Moza bint Nasser Al Missned

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Moza bint Nasser al-Missned)
Aller à : navigation, rechercher
Mozah bint Nasser Al Missned
موزا بنت ناصر المسند
Description de cette image, également commentée ci-après
Mozah bint Nasser al-Missned en 2010.

Titre

Émira du Qatar


(17 ans, 11 mois et 29 jours)

Biographie
Naissance (58 ans)
Al-Khor (Qatar)
Père Nasser bin Abdullah al-Missned
Conjoint Hamad bin Khalifa al-Thani
Enfants Jassim ben Hamad Al Thani
Tamim ben Hamad Al Thani
Joaan ben Hamad Al Thani
Khalifa ben Hamad Al Thani
Mohammed ben Hamad Al Thani
Al-Mayassa bint Hamad Al -Thani
Hind bint Hamad Al Thani

Mozah bint Nasser Al Missned (en arabe : موزا بنت ناصر المسند), née en 1959 à Al-Khor[1], est l'une des trois épouses depuis 1977 du cheikh Hamad bin Khalifa al-Thani, l’émir du Qatar de 1995 à 2013 et la mère de l'émir actuel, le cheikh Tamim ben Hamad Al Thani en faveur duquel son père a abdiqué le 25 juin 2013. Elle est présidente de la Fondation du Qatar et fondatrice de Silatech[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille de l'opposant réformiste Nasser Al Missned, Mozah aurait épousé à 18 ans l'émir Hamad dans le cadre d'un compromis qui scellerait la réconciliation de son père avec le souverain du Qatar[3]. Elle est sa deuxième épouse[4], la seule à apparaître en public[5]. Après son mariage, elle continue ses études et obtient un diplôme de sociologie à l'université du Qatar en 1986.

Elle a eu sept enfants avec l'émir Hamad dont le cheikh Tamim ben Hamad[5], pour lequel il a modifié en 2003 son ordre de succession en le désignant comme son héritier aux dépens du troisième de ses 24 enfants, le cheikh Jassim ben Hamad.

Rôle public[modifier | modifier le code]

De gauche à droite : Sheikha Mozah, Michelle Obama, Hamad ben Khalifa Al Thani, et Barack Obama, à la Maison Blanche

En 1996, elle lance la fondation du Qatar pour l'éducation. Elle estime que les choix d'ouverture de cheikh Hamad devraient être appuyés par un travail de fond de la société qatarienne, afin de devenir petit à petit un modèle pour la région. Elle s’intéresse à la promotion de la famille, de l’éducation, de la santé et du patrimoine[6] (en 2011, sa fondation dispose d'un budget de 15 milliards de dollars[5]).

En novembre 2002, elle a été nommée vice-présidente du Conseil suprême de l’Éducation, une institution gouvernementale dont la fonction est de superviser les idées de réformes qataries dans le système éducatif K-12[7].

Elle apparaît médiatiquement à partir de 2003, donnant de multiples conférences et gagnant une grande influence et l'admiration d'une génération de jeunes entrepreneuses éduquées du Golfe persique. Le Monde note : « Devenue depuis la meilleure VRP du richissime petit émirat, elle sillonne le monde pour prêcher la bonne parole du "dialogue des cultures" et de "l'alliance des civilisations" »[5].

Elle est nommée le 13 janvier 2003 envoyée spéciale de l’UNESCO pour l’éducation de base et l’enseignement supérieur, en hommage à son implication à la promotion de l’éducation au Qatar. Outre la présidence de sa fondation du Qatar pour l'éducation, elle dirige le Conseil suprême pour les Affaires familiales. Elle contribue ainsi à la mise en place d’activités et de projets dans les domaines de l’éducation de base et de l’enseignement supérieur. Elle a de cette manière mis en place au Qatar plusieurs écoles privées de haut standing à but non lucratif et des institutions d’apprentissage pour enfants et jeunes gens[8].

En 2006, elle participe à faire adopter un code de la famille au Qatar. Il autorise la polygamie et prévoit que la femme doit « l'obéissance d'usage » à son mari, lequel peut seul autoriser son épouse à travailler. Cheikha Moza critique le féminisme, qu'elle qualifie de « colonial », qui selon elle voudrait imposer aux femmes arabes des normes et des valeurs « laïques » qui leur seraient étrangères. Elle semble cependant incarner une forme de féminisme islamique, notamment avec ses élégantes tenues vestimentaires[5].

En 2007, elle déclare : « Comment peut-on sincèrement parler de la participation politique des femmes au Moyen- Orient où elles sont devenues un produit cyniquement utilisé pour servir de caution à des régimes dans lesquels elles n'ont aucun pouvoir réel ? ». « Il n'y a rien dans notre religion qui interdise la participation des femmes à la vie publique. Elles en sont exclues pour les mêmes raisons que les hommes : le manque de démocratie ». Ce discours va cependant à l'encontre de la réalité politique du Qatar, un régime autoritaire où la liberté de la presse n'est pas respectée et où les femmes sont l'objet de nombreuses discriminations. Selon Le Monde, ces prises de position rejoignent une volonté de trouver des appuis externes au Qatar afin d'y contrer ses opposants politiques (notamment le Premier ministre et le ministre des Affaires étrangères à une époque, mais aussi les salafistes). En 2011, au moment du printemps arabe, elle est également la cible de militants hostiles au régime, qui appellent sur les réseaux sociaux à sa mise à l'écart des affaires de l'État[5].

En 2008, elle pilote la création d'un centre pour la liberté de la presse, dont Robert Ménard est brièvement membre. Le centre est à l'origine d'une proposition de réforme du code de la presse en 2009, mais qui est abandonnée après l'opposition du Conseil consultatif. Elle dirige également Qatar Luxury, qui prend en 2011 le contrôle du groupe français Le Tanneur[5].

En 2009, elle est reçue à l'Académie des beaux-arts de l'Institut de France, en tant que membre étranger[9].

En 2018, elle déclare qu'avec l'organisme de développement Education Above All, 10 millions d'enfants ont été scolarisés grâce à son action mais que de nombreux efforts restent à faire de la part des gouvernements[4].

Elle a joué un rôle primordial dans la campagne d’organisation de la Coupe du monde de football 2022.

Influence[modifier | modifier le code]

En 2007, le magazine Forbes la classe 79e des femmes les plus puissantes du monde[10].

En 2011, elle apparait à la seconde place dans le classement Vanity Fair des femmes les mieux habillées.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :