John Huston

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

John Marcellus Huston est un réalisateur et acteur américain, né le à Nevada, dans le Missouri et mort le à Middletown, dans le Rhode Island aux États-Unis.

Après avoir été boxeur et acteur, John Huston s'imposa à Hollywood comme scénariste et dialoguiste (il collabora notamment à l'écriture de Sergent York en 1941) puis comme réalisateur. Il fut l'auteur d'une quarantaine de films, dont certains - tels Le Faucon maltais, Le Trésor de la Sierra Madre, Key Largo, Quand la ville dort, L'Odyssée de l'African Queen, Moby Dick, La Nuit de l'iguane ou L'homme qui voulut être roi - sont devenus des classiques.

Biographie[modifier | modifier le code]

John Huston et sa fille Anjelica en 1960.

Boxeur amateur dans les années 1920, il a commencé sa carrière en 1930 en tant que scénariste pour Samuel Goldwyn. Il a surtout réalisé des films à partir de pièces et de livres à succès. Outre ses activités de dialoguiste, de scénariste puis de metteur en scène, il a également joué dans de nombreux films, à partir des années 1960, notamment dans The Cardinal, d'Otto Preminger et dans Chinatown, de Roman Polanski.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, il est mobilisé dans l'équipe des cinéastes militaires de l'U.S. Army, sous la direction de Frank Capra. Là, il réalise coup sur coup trois documentaires dont on a pu dire qu'ils étaient le plus beau témoignage sur la deuxième guerre mondiale. Il faut surtout retenir Que la lumière soit (Let there be light) (1946), document capital sur le traitement psychiatrique des blessés de guerre. Ces images insoutenables sont rapidement interdites et l'on ne reverra le film que lors du Festival de Cannes 1981 dans la section Un certain regard. Durant cette expérience, le réalisateur américain s'initiera aux techniques de l'hypnose et, de fait, se familiarisera avec l'œuvre de Freud. En 1962, avec Freud, passions secrètes il réalisera non pas une biographie du père de la psychanalyse, mais surtout une introduction et un plaidoyer en faveur d'une aventure autant idéologique que scientifique.

John Huston eut trois pays : les États-Unis, le Mexique et l'Irlande, où il s'expatria au cours des années cinquante et à qui il rendit, mourant, un dernier hommage dans Gens de Dublin (The Dead), d'après James Joyce.

Le comportement de John Huston durant le tournage de L'Odyssée de l'African Queen inspira Peter Viertel, le coscénariste du film, pour l'écriture de son roman Chasseur blanc, cœur noir (White Hunter Black Heart), roman qu'adaptera au cinéma, sous le même titre, Clint Eastwood en 1990. Un trait commun à nombre de ses films réside dans l'échec final du personnage principal, à tel point qu'on a pu parler d'une thématique « hustonienne » de l'échec (cependant, l'échec n'est pas l'important pour Huston; ce qui importe, c'est l'aventure en elle-même, plus que le but qu'elle poursuit).

Il est le fils de l'acteur Walter Huston, qu'il dirigea dans Le Trésor de la Sierra Madre pour lequel, fait exceptionnel, John Huston remporta l'Oscar du meilleur réalisateur (ainsi que celui du scénario) et son père celui du meilleur acteur dans un second rôle.

Il est le père d'Anjelica Huston (qu'il dirigea à plusieurs reprises) et de Danny Huston, tous deux également acteurs et réalisateurs.

Il repose au Hollywood Forever Cemetery.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

La tombe de John Huston

Acteur[modifier | modifier le code]

(sélection)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]