Ruth Gordon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gordon.
Ruth Gordon
Description de cette image, également commentée ci-après

Ruth Gordon en 1919.

Nom de naissance Ruth Gordon Jones
Naissance
Quincy, Massachusetts, États-Unis
Nationalité Américaine
Décès (à 88 ans)
Edgartown, Massachusetts, États-Unis
Profession Actrice
Scénariste
Films notables Rosemary's Baby
Harold et Maude
Doux, dur et dingue

Ruth Gordon Jones, née le à Quincy (Massachusetts) et morte le à Edgartown (Massachusetts), dont le pseudonyme est Ruth Gordon, est une actrice et scénariste américaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Ruth Gordon Jones est née le dans le quartier de Wollaston de la ville de Quincy, dans le Massachusetts[1], au sein d'une famille modeste ; Clinton Jones (1859-1934)[2], son père, qui avait pris la mer dès l'âge de huit ans[3],[4], était contremaître[3], et sa mère, Anne Zigler Jones (1860-1915)[2], après avoir été secrétaire, est devenue femme au foyer pour l'élever, ainsi que sa demi-sœur Clara (1886-1970)[2], que son père avait eue lors d'un premier mariage[3]. La maison familiale se trouvait sur Winston Street[5].

C'est en 1913, après avoir vu au Colonial Theatre de Boston la comédie musicale The Pink Lady (en), dans laquelle chantait Hazel Dawn (en), qu'elle sut qu'elle voulait devenir actrice[3]. Le 25 juin 1914[5], elle termine ses études se condaires à Quincy[3],[5]. Peu après, en octobre[5], elle entra, en ayant déjà choisi le nom de scène de Ruth Gordon[3], à l’American Academy of Dramatic Arts, à New York (où son père l'avait inscrite[réf. souhaitée], quoiqu'il eût préféré qu'elle devienne enseignante d'éducation physique[1] et fût sceptique quant à ses chances au théâtre[réf. souhaitée]). Elle disposait alors des économies paternelles d'un montant de 400 USD[3] pour les frais de scolarité de sa première année[1], avec juste 50 USD supplémentaires pour l'aider avant l'obtention d'un emploi[3]. Finalement, au bout d'un trimestre, l'heure de son départ de l'Academy lui fut signifiée pour manque de talent[1],[3], ce que son avenir n'a pas confirmé.

Ses débuts[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2015).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Ruth Gordon, bien qu'ayant eu une expérience malheureuse à l’American Academy of Dramatic Arts, ne se découragea pas. En 1915, elle fit sa première apparition à l'écran comme figurante dans des films muets tournés à Fort Lee ; on la voit ainsi interpréter une danseuse dans La Grande Farandole (The Whirl of Life), d'après la biographie de Vernon et Irène Castle[6]. Elle fait aussi ses débuts à Broadway dans la reprise de Peter et Wendy, où elle interprète le rôle de Nibs (l'un des enfants perdus), aux côtés de Maude Adams : elle trouve déjà grâce auprès d'un critique influent du moment, Alexander Woollcott, qui la juge « rayonnante » et deviendra son mentor[7].

En 1918, Ruth Gordon donne la réplique à Gregory Kelly dans une adaptation pour Broadway de Seventeen, de Booth Tarkington. Le couple continuera à se produire dans des tournées en Amérique du Nord, interprétant The First Year de Frank Craven et deux pièces de Tarkington : Clarence et Tweedles. En 1920, Gordon et Kelly se marient.

Au mois de décembre 1920, Ruth Gordon risqua une importante opération de chirurgie réparatrice dans un hôpital de Chicago, afin de remédier à ses jambes arquées[8]. Au bout de trois mois de convalescence, elle déménagea avec Kelly à Indianapolis où ils recrutèrent une troupe pour jouer des pièces du répertoire.

Mais Kelly mourut foudroyé d'une crise cardiaque en 1927, à l’âge de 36 ans. Ruth Gordon tenta alors un retour à Broadway en interprétant le rôle de Bobby dans Saturday's Children de Maxwell Anderson : pour une actrice confinée depuis des années à des rôles d'amoureuse, c'était là une composition nouvelle[7].

Enfin en 1929, Ruth Gordon venait de décrocher le rôle-titre de "Serena Blandish" lorsqu'elle fut mise enceinte par le producteur du spectacle, Jed Harris. Leur fils, Jones Harris, vint au monde à Paris ; mais l'actrice n'épousa pas le père.

Ruth Gordon poursuivit sa carrière théâtrale tout au long des années 1930, ponctuée par des interprétations de Mattie dans Ethan Frome, de Margery Pinchwife dans la comédie de William Wycherley, La Provinciale, à l’Old Vic de Londres et à Broadway, ainsi que du personnage de Nora Helmer dans Une maison de poupée de Henrik Ibsen à Central City (Colorado) et à Broadway.

Après 1940[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2015).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Malgré un contrat sans suite passé au début des années 1930 avec la Metro-Goldwyn-Mayer, il faut attendre 1941 pour revoir Ruth Gordon à l'écran, face à Greta Garbo dans La Femme aux deux visages. Elle sera plus heureuse avec les autres studios d’Hollywood, pour lesquels elle obtient toute une série de seconds rôles : celui de Mary Todd Lincoln dans Abraham Lincoln, de Mrs. Ehrlich dans La Balle magique du Docteur Ehrlich et dans Convoi vers la Russie (1943). Parmi ses rôles au théâtre à cette période, il y a lieu de citer son interprétation d’Iris dans The Strings, My Lord, Are False de Paul Vincent Carroll, et celui de Natasha dans une reprise des Trois Sœurs d’Anton Tchekhov, par Katharine Cornell et Guthrie McClintic. Elle tint également le premier rôle dans deux pièces qu'elle avait écrites : Over Twenty-One et The Leading Lady.

Ruth Gordon se remaria en 1942 avec l'écrivain Garson Kanin, de 16 ans son cadet. Ruth Gordon et G. Kanin travaillèrent de concert aux scénarios de deux films pour Katharine Hepburn et Spencer Tracy, dirigés par George Cukor : Madame porte la culotte (1949) et Mademoiselle Gagne-Tout (1952). Pour ces deux scénarios, ainsi que pour celui, plus ancien, d’Othello (1947), les deux auteurs furent nominés aux Oscars.

Avec l'appui de la MGM, elle porta à l'écran son autobiographie Years Ago, sous le titre The Actress (1953). Jean Simmons y interprète le rôle d'une jeune fille de Quincy (Massachusetts), qui parvient à convaincre son père, un capitaine au long cours, de l'emmener à New York pour qu'elle devienne actrice. Ruth Gordon continuera à publier ses mémoires jusque dans les années 1970, avec trois nouveaux volumes : My Side, Myself Among Others et An Open Book.

Ruth Gordon poursuivit sa carrière théâtrale dans les années 1950, et fut sélectionnée en 1956 comme meilleur premier rôle féminin aux Tony Awards, pour son interprétation de Dolly Levi dans La Meneuse de jeu de Thornton Wilder, qu'elle avait déjà joué à Londres, Édimbourg et Berlin.

Ruth Gordon et Natalie Wood lors des Golden Globe 1966.

En 1966, elle fut sélectionnée aux Oscars et remporta un Golden Globe comme Meilleur second rôle féminin pour Daisy Clover face à Natalie Wood. Trois ans plus tard (1969), elle sera récompensé par un Oscar du Meilleur second rôle féminin dans Rosemary's Baby, adaptation cinématographique du conte d'horreur d’Ira Levin. Lors de la remise de son Oscar, Ruth Gordon, âgée de 72 ans, remercia les jurés « pour leurs encouragements » (elle jouait alors depuis 50 ans au théâtre). Elle sera de nouveau sélectionnée en 1971 pour son interprétation de Maude dans la pièce-culte Harold et Maude (face à Bud Cort).

Elle apparaîtra encore dans vingt-deux autres films et au moins autant d'épisodes pour la télévision : par exemple dans Columbo (« Le Mystère de la chambre forte », 1977), ou Taxi (« Mamie tacot », 1978).

Décès et postérité[modifier | modifier le code]

Ruth Gordon est décédée le (à 88 ans)[1] dans la résidence d'été dont elle disposait à Edgartown (Massachusetts)[1], sur l'île de Martha's Vineyard. Elle a été emportée en raison d'une attaque d'apoplexie[9] alors qu'elle dormait aux côtés de son mari Garson Kanin, après s'être réveillée en se plaignant de ne pas se sentir bien puis rendormie[10]. Conformément à sa volonté, sa mort n'a pas été suivie de funérailles ou de service commémoratif[10],[9] ; elle a été incinérée et ses cendres distribuées à des proches[2].

Un amphithéâtre de Quincy, sa ville natale, situé dans le Merrymount Park[11], porte son nom, et ce, depuis novembre 1984[1].

Filmographie[modifier | modifier le code]

En tant qu'actrice[modifier | modifier le code]

En tant que scénariste[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g (en) Samuel G. Freedman, « RUTH GORDON, THE ACTRESS, DIES AT 88 », sur The New York Times,‎ (consulté le 3 novembre 2015)
  2. a, b, c et d (en) Ron Moody, « Ruth Gordon », sur Find a Grave,‎
  3. a, b, c, d, e, f, g, h et i Ware et Braukman 2004, p. 242
  4. Il a été capitaine, selon Freedman
  5. a, b, c et d (en) Samuel G. Freedman, « 'THE ACTRESS' RETURNS, A STAR INDEED, TO QUINCY », sur The New York Times,‎ (consulté le 3 novembre 2015)
  6. (en) Ruth Gordon sur l’Internet Movie Database
  7. a et b D'après Current Biography: Who's News and Why, 1943, Hw Wilson Co, (ISBN 0824204808, OCLC 16653190), p. 238-41.
  8. (en) International News Service, « ACTRESS, TO CONTINUE HER CAREER, HAS BOWED LEGS BROKEN AND STRAIGHTENED », The Pittsburgh Press,‎ (lire en ligne)
  9. a et b Ware et Braukman 2004, p. 243
  10. a et b (en) Karen Ama, « Ruth Gordon Dies; Stage, Film Career Spanned 7 Decades », sur Los Angeles Times,‎ (consulté le 3 novembre 2015)
  11. (en) « Quincy, Mass. Historical and Architectural Survey: 100 Southern Artery100 Southern Artery », sur Thomas Crane Public Library (consulté le 3 novembre 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Susan Ware et Stacy Braukman, « GORDON, Ruth », dans Notable American Women : A Biographicla Dictionary Completing the Twentieth Century, vol. 5, Cambridge (Massachusetts)/Londres, The Belknap Press of the Harvard University Press, , 729 p. (lire en ligne), p. 242-243 Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]