Muriel Mayette-Holtz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Muriel Mayette-Holtz
Muriel Mayette-Holtz.jpg
Muriel Mayette-Holtz en 2016.
Fonctions
Directeur de l'Académie de France à Rome (d)
-
Administrateur général de la Comédie-Française
-
Sociétaire de la Comédie-Française
depuis le
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (54 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Conjoint
Autres informations
A travaillé pour
Distinctions

Muriel Mayette-Holtz, née le à Paris, est une comédienne et metteur en scène française.

Elle est la première femme à avoir dirigé la Comédie-Française, dont elle a été administratrice générale de 2006 à 2014[1], et aussi la première femme à avoir dirigé l’Académie de France à RomeVilla Médicis (entre septembre 2015[2] et septembre 2018[3]).

Biographie[modifier | modifier le code]

Muriel Mayette naît à Paris, dans le quartier de Clichy, d'un père qui a débuté dans la grande distribution avant de monter une école de commerce[4]. Sa vocation de comédienne naît tôt dans la boutique de magie moderne de son grand-père, Mayette Magie Moderne rue des Carmes, magasin repris par Michel Hatte[5]. À quatorze ans, elle suit les cours de Marcelle Tassencourt à Versailles. De 1980 à 1982, elle suit en cachette les cours de l'École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre, puis, de 1982 à 1985, au Conservatoire national supérieur d'art dramatique (CNSAD), elle suit les classes de Michel Bouquet, Bernard Dort et Claude Régy, ce dernier la classant parmi les comiques plutôt que dans la catégorie des tragédiennes.

Entrée à la Comédie-Française à vingt ans comme pensionnaire, le , elle en devient le la 477e sociétaire, et y travaille notamment avec Antoine Vitez, Jacques Lassalle et Alain Françon[4].

Professeur au CNSAD, elle y réalise plusieurs mises en scène, dont celles d'Andromaque et de Bérénice, de Jean Racine.

Nommée administratrice générale de la Comédie-Française à partir du en remplacement de Marcel Bozonnet, elle est la première femme à occuper ce poste[6]. Elle ouvre son mandat par sa mise en scène controversée de la pièce de Bernard-Marie Koltès, Le Retour au désert. L'ouvrage de Cyril Desclés, L'Affaire Koltès, revient sur cette polémique[7]. Après un deuxième mandat en 2011 au cours duquel elle féminise son titre en administratrice[8], le renouvellement de son mandat en juillet 2014 est contesté par sa troupe qui lui reproche son dirigisme, des programmations et mises en scène contestables ainsi qu'un manque d'ouverture aux grands noms du théâtre d'aujourd'hui[9]. Elle a à son bilan d'avoir renouvelé un tiers de la troupe, d'avoir dépoussiéré l'institution à coups de campagnes publicitaires et de galas et une fréquentation record (90 % de remplissage annoncé) des scènes de la Comédie-Française[10].

À partir de mars 2008, Muriel Mayette-Holtz fait partie de la Commission, présidée par Hugues Gall, chargée par Christine Albanel, ministre de la Culture, de pourvoir le poste de directeur de la Villa Médicis à Rome. Elle a également été chargée du rapprochement controversé de la Comédie-Française avec la MC93 Bobigny[11].

En 2015, son nom est mentionné dans la presse sur fond d'appui politique, pour la direction de la Villa Médicis[12]. Sa nomination le 3 septembre 2015 déclenche une polémique, au motif qu'elle n'a aucune compétence dans le domaine des arts plastiques. Une pétition signée par Ellsworth Kelly, Yves-Alain Bois, Djamel Tatah, Serge Guilbault, Jean-Luc Moulène, entre autres, est publiée dans Libération[13].

À la Villa Médicis, en septembre 2015, elle a mené, selon l'étudiant Reda Merida, une politique d'ouverture, qui s'est exprimée par la création de nouveaux événements et rendez-vous[14],[15], critiqués cependant par les résidents, qui se sont aussi opposés à la réforme « brutale et non concertée » de leur statut[3]. Sous sa mandature, les recettes propres de la villa Médicis augmentent de 30 %[16].

En septembre 2016, elle a lancé « ¡ VivaVilla ! »[17], un festival de résidences d'artistes, en association avec la Casa de Velázquez à Madrid et la Villa Kujoyama à Kyoto, qui permet au public français de découvrir à Paris les œuvres récentes d’artistes accueillis par ces trois grandes institutions[18].

En septembre 2018, elle n'est pas reconduite à la tête de la Villa Medicis[3].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Dans les années 1980, à la Comédie-Française, elle rencontre Jean-Yves Dubois, avec qui elle vit pendant douze ans, et connaît le drame de perdre leur fils de 5 ans dans un accident[4].

Elle se marie le 19 avril 2013 avec Gérard Holtz, journaliste sportif[19].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

En décembre 2013, lors de la 21e cérémonie du Trophée des Femmes en Or[22], elle reçoit le prix de la « Femme de l'art 2013 »[23].

Le , elle est élue membre de l'Académie des beaux-arts, dans la section des membres libres[24].

Théâtre[modifier | modifier le code]

Comédienne[modifier | modifier le code]

Metteur en scène[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Eric Ruf, nouveau patron de la Comédie-Française », Télérama.
  2. Richard Heuzé, « Muriel Mayette-Holtz, la passeuse culturelle », lefigaro.fr,‎ (lire en ligne).
  3. a b et c « Muriel Mayette-Holtz ne sera pas reconduite à la tête de la Villa Medicis », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne).
  4. a b et c Odile Benyahia_Kouider, « Madame sans gêne », sur Libération.fr, .
  5. Danièle Georget, « Muriel Mayette-Holtz, contestée dans la maison de Molière », sur Paris Match, .
  6. Contrairement à une idée reçue, ce poste prestigieux ne fait cependant pas d'elle le trente-neuvième personnage de l'État par ordre protocolaire, puisqu'il n'est pas mentionné dans le protocole républicain tel que décrit par le décret du 19 mai 2001.
  7. Cyril Desclés, L'affaire Koltès : retour sur les enjeux d'une controverse, Paris, L'Œil d'or, , 91 p. (ISBN 9782913661684 et 2913661688, OCLC 915328658, lire en ligne).
  8. « La campagne pour la succession de Muriel Mayette ouverte à la Comédie-Française », sur Le Point, .
  9. Didier Méreuze, « A la Comédie-Française Muriel Mayette-Holz est sur un siège éjectable », sur La Croix, .
  10. Dominique de Saint Pern, « Coups de com', casting de stars : la nouvelle Comédie-Française », sur Le Monde, .
  11. « Rapprochement Comédie Française-MC93 : Albanel refuse de renoncer » dans Libération du 16 novembre 2008.
  12. « Beaux-Arts : un vaudeville où l'on croise Gayet, Holtz, Pellerin et bien d'autres », tempsreel.nouvelobs.com, 8 juillet 2015.
  13. Voir sur next.liberation.fr.
  14. Le Monde, « À Rome, la Villa Médicis est devenue un lieu de culture ouvert à tous », quotidien,‎ (lire en ligne).
  15. afp, « En 2017, la Villa Médicis s’ouvre aux jeunes », la-croix.com,‎ (lire en ligne).
  16. Jean-Christophe Buisson, « Le crime de compétence de Muriel Mayette », Le Figaro Magazine, semaine du 14 septembre 2018, p. 46.
  17. Voir sur vivavilla.info.
  18. Emmanuelle Lequeux, « Portes ouvertes dans les résidences d’artistes », quotidien,‎ (lire en ligne)
  19. Mariage avec Gérard Holtz.
  20. Décret du 14 juillet 2010.
  21. Décret du 7 mai 2007 portant promotion et nomination.
  22. Voir sur rtl.fr.
  23. Laurence Haloche, « Première dame du Français », in Le Figaro Magazine, semaine du 20 décembre 2013, page 32.
  24. Communiqué de presse de l'Académie des beaux-arts.
  25. Voir sur ville-jouelestours.fr.
  26. Voir sur chateauversailles-spectacles.fr.
  27. Voir sur vendee-tourisme.com.

Liens externes[modifier | modifier le code]