Aller au contenu

Dominique Besnehard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Dominique Besnehard
Description de cette image, également commentée ci-après
Dominique Besnehard au festival de Cannes 2017.
Naissance (70 ans)
Bois-Colombes (France)
Nationalité Française
Profession Acteur, producteur, agent artistique

Dominique Besnehard, né le à Bois-Colombes (Seine), est un producteur de cinéma, acteur et agent artistique français.

Il a d'abord été directeur de casting avant d'être un des plus grands agents artistiques français en représentant pendant deux décennies de nombreux acteurs, actrices et metteurs en scène au sein de l'agence Artmedia.

Dans les années 2010, il est à l'initiative de la série télévisée à succès Dix pour cent (2015-2020), qui suit le quotidien de plusieurs agents d'acteurs et s'inspire de sa propre expérience.

Jeunesse et débuts dans le cinéma

[modifier | modifier le code]

Dominique Besnehard, né le à Bois-Colombes, grandit entre Houlgate et Vire, en Normandie.

Ses parents, André (1921-2011) et Albertine (1923-2022[1]), épiciers[2], normands et gaullistes[3] tiennent une crèmerie, puis un petit supermarché. Il a une sœur aînée, Sophie[4] et un frère jumeau dizygote, le dramaturge et écrivain Daniel Besnehard.

Vers 5 ou 6 ans, il assiste à un tournage dans une rue de Paris du film L'Affaire d'une nuit d'Henri Verneuil, dans lequel son père est recruté comme figurant spontané : sa passion pour le 7e art est confirmée.

Passant beaucoup de temps dans les salles obscures, il a une véritable passion pour ses idoles de l'époque : Sylvie Vartan, Geneviève Grad, Marlène Jobert, Jean-Claude Brialy et bien d'autres, avec qui il entretient des correspondances d'admirateur.[réf. nécessaire] Il compile des fiches sur tous ces comédiens qu'il aperçoit au cinéma ou à la télévision[2].

Au lycée de Deauville, sa professeur de français, Mme Schoenfeld, l'initie au théâtre et aux textes. Il passe ainsi de « Télé 7 Jours » et « Salut les copains » à Jean Anouilh, Jean-Paul Sartre et Albert Camus. Pour assouvir sa passion du théâtre, il travaille l'été dans l'épicerie de ses parents pour pouvoir aller voir Roger Planchon ou Ariane Mnouchkine à la Comédie de Caen[5]. Adolescent, Crime et Châtiment avec Niels Arestrup au Théâtre de l'Atelier l'a particulièrement marqué[6]. Atteint de zézaiement, il sait cependant que ce handicap risque de l'empêcher de devenir un grand acteur[2].

En juin 1973 il est reçu au baccalauréat et au concours de l' École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre de la Rue Blanche où il croise Evelyne Bouix, Christophe Malavoy, Jean-Pierre Darroussin et Catherine Frot. Il obtient, grâce son professeur de français du lycée de Deauville, des rôles de figurant à la Comédie-Française, notamment dans la pièce Port-Royal au côté d'Isabelle Adjani.

Le père d'un copain de lycée, Alain Quercy, réalisateur de feuilletons, l'engage sur le tournage du téléfilm Ces grappes de ma vigne, comme responsable du casting et de la figuration, tout en lui donnant un petit rôle. Cette première expérience lui confirme sa vocation : s'occuper des comédiens.

À la suite de la projection du film Les Doigts dans la tête de Jacques Doillon, un ami qui a travaillé sur le film lui présente le réalisateur. Doillon, contre l'avis de la production qui désire un stagiaire muni d'un permis de conduire, impose Besnehard sur Un sac de billes. Besnehard devient son assistant pour plus de dix ans. Il révèle ainsi Madeleine Desdevises, La Drôlesse, sa première grande découverte. Jacques Doillon lui confie tous ses castings : Richard Anconina (Le Petit Criminel), Béatrice Dalle (La Vengeance d'une femme), Juliette Binoche (La Vie de famille)... Il enchaîne les films (Diva et 37°2 le matin de Jean-Jacques Beineix, La Vie devant soi de Moshé Mizrahi, L'Homme blessé de Patrice Chéreau, Garçon ! de Claude Sautet, À nos amours de Maurice Pialat...) et devient l'un des plus grands découvreurs de talents du cinéma français en embrassant le métier de directeur de casting, introduit en France par Margot Capelier. En parallèle, il est acteur dans de nombreux films, le plus souvent dans des rôles secondaires.

Agent artistique

[modifier | modifier le code]
Dominique Besnehard en 2013.

Dans les années 1980, Besnehard a acquis une telle notoriété qu'il doit déménager pour échapper au harcèlement devant son domicile[2].

En 1986, il rejoint l'agence artistique Artmedia[2] et devient agent artistique, en prenant en charge le recrutement des jeunes comédiens et scénaristes. Il a ainsi été l'agent d'un certain nombre d'actrices, acteurs françaises et étrangers et réalisatrices et réalisateurs.

Réputé hypermnésique et énergique, Besnehard a la réputation d'être loyal à ses comédiens et les accompagner et défendre parfois en mélangeant vie personnelle et vie professionnelle. Plusieurs témoignages recueillis dans une enquête de Télérama soulèvent d'ailleurs avoir ressenti, dans les interactions entre des comédiens aspirants et Besnehard, une forme d'abus de son pouvoir pour essayer d’obtenir des faveurs sexuelles[2].

Agent artistique
Actrices Acteurs Réalisatrices Réalisateurs
Isabelle Adjani Niels Arestrup Josée Dayan François Ozon
Sophie Marceau Yvan Attal Catherine Corsini Jean-Michel Ribes
Béatrice Dalle Michel Blanc Claire Denis Bruno Nuytten
Laetitia Casta Jean-Claude Brialy Claire Devers Xavier Beauvois
Jeanne Moreau Alain Chabat Alexandra Leclère Bernie Bonvoisin
Nathalie Baye Nicolas Duvauchelle Samuel Benchetrit
Sylvie Vartan Charles Aznavour Cédric Kahn
Emmanuelle Béart Christophe Lambert Bruno Chiche
Charlotte Gainsbourg Stanislas Merhar Francis Girod
Cécile de France Robinson Stévenin Gérard Jourd'hui
Laura Smet Richard Anconina Gérard Pirès
Emmanuelle Seigner Rupert Everett Patrick Rotman
Anouk Aimée Stefano Accorsi Pierre Salvadori
Line Renaud Jean-Hugues Anglade Bernard Stora
Eva Green Jean-Pierre Bisson Andrzej Zulawski
Marlène Jobert Pierre Richard Luc Beraud
Mylène Demongeot Alain Souchon
Vahina Giocante Éric Cantona
Ariane Ascaride Guy Bedos
Muriel Robin Pierre Arditi
Jacqueline Bisset Murray Head
Evelyne Bouix Bruno Madinier
Caroline Cellier Florent Pagny
Julie Depardieu Jean-Louis Trintignant
Isabella Ferrari Philippe Torreton
Anna Galiena Michael Vartan
Catherine Hiegel Jacques Weber
Valérie Kaprisky
Anna Karina
Chantal Lauby
Salomé Lelouch
Florence Pernel
Micheline Presle
Inés Sastre
Mira Sorvino
Louane

En 2006, il quitte Artmedia après y avoir été agent pendant vingt-deux ans ; lors de sa fête de départ, il s'y déguise en roi Louis XVI et convie ses invités à assister à son « abdication »[2]. Il compte alors devenir producteur, et crée sa propre société de production, Mon Voisin Productions. Son influence décroît, mais la richesse de son réseau « reste son atout maître », estime une enquête de Télérama[2]. En , le premier film coproduit par Dominique Besnehard, L'Âge des ténèbres de Denys Arcand, est sélectionné en clôture du 60e Festival de Cannes.

En 2008, il crée avec Marie-France Brière le festival du film francophone d'Angoulême[2]. Ce festival est organisé chaque fin du mois d'août dans la ville d'Angoulême.

Dominique Besnehard en 2014 au festival du film de Cabourg.

Il est le présentateur des émissions télévisées Un ticket pour deux sur Canal+, une émission sur le cinéma, et des soirées théâtres sur Paris Première.[réf. nécessaire]

Le , il est promu officier dans l'ordre des Arts et des Lettres.

Dans les années 2010, il est à l'initiative de la série télévisée à succès Dix pour cent (2015-2020), qui suit le quotidien de plusieurs agents d'acteurs et s'inspire de sa propre expérience. Il en propose l'idée, adaptée par Fanny Herrero, et la série relance sa popularité auprès du grand public. Herrero juge cependant leur collaboration difficile, et regrette sa vision du monde rétrograde. Elle témoigne notamment : « Il ne m’a pas empêchée de développer certaines intrigues dans la série, la parentalité lesbienne par exemple, mais ça ne l’intéressait pas. Pour lui, c’étaient des histoires de bonnes femmes »[2].

Prises de position

[modifier | modifier le code]

Engagement politique

[modifier | modifier le code]

En homme de gauche, Dominique Besnehard soutient et conseille ouvertement la femme politique française Ségolène Royal à sa candidature à la Présidence de la République. Il lui fait rencontrer de nombreux artistes qui viennent à leur tour la soutenir dans les différents meetings qu'elle organise comme au stade Charléty en ou lors de la première du Rassemblement de la Fraternité, grand concert populaire qui se déroule au Zénith de Paris, en . En 2009, après diverses polémiques et divergences, il déclare « prendre du recul » par rapport à cet engagement tout en restant très attaché aux valeurs de la gauche.

En , il cosigne une tribune avec d'autres personnalités du monde du spectacle pour dénoncer le « Hollande-bashing » (dénigrement de Hollande) rappelant « tout ce qui a été accompli » notamment « la sanctuarisation du budget de la culture »[7],[8].

En 2021, il affiche en vidéo son soutien à Valérie Pécresse (LR) pour les régionales en Ile-de-France [réf. nécessaire], et reproche aussi à Jean-Luc Mélenchon d'avoir pris la parole le dans le cadre journée internationale des travailleurs, se disant convaincu que le 1er mai était « le jour de Marine Le Pen »[9],[10].

Il soutient Emmanuel Macron lors de l'élection présidentielle de 2022[11].

Polémiques

[modifier | modifier le code]

Menace de gifle envers Caroline de Haas

[modifier | modifier le code]

En , il est visé par une plainte de la part de Caroline De Haas après avoir déclaré qu'il avait envie de « la gifler » en raison des propos tenus par la militante féministe courant février où elle estimait qu'« un homme sur deux ou trois est un agresseur » sexuel[12]. Il regrette ensuite ses propos, tout en affirmant qu'il ne souhaitait pas lui présenter ses excuses, estimant que c'est à Caroline De Haas de s'excuser la première pour ses propos[13].

Pétition de soutien à Gérard Depardieu

[modifier | modifier le code]

En , il est signataire de la tribune controversée N'effacez pas Gérard Depardieu visant notamment à défendre la présomption d'innocence de Gérard Depardieu, alors accusé de viol, agression sexuelle et harcèlement sexuel[14]. Le 20 janvier 2024, les élus du conseil municipal de La Couronne décident de débaptiser le théâtre « LES 2B » (Brière, Besnehard)[15] à cause de la signature de Besnehard et Marie-France Brière à la tribune de soutien[16]. Finalement Dominique Besnehard revient sur son soutien à Depardieu : « C’est une erreur de ma part »[17].

Vie personnelle

[modifier | modifier le code]

Dominique Besnehard est ouvertement homosexuel[18].

Il est l'un des deux parrains de Laura Smet, fille de Johnny Hallyday et de Nathalie Baye[19],[20].

Filmographie

[modifier | modifier le code]

Il apparaît en tant que comédien dans de nombreux films.

Télévision

[modifier | modifier le code]

Émission de télévision

[modifier | modifier le code]

En 2019, il est l'un des six jurés de l'émission Le Grand Oral, diffusée sur France 2[21].

Le 17 décembre 2022, il fait partie des membres du jury à l'élection de Miss France 2023.

Mon Voisin Productions : les projets réalisés ou en cours :

Télévision

[modifier | modifier le code]

Publications

[modifier | modifier le code]

Préface

Décorations

[modifier | modifier le code]

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. Sonia Ouadhi, « Dominique Besnehard en deuil : il annonce la mort de sa mère, Albertine, à 98 ans », voici.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  2. a b c d e f g h i et j Mathilde Blottière et Hélène Marzolf, « Dominique Besnehard, enquête sur un agent trouble du cinéma français », sur Télérama, .
  3. « La dégelée Royal », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  4. Dominique et Daniel Besnehard, émission C'est de famille sur Europe 1, 20 juillet 2011.
  5. Dominique Besnehard, agent tous risques, Les Échos, 7 mars 2014.
  6. Dominique Besnehard, projection privée, France culture, 4 juillet 2015.
  7. Un syndicat de people pour Hollande, politis.fr, 23 novembre 2016.
  8. Le JDD, « Deneuve, Binoche, Biolay… Une soixantaine de personnalités disent "stop au Hollande-bashing!" », sur www.lejdd.fr (consulté le ).
  9. Closermag.fr, « Jean-Luc Mélenchon : le leader de la France Insoumise déz... - Closer », sur www.closermag.fr, (consulté le ).
  10. « Dominique Besnehard : cet homme politique qui serait “le pire président” selon lui », sur Femme Actuelle (consulté le ).
  11. Sonia Ouadhi, « Présidentielle 2022 : Jean-Luc Mélenchon, Emmanuel Macron… Qui sont les stars qui les soutiennent ? », voici.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. Cassandra de Carvalho, « Dominique Besnehard a envie "de gifler" Caroline De Haas, elle porte plainte », sur Le Huffington Post, (consulté le ).
  13. « Dominique Besnehard n'a "pas envie de s'excuser" auprès de Caroline de Haas », sur L'Express, (consulté le ).
  14. « Accusé de  violences sexuelles: Une tribune de soutien  à Gérard Depardieu qui crée le malaise », sur L'indépendant, (consulté le )
  15. « Affaire Depardieu : à La Couronne, Jean-François Dauré veut débaptiser le théâtre « Les 2B » (Brière, Besnehard) », sur CharenteLibre.fr, (consulté le )
  16. « Les élus de La Couronne retirent les noms de Besnehard et Brière à leur théâtre », sur CharenteLibre.fr, (consulté le )
  17. Laurent Neveu, « Tribune de soutien à Depardieu. Dominique Besnehard s’explique : « C’est une erreur de ma part » », sur Ouest France, (consulté le )
  18. Dominique Besnehard : J'ai préféré mon métier à la sexualité, 28 février 2014, Purepeople.
  19. Dominique Besnehard est le parrain de Laura Smet...
  20. Hellocoton - Femmes actuelles : Nathalie Baye : Qui sont les deux parrains de Laura Smet ? 10 mars 2011.
  21. Isabelle Brun, « Exclu. Roselyne Bachelot, Oxmo Puccino et une ex-Miss France dans le jury du Grand Oral, le nouveau concours de Laurent Ruquier », sur programme-tv.net, (consulté le ).
  22. Dominique Besnéhard, un agent très particulier, Le Monde, 7 février 2004.
  23. Décret du 14 avril 2017 portant promotion et nomination dans l'ordre national de la Légion d'honneur.
  24. Décret du 13 juillet 2004 portant promotion et nomination.
  25. Arrêté du 9 juillet 2014 portant nomination et promotion dans l'ordre des Arts et des Lettres.

Liens externes

[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :