Pierre Laville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laville.

Pierre Laville, né le à Saint-Vincent-Rive-d'Olt (Lot), est un écrivain, auteur dramatique et metteur en scène français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille d’enseignants, (son père était syndicaliste et résistant), Pierre Laville a fait ses études secondaires au lycée Gambetta, à Cahors, puis des études de droit à l’université de Toulouse. Docteur en droit et en sciences politiques, il enseigne à l'École pratique des hautes études, auprès du professeur Henri Desroche. Il fait alors la connaissance de personnalités du théâtre comme le metteur en scène Jean-Marie Serreau, ou la célèbre comédienne Marie Bell, qui dirige alors le Théâtre du Gymnase. Il collabore aussi avec le cinéaste Guy Gilles et Jacques Bouzerand, pour le tournage du film Mélancholia, produit par François Reichenbach. Il participera plus tard à un autre film, La Noire de... du Sénégalais Sembène Ousmane).

Le droit international et l’Afrique[modifier | modifier le code]

Pierre Laville enseigne le droit international à l'École pratique des hautes études (Sorbonne), puis il dirige l'École nationale d'économie appliquée (ÉNÉA), au Sénégal, assurant la formation de futurs cadres supérieurs africains[1]. Depuis Dakar, il accomplit des missions internationales, participe à la fondation d'un centre dramatique africain. Il intervient aussi dans une émission hebdomadaire sur le cinéma à Radio Sénégal. À Dakar, il retrouve Jean-Marie Serreau venu participer avec Aimé Césaire au Festival mondial des Arts nègres. Leur amitié se renforce au point que, revenu à Paris, Pierre Laville va s'engager résolument dans la voie du théâtre : il sera pendant plusieurs années l'assistant de Jean-Marie Serreau. Il participe ainsi à la mise en scène d'œuvres de Bertolt Brecht (L'Exception et la règle, Homme pour homme) ; Aimé Césaire (La Tragédie du roi Christophe, Une saison au Congo) ; Kateb Yacine (Les ancêtres redoublent de férocité) ; Eugène Ionesco (La Soif et la faim) et Paul Claudel (L'Otage, à la Comédie-Française). C'est Jean-Marie Serreau qui lui passe commande de sa première pièce (Les Ressources naturelles) et qui décide de la mettre en scène, peu avant sa mort, au Théâtre national de Strasbourg.

Pierre Laville collabore aussi à la création de La Sagesse ou la parabole du festin de Paul Claudel, mise en scène de Victor Garcia au théâtre de la Cité Internationale à Paris.

Directeur de théâtre[modifier | modifier le code]

Après son retour d'Afrique, Pierre Laville est nommé codirecteur, avec Pierre Debauche, du Théâtre des Amandiers à Nanterre, Maison de la Culture et Centre dramatique national. Il est chargé d'études au Ministère de la culture, membre du Conseil national des Lettres et de la Commission d'aide à la création, collabore à la section Théâtre du CNRS. Il participe à la fondation du Syndicat national des entreprises d'action culturelle (SYNDEAC) dont il devient le vice-président. Il poursuit aussi son activité professorale en enseignant le théâtre aux universités de Nanterre et de Vincennes.

En 1975, Michel Guy, secrétaire d'État à la Culture, lui propose successivement la direction du Théâtre national de Chaillot, puis celle du Théâtre de l'Odéon. Mais Pierre Laville préfère créer un Centre national de création contemporaine, qu'il dirigera de 1975 à 1978 au Théâtre Le Palace.

Ainsi, à Nanterre, puis à Paris, pendant dix ans, de 1968 à 1978, sont montés une centaine de spectacles, qu'il initie, commande et produit, parmi lesquels la création des premières œuvres de Valère Novarina (L'Atelier volant, Le Babil des classes dangereuses), de Pierre Guyotat et de Bruno Bayen, en 1972 ; puis des pièces inédites de Jean-Marie Patte, Armand Gatti (création d'une nouvelle pièce, La Cigogne, puis de son œuvre interdite par André Malraux, La Passion du général Franco), Jean Audureau (Le Jeune Homme), Liliane Atlan, Copi (La Pyramide, écrite sur commande), Michel Deutsch, Jean-Pierre Sarrazac, Hélène Cixous... C'est aussi la présentation des premières mises en scène d'Antoine Vitez (de la fameuse Électre, qui décida de la suite de la carrière de Vitez à Mère Courage), et il assure le retour en France de Patrice Chéreau exilé en Italie (La Finta serva, production du Piccolo Teatro de Milan), organise l'ultime tournée du Berliner Ensemble, sous la direction d'Hélène Weigel (qui joua au théâtre pour la dernière fois dans Die Mutter de Brecht) ou la préparation, avec Luca Ronconi, du projet des Derniers jours de l'humanité de Karl Kraus.

De 1975 à 1994, Pierre Laville ajoute à ses fonctions celle de conseiller artistique au Théâtre national de Marseille, dirigé par Marcel Maréchal, avec qui il collabore pour la présentation de plusieurs spectacles, notamment, Le Malade imaginaire de Molière, Graal Théâtre de Florence Delay et Jacques Roubaud, Le Roi Lear de Shakespeare, La Vie de Galilée de Brecht, Les Trois Mousquetaires d'après Dumas, La Puce à l'oreille de Feydeau, ou encore Carmen à l'Opéra de Paris.

Éditeur et producteur écrit/images[modifier | modifier le code]

Il écrit de très nombreux articles sur le théâtre, puis il fonde et dirige la revue Acteurs (1982-1992), revue bimestrielle, puis mensuelle, qui aura cent numéros.

À partir de 1992, L'Année du théâtre est publiée annuellement sous sa direction (chez Hachette jusqu'en 1995, puis aux éditions Sand). Pierre Laville est aussi le rédacteur en chef d'une Encyclopédie mondiale du théâtre pour l'Unesco et, à la demande de Pierre Desgraupes, le producteur à la télévision des émissions Plaisir du théâtre (A2) et Tous en scène (FR3, 1984-1989).

Il crée le magazine mensuel Théâtres, qu'il dirige de 2002 à 2004.

Auteur dramatique, auteur, metteur en scène[modifier | modifier le code]

À partir de 1974, Pierre Laville est auteur dramatique, écrivant et créant ses propres pièces qui sont jouées à la Comédie-Française, à l'Odéon, au Théâtre national de Chaillot, au Théâtre Antoine, au Théâtre de la Michodière ou au Théâtre de la Madeleine notamment). Des œuvres du passé (ses nouvelles versions des œuvres d'Oscar Wilde (Un mari idéal, joué trois années consécutives au Théâtre Antoine, L'Éventail de Lady Windermere et Il importe d'être Constant, joué 300 représentations à guichet fermé, avec une tournée dans plus de cent villes) ; des œuvres d'aujourd'hui, principalement d'auteurs américains : Tennessee Williams, dont il a entrepris la réédition en langue française avec les Éditions Laffont ; David Mamet, dont il a présenté en France l'intégralité de l'œuvre, Edward Albee, et Tony Kushner, pour l'ensemble de l'œuvre de cet auteur depuis Angels in America.

Il se consacre aussi régulièrement à la mise en scène (création de nouvelles pièces de Mamet ou Neil LaBute, ou re-création d'Oscar Wilde). Il renouvelle là ses succès de découverte de nouveaux auteurs (Neil LaBute, Joel Butterworth, Kenneth Lonnergan), finalise son cycle Oscar Wilde et aborde la critique sociale et le vaudeville (avec Georges Feydeau).

Il reçoit de multiples nominations aux Molières pour ses spectacles.

Pierre Laville est chevalier des Arts et Lettres (1984) et chevalier de l'Ordre national du Mérite.

Les pièces de Pierre Laville[modifier | modifier le code]

  • Les Ressources naturelles (1974)

Commande de Jean-Marie Serreau, répertoire de France Culture. Avec Maria Casarès, Tania Balachova, Daniel Ivernel, Lucien Raimbourg, Pascale de Boysson, Daniel Emilfork, Pierre Constant, Jean-Loup Philipe, Paul Villé.

Création au Théâtre national de Strasbourg, tournée en France. Mise en scène André-Louis Perinetti, décors Michel Launay, costumes Patrice Cauchetier, musique originale Charles Ravier. Avec Monique Mercure, Jean-François Balmer, Alain Moussay, Jean de Coninck, Sylvie Artel, Danièle Van Bercheycke, Marianik Révillon, Jim Ahdi Limas, Paul Bru, Jean Schmitt, François Viaur, Pierre Bâton, Marc Imbert.

Comédie-Française au Théâtre Marigny, mise en scène Marcel Maréchal, décors et costumes Jacques Angéniol. Avec Denise Gence, Catherine Samie, Christine Fersen, Jean-Paul Roussillon, Patrice Kerbrat, Michel Etcheverry, Bérengère Dautun, Fanny Delbrice, Catherine Chevallier, Bruno Devoldère, Raymond Acquaviva, Yves Pignot, Georges Audoubert.

  • Du côté des îles (1980)

Théâtre de l'Odéon, mise en scène Jacques Rosner, décors et costumes Max Schoendorff. Avec Bertrand Bonvoisin, Claude Mathieu, Laurence Roy, Catherine Lachens, Hubert Gignoux, Tchéky Karyo], Martine Vandeville, Laurence Mayor, Alain Lenglet, Christian Peythieu, Dominique Balzer, Michèle Brülé, Jean-Luc Porraz, Brigitte Joncheret, Mourad Mansouri, Christine Féral, Michel Untereiner.

  • Le Fleuve rouge (1981-1982)

Théâtre national de Marseille et Théâtre national de Chaillot. Tournée (TNP de Villeurbanne, Théâtre national de Strasbourg, décentralisation). Filmé par TF1. Mise en scène Marcel Maréchal, décors et costumes Jacques Angéniol. Avec Jean-Claude Drouot, Marcel Maréchal, Tatiana Moukhine, Francine Bergé (puis Catherine Lachens), Bernard Ballet, Catherine Arditi, François Dunoyer, Daniel Berlioux, Jacques Angéniol, Alain Crassas, Philippe Bianco, Bénédicte Appe.

  • La Maison sous les arbres (1982)

Répertoire de France Culture. Avec Madeleine Renaud, Denise Gence, Emmanuelle Riva, Loleh Bellon, Jean-Claude Drouot, Marcel Maréchal, Étienne Bierry, Stéphane Bierry, Sophie Barjac, Yves Bureau. Centre dramatique national du Nord-Pas-de-Calais (1982).

Tiré du roman d’Alexandre Dumas, en collaboration avec François Bourgeat et Marcel Maréchal. Théâtre national de Marseille-La Criée, Maison de la culture de Créteil, Paris, au Théâtre de Paris. Tournée nationale Théâtre Actuel. Tournée internationale. Filmé par Antenne 2. Meilleur spectacle, prix du syndicat de la Critique dramatique 1983. Mise en scène Marcel Maréchal et Raoul Billerey, décors et costumes Jacques Angéniol. Avec François Dunoyer, Jean-Claude Drouot (Philippe Bouclet), Raoul Billerey, Edmond Vuilloud, Francine Bergé (Brigitte Catillon, Sylvie Genty), Jean-Pierre Moulin (Jacques Boudet), Jean-Jacques Lagarde (Michel Ouimet), Alain Crassas, Daniel Berlioux (Alain Sachs), Jacques Angéniol, Sophie Deschamps (Sophie Arthur), Luce Mélite (Michèle Grellier), Philippe Bianco, Danièle Stephan, Michel Demiautte (Jacques Germain), Richard Guedj, Olivier Picq, Lionel Vitrant, Alain Saugout, Rico Lopez, Alexandre Fabre, Gérard Lacombe.

  • Les Nuits et les jours (1985)

Centre dramatique national de Reims. Théâtre 14 Jean-Marie Serreau. Filmé par FR3. Mise en scène Catherine Dasté et Daniel Berlioux, costumes Jean-Pierre Capeyron, musique originale Carlos d’Alessio. Avec Juliet Berto, Julie Jezequel, Roger Mirmont, Juliette Brac, Gilberte Géniat, André Thorent, Christian Sinniger.

  • Retours (1988-1989)

Théâtre de l'Odéon, Théâtre national de Marseille (1989). Mise en scène Patrice Kerbrat, décors Laurent Peduzzi, costumes Pascale Fournier. Avec Laurent Malet, Hélène Vincent, Michelle Marquais, Andrée Tainsy, Jean-Michel Dupuis, Jean-Jacques Lagarde, Fanny Delbrice, Sophie Caffarel.

  • Tempête sur le pays d’Égypte (1993-1994)

Théâtre Gérard Philipe (salle Jean-Marie Serreau). Théâtre de la Gaîté-Montparnasse (1994). Mise en scène Jean-Claude Fall, décors et costumes Gérard Didier. Avec Brigitte Fossey, Manuel Blanc.

  • La Source bleue (1994-1995)

Première version créée en Belgique, au Festival de Spa, puis à Bruxelles, sous le titre Colette et Marguerite Moreno. Mise en scène Adrian Brine, avec Daniela Bisconti, Stéphane Escoffier, Frédéric Laurent, Leonil McCormick, Reno Rikir. Répertoire de France-Culture, avec Geneviève Page, Emmanuelle Riva, Pierre Constant, François Feroleto, Jean-François Regazzi. Paris, au Théâtre Daunou. Tournée nationale et internationale Cled Productions. Mise en scène Jean-Claude Brialy, décors et costumes Pierre-Yves Leprince. Avec Rosy Varte, Marina Vlady, Claude Véga, François Feroleto, Mathias Mégard.

  • Le Voyage à Bâle (1990 - 1994)

Première version créée en Belgique (1990), au Rideau de Bruxelles, sous le titre Érasme, le temps d’un portrait. Mise en scène Jean-Claude Berutti, avec Pierre Constant, Nicole Valbert, Michel Guillou, Jean-Paul Dermont, Frédéric Lepers. Répertoire France Culture (1992). Avec Michel Vitold, Marie Pillet, Denis Manuel, Marc Ernotte, Marcel Tamaris.

Théâtre national de Marseille-La Criée (1994). Mise en scène Simone Amouyal, décors Thierry Leproust, costumes Patrick Dutertre. Avec François Chattot, Christine Murillo, Jean-Claude Adelin, Didier Carette, Ahmed Ben Bachir.

Tiré du roman de Guy de Maupassant. Théâtre Antoine. Tournée Cled Productions. Filmé (DVD) par la COPAT. Mise en scène Didier Long, décors Rudy Sabounghi, costumes Bernadette Villard. Avec Pierre Cassignard, Geneviève Casile, Macha Méril, Carole Richert, Marcel Cuvelier (Jean Negroni), Alexis Nitzer (Alain Stern), Sophie Arthur (Fanny Roussel), Éric Prat, Axelle Charvoz, Olivier Claverie (Frédéric Haddou), Stéphane Hénon (Benoît Solès), Emmanuel Ducluzeau, Laurent Méda.

  • Étoiles (1999)

Théâtre de la Madeleine. Mise en scène Maurice Bénichou, décors et costumes Roberto Plate. Avec Niels Arestrup, Nada Strancar, Maurice Bénichou, Émeric Marchand, Manuel Mazaudier, Bruno Delpeut.

Adaptations, versions scéniques et mises en scène[modifier | modifier le code]

  • Intrigue et amour (1976), d'après Kabale und Liebe de Schiller

Années 1980[modifier | modifier le code]

  • Pense à l’Afrique (1984), d'après Think of Africa de Gordon Dryland
  • Nature morte (1984), d'après Still Life d’Emily Mann Emily Mann (en)
  • La Dernière Classe (1984), d'après Translations de Brian Friel
  • Glengarry Glen Ross (1985-1988), d'après Glengarry Glen Ross de David Mamet (prix Pulitzer)
  • Californie, paradis des morts de faim (1986), d'après The Curse of the starving class de Sam Shepard (prix Pulitzer)
  • American Buffalo (1986), d'après American Buffalo de David Mamet (Obie Award)
  • Good (1985-1986), d'après Good de Cecil P. Taylor
  • Edmond (1986), d'après Edmond de David Mamet (Obie Award)
  • Variations sur le canard (1987), d'après Duck Variations de David Mamet
  • Crimes du cœur (1987), d'après Crimes of the Heart de Beth Henley (prix Pulitzer)
  • Hello and Good bye (1987), d'après Hello and Good bye d'Athol Fugard
  • Une vie de théâtre (1989), d'après A Life in the Theatre de David Mamet (Obie Award)
  • Le Châle (1989), d'après The Shawl de David Mamet
  • Le Diamant rose (1989), d'après A Bit between the teeth de Michael Pertwee

Années 1990[modifier | modifier le code]

  • Aventures d’un jeune médecin (1991), d'après le roman de Mikhaïl Boulgakov
  • Partenaires (1993), d'après Speed the Plow de David Mamet
  • Les Étoiles dans le ciel du matin (1994), d'après le dramaturge russe Alexandre Galine
  • Oleanna (1994), d'après Oleanna de David Mamet
  • Un mari idéal (1994-1998), nouvelle version de An Ideal Husband d'Oscar Wilde
  • Trois Femmes grandes (1996), d'après Three Tall Women d’Edward Albee (prix Pulitzer)
  • Variations sur les écureuils et les canards (1996), d'après Duck variations and Squirrels de David Mamet
  • Qui a peur de Virginia Woolf ? (1996-1999), nouvelle adaptation de Who’s afraid of Virginia Woolf d’Edward Albee
  • La Prédiction de Venise (1997), en coll. avec Bruno Racine, d'après son livre Le Gouverneur de Morée
  • Slaves (1997), d'après Slaves de Tony Kushner
  • Master Class (1997-1999), d'après Master Class de Terrence McNally
  • Zoo Story (1998), nouvelle adaptation de Zoo Story d’Edward Albee
  • Délicate Balance (1998), d'après Delicate Balance d’Edward Albee
  • Tout contre (1998), d'après Closer de Patrick Marber (Laurence Olivier Award, meilleure pièce de l’année)

Années 2000[modifier | modifier le code]

  • Les Trois Mousquetaires (1999-2000), d'après Dumas, en coll. avec François Bourgeat et Marcel Maréchal
  • Une chatte sur un toit brûlant (2000-2002), d'après Cat on a hot tin roof de Tennessee Williams
  • American Buffalo (2000), d'après American Buffalo de David Mamet
  • Glengarry (2000), d'après Glengarry Glen Ross de David Mamet
  • Perversion sexuelle à Chicago (2000), d'après Sexual Perversity in Chicago de David Mamet
  • Paradis perdus (2000), d'après The Old Neighborhood de David Mamet
  • Madame Sans-Gêne (2001-2003), nouvelle version d’après Victorien Sardou et Émile Moreau
  • L’Éventail de Lady Windermere (2003), nouvelle version de The Lady Windermere's Fan d’Oscar Wilde
  • Bash, scènes d’apocalypse (2003), d'après Bash, latterdays plays de Neil LaBute
  • Homebody - Kabul (2003), texte français de la pièce de Tony Kushner
  • L'Oiseau de nuit (2005), d'après The Night Heron de Budd Butterworth (Laurence Olivier Award, meilleure pièce de l'année)
  • L'Éventail de Lady Windermere (2005 à 2008), nouvelle version de The Lady's Windermere Fan d'Oscar Wilde
  • Pense à l'Afrique (2005), nouvelle adaptation de Think of Africa de Gordon Dryland
  • Romance (2006), d'après Romance de David Mamet
  • L'Importance d'être Constant (2006 à 2008), nouvelle version de The Importance of Being Earnest d'Oscar Wilde
  • Chat en poche (2008 - 2010), d'après Chat en poche de Georges Feydeau
  • Baby Doll (2009-2010), d'après Tennessee Wiilliams
  • Vie privée (2009) d'après Philadelphia Story de Philip Barry

Années 2010[modifier | modifier le code]

Théâtre
Livres

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche auteur, L'Avant-scène Théâtre [1]

Liens externes[modifier | modifier le code]