Hervé Gattegno

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Hervé Gattegno
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Rédacteur en chef
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Éditorialiste à Europe 1
Conjoint
Autres informations
A travaillé pour

Hervé Gattegno, né le [1] à Marseille, est un journaliste français.

Rédacteur en chef à l'édition française de Vanity Fair jusqu'en 2016[2], il a été directeur de la rédaction du Journal du dimanche et de Paris Match ainsi qu'éditorialiste à RMC et BFMTV.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Hervé Gattegno est né en 1964 à Marseille[réf. nécessaire].

Il est marié à Anne-Cécile Sarfati[3], auteure et rédactrice en chef du magazine Elle, avec qui il a trois enfants.

Carrière[modifier | modifier le code]

Il est diplômé de l’École publique de journalisme de Tours et de l'École de journalisme et de communication de Marseille.

Hervé Gattegno a fait ses débuts à Marseille, au Méridional, quotidien régional marqué à droite, avant de rejoindre Le Nouvel Observateur.

Il a collaboré au quotidien Le Monde de 1992 à 2007, où il se spécialisa dans l'investigation et devint rédacteur en chef de la rubrique « France ». En 2003, il est condamné pour diffamation pour un article du qui imputait à Roland Dumas d'avoir fait prendre le par le Conseil constitutionnel une décision favorable au président Chirac, sur la question de la responsabilité pénale du chef de l'État, en échange de la « neutralité présidentielle dans les affaires judiciaires » le concernant[4]. Par la suite, il a été rédacteur en chef de la cellule investigation du Point. Il est également éditorialiste dans la matinale de Jean-Jacques Bourdin, Bourdin & Co sur RMC, où il tient une chronique quotidienne nommée Le parti pris de Gattegno[réf. nécessaire]. Il est réputé proche d'Arnaud Montebourg, selon le journaliste Guy Benhamou et selon L'Express[5],[6].

Hervé Gattegno a révélé de multiples scandales politico-financiers au cours de sa carrière, notamment l’implication dans l’affaire Elf de Roland Dumas, la confession posthume enregistrée par Jean-Claude Méry – acteur-clé de l'affaire des HLM de la ville de Paris –, la publication des carnets du général Philippe Rondot ou encore le témoignage de l’ancien directeur de cabinet de Kadhafi, Bechir Saleh.

Dans le cadre de l’affaire Bettencourt, il a divulgué les enregistrements du majordome de la milliardaire, Pascal Bonnefoy[7], que la justice retiendra comme élément à charge contre plusieurs membres de l’entourage de Liliane Bettencourt. Poursuivi pour « atteinte à l'intimité de la vie privée », il a été relaxé[8] le par le tribunal correctionnel de Bordeaux.

Il explique avoir adopté des méthodes proches de celles d'un juge d’instruction. Le journaliste Pierre Péan indique qu'« Il avait pour habitude de laisser sa carte de visite dans la boîte aux lettres d’un protagoniste injoignable au téléphone avec cette simple mention : "Hervé Gattegno souhaite vous entendre[9]." »

De 2013 à 2016, il est rédacteur en chef du pôle enquêtes de l’édition française de Vanity Fair, lancée avec succès par Michel Denisot.

En , il est nommé directeur de la rédaction du Journal du dimanche[10] en remplacement de Jérôme Bellay, 73 ans, qui a annoncé son départ du JDD en mai.

Depuis , il propose un édito dans la matinale week-end d'Europe 1 présentée par Bernard Poirette.

En , il devient directeur général des rédactions de Paris Match[11]. Il refond la maquette, mais ses éditoriaux enflammés en faveur de Nicolas Sarkozy provoquent un malaise dans l'équipe, suivi par de nombreux départs. Sa politique d'économie sur ce qui a fait l'ADN du magazine, les photos et les reportages, suscite également l'inquiétude des journalistes[12].

Le 18 , il est licencié du JDD et de Paris Match en accord avec le groupe Lagardère[13].

Polémiques[modifier | modifier le code]

Il est soupçonné d'avoir censuré en une enquête sur le député LREM Francis Chouat, très proche de Manuel Valls. D'après le journal Marianne, ce dernier est directement intervenu auprès de lui pour empêcher la publication de l’enquête[14].

Les journalistes de Mediapart Karl Laske et Fabrice Arfi soulignent ses prises de positions en faveur d'une thèse favorable à Nicolas Sarkozy dans l'affaire du financement de sa campagne présidentielle par de l'argent libyen. Les journalistes notent qu'il semblerait produire un certain nombre d'articles sur suggestion appuyée d'Alexandre Djouhri, récemment mis en examen dans cette affaire. Ils produisent à cet effet un texte qu'ils attribuent aux magistrats chargés de l'affaire : « Les conversations téléphoniques interceptées entre Alexandre Djouhri et Hervé Gattegno établissent effectivement qu’il lui demande de faire paraître des articles sur des sujets déterminés, notamment l’interview de Bachir Saleh [directeur de cabinet de Kadhafi – ndlr] à Johannesburg […] ; de très nombreuses conversations téléphoniques de 2013 à 2014 établissent la proximité entre les deux individus ; dans ces conversations Alexandre Djouhri n’apparaît nullement comme une source mais comme un donneur d’ordre. »[15]

À la suite d'un article de 2016[16] pointant ces relations, Hervé Gattegno, après avoir adressé deux droits de réponses à Mediapart, porte plainte le en diffamation publique contre Arfi, Laske ainsi qu'Edwy Plenel, le directeur de la rédaction de Mediapart. Il gagne en première instance mais perd en appel[17], puis en cassation le [18].

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gattegno, Hervé (1964-....), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 10802-frfre (consulté le )
  2. Un cours de déontologie d'Hervé Gattegno, Bakchich, 15 janvier 2013.
  3. « Anne Sinclair dans Elle : « Ça-ne-vous-re-gar-de-pas ! » », L'Obs,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. Roland Dumas gagne son procès contre Le Monde, acrimed.org, mai 2004
  5. Guy Benhamou, Arnaud Montebourg : L'Ambition à tout prix, Paris, éditions Stock, , 297 p. (ISBN 2-234-05721-3)
  6. Montebourg et ses amis, lexpress.fr, 12 décembre 2002
  7. « Affaire Bettencourt : comment le majordome Pascal Bonnefoy a fait trembler Sarkozy », sur Vanity Fair, https://plus.google.com/108440886420511258234 (consulté le )
  8. « Affaire Bettencourt: Relaxe générale pour le majordome et les journalistes », sur 20minutes.fr (consulté le )
  9. Pierre Péan, « Dans les cuisines de l’investigation », sur Le Monde diplomatique,
  10. Alexis Delcambre, « Hervé Gattegno prend la tête du JDD » sur Le Monde, 28 juin 2016
  11. Hervé Gattegno est nommé directeur général des rédactions du "JDD" et de "Paris Match"» sur L'Express, 22 octobre 2019
  12. « La méthode Hervé Gattegno », Le Canard Enchaîné, no 5240,‎ .
  13. « Jérôme Bellay pourrait faire son retour au JDD », sur LEFIGARO, (consulté le )
  14. « EXCLU - Au "JDD", soupçons de censure d'une enquête sur un proche de Manuel Valls », sur Marianne, (consulté le )
  15. Karl Laske et Fabrice Arfi, « Sarkozy-Kadhafi: les juges pointent la «manipulation de la presse» par Djouhri », sur Mediapart, (consulté le )
  16. Karl Laske et Fabrice Arfi, « Comment Djouhri manœuvre la presse pour étouffer l’affaire libyenne », sur Mediapart, (consulté le )
  17. Edwy Plenel, « Affaire libyenne: Mediapart gagne en appel contre Hervé Gattegno », sur Mediapart, (consulté le )
  18. Edwy Plenel, « Le journaliste Gattegno et le procureur Courroye perdent définitivement leurs procès contre Mediapart », sur Mediapart, (consulté le )