en) David Bordwell, « Revisiting INCEPTION », sur Observations on film art, (consulté le ).
  230. a b et c (en) Jason Guerrasio, « Christopher Nolan explains the 'audio illusion' that created the unique music in 'Dunkirk' », sur Business Insider, (consulté le ).
  231. a et b (en) David Bordwell, « DUNKIRK Part 2: The art film as event movie », sur Observations on film art, (consulté le ).
  232. (en) Garrett Tiedemann, « The music of Christopher Nolan: From atmospheric to aggressive », sur Classical MPR, (consulté le ).
  233. (en) Adam Chitwood, « Berlin: Hans Zimmer Talks Christopher Nolan's INTERSTELLAR and the Influence of the DARK KNIGHT Trilogy Score on Blockbuster Filmmaking », sur Collider, (consulté le ).
  234. (en) Tom Beasley, « Ludwig Göransson reveals Christopher Nolan's heavy breathing is part of 'Tenet' score », sur Yahoo!, (consulté le ).
  235. (en) Matt Grobar, « Composer Ludwig Göransson On Recreating John Williams Magic For ‘The Mandalorian,’ Finishing ‘Tenet’ In Quarantine & Takeaways From Working With Christopher Nolan », sur Deadline, (consulté le ).
  236. (en) Benwork Child, « Interstellar's sound 'right for an experimental film', says Nolan », sur The Guardian, (consulté le ).
  237. a et b (en) Leo Barraclough, « Christopher Nolan’s Use of Sound on ‘Tenet’ Infuriates Some, Inspires Others », sur Variety, (consulté le ).
  238. (en) Erin Hill Parks, « Identity Construction and Ambiguity in Christopher Nolan's Films » [PDF], sur Widescreenjournal, (consulté le ).
  239. (en) Jason T. Eberl et George A. Dunn, The Philosophy of Christopher Nolan, Lexington Books, (ISBN 978-1-498-51352-4).
  240. (en) Lauren Wilford, « Bleakness and Richness: Christopher Nolan on Human Nature », sur The Other Journal, (consulté le ).
  241. (en) Leah Zak, « Guillermo del Toro & Christopher Nolan Talk ‘Memento’ & “Remaining Strange” », sur Indiewire, (consulté le ).
  242. Shone 2020b, p. 339.
  243. (en) Mike D'Angelo, « The rational wonders of Christopher Nolan » (version du 4 mars 2016 sur l'Internet Archive), sur The Dissolve.
  244. a et b (en) Todd McGowan, « Todd McGowan: The Timeless Christopher Nolan », sur University of Minnesota Press Blog, (consulté le ).
  245. (en) Richard Newby, « ‘Tenet’ and the Past and Future of Christopher Nolan », sur The Hollywood Reporter, (consulté le ).
  246. (en) Alexander Sowa, « Wait, Tenet Is Really About... [SPOILER]? », sur CBR, (consulté le ).
  247. (en) Erik Kain, « 'The Dark Knight Rises' Is Not About Occupy Wall Street », sur Forbes, (consulté le ).
  248. (en) Jason Ney, « Dark Roots » [PDF], sur The Film Noir Foundation, (consulté le ).
  249. (en) Brandon Jacobs, « 5 Major Defining Tropes of Christopher Nolan's Films », sur WhatCulture, (consulté le ).
  250. (en) Jason Bailey, « “There’s No Prescription”: Christopher Nolan and Bennett Miller on Influences, Fatherhood, and the Ending of ‘Inception’ », sur Flavorwire, (consulté le ).
  251. (en) Oliver Lyttelton, « How Parenthood Is At The Heart Of ‘Interstellar’ & Other Christopher Nolan Films », sur Indiewire, (consulté le ).
  252. (en) Richard Newby, « ‘Tenet’ and Christopher Nolan’s Meditations on Time », sur The Hollywood Reporter, (consulté le ).
  253. (en) « Clocking the Clock Keeper Christopher Nolan, From ‘Following’ to ‘Tenet’ », sur Observer, (consulté le ).
  254. a et b (en) Husam Sam Asi, « Christopher Nolan: I want the audience to feel my movies not understand them », sur UKScreen, (consulté le ).
  255. (en) Michelle Lanz, « Christopher Nolan: 'Interstellar' is 'my most aggressive attempt' at a family blockbuster », sur Southern California Public Radio (consulté le ).
  256. (en) Tracy Palmer, « Tenet Explained- Inception, Infinity, Entropy, and Fatalism », sur Signal Horizon, (consulté le ).
  257. (en) Rafael Motamayor, « An Idiot’s Guide to “Time Inversion” in ‘Tenet’ », sur Observer, (consulté le ).
  258. (en) Siddhant Adlakha, « Christopher Nolan's Tenet Is the Culmination of a 22-Year Obsession With Time », sur IGN, (consulté le ).
  259. (en) Brandon Katz, « The Psychology That Crushes Christopher Nolan’s Characters Over Time », sur Observer, (consulté le ).
  260. a b c et d (en) Todd McGowan, « The Fictional Christopher Nolan », sur University of Texas Press, (consulté le ).
  261. (en) Sheila Marikar, « Inside 'Inception': Could Christopher Nolan's Dream World Exist in Real Life? », sur ABC News, (consulté le ).
  262. (en) « Freud's Theories Applied in Inception », sur Studymode, (consulté le ).
  263. (en) Ian Alan Paul, « Desiring-Machines in American Cinema: What Inception tells us about our experience of reality and film », sur Senses of Cinema, (consulté le ).
  264. (en) Miklós Kiss, « Narrative Metalepsis as Diegetic Concept in Christopher Nolan's Inception (2010) » [PDF], sur Université de Groningue (consulté le ).
  265. (en) Andreas Wiseman, « Christopher Nolan: why 'Dunkirk' is anything but a 'Brexit movie' », sur Screen International, (consulté le ).
  266. (en) Bryan Alexander, « Occupy movement is alive and well on big screen » (version du 20 août 2012 sur l'Internet Archive), sur USA Today, .
  267. (en) Paul Bedard, « Romney's new foe: Batman's 'Bane' », sur Washington Examiner, (consulté le ).
  268. (en) Slavoj Žižek, « Slavoj Žižek: The politics of Batman » (version du 12 juin 2018 sur l'Internet Archive), sur New Statesman, .
  269. (en) Vivienne Chen, « The Dark Knight and the Post-9/11 Death Wish », sur Academia.edu, (consulté le ).
  270. (en) Daniel Finke, « Justice, Order, and Chaos: The Dialectical Tensions In Batman Begins and The Dark Knight » (version du 5 octobre 2013 sur l'Internet Archive), sur Patheos, .
  271. (en) Stephen Maher, « The Ubermensch Rises: Justice, Truth and Necessary Evil in "The Dark Knight Rises" », sur Truthout, (consulté le ).
  272. (en) Emily Schrader, « An unlikely subliminal message: The Dark Knight Rises » (version du 2 septembre 2013 sur l'Internet Archive), sur The Commentator, .
  273. (en) Douglas M. Kellner, Cinema Wars: Hollywood Film and Politics in the Bush-Cheney Era, Wiley-Blackwell, (ISBN 978-1405198240, lire en ligne), p. 11–12.
  274. a et b (en) Jesse Russell, « In Search of Christopher Nolan », sur The American Spectator, (consulté le ).
  275. (en) « Christopher Nolan: 'Dark Knight Rises' Isn't Political », sur Rolling Stone, (consulté le ).
  276. a et b (en) Gordon Cox, « Christopher Nolan Says His Filmmaking Process a ‘Combination of Intuition and Geometry’ », sur Variety, (consulté le ).
  277. (en) [vidéo] BBC Newsnight, Christopher Nolan: The full interview - Newsnight sur YouTube, (consulté le ), à 19:40.
  278. (en) Rebecca Keegan, « Meet the Woman Behind Dunkirk », sur Vanity Fair, (consulté le ).
  279. (en) Steve Weintraub, « Exclusive: Cillian Murphy Interview INCEPTION », sur Collider, (consulté le ).
  280. (en) « Christopher Nolan: The Movies. The Memories. Part 4: Gary Oldman on Batman Begins », sur Empire.
  281. (en) Matt Grobar, « ‘Dunkirk’ & ‘Orient Express’ Star Kenneth Branagh On Poirot’s Personality & Christopher Nolan’s Passion Project », sur Deadline, (consulté le ).
  282. (en) Terrence Russell, « How Inception's Astonishing Visuals Came to Life », sur Wired, (consulté le ).
  283. (en) Jem Aswad, « Travis Scott and Ludwig Goransson Talk About ‘The Plan,’ the Time-Warping Song and Sound of ‘Tenet’ », sur Variety, (consulté le ).
  284. (en) Michael Rabiger et Mick Hurbis-Cherrier, Directing: Film Techniques and Aesthetics, CRC Press, (ISBN 978-1-135-09921-3), p. 18.
  285. (en) Sheila Roberts, « Interview with Jonathan Nolan » (version du 29 novembre 2014 sur l'Internet Archive), sur Movies Online.
  286. (en) « The Iris Interview: Christopher Nolan, Jonathan Nolan and Emma Thomas talk about working on Interstellar », sur The Iris, (consulté le ).
  287. Duncan Jesser et Pourroy 2012, p. 33–51.
  288. (en) « Christopher Nolan: The Movies. The Memories. Part 2: Wally Pfister on Memento » (version du 18 juin 2013 sur l'Internet Archive), sur Empire, .
  289. (en) Brent Lang, « ‘Transcendence’ Director Wally Pfister on ‘Frustrating’ Technology and What Chris Nolan Taught Him », sur The Wrap, (consulté le ).
  290. (en) Bill Desowitz, « 'Dunkirk': 6 Movies That Prepared Christopher Nolan's Go-To Cinematographer Hoyte van Hoytema », sur Indiewire, (consulté le ).
  291. Duncan Jesser et Pourroy 2012, p. 253.
  292. Duncan Jesser et Pourroy 2012, p. 254–257.
  293. (en) Dave McNary, « Christopher Nolan Taps Hans Zimmer For Interstellar Score », sur Variety, (consulté le ).
  294. (en) Ryan Lattanzio, « Hans Zimmer on His Creative Marriage to Chris Nolan: "I Don't Think the World Understands Our Business », sur Indiewire, (consulté le ).
  295. Duncan Jesser et Pourroy 2012, p. 261.
  296. Duncan Jesser et Pourroy 2012, p. 223.
  297. Duncan Jesser et Pourroy 2012, p. 242.
  298. (en) « Nilo Otero », sur BFI (consulté le ).
  299. Duncan Jesser et Pourroy 2012, p. 286.
  300. (en) Nicolas Rapold, « The Technical Stars Who Help Pull Off a Christopher Nolan Narrative », sur The New York Times, (consulté le ).
  301. Duncan Jesser et Pourroy 2012, p. 57.
  302. (en) Tim Gray, « Directors & Their Troops: Christopher Nolan on the 'Interstellar' Team », sur Variety, (consulté le ).
  303. (en) Jenelle Riley, « 'Dark Knight Rises' Closes Out Christopher Nolan's Batman Trilogy », sur Backstage, (consulté le ).
  304. (en) Nathaniel R, « Familiar Faces: The Chris Nolan Players », sur The Film Experience, (consulté le ).
  305. (en) « Actors in the Most Christopher Nolan Movies », sur Ranker (consulté le ).
  306. (en) Ned Ehrbar, « Michael Caine differs with Christopher Nolan on who is the 'good luck charm » (version du 17 juillet 2012 sur l'Internet Archive), sur MetroNews, .
  307. (en) Melena Ryzik, « Buddy-Buddy: Seasoned Actor and Young Director », sur The New York Times, (consulté le ).
  308. (en) Christopher Rosen, « Michael Caine On The Dark Knight Rises, Oscar Chances & Winning His First Academy Award », sur HuffPost, (consulté le ).
  309. (en) Ben Arnold, « Caine invented own Alfred backstory for Batman », sur Yahoo! Movies, (consulté le ).
  310. (en) Sean O'Neal, « Matthew Modine is the now-obligatory '80s actor in The Dark Knight Rises », sur The A.V. Club, (consulté le ).
  311. (en) Jeff Labrecque, « Matthew Modine Rises: Private Joker on the Dark Knight, Steve Jobs, and a Batman/Iron Man steel cage match », sur Entertainment Weekly, (consulté le ).
  312. (en) Pete Hammond, « CinemaCon: Christopher Nolan Warns Theatre Owners: How ‘Interstellar’ Is Presented Will Be More Important Than Any Film He’s Done Before », sur Deadline, (consulté le ).
  313. a et b (en) Steve Weintraub, « Christopher Nolan and Emma Thomas Interview INCEPTION - They Talk 3D, What Kind of Cameras They Used, Pre-Viz, WB, and a Lot More! », sur Collider, (consulté le ).
  314. (en) Carolyn Giardina, « LAFF 2012: ‘Dark Knight Rises’ Cinematographer Wally Pfister Discusses His Directorial Debut », sur The Hollywood Reporter, (consulté le ).
  315. (en) Michael Goldman, « Dunkirk Post: Wrangling Two Large Formats », sur American Society of Cinematographers, (consulté le ).
  316. (en) « Kodak large format film enables IMAX™ and 65mm capture on Christopher Nolan’s 'Dunkirk' », sur Kodak, (consulté le ).
  317. (en) Steve Weintraub, « David Keighley IMAX Interview THE DARK KNIGHT RISES, TRON: LEGACY, Cameras, More », sur Collider, (consulté le ).
  318. (en) Bryant Frazer, « Editing Inception for a Photochemical Finish », sur Studio Daily, (consulté le ).
  319. (en) Brent Lang, « With ‘Interstellar,’ Imax Takes Aim at the Bigger Picture », sur Variety, (consulté le ).
  320. (en) Ryan Faughnder, « Imax embeds itself with Hollywood directors to make sure you see 'Dunkirk' and 'Transformers' on its screens », sur Los Angeles Times, (consulté le ).
  321. (en) Gendy Alimurung, « Movie Studios Are Forcing Hollywood to Abandon 35mm Film. But the Consequences of Going Digital Are Vast, and Troubling », sur LA Weekly, (consulté le ).
  322. (en) Ben Child, « Tarantino and Nolan share a Kodak moment as studios fund film processing », sur The Guardian, (consulté le ).
  323. (en) Carolyn Giardina, « Christopher Nolan, J.J. Abrams Win Studio Bailout Plan to Save Kodak Film », sur The Hollywood Reporter, (consulté le ).
  324. (en) Ethan Anderton, « VOTD: Sundance's 90-Minute Art Of Film Panel With Christopher Nolan And Colin Trevorrow », sur SlashFilm, (consulté le ).
  325. (en) Dave McNary, « Film News Roundup: Christopher Nolan to Discuss Film Preservation at Library of Congress », sur Variety, (consulté le ).
  326. (en) Dave McNary, « Christopher Nolan Joins Film Foundation Board », sur Variety, (consulté le ).
  327. a b c et d (en) Christopher Nolan, « Christopher Nolan: Films of the Future Will Still Draw People to Theaters », sur The Wall Street Journal, (consulté le ).
  328. (en) Peter Kiefer, « First Look: Directors Guild Unveils Renovated Theater With Help From Jon Favreau, Christopher Nolan and More », sur The Hollywood Reporter, (consulté le ).
  329. a et b (en) Rebecca Rubin, « After Christopher Nolan’s Explosive Remarks, Could Warner Bros. Lose Its Superstar Director? », sur Variety, (consulté le ).
  330. (en) Christopher Nolan, « Christopher Nolan: Movie theaters are a vital part of American social life. They will need our help », sur The Washington Post, (consulté le ).
  331. (en) Ryan Faughnder, « Hollywood fears movie theaters 'may not survive' COVID-19 pandemic », sur Los Angeles Times, (consulté le ).
  332. (en) Kristen Lopez, « Christopher Nolan and Steve McQueen Part of UK Petition to Save Movie Theaters », sur Indiewire, (consulté le ).
  333. (en) Owen Gleiberman, « With ‘Tenet’ and ‘Mulan,’ Are Studios Taking a Hit for the Dream? (Column) », sur Variety, (consulté le ).
  334. (en) Kim Masters, « Christopher Nolan Rips HBO Max as “Worst Streaming Service,” Denounces Warner Bros.’ Plan », sur The Hollywood Reporter, (consulté le ).
  335. (en) Ari Shaprio, « Christopher Nolan Calls Warner Bros.' Shift To Streaming New Movies 'A Great Danger' », sur NPR, (consulté le ).
  336. a et b (en) Oli Lyttelton, « Christopher Nolan Tested 3D Conversion For 'Inception,' Might Use Process For 'Batman 3' », sur The Playlist, (consulté le ).
  337. (en) Helen Earnshaw, « Christopher Nolan Finds 3D Alienating », sur Female First, (consulté le ).
  338. (en) « Christopher Nolan and Paul Thomas Anderson launch new offensive in the war on shitty TV settings », sur The A.V. Club, (consulté le ).
  339. (en) Zack Sharf, « Christopher Nolan and Paul Thomas Anderson Join Forces to Fix TV Settings That Mess With How Movies Look », sur Indiewire, (consulté le ).
  340. (en) Carolyn Giardina, « Martin Scorsese, Christopher Nolan Among Directors Launching “Filmmaker Mode” TV Setting », sur The Hollywood Reporter, (consulté le ).
  341. (en) « Christopher Nolan », sur Rotten Tomatoes (consulté le ).
  342. (en) « Christopher Nolan », sur Metacritic (consulté le ).
  343. (en) Christopher Nolan sur l’Internet Movie Database.
  344. a et b « Filmographie de Christopher Nolan », sur Allociné (consulté le ).
  345. « Box-Office français des films de Christopher Nolan », sur JPBox-Office.com (consulté le ).
  346. (en) « Christopher Nolan » Inscription nécessaire, sur Box Office Mojo (consulté le ).
  347. (en) « Honorary Fellows of UCL » (version du 23 septembre 2016 sur l'Internet Archive), sur UCL, .
  348. (en) « Back to where it all began: Christopher Nolan awarded honorary doctorate at UCL », sur UCL, (consulté le ).
  349. (en) Emily Rome, « 'The Dark Knight Rises': Christopher Nolan's hand and footprint ceremony », sur Entertainment Weekly, (consulté le ).
  350. (en) « Christopher Nolan », sur Time, (consulté le ).
  351. (en) « Page N24 | Supplement 62507, 29 December 2018 », sur The Gazette, (consulté le ).
  352. (en) Dave Itzkoff, « A Man and His Dream: Christopher Nolan and Inception », sur The New York Times, (consulté le ).
  353. (en) « The Creatives That Defined the 2010s », sur Complex, (consulté le ).
  354. (en) Joshua Meyer, « Why Christopher Nolan Was the Quintessential Filmmaker of the 2000s », sur SlashFilm, (consulté le ).
  355. (en) Mayer Nissim, « Quentin Tarantino is most-studied director in the UK », sur Digital Spy, (consulté le ).
  356. (en) « An Evening with Christopher Nolan », sur The Film Society of Lincoln Center – descriptions courtesy of The Criterion Collection and Film Society of Lincoln Center, (consulté le ).
  357. (en) Jason Dietz, « Film Critics Pick the Best Movies of the Decade », sur Metacritic, (consulté le ).
  358. (en) Jason Dietz, « Best Movies of the Decade (2010-19) », sur Metacritic, (consulté le ).
  359. (en) Keith Phipps, Tasha Robinson, Nathan Rabin, Scott Tobias et Noel Murray, « The best films of the '00s », sur The A.V. Club, (consulté le ).
  360. (en) Ben Fritz, « Why Hollywood Loves ‘Interstellar’ Director Christopher Nolan », sur The Wall Street Journal, (consulté le ).
  361. (en) Tom Shone, « The Nolan Variations: The Movies, Mysteries, and Marvels of Christopher Nolan », sur Kirkus Reviews, (consulté le ).
  362. (en) « The 21st Century’s 100 greatest films », sur BBC, (consulté le ).
  363. (en) « The 100 Greatest Movies » (version du 1 décembre 2017 sur l'Internet Archive), sur Empire, .
  364. (en) Nick Schager, « With ‘Dunkirk,’ Christopher Nolan Proves He’s Blockbuster Cinema’s Most Daring Auteur », sur The Daily Beast, (consulté le ).
  365. (en) « The Hollywood Reporter 100: The Most Powerful People in Entertainment 2018 », sur The Hollywood Reporter, (consulté le ).
  366. (en) « Christopher Nolan », sur British Film Institute, (consulté le ).
  367. (en) Philip French, « Philip French's pick of the top 50 films from the past five decades », sur The Guardian, (consulté le ).
  368. (en) Ben East, « Newsmaker: Christopher Nolan is a different kind of storyteller », sur The National, (consulté le ).
  369. (en) Ryan Gilbey, « Christopher Nolan: from superheroes to Dunkirk’s small tales of heroism | the Observer profile », sur The Guardian, (consulté le ).
  370. (en) Mark Cousins, « Widescreen: Hollywood's big ideas », sur Prospect, (consulté le ).
  371. (en) Scott Foundas, « Film Review: ‘Interstellar’ », sur Variety, (consulté le ).
  372. (en) Justin Chang, « Ten years after it changed Hollywood, 'The Dark Knight' is back in theaters. Accept no substitutes », sur Los Angeles Times, (consulté le ).
  373. (en) Kate Erbland, « Duncan Jones on How He Models His Career After Christopher Nolan – Q&A », sur Indiewire, (consulté le ).
  374. (en) Edward Davis, « Exclusive: Sam Mendes Says He Was “Not At All” Interested In Bond At First, Took Direct Inspiration From Nolan’s ‘Dark Knight’ Films », sur Indiewire, (consulté le ).
  375. (en) « The Dark Knight Effect – How Hollywood fell for – and learned from – the greatest superhero sequel ever made » (version du 13 novembre 2012 sur l'Internet Archive), sur Empire, .
  376. (en) Oscar Harding, « Exclusive Interview: Rupert Wyatt On Birdsong & Why He Quit Planet Of The Apes », sur Whatculture!, (consulté le ).
  377. (en) « Kenneth Branagh on Dunkirk and The Nolan Experience » (version du 25 mars 2018 sur l'Internet Archive), sur Roadshow, .
  378. a et b (en) Tom Shone, « Christopher Nolan: The Director's Cut », sur These Violent Delights, Tom Shone, (consulté le ).
  379. (en) « Martin Scorsese: “There’s always the budget, but I am more concerned about the creative freedom” », sur Filmtalk, (consulté le ).
  380. (en) Aftab Kaleem, « Luca Guadagnino: "I Try To Surrender To My Evidences" », sur The Talks, (consulté le ).
  381. (en) « Damien Chazelle on ‘Dunkirk’ », sur Variety, (consulté le ).
  382. (en) « Olivier Assayas: “Kristen Stewart’s approach to acting is very honest, very human and very pure” », sur Film Talk, (consulté le ).
  383. (en) StarWorldIndia, « In conversation with Steven Spielberg and Stacey Snider on The Front Row » (version du 28 juillet 2013 sur l'Internet Archive), sur YouTube, .
  384. a et b (en) « Christopher Nolan turns 49: Here is what Steven Spielberg, James Cameron and other directors say about him », sur The Indian Express, (consulté le ).
  385. (en) Chris O'Falt, « Denis Villeneuve’s Great Admiration For Christopher Nolan, and Why He Wants to Make ‘Dune’ », sur Indiewire, (consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.
Les ouvrages sont classés par ordre chronologique.

Ouvrages en anglais[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]