Le Bal des vampires

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Le Bal des vampires
Description de cette image, également commentée ci-après
Graphie du titre

Titre original The Fearless Vampire Killers
Réalisation Roman Polanski
Scénario Gérard Brach
Roman Polanski
Acteurs principaux
Sociétés de production Cadre Films
Filmways Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis, Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Comédie
Durée 108 minutes
Sortie 1967


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Bal des vampires (The Fearless Vampire Killers) est un film anglo-américain réalisé par Roman Polanski, sorti en 1967.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le professeur Abronsius et son fidèle assistant Alfred s'emploient depuis des années à devenir de parfaits chasseurs de vampires, bien que leurs entourages trouvent cela ridicule, Abronsius étant surnommé à son université « le cinglé ». Leur quête les mène au fin fond de la Transylvanie, dans une auberge miteuse nichée dans la campagne. Alfred s'éprend alors de la fille de leurs hôtes, la belle Sarah, juste avant que cette dernière ne soit enlevée. En suivant sa trace, les deux compères aboutissent au château du comte Von Krolock et de son fils qui préparent leur bal annuel des vampires…

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Le logo de la Metro-Goldwyn-Mayer parodié au début du film avec Leo le lion qui se transforme en vampire.

Distribution[modifier | modifier le code]

Analyse[modifier | modifier le code]

Le film introduit de la comédie, du burlesque, une farce avec la loufoquerie dans l'épouvante et le fantastique. C'est une parodie des films vampiriques produits par la Hammer, alignant volontairement les clichés[2] avec aussi des influences du Nosferatu de Murnau et du Vampyr de Carl Dreyer[3],[4].

Le portrait sur le mur de la chambre d'Alfred dans le château du comte Von Krolock est celui de Richard III, roi d'Angleterre de 1483 à 1485. Dans la chambre occupée par Abronsius, on aperçoit derrière le lit un portrait de Marcus Gheeraerts. Un autre portrait du château est celui d'une vieille femme, inspiré d'un croquis de Léonard de Vinci, et qui représenterait Margarete Maultasch, comtesse du Tyrol (1318-1369). La salle du bal est quant à elle ornée d'une fresque reprenant le Triomphe de la Mort de Pieter Brueghel l'Ancien.

Production[modifier | modifier le code]

C'est le producteur Martin Ransohoff qui a insisté pour que Sharon Tate obtienne un rôle dans le film. Pour sa part, Roman Polanski songeait plutôt à Jill St. John. Polanski avait conçu le rôle du professeur Abronsius pour l'acteur Jack MacGowran, qu'il avait connu pendant le tournage de Cul-de-sac.

Comme ce sera plus tard le cas sur Quoi ? (même si cela s'apparente plus à un caméo), mais surtout sur Le Locataire, Polanski n'est pas crédité comme acteur sur son propre film.

Les tournages extérieurs ont eu lieu lors de l'hiver 1966 à Val Gardena, plateau situé près d'Ortisei dans les Dolomites italiennes. Le décor du château a été construit dans les studios de la MGM à Borehamwood dans le Hertfordshire en Angleterre. L'auberge juive de Shagal est la reconstitution exacte d'un hôtel juif d'Europe centrale au XIXe siècle.

Au grand dam de Roman Polanski, la MGM, qui avait un droit de regard sur le montage final, opéra de notables retouches sur une première version exploitée aux États-Unis. Aux scènes mutilées, voire complètement disparues, ont été ajoutées, en effet, des passages réalisés en parallèle : un prologue de 20 minutes démontrant ce qu'était un vampire, ainsi qu'un dessin animé introductif dévoilant une bonne part de l'intrigue. À la suite du flop retentissant de cette première mouture, la MGM se résolut à mettre la version de Polanski sur le marché. Le succès fut, cette fois, au rendez-vous.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. IMDb.fr
  2. « Sang pour Sang Roman », sur Critikat,
  3. « Le bal des vampires », sur Les Inrocks,
  4. La Rochelle, R., « Le Bal des vampires (analyse) : The Fearless Vampire Killers », Séquences, no 56,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]