Sigourney Weaver

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Weaver.
Sigourney Weaver
Description de cette image, également commentée ci-après
Sigourney Weaver en 2016.
Nom de naissance Susan Alexandra Weaver
Surnom The Sci-Fi Queen (La reine de la science-fiction)
Naissance (69 ans)
New York, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Profession Actrice
Films notables voir filmographie.

Sigourney Weaver, née Susan Alexandra Weaver le , à New York, est une actrice américaine.

Elle est surtout connue pour son rôle d'Ellen Ripley dans la saga Alien, initiée en 1979 par le long-métrage Alien, le 8ème Passager, de Ridley Scott. En 1986, la suite Aliens, le retour, réalisée par James Cameron, connait un succès commercial supérieur et lui vaut une nomination à l'Oscar de la meilleure actrice.

Elle doit ses deux autres nominations à la comédie Working Girl (1988), de Mike Nichols et au biopic Gorilles dans la brume (1989), de Michael Apted, où elle incarne la zoologiste Dian Fossey.

Durant les années 1980, elle joue aussi dans L'Œil du témoin (1981), de Peter Yates, L'Année de tous les dangers (1982), de Peter Weir, et SOS Fantômes (1984), d'Ivan Reitman.

Durant les années 2010, elle opère un retour au premier plan grâce à des seconds rôles dans le blockbuster Avatar (2009), qui marque ses retrouvailles avec James Cameron, et dans la superproduction historique Exodus: Gods and Kings (2014), pour laquelle elle retrouve cette fois Ridley Scott.

Elle revient durablement à la fiction de genre avec le thriller de science-fiction Chappie (2015), de Neill Blomkamp, le film d'épouvante Quelques minutes après minuit (2016), de Juan Antonio Bayona et la mini-série télévisée évènement The Defenders.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Née dans le quartier de Manhattan à New York, Susan Alexandra Weaver est la fille du publicitaire Sylvester Weaver (en) et de la comédienne anglaise Elizabeth Inglis (en).

Elle suit d’abord des cours d'art dramatique, et décroche son diplôme d'anglais à Stanford et s'inscrit à la Yale School of Drama (en). Elle choisit le prénom Sigourney en 1963 d'après un personnage mineur du roman Gatsby le Magnifique de F. Scott Fitzgerald, Sigourney Howard. Elle commence sa carrière artistique au théâtre puis à la télévision, avant d'effectuer ses premiers pas au cinéma sous la direction de Woody Allen, dans la comédie dramatique Annie Hall (1977).

Révélation et succès international (années 1980)[modifier | modifier le code]

L'actrice aux côtés de son père Pat Weaver (en) lors des Oscars 1989 où elle est nommée pour Gorilles dans la brume.

En 1979, Sigourney Weaver accède à la notoriété internationale grâce à sa tête d'affiche du film de science-fiction Alien - Le huitième passager, premier long-métrage de Ridley Scott. Le réalisateur est immédiatement séduit par sa grande taille et son caractère. Elle y interprète une jeune femme du nom de Ellen Ripley qui affronte un redoutable Alien dans les couloirs du vaisseau de commerce Nostromo. Ce succès, dès son premier rôle important, lui permet d'enchaîner les projets et de se diversifier.

En 1981, elle partage l'affiche du thriller L'Œil du témoin avec William Hurt. L'année suivante, c'est aux côtés de Mel Gibson qu'elle évolue dans le film de guerre L'Année de tous les dangers sous la direction de Peter Weir ; en 1983, elle s'essaie à l'humour pour la comédie Le Coup du siècle, de William Friedkin, cette fois avec Chevy Chase.

En 1984, elle revient à un univers de genre avec la comédie fantastique SOS Fantômes d'Ivan Reitman. Aux côtés de deux autres valeurs comiques de l'époque, Bill Murray et Dan Aykroyd, elle s'offre un deuxième succès populaire à travers le monde.

En 1985, elle tient le premier rôle féminin de la comédie française Une femme ou deux aux côtés de Gérard Depardieu. En 1986, elle reprend le rôle de Ripley pour la suite Aliens, le retour, cette fois réalisée par James Cameron. La même année, elle est la tête d'affiche du thriller Escort Girl, co-écrite et réalisée par Bob Swaim.

En 1988, elle joue dans la comédie Working Girl, de Mike Nichols, où elle incarne une business-woman arriviste et impitoyable face à Harrison Ford ; puis dans le biopic Gorilles dans la brume, de Michael Apted, où elle prête ses traits à la zoologiste américain Dian Fossey, assassinée au Rwanda trois ans plus tôt. Le long-métrage reçoit plusieurs nominations et récompenses.

Elle conclue la décennie en 1989 avec une suite, SOS Fantômes 2 d'Ivan Reitman, qui déçoit la critique mais s'impose comme un succès commercial.

Progression dramatique (années 1990)[modifier | modifier le code]

Les années 1990 débutent avec des grosses productions : elle tourne dans Alien 3 dont la réalisation a été confiée au jeune David Fincher. L'actrice se rase la tête pour redevenir Ripley pour un long-métrage qu'elle envisage comme le dernier chapitre d'une trilogie. En 1992, année de sortie du film, elle retrouve Ridley Scott dans la co-production internationale 1492 : Christophe Colomb. Elle y joue la reine Isabelle Ière de Castille.

En 1993, elle retrouve Ivan Reitman dans la romance politique Président d'un jour. Elle partage l'affiche du film avec Kevin Kline. En 1994, elle partage l'affiche du thriller La Jeune Fille et la Mort de Roman Polanski, avec Ben Kingsley. Elle y interprète une femme torturée pendant une dictature. Par la suite, elle continue à jouer des femmes réclamant vengeance.

En 1995, elle est secondée par Holly Hunter pour porter le thriller Copycat de Jon Amiel, où elle joue une psychiatre traquée paranoïaque. En 1997, elle est la tête d'affiche de la relecture horrifique italienne Blanche-Neige : Le plus horrible des contes ; ensuite, elle donne la réplique à Kevin Kline et Joan Allen pour le drame Ice Storm, long-métrage américain du cinéaste taïwanais Ang Lee. Enfin, elle redevient le Lieutenant Ellen L. Ripley une ultime fois pour la suite Alien, la résurrection, dont la mise en scène a été confiée à Jean-Pierre Jeunet.

Elle conclue cette décennie en jouant aux côtés de Julianne Moore dans le mélodrame Une carte du monde ; puis en cassant son image en jouant une actrice cruche et blonde dans la comédie de science-fiction Galaxy Quest. Elle y donne la réplique à Tim Allen et Alan Rickman.

Cinéma indépendant et passage au second plan (années 2000)[modifier | modifier le code]

L'actrice en 2008 à la première mondiale de la comédie Baby Mama.

Les années 2000 poursuivent sur le terrain de la comédie, mais sans succès : en 2000, elle évolue dans la parodie Company Man ainsi que dans la comédie Séduction en mode mineur, où elle s'attire les faveurs d'un adolescent ; en 2001, elle joue les arnaqueuses dans un film plus commercial, la satire Beautés empoisonnées, avec Jennifer Love Hewitt dans le rôle de sa fille et partenaire.

Première parenthèse dramatique en 2002, pour The Guys, qui rend hommage aux pompiers disparus lors des attentats du 11 septembre 2001.

En 2003, elle participe à la comédie d'action La Morsure du lézard d'Andrew Davis. Elle y a pour partenaires Jon Voight et Patricia Arquette.

Elle revient ponctuellement vers le fantastique en 2004 en étant au casting du long-métrage de M. Night Shyamalan, Le Village. L'année suivante, elle est la vedette de la comédie indépendante Imaginary Heroes, écrite et réalisée par Dan Harris.

En 2006, elle tourne dans quatre films très différents : elle porte d'abord le drame indépendant Snow Cake, dans lequel elle incarne une femme autiste face à celui, interprété par Alan Rickman, qui fut le témoin des derniers instants de sa fille unique morte dans un accident de la circulation. Puis elle prête sa voix à l'affreuse belle-mère du film d'animation Cendrillon et le Prince (pas trop) charmant. Ensuite, elle incarne une directrice de chaîne puissante mais lâche, pour la satire indépendante The TV Set, de Jake Kasdan. Enfin, elle est au casting du biopic consacré à Truman Capote, Scandaleusement célèbre.

L'année suivante, elle joue dans le mélodrame indépendant The Girl in the Park, de David Auburn, avec Kate Bosworth.

En 2008, elle joue dans Angles d'attaque, de Pete Travis, avec l'acteur de télévision Matthew Fox dans le rôle du héros ; puis la comédie Soyez sympas, rembobinez, de Michel Gondry, avec Jack Black et Mos Def dans les rôles principaux ; elle évolue aussi aux côtés de deux révélations comiques de la télévision américaine, Tina Fey et Amy Poehler, héroïnes de la comédie Baby Mama.

En 2009, elle joue dans deux longs-métrages très différents : elle retrouve d'abord James Cameron pour le blockbuster de science-fiction Avatar. Elle y, tient le rôle secondaire de Grace Augustine, scientifique et chef du projet Avatar. Par ailleurs, elle tient le premier rôle féminin du téléfilm dramatique acquis à la cause homosexuelle, Bobby, seul contre tous, de Russell Mulcahy, basé sur une histoire vraie. Elle y prête ses traits à Mary Griffith.

Seconds rôles et séries télévisées (années 2010)[modifier | modifier le code]

L'actrice au Comic-Con de San Diego 2016, pour le 30e anniversaire de Aliens.

En 2010, elle est au casting des comédies chorales Encore toi !, d'Andy Fickman, et Crazy On The Outside, de Tim Allen. Deux flops critiques et commerciaux. En 2011, elle est cependant dans la remarquée comédie indépendante Bienvenue à Cedar Rapids, de Miguel Arteta.

Entre 2011 et 2012, elle joue dans la comédie fantastique Paul, de Greg Mottola, puis le film d'horreur La Cabane dans les bois, première réalisation de Drew Goddard.

Parallèlement, elle donne la réplique à Woody Harrelson pour le polar indépendant Rampart, co-écrit et réalisé par Oren Moverman ; puis elle tient un second rôle dans le thriller d'action pour adolescents Identité secrète, de John Singleton. En 2011, elle tourne un pilote de série télévisée, Spring/Fall, qui n'aboutit pas.

En 2012, elle joue dans le film d'horreur indépendant Red Lights, écrit et réalisé par Rodrigo Cortés, aux côtés de Robert De Niro ; puis tient un second rôle dans le film d'action Sans issue, porté par Henry Cavill. Elle tient un autre second rôle dans la comédie romantique Vamps de Amy Heckerling. Enfin, elle s'essaie à la télévision en portant la série télévisée Political Animals. Elle y joue une secrétaire d'état américaine durant six épisodes diffusés par USA Network.

En 2014, Ridley Scott la dirige une troisième fois pour le blockbuster historique Exodus: Gods and Kings. Elle y tient le rôle secondaire de Touya. Puis elle retrouve Ellen Ripley pour le doublage du jeu vidéo Alien : Isolation. Enfin, elle tient un second rôle dans le film de science-fiction Chappie, réalisé par la valeur montante du genre, Neill Blomkamp.

En 2016, elle fait un caméo dans SOS Fantômes, de Paul Feig ; elle tient le premier rôle du conte fantastique Quelques minutes après minuit, réalisé par Juan Antonio Bayona. Enfin, elle fait face à Michelle Rodriguez, tête d'affiche du thriller d'action Revenger, écrit et réalisé par Walter Hill.

L'année suivante, elle joue de nouveau l'antagoniste dans la série-évènement The Defenders. Elle y joue Alexandra, la chef de l'organisation criminelle la Main, durant les huit épisodes diffusés exclusivement par la plateforme de vidéo à la demande Netflix. La fiction est co-écrite par Drew Goddard, le scénariste/réalisateur de La Cabane dans les bois.

Elle est prévue à l'affiche d’Avatar 2 en 2020, qui constituera sa troisième collaboration avec le cinéaste James Cameron.

Vie privée[modifier | modifier le code]

L'actrice en décembre 2009 à la cérémonie de l'étoile de James Cameron au Hollywood Walk of Fame.

En 1985, Sigourney Weaver épouse le metteur en scène de théâtre Jim Simpson, qui lui offrira un rôle en 1986 dans Le Marchand de Venise. Le couple a une fille, Charlotte, née le .[réf. nécessaire]

En 2011, elle accorde officiellement son soutien au Chef Raoni contre la construction du barrage de Belo Monte.

En , elle soutient la candidate démocrate Hillary Clinton à la présidentielle américaine.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Années 1970[modifier | modifier le code]

Années 1980[modifier | modifier le code]

Années 1990[modifier | modifier le code]

Années 2000[modifier | modifier le code]

Années 2010[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Sigourney Weaver a été nommée pour trois Oscars, trois BAFTA Awards. Elle a également été nommée pour six Saturn Awards, et en a remporté deux pour Aliens le retour et Avatar, et pour six Golden Globes dont deux remportés pour Gorilles dans la brume et Working Girl qui firent d'elle en 1988 la première personne de l'histoire à remporter deux Golden Globes d'interprétation la même année[1]. Par ailleurs sa nomination pour l'Oscar de la meilleure actrice pour Aliens le retour est aujourd'hui vue comme une date marquante dans l'histoire du cinéma de science-fiction. Ses contributions au cinéma de science-fiction, y compris dans des rôles moindres comme dans Futurama et WALL-E, lui ont valu le surnom de Queen of Sci-Fi[2],[3],[4],[5] (Reine de la science-fiction).

Oscars[modifier | modifier le code]

Année Groupe Récompense Reçue ? Film
1987 Oscars Meilleure actrice Non Aliens, le retour
1989 Oscars Meilleure actrice Non Gorilles dans la brume
1989 Oscars Meilleure actrice dans un second rôle Non Working Girl

Academy of Science Fiction, Fantasy & Horror Films, USA[modifier | modifier le code]

Année Groupe Récompense Reçue ? Film
1980 Saturn Award Meilleure actrice Non Alien - Le huitième passager
1984 Saturn Award Meilleure actrice Oui Aliens le retour
1994 Saturn Award Meilleure actrice Non Alien³
1998 Saturn Award Meilleure actrice Non Alien, la résurrection
2000 Saturn Award Meilleure actrice Non Galaxy Quest
2010 Saturn Award Meilleur second rôle féminin Oui Avatar

BAFTA Games Awards[modifier | modifier le code]

Année Groupe Récompense Reçue ? Film
1980 BAFTA Film Awards Meilleure nouvelle venue dans un rôle principal Non Alien - Le huitième passager
1990 BAFTA Film Awards Meilleure actrice dans un second rôle Non Working Girl
1998 BAFTA Film Awards Meilleure actrice dans un second rôle Oui Ice Storm

Blockbuster Entertainment Awards[modifier | modifier le code]

Année Groupe Récompense Reçue ? Film
1998 Saturn Award Meilleure actrice Non Alien, la résurrection
2000 Blockbuster Entertainment Awards Meilleure actrice Non Galaxy Quest

Festival international du film de Chicago[modifier | modifier le code]

Année Groupe Récompense Reçue ? Film
2001 Lifetime Achievement Award - Oui

Golden Globes[modifier | modifier le code]

Année Groupe Récompense Reçue ? Film
1989 Golden Globe Meilleure actrice dans un film dramatique Non Aliens le retour
1989 Golden Globe Meilleure actrice dans un second rôle Oui Working Girl
1989 Golden Globe Meilleure actrice dans un film dramatique Oui Gorilles dans la brume
1998 Golden Globe Meilleure actrice dans un second rôle Non Ice Storm
2000 Golden Globe Meilleure actrice dans un film dramatique Non Une carte du monde
2010 Golden Globe Meilleure actrice dans une mini-série ou un téléfilm Non Bobby, seul contre tous
2013 Golden Globe Meilleure actrice dans une mini-série ou un téléfilm Non Political Animals

Walk of Fame[modifier | modifier le code]

Le 16 décembre 1999, elle se voit attribuer une étoile sur le Walk of Fame d'Hollywood, sur le trottoir devant le 7021 Hollywood Boulevard, à Los Angeles, dans la catégorie « Motion pictures » (Industrie cinématographique).

Autres distinctions[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

  • People's Choice Awards 1988 : nomination au Prix de la meilleure actrice dans un film.
  • People's Choice Awards 1989 : nomination au Prix de la meilleure actrice dans un film dramatique.
  • Chicago Film Critics Association Awards 1989 : nomination au prix de la meilleure actrice pour Gorilles dans la brume.
  • Chicago Film Critics Association Awards 1989 : nomination au prix de la meilleure actrice dans un second rôle pour Working girl - Quand les femmes s'en mêlent.
  • Dallas-Fort Worth Film Critics Association Awards 1995 : nomination au prix de la meilleure actrice dans un second rôle pour La jeune fille et la mort.
  • Primetime Emmy Awards 1998 : nomination au prix de la meilleure actrice dans un téléfilm où une mini-série pour Blanche-Neige: Le plus horrible des contes.
  • Screen Actors Guild Awards 1998 : nomination au prix de la meilleure actrice dans un téléfilm où une mini-série pour Blanche-Neige: Le plus horrible des contes.
  • Satellite Awards 1998 : nomination au prix de la meilleure actrice dans un second rôle dans un film dramatique pour Ice Storm .
  • Satellite Awards 2000 : nomination au prix de la meilleure actrice dans un film dramatique pour Une carte du monde.
  • Satellite Awards 2002 : nomination au prix de la meilleure actrice dans une comédie pour Beautés empoisonnées.
  • Satellite Awards 2003 : nomination au prix de la meilleure actrice dans un film dramatique pour The Guys.
  • Satellite Awards 2005 : nomination au prix de la meilleure actrice dans un film dramatique pour Imaginary Heroes.
  • Genie Awards 2007 : nomination au prix de la meilleure actrice dans un second rôle pour Snow Cake.
  • Primetime Emmy Awards 2009 : nomination au prix de la meilleure actrice dans un téléfilm où une mini-série pour Bobby : seul contre tous.
  • Prism Awards 2009 : nomination au prix de la meilleure actrice dans un téléfilm où une mini-série pour Bobby : seul contre tous.
  • Satellite Awards 2009 : nomination au prix de la meilleure actrice dans un téléfilm où une mini-série pour Bobby : seul contre tous.
  • Screen Actors Guild Awards 2010 : nomination au prix de la meilleure actrice dans un téléfilm où une mini-série pour Bobby : seul contre tous.
  • Satellite Awards 2012 : nomination au prix de la meilleure actrice dans un téléfilm où une mini-série pour Political Animals.
  • Screen Actors Guild Awards 2013 : nomination au prix de la meilleure actrice dans un téléfilm où une mini-série pour Political Animals.

Voix françaises[modifier | modifier le code]

En France, Sigourney Weaver est doublée régulièrement par Tania Torrens[6],[n 1] depuis 1986 (après l'avoir cependant doublé une première fois en 1979). Il y a aussi eu occasionnellement Frédérique Tirmont[7],[6],[n 1] durant cette même période. Depuis 2012, Sylvie Genty double également l'actrice de manière récurrente[8],[6].

Au Québec, Anne Caron est la voix française régulière de l'actrice[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j et k Carton du doublage français sur le DVD zone 2.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Session Timeout – Academy Awards Database – AMPAS », Awardsdatabase.oscars.org, (consulté le 12 juillet 2010)
  2. (en) « Weaver's interview in Los Angeles Times Hero Complex », Los Angeles Times Hero Complex (consulté le 2 octobre 2011)
  3. « Sigourney Weaver - "The Sci-fi Queen" », Geekophonie (consulté le 2 octobre 2011)
  4. (en) « Article about Weaver », The Post and Courier (consulté le 2 octobre 2011)
  5. (en) « Sigourney Weaver, Multi Award Winning TV and Film Actress », Celebrity Speakers (consulté le 17 novembre 2011)
  6. a b c d e et f « Comédiennes ayant doublé Sigourney Weaver en France » sur Doublagissimo, consulté le 16 juin 2014
  7. a et b « Fiche des doublages effectués par Frédérique Tirmont » sur La Tour des Héros, consulté le 16 juin 2014
  8. a b c et d « Comédiennes ayant doublé Sigourney Weaver en France » sur RS Doublage, consulté le 16 juin 2014, m-à-j le 30 janvier 2015.
  9. a b c d et e « Comédiennes ayant doublé Sigourney Weaver au Québec » sur Doublage.qc.ca, consulté le 14 octobre 2014.
  10. Les studios français ont choisi un narrateur masculin.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]