Gérard Brach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Gérard Brach
Description de l'image défaut.svg.
Naissance
Montrouge, France
Nationalité Drapeau de France Français
Décès (à 79 ans)
Paris 19e
Profession Scénariste
Réalisateur
Films notables Répulsion
Cul-de-sac
Le Bal des vampires
Le Nom de la rose
L'Ours
Le bateau sur l'herbe

Gérard Brach est un scénariste et réalisateur français, né le à Montrouge et mort le à Paris 19e. Scénariste majeur du cinéma français par sa faculté à s'adapter à tout type d'univers tout en y apportant une touche de noirceur teintée de cynisme, Brach fut le collaborateur récurrent de Roman Polanski et Jean-Jacques Annaud.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1943, alors qu’il n’a que 16 ans, sa famille le pousse à s’engager dans la division Charlemagne, dont il est le plus jeune combattant. Après la bataille de Stalingrad, il se bat à Königsberg[1].

À l'âge de dix-huit ans, atteint de tuberculose, il est hospitalisé en sanatorium. Il y reste cinq ans et découvre la littérature. Il y rencontre le poète surréaliste Benjamin Péret, qui lui fait connaître André Breton.

Dans les années cinquante, il est assistant de production, puis attaché de presse à la Twentieth Century Fox. En 1960, il fait une apparition dans À bout de souffle. Deux ans plus tard il est le réalisateur deuxième équipe du sketch Varsovie que réalise Andrzej Vajda pour le film collectif L'Amour à vingt ans. Il rencontre Roman Polanski et travaille avec lui sur le scénario et les dialogues du film de Jean Léon Aimez-vous les femmes ? Les deux hommes commencent une collaboration qui s'étendra sur trois décennies et dix films. Au début des années 1970, Gérard Brach réalise lui-même deux films : La Maison avec Michel Simon et Le Bateau sur l'herbe avec Claude Jade et Jean-Pierre Cassel.

En 1978, Claude Berri le présente à Jean-Jacques Annaud dont il sera le scénariste pour cinq films, dont des adaptations difficiles telles que Le Nom de la rose (1986) (d'après Umberto Eco) et L'Amant (1992) (d'après Marguerite Duras). Le dernier scénario qu'il a écrit a été également adapté par Annaud, Sa Majesté Minor (2007).

Mort et hommages[modifier | modifier le code]

Gérard Brach meurt le dans le 19e arrondissement de Paris[2], des suites d'un cancer du poumon. Il est inhumé au cimetière du Montparnasse (division 10).

Jan Kounen lui dédie, (ainsi qu'à Tjade Coenen et Claude Petit), son long métrage 99 francs (source : générique).

Filmographie[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Assistant réalisateur[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ariane Chemin, Fleurs et couronnes, Paris, Stock, , 112 p. (ISBN 978-2234061989), p.23 : (...) sa famille l'avait poussé à s'engager dans la division Charlemagne.
  2. « Fichier des actes de décès : Gérard Jean Brach », sur matchID