Dominique Issermann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dominique Issermann
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (70 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Site web

Dominique Issermann, née le à Paris[1], est une photographe française, travaillant principalement dans la mode et la publicité.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1983, alors qu'elle collabore entre autres avec Sonia Rykiel, Dominique Issermann est sollicitée par la maison Dior pour plusieurs portraits du couturier Marc Bohan, puis pour la conception d'une identité visuelle des différentes lignes de la marque[2]. Les premières photos au Château de Maisons-Laffitte reprennent tous les symboles de la haute couture et de la maison[2]. Par la suite, elle travaille régulièrement pour des marques de parfums, réalisant des images pour Nina Ricci, Parfums Christian Dior avec Eau sauvage parmi d'autres, YSL, Kenzo, Carolina Herrera, Cartier, Lancôme avec Trésor, Les Parfums Chanel plusieurs fois[2].

En 2004 (automne), elle travaille avec la chanteuse française Mylène Farmer[3]. Cette série de photos illustre l'album Avant que l'ombre..., et a également servi à assurer sa promotion dans la presse. Certains clichés ont également servi à illustrer deux des singles extraits de l'album. Cette série de photos a été réalisée au château de Millemont dans les Yvelines (Île-de-France) et a été présentée dans une série de mode dans le magazine Elle (en avril 2005).

En 2013, elle réalise la couverture de l'album Push The Sky Away de Nick Cave and the Bad Seeds[4].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elle fut la compagne de Leonard Cohen[5].

Commentaire[modifier | modifier le code]

« […] Dominique Issermann a peut-être signé les plus beaux portraits de Catherine Deneuve, de Fanny Ardant ou d’Isabelle Adjani : en faisant de la pâleur, un système émotionnel, en laissant affluer, comme le firent les peintres de la Renaissance, ou les anatomistes, le riche tissu nerveux, en rendant rare le moindre centimètre de peau dévoilée. »

— Hervé Guibert, dans le n° 4 du magazine Femme (1985)[6]

Publications[modifier | modifier le code]

Expositions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Robert A. Sobieszek et pour Eastman Kodak Company, The art of persuasion: a history of advertising photography, New-York, Harry N. Abrams, , 208 p. (ISBN 0-8109-1469-7), p. 195.
  2. a, b et c Jean-Luc Dufresne, Musée Christian-Dior, Barbara Jeauffroy-Mairet et al., Dior, les années Bohan, Art Lys Eds, , 112 p. (ISBN 978-2854953732), « Dominique Issermann », p. 80 à 81.
  3. Mylène Farmer : ses mots, ses clips, Explicit Publishing, , 112 p. (lire en ligne), p. 45.
  4. Nick Cave, «  », Rock & Folk, no 547, mars 2013, p. 73 (ISSN 0750-7852).
  5. « Dominique Issermann, la cause des femmes », sur lemonde.fr, .
  6. Cité dans l'édition spéciale Dominique Issermann de L'Œil de la photographie.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]