Le Temps (quotidien suisse)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Temps et Temps (homonymie).
Le Temps
Image illustrative de l'article Le Temps (quotidien suisse)

Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Langue Français
Périodicité Quotidienne
Format Berlinois
Genre Généraliste
Diffusion 39 716[1] ex. (2013)
Date de fondation 18 mars 1998
Ville d’édition Genève

Propriétaire Le Temps SA (société détenue par Ringier) 92,5 % , Claude Demole 3 %, la Société des rédacteurs et du personnel du Temps SA 2,4 % et Le Monde 2,1 %[2].
Directeur de publication Valérie Boagno
Rédacteur en chef Stéphane Benoit-Godet
ISSN 1423-3967
Site web www.letemps.ch

Le Temps est un quotidien suisse édité à Lausanne. C'est le seul quotidien généraliste francophone de dimension nationale en Suisse. Fondé le 18 mars 1998, il résulte du regroupement du Journal de Genève et Nouveau Quotidien.

Généralités[modifier | modifier le code]

Un exemplaire du quotidien Le Temps[3]

Fondé en 1998, ce quotidien édité à Genève résulte du regroupement du Journal de Genève et Gazette de Lausanne et du Nouveau Quotidien. Sa diffusion est assurée à 91 % par les abonnements et 9 % par la vente au numéro[4]. Le Temps est lu chaque jour par 127 000 personnes (Remp - MACH Basic 2012-2).

Le Temps SA édite un quotidien, des suppléments hebdomadaires, des Hors-Série thématiques, des sites internet et des applications numériques.

En 2010, Le Temps compte des rédactions à Genève, Berne, Fribourg, Lausanne, Neuchâtel, Sion et Zurich[5].

Trois suppléments viennent enrichir le quotidien :

  • Samedi (mensuel) : « Sortir », agenda culturel
  • Vendredi : « Carrières », emploi et management
  • Samedi : « samedi Culturel »

Le Temps permet un accès à l’information par le biais de son site internet (y compris un accès mobile) et de lettres d'information quotidiennes. L’audience du site letemps.ch représente chaque mois près de 4 000 000 de pages vues, 1 200 000 visites et 178 000 visiteurs uniques (NET-Metrix-Audit 2013 / Net-Metrix-Profile 2013-1).

Depuis janvier 2011, l'accès gratuit aux articles sur le site Internet du journal est limité pour les non-abonnés[6].

Ligne éditoriale[modifier | modifier le code]

Selon sa charte rédactionnelle, Le Temps « est attaché aux valeurs libérales fondamentales, il défend les institutions démocratiques, les droits et libertés de l’individu et les principes de l’économie de marché. Il veille à préserver la paix civique et la justice sociale, sans craindre de stimuler le débat d’opinions. Dans ce cadre, il est attaché à respecter l’honnêteté intellectuelle. »[7]

Organisation[modifier | modifier le code]

Direction[modifier | modifier le code]

  • Direction :
    • depuis janvier 2015: Daniel Pillard (Ringier Romandie)
    • décembre 2009-décembre 2014 : Valérie Boagno
    • 2004-2009 : Jean-Jacques Roth
    • 1998-2004 : Eric Hoesli

Capital[modifier | modifier le code]

La capital du journal Le Temps SA est réparti à 92,5 % par ER Publishing (dont 50 % par TAmedia Publications romandes et 50 % par Ringier), le restant du capitale est détenu par le banquier Claude Demole (3 %), la Société des rédacteurs et du personnel (2,4 %) du Temps SA et Le Monde (2,1 %)[8]. À partir d'avril 2014 Ringier rachète la participation de Tamedia au capital du journal capital pour environ 9 millions de francs[1],[2]. Le Cercles des Amis du Temps, regroupant des personnalités romandes soucieuses de l'avenir du journal avait aussi formulé une offre d'achat qui a été ignorée.

Collaborations[modifier | modifier le code]

Sur le plan éditorial, Le Temps collabore avec Le Monde, La Tribune et Courrier international en France et Le Soir en Belgique.

Sur le plan commercial, une combinaison publicitaire existe avec la Neue Zürcher Zeitung ainsi qu’un couplage publicitaire en ligne avec lemonde.fr.

Archives historiques[modifier | modifier le code]

Le Temps a procédé à la numérisation complète des trois quotidiens dont il est l’héritier : le Journal de Genève, la Gazette de Lausanne et Le Nouveau Quotidien. L'intégralité des contenus parus (environ 4 millions d'articles, des illustrations, photographies et publicités), remontant jusqu'à 1798, peuvent être recherchés par mot-clé et/ou date sur le site internet consacré à ces archives[9]. Chaque article est restitué dans la mise en page originale du quotidien concerné.

Diffusion[modifier | modifier le code]

  • 2012 : 41531[10].
  • 2013 : 39716[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Ringier reprend Le Temps cbnews.fr
  2. a et b Agence AWP, « Le groupe Ringier rachète Le Temps », sur bilan.ch,‎ 11 avril 2014
  3. Édition du 9 décembre 2005.
  4. Source: REMP 2012
  5. http://letemps.ch/contact
  6. Catherine Frammery, « Sur le Web, le virage de l'info payante », Le Temps, 13 janvier 2011, p. 3.
  7. Hors-série « 1998-2008 : 10 ans de Temps »
  8. Alexis Delcambre, « Le quotidien suisse Le Temps est à vendre », sur lemonde.fr,‎ 9 octobre 2013
  9. www.letempsarchives.ch
  10. Institut Recherches et études des médias publicitaires (REMP), 2012.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :