Charlotte Lewis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Charlotte Lewis
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Bishop Douglass School (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Cheveux
Yeux
Bruns (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Charlotte Lewis, née le 7 août 1967 à Londres dans le quartier de Kensington, est une actrice britannique. Elle commence sa carrière en 1986, dans le film Pirates de Roman Polanski.

En 2010, elle accuse le réalisateur de viol sur sa personne, les faits étant survenus en 1983. Suite à ces déclarations et à sa déposition auprès de la police américaine, un entretien qu'elle a eu avec le tabloïd « News of the World » en 1999, évoquant une prostitution mineure et une relation consensuelle avec Polanski, est repris par de nombreux médias. Bien que Lewis réfute certains des propos présents dans l'entretien, celui-ci est utilisé par la défense de Polanski pour remettre en cause ses accusations. Le magazine L'Obs y voit « une violente campagne pour la décrédibiliser ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Charlotte Lewis est d'origine irlandaise et galloise par sa mère, irakienne et chilienne par son père, un médecin qu'elle n'a jamais connu[1].

Elle est élève dans un quartier au nord de Londres, à l’école catholique de Bishop Douglas Catholic Secondary School de Finchley [2],[3]. Elle prend des cours de théâtre à l'école, qui lui « ont donné le goût de la comédie »[3].

Adolescente, elle passe tout son temps libre au Finchley Odeon à regarder des films et rêver « être à la place de Brooke Shields » dans Le lagon bleu et devenir célèbre[3],[1].

À quinze ans, Charlotte est repérée par un photographe qui lui propose de faire du mannequinat. Elle intègre alors l'agence Bookings.

Entrée au cinéma[modifier | modifier le code]

L'année suivante, elle prend son billet de ferry et de train pour la France quand une amie mannequin lui propose de faire du cinéma et de rencontrer Roman Polanski à Paris[3].

Charlotte fait alors ses débuts cinématographiques à dix-neuf ans en 1986 dans le film Pirates de ce réalisateur. Juste ensuite, elle obtient le rôle féminin principal avec 150 000 dollars de cachet pour Golden Child : L'Enfant sacré du Tibet, qui l'emmène à 19 ans à Hollywood tourner aux côtés d'Eddie Murphy. Mais malgré ces premiers succès, sa carrière évolue en dents de scie. En 1993, elle fait la couverture de Playboy puis elle rentre à Londres.

Eddy Murphy reste un ami précieux et généreux puisque quelque temps plus tard, Charlotte n'a plus un sou en ayant dépensé tous ses cachets, et c'est Murphy qui la sort de l'ornière en lui offrant un billet d'avion pour Los Angeles, la location d'un appartement et même un pécule de 50 000 dollars dans une banque afin qu'elle puisse se ressaisir et relancer sa carrière aux États-Unis[3]. Elle apparaît dans plusieurs films et dans des séries à la télévision.

Elle retourne à Londres pour s'occuper de sa mère et y résider avec son fils. En 2010, elle vit dans un petit pavillon qu'elle partage avec une amie costumière[3].

Controverse dans les médias[modifier | modifier le code]

Le tabloïd britannique « News of the World » du 8 août 1999 affirme qu'elle se serait prostituée dès l'âge de quatorze ans. L'information est relayée par d'autres médias[2],[4],[5],[1], évoquant sa relation avec Roman Polanski à l'âge de dix-sept ans perdurant six mois après le tournage de Pirates (1986), et sa rencontre avec Warren Beatty[2],[4],[3] ou encore Charlie Sheen et Mickey Rourke, et fait mention de ses « cures de désintoxication »[2],[3].

Gloria Alfred, l'avocate de Charlotte Lewis.

En mai 2010, elle déclare avoir été violée en 1983[6] par Roman Polanski, dans son appartement avenue Montaigne à Paris[7],[8]. Son avocate, Gloria Allred, précise alors que sa cliente a fait une déposition auprès de la police de Los Angeles et du bureau du procureur, espérant que son témoignage serait pris en compte par les autorités suisses au moment de rendre leur décision d'alors sur l'extradition du cinéaste.

L'avocat de Polanski dénonce un opportunisme et menace de porter plainte contre elle en s'appuyant sur ses précédentes déclarations[9] mais elle persiste et déclare « Nombre des citations qui me sont attribuées dans l'article de News of the World ne sont pas exactes » et « Juste après l'incident que j'ai eu avec M. Polanski, quand j'avais 16 ans, j'ai raconté à un ami la vérité sur ce qui s'est passé, comment M. Polanski a abusé de moi. Mon avocat, Gloria Allred, a remis à la police un acte notarié de cet ami, il soutient mes déclarations[10]. »

En décembre 2019 l'affaire est relayée par L'Obs[6], faisant état d'une « violente campagne pour la décrédibiliser » dans les médias. L'actrice déclare : « J’ai été complètement seule en 2010. Personne ne m’a crue. On a dit que j’étais une prostituée, une menteuse. Je suis un peu angoissée de parler. Les médias m’ont tellement enfoncée. »

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) « Roman Polanski's New Protégée, Charlotte Lewis, Star of Pirates and All of 18 », sur PEOPLE.com (consulté le 2 février 2019)
  2. a b c et d « Charlotte Lewis: «Je voulais être la maîtresse de Roman Polanski» », sur Libération.fr, (consulté le 2 février 2019)
  3. a b c d e f g et h Stuart White, « Inédit: la version intégrale de l'entretien de Charlotte Lewis », sur La Règle du Jeu, (consulté le 2 février 2019)
  4. a et b « Polanski: Lewis vendait son corps », sur Le Journal du dimanche, (consulté le 19 octobre 2017).
  5. Jean-Alphonse Richard, « Affaire Polanski : l'accusation de Charlotte Lewis écornée », sur RTL.fr (consulté le 2 février 2019)
  6. a et b « Charlotte Lewis a accusé Roman Polanski : « On a dit que j’étais une prostituée, une menteuse » », Nouvel Obs,‎ (lire en ligne)
  7. (en) Eric Pape, « Roman Polanski Accuser, Charlotte Lewis, Lying ? » [« L'accusatrice de Roman Polanski, Charlotte Lewis, ment-elle ? »], TheDialyBeast,‎ (lire en ligne, consulté le 2 février 2019)
  8. (en) Lukas I. Alpert, « New Polanski sex shock », sur New York Post, (consulté le 2 février 2019)
  9. « Un des avocats de Polanski menace l'actrice Charlotte Lewis de poursuites », sur Le Point, (consulté le 19 octobre 2017).
  10. Article AFP : L'actrice Charlotte Lewis qui accuse Polanski: "je dis la vérité et il le sait"

Liens externes[modifier | modifier le code]