Huit et demi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Huit et demi

Titre original Otto e mezzo
Réalisation Federico Fellini
Scénario Federico Fellini
Ennio Flaiano
Tullio Pinelli
Brunello Rondi
Acteurs principaux
Sociétés de production Drapeau : Italie Cineriz
Drapeau : France Francinex
Pays d’origine Drapeau de l'Italie Italie
Drapeau de la France France
Genre Comédie dramatique
Sortie 1963
Durée 138 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Huit et demi (Otto e mezzo) est un film franco-italien réalisé par Federico Fellini, sorti en 1963.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Un cinéaste dépressif fuit le monde du cinéma et se réfugie dans un univers peuplé de souvenirs et de fantasmes. Surgissent des images de son passé, son enfance et l'école religieuse de sa jeunesse, la Saraghina qui dansait sur la plage pour les écoliers, ses rêves fous de « harem », ses parents décédés. Dans la station thermale où il s'est isolé, son épouse Luisa, sa maîtresse Carla, ses amis, ses acteurs, ses collaborateurs et son producteur viennent lui tourner autour, pour qu'enfin soit réalisé le film sur lequel il est censé travailler.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

« Jamais comme ici Fellini n'a été aussi haut dans le langage cinématographique, la fantaisie et la force d'expression. Mais ces beautés inouïes sont perdues dans un film sans colonne dorsale narrative (…). Prises une à une, les choses sont intéressantes, même belles, parfois très belles. L'ensemble, manquant d'une certaine unité dramatique, risque de lasser (…). En tant qu'artiste, il n'y a pas de doute qu'avec Otto e mezzo, Fellini a fait un pas en avant. Dans le domaine du succès, un pas en arrière. C'est un film absolument cérébral, un luxe effréné aux frontières de la présomption qu'un grand artiste s'est payé aux dépens d'un producteur aux idées larges. »

— Dino Buzzati, traduit par Eric Leguèbe, Arts, 20 mars 1963

« Fellini s'est laissé encombrer par un freudisme simplet et par un surréalisme bien démodé. Il arrive que cela ne manque pas de piquant, certaines séquences sont même admirables (…), mais notre attention s'éparpille, se lasse. »

— Jean-Louis Bory, Arts, 6 juin 1963

« "Huit et demi" est un film aussi important pour la carrière de Fellini que pour le cinéma italien. Par rapport à La Dolce Vita, c'est une œuvre beaucoup plus poétique, plus cohérente, bien qu'elle soit moins ambitieuse et moins spectaculaire (…). Marcello Mastroianni a ajouté une création originale à son répertoire de personnages. C'est un acteur d'une finesse expressive assez rare aujourd'hui. »

— Alberto Moravia, Candide, 6 juin 1963

« Un film passionnant, qui prouve que le cinéma est en mesure d'aborder des problèmes aussi abstraits que celui de la création artistique, aussi mystérieux et cachés que celui de l'inspiration et du talent, aussi fuyants que celui de l'angoisse et de la quête du bonheur. »

— Henry Chapier, Combat, 1er juin 1963

Autour du film[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L'Avant-Scène du Cinéma no 63, Spécial Fellini - Huit et demi, 100 p., octobre 1966.
  • Camilla Cederna : 8 1/2 de Fellini - Histoire d'un film, traduction de l'italien par H. de Mariassy et C. de Lignac, Ed. Julliard, 1963, 218 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]