Bong Joon-ho

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dans ce nom coréen, le nom de famille, Bong, précède le nom personnel.
Bong Joon-ho
Description de cette image, également commentée ci-après

Bong Joon-ho au festival du cinéma américain de Deauville 2013.

Naissance (46 ans)
Séoul
Nationalité Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud
Profession réalisateur, scénariste
Films notables Memories of Murder
The Host
Mother
Snowpiercer, le Transperceneige
Bong Joon-ho
Hangeul 봉준호
Romanisation révisée Bong Junho
McCune-Reischauer Pong Chunho

Bong Joon-ho est un réalisateur et scénariste sud-coréen, né le à Séoul.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Après avoir fini ses études en sociologie à l'université Yonsei, Bong Joon-ho réalise un court-métrage White Man en 16 mm, avec lequel il gagne un prix au Shin-young Youth Movie Festival en 1995. La même année, il sort de la Korean Academy of Film Arts (KAFA) où il a réalisé Incoherence, une comédie noire critiquant la société coréenne.

Carrière[modifier | modifier le code]

En 2000, il sort son premier long-métrage Barking Dog. En 2003, il réalise Memories of Murder, un film tiré de l'histoire réelle d'un tueur en série. Le film est un grand succès et attire plus de 5 000 000 de spectateurs en Corée du Sud.

The Host, son troisième long-métrage, est inspiré par un incident survenu en Corée du Sud à la fin des années 1980. Les Cahiers du cinéma le classent quatrième film le plus important des années 2000-2009.

En 2008, il se joint aux réalisateurs Leos Carax et Michel Gondry dans le film Tokyo! en proposant son court-métrage Shaking Tokyo.

En septembre 2009, il est membre du jury international présidé par Laurent Cantet lors du 57e Festival de Saint-Sébastien. Cette même année, il dévoile son quatrième long-métrage, le drame Mother, présenté en compétition au Festival de Cannes 2009.

Il revient en 2013 avec une co-production internationale : le thriller de science-fiction Snowpiercer, le Transperceneige, adaptation du classique de la bande dessinée française éponyme, Le Transperceneige. Joon-ho signe une nouvelle fois lui-même le scénario, et réunit une distribution majoritairement anglo-américaine, menée par Chris Evans, mais complétée par son acteur fétiche Song Kang-ho, et la jeune Ko Ah-sung, qu'il avait déjà dirigé dans The Host. Le long-métrage marque sa seconde incursion dans une fiction de genre adulte et spectaculaire.

En 2014, il est président du jury du 38e Festival international du film de Hong Kong. La même année il est membre du jury du 19e Festival de Busan, sous la présidence d'Asghar Farhadi.

En février 2015, il fait partie des membres du jury des longs métrages lors du 65e Festival de Berlin, présidé par Darren Aronofsky.

L'année 2017 sera marquée par la sortie du film de science-fiction Okja, qu'il identifie comme étant au croisement de The Host et Snowpiercer[1]. Cette fois, une distribution anglo-américaine - composée notamment de Jake Gyllenhaal et Tilda Swinton- entourera une actrice principale coréenne.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Bong Joon-ho au Independent Spirit Awards en mars 2010.

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Longs-métrages
Courts et moyens-métrages

Scénariste[modifier | modifier le code]

Producteur[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]