Audiovisuel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir AV.

L'audiovisuel désigne à la fois le matériel, les techniques, méthodes d'information, de communication ou d'enseignement associant le son et l'image.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de l'audiovisuel se confond avec l'histoire du cinéma, de la prise de son et de la télévision. Il semble que la première définition du terme s'appliquait à «tout ce qui n'était pas livre ou, de façon encore plus pragmatique, tout document qui nécessite un appareil de lecture »[1]. Aujourd'hui, une œuvre audiovisuelle est définie par son contenu (programme télévisé, documentaire, vidéoclip, etc.) ou par la réglementation en vigueur dans un pays. En France, c'est le Conseil supérieur de l'audiovisuel qui est chargé de contrôler les activités liées à ce secteur.

L'audiovisuel et les historiens[modifier | modifier le code]

L'audiovisuel peut constituer une source pour les historiens. Des spécialistes de l'époque contemporaine comme Marc Ferro ou Pierre Sorlin ont exploité des œuvres cinématographiques pour une partie de leurs travaux.

L'audiovisuel pour les autorités[modifier | modifier le code]

La possibilité d'enregistrer des images et du son a naturellement attiré l'attention des autorités militaires. À partir de la fin du XIXe siècle, l'audiovisuel sert à la fois pour les opérations de renseignement militaire et pour la propagande. La Section cinématographique de l'armée (SCA) est créée en 1915.

L'audiovisuel pour l'éducation[modifier | modifier le code]

En France, les techniques audiovisuelles ont été utilisées très tôt dans les établissement scolaires comme soutien pédagogique. Dans les années 1950, le ministère de l'éducation nationale lance des expériences pilotes de « collèges audiovisuels », notamment à Saint-Cloud et à Marly-le-Roi. À partir des années 1960, la télévision scolaire commence à faire son apparition dans les salles de classe avec des programmes pédagogiques spécialement réalisés par le Centre national de documentation pédagogique (CNDP) pour l'occasion : émissions à thèmes historiques, documentaires de sciences naturelles, etc. Des enseignants et des professionnels du cinéma et de la télévision participent à ces initiatives, comme les philosophes Alain Badiou et Raymond Aron en 1965 ou les sociologues Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron en 1967, ainsi qu'Éric Rohmer, Nestor Almendros et d'autres[2]. Un dispositif national est actif pour les scolaires: école et cinéma, collège et cinéma et lycée et cinéma. Vous pouvez par exemple, passez au BEPC et au BAC une option "Audiovisuel".

L'audiovisuel pour l'art[modifier | modifier le code]

Dans les années 1960-1970, des groupes de plasticiens collaborant avec des musiciens produisaient des light-show. Il s'agissait de projections de diapositives (slides) sur lesquelles les artistes, en temps réel et en musique, produisaient des effets de couleurs et de formes. Ces groupes se sont manifestés notamment à Paris au Musée d'art moderne de la ville de Paris. L'artiste Fred Forest, pionnier de l'art vidéo, propose dès 1965 le "Tableau-écran" qui est une peinture de grande dimension destinée à recevoir des projections de slides et de films[3].

Il généralisera le procédé après avoir déposé un brevet, et le présentera plus tard au 2e Salon de l'audiovisuel à la porte de Versailles avec Luc Ferrari musicien de musique contemporaine[4], Fred Forest perfectionnera le procédé lors d'une exposition à la Galerie Paul Facchetti en utilisant un ordinateur et en substituant au nom de « Tableau-écran » celui de « Cybervision ». Le choix de ce nom constitue manifestement à cette époque une anticipation visionnaire pour ce que nous vivons aujourd'hui. C'était, par ailleurs, la première fois qu'un ordinateur était introduit dans une galerie parisienne pour produire de l'art.

Toujours avec Luc Ferrari et Pierre Lafleur, Fred Forest avait réalisé une œuvre en Cybervision pour la Foire Universelle d'Osaka en 1970[5].

Formations aux métiers de l'audiovisuel[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Formation audiovisuelle.

Les formations aux métiers de l'audiovisuel englobent tant les métiers techniques de l'image et du son que les métiers artistiques.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Isabelle Giannattasio Mazeaud, De l'audiovisuel aux multimédias, Département de la Phonothèque et de l'Audiovisuel, BNF
  2. Voir l'exposition Pour une histoire de l’audiovisuel éducatif (1950-2007) organisée par le Centre national de documentation pédagogique (CNDP) et la Bibliothèque nationale de France en novembre 2007
  3. Tableau écran de Fred Forest
  4. "Photographie nouvelle", n° 48, mars 1971 p.50
  5. œuvre de Fred Forest en Cybervision pour la Foire universelle d'Osaka

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) (en) (de) Observatoire européen de l'audiovisuel, L’avenir des aides d’Etat pour l’audiovisuel, Strasbourg, Les Éditions du Conseil de l'Europe,‎ 2012, 45 p. (ISBN 9789287173782)
    Vers une nouvelle communication sur le cinéma, étude de l'Observatoire européen de l'audiovisuel sur l’importance économique des aides d’Etat au cinéma.

Liens externes[modifier | modifier le code]